L'ombre déchirée, la puissance aérienne contre la terreur

De
Publié par

Décrivant la nature et la rationalité des opérations paramilitaire (guérilla) et groupusculaire (terrorisme), l'auteur en analyse les conséquences sur l'utilité de la puissance aérienne et les évolutions qui en découlent. Il expose clairement les atouts de l'instrument aérien en s'appuyant sur une analyse de cas historiques (guerre du Rif, Vietnam) aussi bien que contemporains (Tchétchénie, Israël/Palestine, Irak), et présente les solutions testées pour repousser les limites de son emploi, notamment dans un environnement urbain.
Publié le : vendredi 1 juin 2007
Lecture(s) : 58
Tags :
EAN13 : 9782336270425
Nombre de pages : 130
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Achevé d'imprimer par Corlet Numérique - 14110 Condé-sur-Noireau 41418 - Dépôt légal: juin 2007 -Imprimé en France N° d'Imprimeur:

,

,

L'OMBRE DECHIREE, LA PUISSANCE AÉRIENNE CONTRE LA TERREUR

@ L'HARMATTAN, 2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.ft hannattanl@wanadoo.ft ISBN: 978-2-296-03422-8 EAN:9782296034228

Jean-Jacques Patry

L'OMBRE DÉCHIRÉE, LA PUISSANCE AÉRIENNE CONTRE LA TERREUR

Fondation pour la Recherche Stratégique Cellule Etude des Stratégies Aériennes Militaires

L'Harmattan

Perspectives

stratégiques

Collection dirigée par Guillaume Schlumberger
La Fondation pour la recherche stratégique (FRS) a pour objet de développer le débat et les recherches stratégiques en France et de faire rayonner la pensée française en matière de politique de défense et de sécurité. Ses travaux englobent les dimensions les plus variées relatives à la défense (questions militaires, technologiques, mais aussi touchant au terrorisme et aux nouvelles menaces). Disposant d'une équipe de recherche du plus au niveau, elle s'appuie aussi sur un réseau de chercheurs étrangers dont elle cherche à faire connaître les travaux. La collection perspectives stratégiques est héritière de l'activité des centres de recherche dont la fusion en 1998 a concouru à la création de la FRS. Déjà paru

Jean-François DAGUZAN et Hélène MASSON, économique. Quelles perspectives ?, 2004.

L'intelligence

À Nicole Vilboux pour son précieux appui quotidien et son regard éminemment critique. Je tiens aussi à remercier Philippe Gros, pour ses indications et ses commentaires avisés. Enfin, j'adresse mes remerciements sincères à l'équipe de la Cellule Étude des Stratégies Ariennes Militaires de l'état-major de l'armée de l'Air, et à son chef, sans lesquels ce document n'aurait jamais existé.

Sommaire
Chap itre in trod uctif ................................... 11 19 Chapitre 1 - La puissance aérienne face aux formes non conventionnelles de combat ...........................................................
La puissance aérienne est conçue pour attaquer les œuvres vives d'un état et de ses forces armées.......................................................... L'effet stratégique de la puissance aérienne repose sur le « traitement» de cibles à haute valeur ....................................... Elle peut cependant s'adapter à des formes non classiques de combat............................................................................................. Chapitre 2 - Les agresseurs de l'ombre ...............................................

20 22 24 27 27 31 34 38 41 42 47 51 53 53 58 63

Analyse systémique et adversaires irréguliers: le système asymétrique........................................................................ La mise en ordre de combat: l'organisation ....................................... Point fort de l'organisation: effacer les cibles à haute valeur ............ La puissance aérienne traitera en priorité les organisations à empreinte géographique territoriale ..................................................

Chapitre 3 - L'adaptation

historique

des armées de l'Air ................

Les formes directes: l'Air ContraI et la contribution à la manœuvre des forces de surface ................................................... La forme indirecte: la création d'une arme aérienne dédiée, les « forces spéciales - air» ................................................................ La puissance aérienne est un multiplicateur d'efficacité interarmées dans la lutte contre les irréguliers ....................................

Chapitre 4 - Les formes contemporaines d'adaptation
aux adversaires non conventionnels .....................................................

L'adaptation directe: la transformation de la puissance aérienne en puissance aérospatiale..................................................................... L'adaptation indirecte: l'émergence des forces spéciales - air .......... Les limites opérationnelles des adaptations contemporaines ..............

Chapitre

- 5 Le désarmement

des organisations

proto-étatiques.....

67 67 70 73 73 74 79 79 81 84 85 85 90 93 97 97 99 103 104 106

L'action aérienne doit être syntonisée sur le processus de maturation de l' organisation ........................................................... La contribution majeure porte sur le désarmement par le combat ..................................................................... Chapitre 6 - La désorganisation des structures groupusculaires .....

Le défi de la rusticité de l'organisation groupusculaire....................... L'action aérienne s'inscrit dans une stratégie à dominante contre-agression ou contre-organisation.............................................. Chapitre 7 - Validité des effets classiques de la puissance aérospatiale contre les systèmes asymétriques ................................... La décapitation est trop aléatoire pour tabler sur sa crédibilité ........... La paralysie systémique est effective pour des organisations complexes .................... L'effet de désagrégation est d'usage quasi-généraL........................... Chapitre 8 - Puissance aérospatiale de contre ré belli 0n et stratégie ...........................

