L'ONU face à l'irrationnel en RDC

De
Publié par

Devenues l'un des outils principaux pour gérer les crises complexes qui menacent la sécurité internationale, les opérations de maintien de la paix des Nations Unies ont dû s'adapter aux nouvelles réalités stratégiques et géopolitiques, à l'exemple de la mission de l'ONU en RDC. Chargée à ses débuts d'observer la trêve, puis le cessez-le-feu, elle n'a cessé d'évoluer pour devenir la plus grande opération multidimensionnelle que compte actuellement l'ONU.
Publié le : dimanche 1 mai 2011
Lecture(s) : 87
EAN13 : 9782296460874
Nombre de pages : 274
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat











































L’ONU
face à l’irrationnel
en RDC


























Kaïdar AYOUB
L’ONU
face à l’irrationnel
en RDC© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-54712-4
EAN : 9782296547124







L’expérience variée de divers pays africains à
travers l’histoire du monde montre bien qu’il
n’est ni facile, ni rapide d’édifier la démocratie
et que cela nécessite aussi bien de la volonté et
l’engagement politique des gouvernements et
des sociétés que le soutien de la communauté
internationale.


Jacques Chirac, 1999

Remerciements


Au terme de cette étude, je tiens tout d’abord à remercier
de manière solennelle le Professeur Pascal Chaigneau pour
avoir accepté de m’accueillir au sein de son établissement.
Je le remercie pour avoir encouragé les francs échanges
entre les différents auditeurs et conférenciers.

Je remercie également M. Fouad Nohra pour ses conseils
abondants et ses brillantes conférences.

Mes vifs remerciements s’adressent également à M.
Emmanuel Caulier, pour sa disponibilité et son soutien.
Merci de m’avoir donné ton amitié.

Je tiens à dire un grand merci à M. Dominique Trinquand,
général de l’Armée Française, pour sa disponibilité et ses
réactions toujours si rapides. Son expérience, son esprit
critique et les conseils qu’il m’a donnés tout au long de
cette réflexion m’ont été très utiles.

Je tiens également à remercier toute ma famille pour son
soutien constant tout au long de mes études et sans
laquelle je ne serais pas ce que je suis.

Enfin, merci à toutes les personnes que je n’ai pas citées
ici et qui se reconnaîtront à travers ces quelques lignes.

Sommaire

Préface.............................................................................13
Introduction....................................................................27

Première partie...............................................................39

Trait d’union entre l’irrationnel dans l’histoire de la
République démocratique du Congo et la conscience
du monde.........................................................................39
Chapitre I .....................................................................41
Les violences en RDC entre appétits coloniaux et utopie
émancipatrice ...............................................................41
Chapitre II ....................................................................59
L’accord de Lusaka, instrument de médiation
internationale................................................................59
Chapitre III...................................................................67
L’ONU, cadre historique de rationalité : l’union pour le
maintien de la paix.......................................................67
Chapitre IV.................................................................101
Réalités et perspectives de la consolidation de la paix
onusienne101







Deuxième partie ...........................................................119

La MONUC, la leçon d’une décennie.........................119
Chapitre I ...................................................................121
L’inexorable drame humain.......................................121
Chapitre II ..................................................................153
Entre chaos et déchirure : l’impossible réforme du
secteur sécuritaire.......................................................153
Chapitre III.................................................................179
Les enseignements politiques : une démocratie sans
lendemain...................................................................179
Chapitre IV.................................................................205
Un pays sous tutelle internationale : quelles
perspectives de développement ?...............................205

Conclusion ....................................................................233











