Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'économie moderne au risque de la psychanalyse

De
250 pages
Cet ouvrage apporte un éclairage original sur ce qui nous échappe dans le fonctionnement des économies modernes. Il met en évidence les effets inconscients de la mondialisation sur les individus et les liens entre crises économiques et souffrances collectives. Il nous interroge sur notre responsabilité partagée dans la persistance de certains déséquilibres, formule des propositions au niveau de la gouvernance mondiale et propose une nouvelle façon de penser l'économie et le développement.
Voir plus Voir moins
Delphine Della Gaspera ontem raines L’ÉCONOMIE MODERNE AU RISQUE DE LA PSYCHANALYSE Pour un développement plus sain
Questions contemporaines
L’ÉCONOMIE MODERNEAU RISQUE DE LA PSYCHANALYSE
Pour un développement plus sain
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les «questions contemporaines »n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection «Questions contemporaines» est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Jean–Christophe TORRES,Quelle autonomie pour les établissements scolaires ?, Réflexions sur la liberté pédagogique dans les collèges et les lycées,2013. Frédéric JONNET,Officiers :oser la diversité. Pour une recomposition sociale des armées françaises, 2013. Stéphane CHEVRIER, Gérard DARRIS,Les résidents secondaires à l’âge de la retraite, 2013. Mohamed Amine BRAHIMI,Réflexion autour d’Alain Badiou et Toni Negri. Pour une sociologie des intellectuels révolutionnaires, 2013. Alain CHEVARIN,Former sans déformer ni conformer, 2013. Bruno COQUET,L’Assurance chômage, une politique malmenée, 2013.Nesmet LAZAR,Peut-on encore sauver la France ?, 2013. Michel PERALDI,Ils ont volé la décentralisation! Pamphlet argumenté pour que la décentralisation soit rendue aux citoyens, 2013.Jacques Adrien PERRET et Samuel Mayol,Pour un système éducatif réaliste et sans élitisme, 2013. Louise FINES,Négociations et crimes en col blanc, Immunités réciproques, 2013. Rana BARAKAT ISSA, Antoine MATTA,Femme-Pub, 2013.
elphine ELLA ASPER LODER EÉCON MIEU RISUE DLA PYCHA ALYSP urun déeloppem ntplus sin
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02135-5 EAN : 9782343021355
Remerciements Je tiens à remercier du fond du cœur Arnaud Della Gaspera, qui m’accompagne avec patience et persévérance depuis plus de 18 ans. Je le remercie pour son soutien de chaque instant, son ouverture d’esprit exceptionnelle et pour tous les précieux conseils qu’il m’a prodigués tout au long de l’écriture de ce livre. Je suis profondément reconnaissante envers Jean-Claude et Nicole Mamelle, qui m’ont transmis la vie et grâce auxquels j’ai appris à décrypter le langage non verbal, à interroger les évidences et à chercher un sens caché derrière les apparences. Toutes les observations accumulées au fil du temps ont servi à nourrir ma réflexion sur le fonctionnement du monde. Je remercie infiniment Laurence et Angelo Savasta, qui m’ont accompagnée avec bienveillance au cours de mon long chemin d’analyse, et sans lesquels cet ouvrage n’aurait pas vu le jour. J’adresse les plus chaleureux remerciements à Marie-Cécile Beaussant et Philippe Boutonnat, tous deux psychanalystes, pour leur lecture attentive, leur partage d’expériences et d’idées en résonnance avec mes écrits, et pour leurs interrogations et leurs critiques, toujours posées avec tact et douceur. Je remercie également les différents services d’économistes qui m’ont accueillie pour assurer la préparation de dossiers de réunions internationales, travailler sur la gouvernance des institutions, suivre l’évolution économique de pays en difficultés et analyser les politiques structurelles des grands pays avancés. Ils m’ont offert un espace suffisant pour observer les relations internationales et le fonctionnement de l’économie mondiale. Enfin, je remercie tous ceux et celles qui, de près ou de loin, par leurs écrits, leurs paroles, leur présence, leur existence présente ou passée, m’ont inspirée et ont contribué à l’élaboration de ma pensée. Je dédie ce livre à Adrien, Romane, Solène, Maëlys
