L'état et sa politique extérieure

De
Publié par

Dans le cadre de négociations en vue de formaliser un traité de paix, les diplomates font bon usage de documents géographiques. Lors de certaines négociations, des géographes sont associés. Aujourd'hui, les géographes ont moins les faveurs des gouvernements et des médias. Les attaques maladroites contre la géographie classique, dans le sillage des évènements de mai-juin 1968, ont causé du tort à cette discipline. L'auteur de cet ouvrage propose de montrer que la géographie est d'une grande utilité pour les diplomates.
Publié le : mardi 1 juillet 2014
Lecture(s) : 1
EAN13 : 9782336352756
Nombre de pages : 264
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
[Jean-Pierre Villard]
L’ÉTAT ET SA POLITIQUE EXTÉRIEURE La géographie des diplomates
L’État et sa politique extérieure
Territoires de la Géographie Collection dirigée par Jean-Marie Miossecjean-marie.miossec@univ-montp3.fr Science de l’homme dans son milieu, science de la localisation, la géographie décrypte les relations des sociétés et de leur environnement, le rôle de l’étendue et de la distance dans l’organisation de l’espace. Elle se préoccupe de l’action humaine dans les modifications de son oekoumène et de la réactivité des sociétés et de leurs optimisations spatiales face aux aléas et aux conflits. Tous les champs spatialisés sont de sa compétence. Ils sont inventoriés dans le jeu multiscalaire auquel sont désormais soumis toute société et tout individu, du global au local. C’est sur la qualité de l’entrecroisement de ces échelons et la capacité des protagonistes à en accroitre l’efficience que repose l’amélioration ou l’altération des cadres de vie et de la gouvernance des territoires et des ressources. Destinée à un public d’universitaires, de chercheurs, d’étudiants, de professionnels de l’aménagement et au public éclairé, la collectionTerritoires de la Géographieest ouverte à tout type de production inédite : ouvrage, thèse et rapport de synthèse d’habilitation à diriger des recherches, actes de colloque, synthèse de programme de recherche… L’ambition de cette collection est de livrer aux lecteurs des clés de l’explication du monde actuel et en devenir, dans sa complexité, sa diversité et ses nuances qui, seules, le rendent vivable et viable. Déjà parus Jean-Marie MIOSSEC,Rivages d’Europe. Personnalité et avenir d’un continent ouvert,2013. Laurent TOUCHART,Les territoires de l’eau en Russie, 2014.
Jean-Pierre VILLARDL’ÉTAT ET SA POLITIQUE EXTÉRIEURE
La géographie des diplomates
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03246-7 EAN : 9782343032467
Je remercie le Professeur Jean-Marie Miossec d’avoir accepté cet ouvrage dans la collection « Territoires de la géographie » des Editions L’Harmattan et Bernard Pellet, compagnon typographe de l’Atelier-Musée Encre&Plomb à Chavannes-près-Renens (Suisse), pour avoir préparé le manuscrit en vue de son impression.
Avant-propos
Armand Frémont, dans?Aimez-vous la géographie , déclare sa flamme à la science d’Eratosthène, celle sur qui aucune muse ne s’est cependant jamais penchée. « J’écris ce livre parce que j’aime la géogra-phie. Depuis l’enfance, j’ai toujours été fasciné par les cartes, par les images du monde, par ce qu’elles révèlent ou par ce qu’elles cachent des fruits de la terre, des visages des hommes, de leur bonheur ou de leur misère, de leurs travaux et de leurs rêves. … Mais aimez-vous la géographie ? Les Français l’ignorent, paraît-il. Les Américains encore plus, semble-t-il. Elle laisse, après les classes, à tort ou à raison, l’im-pression d’une discipline ennuyeuse, platement énumérative, un pensum dont les noms et les images ressassés deviennent à la longue des clichés: … Elle n’est rien, ou presque, à côté de l’histoire, la belle savante, la dramatique, la narrative. Elle n’existe pas face à la littérature ou à la philosophie. Les savants des sciences dures la considèrent comme bien molle. La géographie s’est imposée tardivement à l’université. Et le grand public, obstinément, c’est-à-dire les élèves devenus adultes, en conservent, parfois avec tendresse, le plus souvent avec dérision, le souvenir d’une école lointaine, parfois celle des parents et même des grands-parents, en ce qu’elle avait de plus naïvement archaïque. … Et pourtant, qui ne fait de la géographie, qui n’a besoin de la géographie ? Le voyage est devenu une activité des plus courantes. L’homme d’af-faires découvre les cinq continents, les délocalisations, les nouveaux marchés, les coûts différenciés. Le touriste moyen se délecte d’Espagne et de Tunisie, des rizières de Bali, des tours de Shanghai, des déserts africains, de la forêt amazonienne, des villes historiques d’Europe. Ne serait-ce pas là quelque peu de la géographie ? … Peut-être le citoyen
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.