PRÉFACE

















Mais pourquoi ne sommes-nous pas tous frères avec des
frères ?
Dostoïevski


La République démocratique du Congo est un des trois
plus vastes pays d'Afrique. Grand comme quatre fois la
eFrance, quatre-vingts fois la Belgique, c'est le 12 État du
monde par sa taille avec ses 2 345 409 km². Il est sans
surprise le plus peuplé d'Afrique centrale et le plus peuplé
de la francophonie avec une population estimée à plus de
72 millions d’habitants. Le pays partage ses frontières
avec l’enclave de Cabinda (Angola) et la République du
Congo à l’ouest, la République centrafricaine et le Sud du
Soudan au nord, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et la
Tanzanie à l’est, la Zambie et l’Angola au sud. Le Nord du
pays est un des plus grands domaines de forêt équatoriale
au monde. Cette situation géographique à elle seule,
témoigne de la richesse et de la complexité immenses de
ce géant de l’Afrique.
Le mérite de M. Kaïdar AYOUB est de tenter
d’expliquer le visible complexe par l’invisible simple. Il
affronte la réalité de l’histoire de ce pays dans ce qu’elle a
eu de plus tragique et nous en rappelle les étapes. Il se fait
tour à tour géographe, historien, sociologue ; il explique
les conflits sans oublier leur dimension géopolitique. Il
nous conduit alors à concentrer nos regards sur l’action
remarquable des Nations Unies et leurs tentatives de faire
face à cette complexité désorganisée de conflictualités
destructrices.
Il souligne les dimensions juridiques et économiques
des conflits ; il témoigne, comme le dit Maurice Allais,
que « en économie tout dépend de tout, tout agit sur
tout » ; il nous fait discerner que l’action de l’ONU est
15 engagée là où ordre et désordre sont inséparables et
complémentaires. L’action de maintien de la paix a su
jeter les ferments d’une organisation au cœur même de la
turbulence. L’auteur, raisonne sans oublier qu’il est
docteur ès science ; il se souvient des logiques de Bénard,
qui nous a enseigné que des processus désordonnés
peuvent naître à partir d’états initiaux déterministes mais
que le chaos porte en lui aussi la potentialité génésique. Le
grand Congo avance avec des aléas externes (les
changements opérés par les pays voisins), avec des aléas
internes dans ses mutations et réorganisations politiques.
Ainsi le pays évolue-t-il sous le crayon de l’auteur vers
un mieux économique, un mieux de justice, un mieux de
paix. L’ONU pour autant ne peut pas tout ; ce sont les
Congolais qui substituent progressivement à une société
déchirée une politique de l’humanité qui avance malgré les
résistances. Ce sont les Congolais qui approfondissent leur
appartenance à une même nation-patrie et qui
s’accomplissent eux-mêmes. Ce sont eux qui ont le secret
de leur métamorphose. Hölderlin ne disait-il pas : « là où
croît le péril croît aussi ce qui sauve » ?

Emmanuel CAULIER
Avocat au Barreau de Paris,
Recteur de l’Université
Internationale de Brazzaville






