//img.uscri.be/pth/a68e797c33071e2d35d594c1013a970319c1b4af
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'INDONESIE ECLATEE MAIS LIBRE

De
160 pages
L'archipel indonésien comprend 17508 îles et îlots ; il regroupe plus de 200 " minorités ethniques " et au moins 300 dialectes et langues locales, sans évoquer la partie (encore) indonésienne de la Nouvelle-Guinée… La République d'Indonésie est en outre le plus vaste pays musulman de la planète. Tout cela est aujourd'hui remis en cause par la fragile ouverture démocratique de cet immense pays à l'allure d'un continent et encore accentué par les événements tragiques ayant mené le Timor-Oriental sur le sinueux chemin de l'indépendance.
Voir plus Voir moins

L'INDONÉSIE ÉCLATÉE MAIS LIBRE
De la dictature à la démocratie (1998-2000)

Collection Points sur l'Asie dirigée par Frédéric MANTIENNE

Déjà parus

Laurent METZGER, Les sultanats de Malaisie, 1994. Richard SOLA, Birmanie: la révolution kidnappée, 1996. Laurent METZGER, Stratégie islamique en Malaisie (1975-1995), 1996. Firouzeh NAHAYAND!, Culture du développement en Asie, 1997. Frédéric GRARE, Le Pakistanface au conflit afghan, 1997. Kham YORAPHETH, Chine, le monde des affaires, 1997. Jacques HERSH, Les Etats-Unis et l'ascension de l'Extrême-Orient. Les dilemmes de l'économie politique internationale de l'aprèsguerre, 1997. . Kham YORAPHETH, Asie du Sud-Est, 1998. Jérôme GRIMAUD, Le régionalisme en Asie du Sud, 1998. A. WILMOTS, La Chine dans le monde, 1998. Patrice COSAERT, Le centre du Vietnam: du local au global, 1998. Fabrice MIGNOT, Villages de réfugiés rapatriés au Laos, 1998. Jean-Jacques PLUCHART, La crise coréenne. Grandeur et décadence d'un modèle de performance, 1999. Michel BLANCHARD, Vietnam-Cambodge.. une frontière contestée, 1999. Corine EYRAUD, L'entreprise d'Etat chinoise.. de "l'institution sociale totale" vers l'entité économique ?, 1999. Leïla CHOUKROUNE, La Chine et le maintien de la paix et de la sécurité internationales, 1999. Alexandre MESSAGER, Indonésie.. Chronique de l'Ordre nouveau, 1999.

cgL'Harmattan, 2000 ISBN: 2-7384-8839-0

Franck MICHEL

L'INDONÉSIE ÉCLATÉE MAIS LIBRE
De la dictature à la démocratie (1998-2000)

L'Harmattan 5-7, rue de l'ÉcolePolytechnique 75005 Paris - FRANCE

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Ouvrages du même auteur

-

En route pour l'Asie. Le rêve oriental chez les colonisateurs, les aventuriers et les touristes occidentaux, Strasbourg, Ed. Histoire & Anthropologie, 301 pages, 1995. - Tourisme, culture et modernité en pays Toraja, Sulawesi-Sud, Indonésie, Paris, L'Hannattan, ColI. « Tourismes et sociétés », 287 pages, 1997.
- Les Toraja d'Indonésie. Aperçu général socio-historique, Strasbourg, Ed. Histoire & Anthropologie, 120 pages, 1997.

- Tourismes, touristes, sociétés (sous la direction), Paris, L'Hannattan, Coll. « Tourismes et sociétés », 376 pages, 1998.
- Désirs d'ailleurs. Essai d'anthropologie des voyages, Paris, Armand Colin, Coll. « Chemins de traverse », 245 pages, 2000.

A paraître prochainement

-

Voyage au bout de la route. Essai d'anthropologie
en autostop.

impliquée du

voyage

Légendes des trois illustrations en page de couverture 1. Faux billet de 50.000 Rupiah, vendu 1.000 Rupiah un peu partout à Java et Bali entre l'été 1998 et l'automne 1999, surtout après la victoire du parti de Megawati aux élections législatives de juin 1999 ; la figure de Suharto a été remplacée par le portrait de Megawati, et on y remarque l'adjonction de l'insigne du parti démocratique indonésien de lutte (PDI-P) dirigé par Megawati (Banyuwangi, Java, juillet 1999). 2. Panneau indicateur signalant qu'à proximité se trouvent cinq lieux de culte (mosquée, églises catholique et protestante, pagode bouddhiste, temple hindouiste). Les cinq religions officielles de l'fudonésie sont ici réunies sur ce panneau de propagande gouvernementale et rassemblées en un même lieu qui symbolise I'harmonie tant recherchée et la bonne coexistence des religions en Indonésie (Nusa Dua, Bali, septembre 1999, photo: F Michel). 3. Le drapeau rouge et blanc indonésien flotte fièrement sur une pirogue à balancier rudimentaire au large des côtes de l'océan indien comme pour prouver aux autochtones des petites îles de la Sonde l'appartenance de leur province «périphérique» au vaste ensemble national (Kuta, Lombok, décembre 1999, photo: F Michel).

