Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'entreprise diamantaire dans la géopolitique africaine

De
160 pages
En Afrique subsaharienne le diamant résume à lui seul les défis et les enjeux que le continent traverse. Cherchant à s'émanciper des recherches traditionnelles sur l'impact des diamants du sang dans les relations internationales, les auteurs ont cherché à adopter un regard innovant sur le rôle et la place de l'entreprise diamantaire dans la géopolitique africaine et le développement du continent.
Voir plus Voir moins

L'entreprise diamantaire dans la géopolitique africaine

Collection Entreprises & Management Dirigée par Ludovic François Maître de Conférences au Groupe HEC Déjà paru dans la même collection: Emmanuel Caulier, Investir juridique globale en Russie: une approche

Marc Sorbier, La clientèle commerciale: cession, location et partage Malori Mani, L'UE dans la lutte contre le blanchiment d'argent Entre intérêts nationaux et intérêts communautaires Charles-Henri Lafont, Une Transition confisquée? processus de privatisation en Roumanie et en Bulgarie Le

Lise Moutamale, L'intégration du développement durable au management quotidien d'une entreprise Julien Ivers, Sandrine Boudana, La vente par réunion, Enquête sur les réseaux de la confiance Alain Bollé, Le produit de la délinquance de proximité Ingrid Fauvelière, La contrefaçon du luxe: menace pour la France au Japon Bruno Baratz, Jérémy de Vidas, Pablo-Alexandre Bauquier, Le business en Irak au lendemain de l'opération « Iraqi freedom », Entre risques et opportunités

Ronan DE GELOES D'ELSLOO
Parfait KOFFI Charles LATAILLADE Rodolphe MONNET

L'entreprise

diamantaire

dans la géopolitique africaine
Gestion des risques de l'exploitation à l'exportation des ressources diamantifères

Cet ouvrage est le fruit d'enquêtes et de recherches effectuées dans le cadre du Mastère Spécialisé Management des Risques Internationaux du Groupe HEC

L'Harmattan 5-7,rue de l'ÉcolePolytechnique 75005 Paris FRANCE

L 'Harmattan Hongrie Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest HONGRIE

L'Harmattan ltalia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

@ L'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-7134-3

EAN: 9782747571340

A Aude, Clotilde, Marie-Liesse, et à l'Afrique

,

PREFACE
La fin de la rivalité Est/Ouest laissait espérer la résolution d'un certain nombre de conflits. Mais la « fin du frigidaire» libéra les « bactéries» les plus dangereuses. En homogénéisant artificiellement le climat politique des pays périphériques, la bipolarité avait en effet masqué les dynamiques et les tensions internes de ces Etats. La fin des blocs permit leur manifestation. L'augmentation des conflits armés et le changement de leur nature débouchèrent sur un nouveau désordre mondial qui traduisait la substitution d'une multipolarisation des risques à une menace clairement identifiée. En Afrique, revendications identitaires et conflits liés à l'accès aux richesses ou au pouvoir se multiplièrent. Le contrôle des zones diamantifères -enjeu stratégique pérenneexplique en grande partie les guerres interminables que durent subir les populations angolaises, sierra-Iéonaises, et toujours congolaises -l'implication des forces ougandaises, rwandaises, namibiennes, zimbabwéennes, et angolaises donnant à cette lutte une dimension régionale. L'extraction du diamant et sa commercialisation illicite -par le biais de réseaux de contrebande- financent les besoins nécessaires à la poursuite des hostilités. Ces économies de guerre reposent sur de véritables courants d'échanges et de production. Ses opérateurs sont les gestionnaires de fragments de l'économie légale que le pouvoir central a laissé échapper ou qui lui ont été soustraits par la force. La déliquescence économique de ces Etats s'ajoutant aux tendances politiques centrifuges pour créer des «pôles