Un instrument stratégique de consolidation de la souveraineté.......... Un instrument tactique de déblocage: l'intervention aérienne en milieu urbain ............... L'atout de la puissance aérospatiale: gérer des micro situations dans un environnement chaotique ....................................................... Chapitre 9 - Le cas de l'armée de l'Air française ............................... Les systèmes asymétriques sont inclus dans les stratégies concevables d'engagement des forces aériennes ................................. L'institution a déjà entamé sa transformation vers la puissance aérospatiale . Chapitre 10 - Le cadre d'engagement de pro j ecti 0n des forces aériennes .................................................

L'emploi dépend des options stratégiques d'engagement ................... Contribution aérienne à une campagne interarmées de lutte contre les systèmes asymétriques ........................................................

8

Chapitre

11

- L'adaptation

au cadre interarmées

..............................

113 113 116 121

Les lacunes capacitaires dans le cadre de la lutte anti-asymétrique ........................................................................... Les synergies et aptitudes concevables dans le cadre interarmées.....................................................................
Annexe.....................................................................................................

Glossaire

. 125

9

Chapitre introductif

L'ouvrage L'ombre déchirée: la puissance aérienne contre la terreur a pour origine une étude commandée par l'état-major de l'armée de l'Air pour mieux appréhender les défis que posent les adversaires asymétriques aux aviations occidentales1. Le problème n'est certes pas nouveau et les militaires utilisent depuis le début du xxèmesiècle la troisième dimension pour lutter contre des insurgés, des rebelles ou des terroristes. Dès 1913, l'armée française déployait quelques aéroplanes au Maroc pour soutenir les opérations terrestres dirigées contre des tribus locales. L'implication des forces aériennes ne s'est par la suite pas démentie, comme le montrent James S. Corum et Wray R. Johnson dans un ouvrage publié en 2003. Les deux auteurs analysent d'un point de vue aérien l'essentiel des «petites guerres », conflits de «basse intensité» ou « opérations militaires autres que la guerre» menés de 1916 (participation de biplans américains JN-3 Jenny à la lutte contre Pancho Villa) à 2002 (frappes israéliennes contre des cibles palestiniennes)2. Les aviateurs ont donc su faire face aux problèmes posés par les adversaires asymétriques en s'organisant spécifiquement et en adaptant leurs tactiques. Le stratégiste aérien se heurte cependant à une difficulté majeure dans ce domaine. Il n'existe pas de textes classiques, d'ouvrages théoriques, de doctrines établies pouvant servir de fondement à la réflexion lorsque des modes d'action doivent être élaborés contre un tel adversaire. Chaque génération semble redécouvrir le problème et doit puiser dans son imagination pour répondre aux mêmes questions que se posaient d'autres aviateurs quelques décennies auparavant.
1 Voir chapitre 2 pour la définition d'un système asymétrique. 2 James S. Corum et Wray R. Johnson, Airpower in Small Wars: Fighting Insurgents and Terrorists, University Press of Kansas, 2003, 508 p.

Plusieurs explications peuvent être avancées pour expliquer ce manque singulier de production intellectuelle. Nous nous concentrerons sur deux d' entre-elles3. Une des raisons les plus avancées outre-Atlantique par les spécialistes est que les aviateurs sont des praticiens plutôt que des écrivains. Ils se réalisent surtout dans l'action et se satisfont d'une tradition orale plutôt qu'écrite. Le «bar de l'escadrille» est le lieu symbolique de ce mode de transmission. L'ensemble des pilotes s'y retrouve le soir pour écouter presque religieusement les histoires vécues - et parfois exagérées - des plus anciens qui ne manquent jamais de tirer des enseignements de leurs aventures au profit des plus jeunes. L'expérience transmise est toujours très riche et la cohésion de l'unité s'en trouve affirmée. Cette volonté d'échanger, de convaincre par l'exemple, par la parole, en s'imposant autant physiquement qu'intellectuellement a sûrement influencé la forme de l'œuvre de certains grands penseurs de la guerre aérienne comme John Boyd. Pilote de chasse américain, il a puisé dans son expérience du combat aérien, mais aussi dans les théories de Darwin, de Godel, d'Heisenberg, dans la seconde loi de la thermodynamique et dans ses lectures d'ouvrages philosophiques ou de management l'essentiel de ses réflexions. Les aviateurs occidentaux s'appuient aujourd'hui sur celles-ci pour exprimer leur vision du commandement des opérations militaires. Inutile de chercher en bibliothèque ou dans des librairies en ligne ses ouvrages. Son œuvre principale appelée A Discourse on Winning and Losing se compose de ... 327 planches projetables par ordinateur que Boyd présentait à chaque fois à ses interlocuteurs avec une passion et une conviction jamais démenties.

3 Pour apprécier par exemple la manière dont l'armée de l'Air américaine a pris en compte les problèmes liés aux adversaires asymétriques entre 1945 et 1992, consulter Dennis M. Drew, « US Airpower Theory and the Insurgent Challenge », The Journal of Military History, October 1998, pp. 809-832.

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.