Sommaire

Introduction: La transitiondémocratique

11

PREMIER ACTE: L'éviction de Suharto et les nouveaux espoirs rapidement estompés. Vers la démocratie 17

DEUXIEMEACTE: L'élection de Gus Dur et les nouveaux espoirs de changement. En démocratie 71

TROISIEME ACTE: L'Indonésie, la nouvelle nouveau millénaire. Quelle démocratie?

ère et le 91

Conclusion: L'unité dans la diversité ou le changement dans la continuité? République ou Etats-Unis d'Indonésie ?... 145

Bibliographie sélective

157

Table des matières

159

7

Carte générale de l'Indonésie. Cette carte ne mentionne pas encore la séparation effective du Timor-Oriental, rebaptisé « Timor-Leste», ni la nouvelle appellation officielle de l'Irian janvier 2000,« Papua». Jaya, depuis le 1er
o

_
~ Q

o 0

!S o
1("

~

~ ~

3

-, iii' ::I g.
iiF ..,

~
::I DI

<.
'

3

,0

\~
-.;.

o o 9ft>

~ ~
"... ~

~ o c: 111

9

Introduction
La transition démocratique

'archipel indonésien rassemble, dit-on officiellement, 17.508 îles et regroupe tout le long de son vaste territoire national plus de deux cents « minorités ethniques}) et au moins trois cents dialectes et langues locales, sans évoquer la partie (encore) indonésienne de la Nouvelle-Guinée.. . Avec désormais près de 210 millions d'habitants, la République d'Indonésie est en outre le plus vaste pays musulman de la planète et l'une des principales puissances d'Asie. Tout cela paraît aujourd'hui remis en cause, d'abord par l'impact de la crise économique et sociale qui depuis 1997 a fortement ébranlé les fausses illusions des propagandistes du développement à tout prix et de la croissance rapide, puis par la fragile mais réelle ouverture démocratique de cet immense pays à l'allure d'un continent, et enfin par les événements ayant mené le TimorOriental sur le sinueux chemin de l'indépendance, jonché de cadavres sacrifiés sur l'autel de la surmilitarisation de la société indonésienne. Pourtant, le potentiel industriel, naturel et culturel de l'Indonésie est immense. Il n'a d'ailleurs cessé, tout au long du règne de Suharto, de susciter les convoitises des prophètes de la mondialisation. Les investisseurs et autres partenaires économiques ont quitté le navire pendant le naufrage de

L

11

l'archipel et sont aujourd'hui à nouveau rappelés à la rescousse, en même temps que les fonds du FMI. Où va aujourd'hui l'Indonésie? Nombreux sont désormais ceux qui pensent qu'il vaut mieux bâtir -l'an 2000 étant l'année zéro de cette nouvelle Indonésie - des EtatsUnis d'Indonésie, avec de petites entités prospères et autonomes, qu'une Indonésie unie mais pauvre et instable... Le rêve de grandeur et de puissance s'estompe à la vue de perspectives économiques et sociales plus réjouissantes, mais les tenants de la voie nationaliste semblent encore avoir de beaux jours devant eux. D'aucuns souhaitent une solution russo-soviétique «à la Gorbatchev» là ou d'autres s'inquiètent d'une «balkanisation» à l'image de la Yougoslavie démembrée de toutes parts. La voie est ouverte tant en direction d'une démocratie « à l'orientale », dont les caractéristiques restent en grande partie à définir au plus vite, que vers des lendemains très incertains et guère enchanteurs. Mais n'est-ce pas là justement le «problème» de la démocratie que de toujours se soucier de sa propre existence et des dangers qui la menacent? Ces trois « actes» de la scène politique indonésienne se déroulent sur une période, certes courte mais riche en rebondissements, allant du printemps 1998 au début de l'an 2000. A peine deux ans... Et pourtant cela aura suffit, aux yeux des Indonésiens, pour changer soudainement de monde, d'ère et même de millénaire. Pour accélérer le changement politique, rien de mieux, semble-t-il, qu'une crise économique grave! Le constat n'est pas nouveau et les années trente en Europe sont là pour nous rappeler que ces changements brusques issus d'une accélération de l'Histoire ne sont pas nécessairement des plus favorables... Puisse-t-il en aller radicalement autrement pour l'Indonésie nouvellement acqUIse aux valeurs intrinsèquement