Sommaire Introduction..................................................................................................... 9Partie I : Les dimensions psychiques des activités économiques....... 17Investissement économique et investissement psychique.............................19 Le sens de la dette dans les économies avancées..........................................33 Les effets inconscients de la mondialisation.................................................43Partie II : Crise et souffrance psychique............................................. 57 Introduction................................................................................................... 59 Crises alimentaires et énergétiques : peur du manque et déni des limites ....63 Crises monétaires : perte de confiance et dévalorisation collective..............73 Crises de dette dans les pays en développement : dépendance et emprise ...91 Bulles et crises financières : illusion et panique collectives......................... 99 Conclusion .................................................................................................. 117Partie III : Le sens caché des crises.................................................... 121 Interdépendance et risques systémiques : vulnérabilité psychique............. 123 Crises et conflits .........................................................................................135 Terrorisme contre capitalisme ....................................................................147Partie IV : Les changements à mettre en oeuvre.............................. 159 Les conditions d’un développement harmonieux .......................................161 Une réforme de la gouvernance.................................................................. 177 Des règles internationales pour prévenir les crises..................................... 193 Un renouvèlement de la pensée économique..............................................207 Un changement de perspective ...................................................................227
7
Introduction
Alors que j’écoutais un chercheur en économie espagnol parler de la situation désastreuse du marché du travail en Espagne, je pouvais entendre dans le ton de sa voix la détresse de ses compatriotes, frappés de plein fouet par la crise économique et par l’austérité des politiques menées. Une autre fois, au cours d’une téléconférence préparatoire à une réunion du Groupe des Vingt (G20), j’ai été interpellée par la colère d’un représentant allemand, indigné par les critiques répétitives lancées par les autres pays à l’égard de l’Europe. Je suis également frappée par l’inquiétude qui transparaît dans les rapports de groupes de travail du G20 sur les perspectives économiques mondiales. Les négociations internationales, comme la recherche en économie, ne sont pas exemptes d’émotions. Sous des apparences rationnelles, froides et insensibles, l’économie se confronte aux sentiments des hommes et aux soubresauts de la psychologie humaine. Les pays occidentaux se trouvent dans un état de profond désarroi face à une crise économique dont ils ne voient pas la fin, les pays émergents s’inquiètent des risques de crise financière liés à des mouvements de capitaux erratiques qu’ils ne maîtrisent pas et les pays les moins avancés désespèrent de trouver un jour la voie du développement. Depuis 2008, de l’encre a coulé, des groupes de travail se sont constitués, les réunions multilatérales se sont multipliées pour tenter de comprendre ce qui a pu provoquer cette nouvelle crise inattendue et la « Grande Récession » qui en a résulté, et pour trouver des solutions face au surendettement des économies, à la montée du chômage et au marasme économique. Les certitudes ont été ébranlées et la confiance fragilisée, tandis que les repères manquent cruellement: les marchés financiers font pression sur les pays pour « changer », les recommandations fusent, des réformes drastiques sont lancées dans l’urgence, mais au fond, nul ne sait plus réellement où le monde va, ni ce dont il a besoin pour aller mieux. Je me représente souvent l’humanité sans gouvernail, ballottée par des courants dont elle ne connait la nature, à la quête d’une hypothétique terre ferme. L’instabilité dans laquelle elle vit désormais est nécessairement source d’inquiétude, sinon d’angoisse. Les discours officiels se veulent rassurants mais ne parviennent pas fondamentalement à apaiser les esprits. Les modèles de pensée traditionnels apparaissent dépassés par la rapidité des mutations et par les effets induits par la mondialisation et l’interdépendance des économies. Les théories et modèles économiques, quoique de plus en plus sophistiqués, n’ont pas permis de prévoir l’ampleur de la crise actuelle et sont incapables de fournir des orientations claires pour l’avenir. Benoît Cœuré, membre du conseil d’administration de la Banque Centrale Européenne, en a fait le constat lors d’une Conférence
9