7

autonomes» très puissants. La dislocation des structures administratives rend d'ailleurs l'économie officielle ellemême fragmentée, voire criminalisée. Le lien entre diamants et conflits armés menace la sécurité internationale et la sécurité humaine. Violation des droits de l'Homme, paupérisation des populations, développement de maladies endémiques... constituent le corollaire inévitable de l'exploitation anarchique des diamants. La destruction de l'environnement, le retrait de nombreuses entreprises, et la défiance de nouveaux investisseurs parachèvent le déclin de tous ces pays à fort potentiel. En outre, les diamants de la Sierra Léone et du Libéria auraient contribué à financer l'organisation terroriste d' Oussama Ben Laden. Ce livre traite de ces problématiques en apportant un éclairage très intéressant sur l'implication de l'entreprise diamantaire sur la géopolitique africaine. Il aborde aussi la quête délicate d'une certaine éthique sectorielle, parfois contestable, parfois à géométrie variable.

Michel KATZ Avocat à la Cour Maître de conférences à HEC Ancien chef de cabinet du ministre de l'action humanitaire

8

SOMMAIRE
SOMMAIRE SIGLES ET ABREVIATIONS UTILISES INTRODUCTION PARTIE 1 : ENTREPRISE
9 II 15

ET ETATS: DES
21

RELATIONS AMBIGUES
PARTIE 2 : ENTREPRISE ET MONDIALISATION: DES

PROBLEMA TIQUES NOUVELLES
PARTIE 3 : ENTREPRISE ET RISK MANAGEMENT: UN ENJEU STRA TE GIQUE CONCLUSION ANNE XE S BIBLIOGRAPHIE
TABLE DES MA TIERES

55

93 129 137 143

157

9

SIGLES ET ABREVIATIONS UTILISES
AFDL: ADPIC : ALENA: AMFI : AME: ANC: ASCORP : BAD: BCAR: BIRD : CEA: CEDEAO : CDM: CFA: CIA: CRDI: CSO: CSPR: DKG: DTC: Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo Zaïre Aspects des droits de propriété intellectuelle touchant au commerce Accord de Libre Echange Nord Américain American Mineral Fields Accords Multilatéraux sur l'Environnement African National Congress Angola Selling Corporation Banque Africaine de Développement Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement Commission Economique pour l'Afrique Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest Consolidated Diamond Minese Communauté Financière Africaine Central Intelligence Agency Centre de recherches pour le développement international Central Selling Organisation Centrale de Sécurisation des Paiements et des Recouvrements Deutsche Koloniale Gesselschaft Diamond Trading Company

Il

EO: FAA: FAO: FBI: FMI: FNUAP : GAFI : GATT: ISO: KPCS: LLD: LVMH: MIBA : MPLA : NAMCO: NEP AD : NTIC : OCT: OCDE: OMC: OMD: OMPIC : OMS: ONG: ONU: OUA: PMMC : PNUD :

Executive Outcomes Forças Armadas Angolanas Organisation des Nations Unies pour l'alimentaion et l' agriculture Federal Bureau of Investigation Fonds Monétaire International Fonds des Nations Unies d'Aide à la Population Groupe d'Action Financière sur le Blanchiment de Capitaux Accord général sur les tarifs dounaiers et le commerce Organisation Internationale de Normalisation Kimberley Process Certification Scheme Lev Leviev Diamond Louis Vuitton Moët Hennessy Minière de Bakwanga Mouvement Pour la Libération de l'Angola Namibian Minerals Corporation New Partnership for African Development Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication Organisations Criminelles Transnationales Organisation de Coopération et de développement économiques Organisation Mondiale du Commerce Organisation Mondiale des Douanes Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle Organisation Mondiale de la Santé Organisations Non Gouvernementales Organisation des Nations Unies Organisation de l'Unité Africaine Precious Metal Mining Compagny Programme des Nations Unies pour le Développement

12

PNUE: PRU: RCA: RDC: RUF: SADC: SAPS: SLST : SPS: UE: UNESCO: UNIT A : UNICEF: USA CC: WDC:

Programme International pour le Dévéloppement de l'Environnement Protected Resources Unit République Centrafricaine République Démocratique du Congo Revolutionary United Front Southern Africa Development Community South African Police Service Sierra Leone Selection Trust Société Privée de Sécurité Union Européenne Organisation des Nations-Unies pour l'éducation, la Science et la Culture Union Nationale pour l'Indépendance Totale de l'Angola Fonds des Nations-Unies pour l'Ebfabce
United States

- Angola

Chamber of Commerce

World Diamond Council

13

INTRODUCTION
Environ une vingtaine de pays dans le monde affirme produire les gemmes particulières que sont les diamants. Forme minérale et cristallisée de carbone pur présente dans des « cheminées de kimberlite », ils sont issus du refroidissement du magma volcanique. Sept grands pays représentent à eux seuls plus de 75% de la production mondiale en valeur1. Grâce à de nombreuses mines situées très en profondeur, l'Afrique du Sud, l'Australie, le Botswana, le Canada, la Namibie, la Russie et la Tanzanie parviennent ainsi à tirer profit très efficacement de la richesse de leurs sols. Le secteur apparaît en effet relativement séparé en deux types de production distincts: une production moderne et industrialisée de mines diamantaires situées en sous-sol, et une production plus modeste et artisanale de mines alluvionnaires en surface. Grâce à ces pays à l'industrie diamantaire moderne et structurée, l'Afrique SubSaharienne produit à elle seule en volume plus de 46% des diamants bruts mondiaux. Si le Botswana représente la production en valeur la plus importante avec 35% de la production africaine, il est directement suivi par l'Angola (21%), l'Afrique du Sud (19%), et la Namibie (9%). Pour ces principaux pays producteurs, mais également pour des pays aux productions plus modestes, le diamant apparaît comme une des principales sources de revenus, et une source majeure de devises étrangères grâce à l'exportation vers les centres de taille et de polissage que sont notamment l'Inde, Israël, la
1 Source: Données commerciales des Nations Unies, in United States General Accounting Office, «International Trade: Critical Issued Remain in Deterring Conflict Diamond Trade », Report to Congressional Requesters, Washington, DC, Juin 2002, p48

15

Belgique et la Chine. Ainsi, le diamant représente79% des exportations totales du Botswana, 74% des exportations totales de la République Centrafricaine, ou encore 25% des exportations totales de la Namibie. Avec une marchandise d'une telle importance stratégique, il est aisé de comprendre le degré d'influence considérable qu'ont pu acquérir dans ces pays les entreprises minières chargées d'extraire les diamants bruts. En effet, en fonction de l'importance des capitaux à mobiliser et du degré de précision technique de l'infrastructure nécessaire, les entreprises minières jouissent la plupart du temps, dans les pays qui disposent de mines profondes exploitées très industriellement, d'un monopole d'extraction qui leur offre un poids géopolitique fondamental. A cet égard, l'entreprise De Beers, dont le nom est associé à celui du diamant depuis plus d'un siècle par ses opérations en Afrique SubSaharienne, joue un rôle déterminant au travers de sociétés semi-publiques disposant d'un monopole d'extraction telles Debswana au Botswana et Namdeb en Namibie. A travers sa présence dans les quatre pays africains précités que sont l'Afrique du Sud, le Botswana, la Namibie et la Tanzanie, De Beers contrôle ainsi plus de 78% de la production africaine de diamants bruts. Son patrimoine minier est estimé à plus de trois milliards de dollars. Même si elle a depuis quelques années perdu une partie de la puissance qui lui a permis de dominer le secteur pendant plus d'un siècle, De Beers reste encore la seule entreprise de cette taille à être spécialisée dans le diamant à l'exclusion de toute autre ressource. Notre champ d'analyse, qui englobe tous les types de producteurs de l'artisan à l'entreprise multinationale, insistera sur les trois premières étapes du «pipeline diamantaire» menées dans la partie Sub-Saharienne de l'Afriquel. Sont considérées comme telles les opérations
1 Sont considérés dans notre étude comme Etats d'Afrique Sub-Saharienne les 53 Etats africains moins les cinq pays du Maghreb que sont le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye et l'Egypte.

16