12

démocratiques et, déjà les prémices l'annoncent, sous la forme d'une sortie de crise! Ces trois moments de l'histoire contemporaine indonésienne ici brièvement retracés - l'éviction de Suharto, l'élection de Gus Dur (ou Abdurrahman Wahid) à la présidence, et enfin l'entrée dans le nouveau millénaire pour une Indonésie à reconstruire - ne visent en aucun cas à l'exhaustivité ou au récit détaillé des événements ou encore à un exposé de la vie politique dans l'archipel. Ecrits à différentes périodes de cette épopée, ils voudraient seulement indiquer au public français - généralement peu au fait de la situation «exotique» de ce territoire lointain, de plus en grande partie musulman (ce qui n'est pas sans conséquences médiatiques plutôt regrettables dans l'Hexagone), et qui n'a même pas la« chance» d'avoir été une ancienne possession coloniale française - des faits voire éventuellement des pistes pour penser et surtout repenser nos images et nos jugements sur certaines régions d'Asie. Trop d'idées préconçues sur cet Orient, qu'il soit extrême ou non, rôdent encore dans nos têtes parfois mal informées mais souvent peu désireuses de remettre en question ce qui trop facilement nous arrange sur le compte des Indonésiens: guerres de religion, conflits ethniques, danger islamique, etc. Des termes et des jugements qu'il conviendrait un jour de réexaminer et en tout cas d'utiliser avec davantage de précaution... Et de modestie. Un exemple entre mille: la tolérance religieuse en maints endroits d'Indonésie pourrait aisément servir d'exemple à nombre de nos clercs> qu'ils soient assermentés ou non; trouve-t-on par exemple en France un syncrétisme aussi riche et vivant qu'en Indonésie? En matière de religion, comme en matière d'accueil des étrangers, le pays de la tolérance n'est pas nécessairement celui qu'on croit! J'ai rédigé ces trois textes dans des contextes spécifiques, après, pendant, puis à nouveau après un séjour en

13

Indonésie. Ce qui explique les variations, parfois fortes, tant dans le ton que dans le type d'écriture pour chacune des trois séquences. En 1998, j'ai passé trois mois dans l'archipel et en 1999 six mois. La première partie a été écrite en France au début du printemps 1999, la seconde a été rédigée à Ujung Pandang (capitale de la province de Sulawesi-Sud) au tout début du mois de novembre 1999, la troisième et dernière partie a été commencée à Bali, puis finalisée en France, au début de l'an 2000. Enfin, la rédaction de l'introduction et de la conclusion datent également des premiers jours dudit nouveau millénaire; y seront notamment évoqués les questions sensibles du fédéralisme et du nationalisme. Le premier acte, finalisé le 25 mars 1999, dresse en quelque sorte le bilan de la période sombre, mais non sans éclaircies de temps à autre, de Suharto et son sinistre « Ordre Nouveau»; il se termine avec l'arrivée au pouvoir de son protégé le Dr Habibie, chargé d'urgence de gérer la transition politique, le redressement économique, la question timoraise, et, dans l'immédiat, l'organisation des élections législatives de juin 1999 qui prennent l'allure d'un test démocratique pour les temps futurs. .. Le deuxième acte, rédigé au cours des dix premiers jours de novembre 1999, prend plutôt l'allure d'un coup de projecteur sur l'élection présidentielle du 20 octobre; il rend également rapidement compte de la situation économique et politique plutôt désastreuse laissée par l'équipe Habibie, malgré la relative bonne tenue des élections de juin - qui ont vu la victoire modeste mais incontestable du parti de Megawati - et le règlement plus que partiel (et qui en a étonné plus d'un dans le revirement de Habibie, même s'il se profile derrière un acte louable une plus sombre stratégie politique I) de la tragédie est-timoraise. Cette partie traite cela dit essentiellement de l'arrivée quelque peu

14

rocambolesque du duo Gus Dur-Megawati aux rênes du pouvoir et des nouvelles options gouvernementales. Le troisième acte, finalisé le 13 janvier 2000, brosse le tableau des défis à venir et des espoirs et inquiétudes qui traversent la nouvelle ère politique depuis l'élection présidentielle et la nomination de la nouvelle équipe gouvernementale. Il interroge également quelques décisions et mesures prises par Gus Dur, discute les grands axes de sa politique, et, malgré l'optimisme ambiant qui nourrit l'ensemble de ma réflexion concernant la nouvelle Indonésie (du moins comparée à celle d'avant I), s'inquiète de certains choix opérés et de la gravité des événements qui secouent toujours les zones périphériques de l'archipel ou certains secteurs distincts de la société indonésienne. Ou plutôt des sociétés indonésiennes. Encore une fois, l'ambition première de cet ouvrage est d'abord de présenter aù lecteur non spécialiste les principaux éléments de la situation essentiellement politique d'un archipel, certes très éloigné des préoccupations journalières des Français, mais néanmoins essentiel quant au destin de cette partie du monde. Et sans doute un peu du nôtre. ..

15