16 Abréviations
ADP : Alliance démocratique du peuple
AFDLC : Alliance des forces démocratiques pour la
libération du Congo
AMP : Alliance pour la majorité présidentielle
APR : Armée patriotique rwandaise
APRONUC: Autorité provisoire des Nations Unies au
Cambodge
ARS/ LRA : Armée de résistance du Seigneur
ATNUTO/UNTAET : Administration transitoire des
Nations Unies au Timor Oriental
BIRD : Banque internationale pour la reconstruction et le
développement
OIT : Organisation Internationale du Travail
BM/ WBGroup : Banque Mondiale
CARE : Association de solidarité internationale
CCP : Commission de consolidation de la paix
CEDEAO : Communauté économique des Etats de
l’Afrique de l’Ouest
CEEAC : Commique des Etats de l’Afrique
centrale
CEI : Commission électorale indépendante munauté des Etats indépendants
CERF : Fonds central d’intervention pour les urgences
humanitaires de l’OCHA
CIAT : Comité international d’accompagnement et de
transition
CICR : Comité International de la Croix-Rouge
CNDP : Congrès national pour la défense du peuple
CNR : Conseil national de résistance
CODECO : Coalition des démocrates congolais
CONADER : Commission nationale de démobilisation, de
désarmement et de réintégration
CSD : Conseil supérieur de défense congolais
17 CSNU : Conseil de sécurité des Nations Unies
CSRP : Comité de suivi de la réforme de la police
DDR : Désarmement, démobilisation et réinsertion
DDRRR : Désarmement, démobilisation, rapatriement,
réinsertion et réintégration
DSCRP : Document stratégique pour la réduction de la
pauvreté intérimaire
DSRP-I : Document statique pour la réduction de la aire
EUFOR : Opération militaire de l’Union européenne en
RDC
EUPOL-Kinshasa : Opérations d’aide à la reconstruction
de la police nationale congolaise
EUSEC-RDC : Opérations d’aide à la reconstruction des
forces armées congolaises
FAR : Forces armées rwandaises
FARDC : Forces armées de la République démocratique
du Congo
FAZ : Forces armées zaïroises
FDLR : Force démocratique de libération du Rwanda
FINUL : Force Intérimaire des Nations Unies au Liban
FMI/ IMF : Fonds Monétaire International
FNI : Front des nationalistes et intégrationnistes
FNUAP : Fonds des Nations Unies pour la Population
FNUOD : Force des Nations Unies chargée d’observer le
désengagement
FORPRONU : Force de protection des Nations Unies en
Yougoslavie
FPJC : Front populaire pour la justice congolaise
FPR : Front patriotique rwandais
FRPI : Front patriotique de résistance en Ituri
GANUPT : Groupe d’assistance des Nations Unies pour la
période de transition
GMRRR : Groupe mixte de réflexion sur la réorganisation
et la réforme de la police
18 GTSE : Groupe technique de sécurisation électorale
HCR/UNHCR : Haut Commissariat des Nations Unies
pour les réfugiés
ISAF/ FIAS : Force internationale d’assistance et de
sécurité
MANUA : Mission d’assistance des Nations Unies en
Afghanistan
MINUAD : Mission des Nations Unies et de l’Union
africaine au Darfour
MINUAI : Mission d’assistance des Nations Unies en Irak
MINUAR : Mission des Nations Unies pour l’assistance
au Rwanda
MINUEE : Mission des Nations Unies en Ethiopie et en
Erythrée
MINUK : Mission des Nations Unies au Kosovo
MINUL : Mission des Nations Unies au Libéria
MINURCAT : Mission des Nations Unies en République
Centrafricaine et au Tchad
MINURSO : Mission des Nations Unies pour
l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental
MINUS : Mission des Nations Unies au Soudan
MINUSTAH : Mission des Nations Unies pour la
stabilisation en Haïti
MINUT : Mission intégrée des Nations Unies au Timor
Leste
MLC : Mouvement pour la libération du Congo
MONUC : Mission de l’Organisation des Nations Unies
au Congo
MONUIK : Mission d’observation des Nations Unies pour
l’Irak et le Koweït
MONUSCO : Mission de l’organisation des Nations Unies
pour la stabilisation du Congo
MRC : Mouvement révolutionnaire congolais
MRLZ : Mouvement révolutionnaire pour la libération du
Zaïre
19 OCDE : Organisation de coopération et de développement
économique
OCHA : Bureau de la coordination des affaires
humanitaires des Nations Unies
OEA : Organisation des Etats américains
OIF : Organisation internationale de la francophonie
OIM : Organisation internationale pour les migrations
OMP : Opération de maintien de la paix
OMS : Organisation mondiale de la santé
ONG : Organisation non gouvernementale
ONUCI : Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire
ONUMOZ : Opération des Nations Unies au Mozambique
ONUSAL : Mission d’observation des Nations Unies au
Salvador
ONUSOM : Opération des Nations Unies en Somalie
ONUST, Organisme des Nations Unies chargé de la
surveillance de la trêve
OSCE : Organisation pour la sécurité et la coopération en
Europe
OTAN : Organisation du traité de l’Atlantique nord
OUA : Organisation de l’unité africaine
OXFAM : Oxford commitee for famine Relief,
Association internationale humanitaire
PALU : Parti lumumbiste unifié
PAM : Programme alimentaire mondial
PAREC : Coalition des patriotes résistants congolais
PEG 1,2 : Programme économique du gouvernement
PESC : Politique européenne de sécurité commune
PESD : Politique européenne de la sécurité et de la
défense
PGF : Plan global de formation de la police congolaise
PIG : Programme intérimaire du gouvernement congolais
PIR : Programmaire renforcé/ économique
PNC : Police nationale congolaise
20 PNDDR : Programme national de désarmement, de
démobilisation et de réinsertion
PNUD : Programme des Nations Unies pour le
développement
PPRD : Parti du peuple pour la reconstruction de la
démocratie
PPTE : Pays pauvre très endetté
PRC : Programme relais et de consolidation économique
PRP : Parti révolutionnaire populaire
RCD : Rassemblement congolais pour la démocratie
RCD-ML : Mouvement de libération du rassemblement
constitutionnel démocratique
RCD-N : Rassemblemocratie
nationale
RENACO : Regroupement des nationalistes congolais
RSS : Réforme du secteur de sécurité
SADC : Communauté de développement de l’Afrique
Australe
SMI : Structure militaire d’intégration du Congo
TPIR : Tribunal pénal international pour le Rwanda
UA : Union africaine
UDEMO : Union des démocrates mobutistes
UE : Union européenne
UNAVEM II : Mission de vérification des Nations Unies
en Angola
UNFICYP : Force des Nations Unies chargée du maintien
de la paix à Chypre
UNGOMAP : Mission des bons offices des Nations Unies
en Afghanistan et au Pakistan
UNICEF : Fonds des Nations Unies pour l’Enfance
UNMOGIP, Groupe d’observateurs militaires des Nations
Unies pour l’Inde et le Pakistan
UPDF : Uganda People’s Defence Forces/ Forces armées
ougandaises
UPI : Unité de police intégrée
21 UPRDI : Union des patriotes résistants pour le
développement
22 Notes d’introduction sur la République démocratique
du Congo
La République démocratique du Congo (l’ex- Zaïre) ou
RDC, appelée familièrement Congo-Kinshasa pour la
différencier du Congo-Brazzaville, est un pays d’une très
2grande superficie de 2,3 millions de km , soit environ
quatre fois plus que la France et 33 fois plus que le
Benelux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). Partageant
neuf frontières avec ses voisins, le Congo-Kinshasa est un
pays totalement enclavé, sauf quelques kilomètres de côtes
en bordure de l’océan Atlantique. Il jouxte à l’est la région
des grands lacs africains constituant ainsi la frontière avec
les « pays francophones » au nord et les pays
« anglophones » au sud-ouest. En raison de sa grande
superficie, de ses énormes richesses et de son importante
population, il demeure l’un des géants de l’Afrique au côté
de l’Egypte, du Nigeria et de l’Afrique du sud.
Le Congo-Kinshasa est la pays africain qui a le plus
d’ethnies puisqu’il en a 250 réparties en plusieurs groupes.
Le premier est formé par les peuples bantous (env. 80 %
de la population) dont les principales ethnies sont les Luba
(18 %), les Mongo (17 %), les Kongo (12 %) ainsi que les
Hutus et les Tutsis (10 %) ; les autres ethnies bantoues
sont les Lunda, les Tchokwé, les Tétéla, les Bangala, les
Shi, les Nandé, les Hundé, les Nyanga, les Tembo et les
Bembé. Les ethnies non bantoues se répartissent entre les
Soudanais (Ngbandi, Ngbaka, Mbanja, Moru-Mangbetu
et Zandé), les Nilotiques (Alur, Lugbara et Logo), les
Chamites (Hima) et les Pygmées (Mbuti, Twa, Baka,
Babinga). Les Nilotiques et les Chamites, qui ont jadis
quitté la vallée du Nil, ont été confrontés aux migrations
bantoues, mais ont dû peu à peu laisser la place.
23 La plupart des Congolais sont de religion chrétienne. Les
catholiques forment 40 % de la population, les protestants,
35 % et les kimbanguistes 10 %. Il existe également de
petites communautés musulmanes (9 %), juives et
grecques orthodoxes.
Outre le paysage ethnique divers et varié, cette ancienne
colonie belge est l’un des pays les plus multilingues de
toute l’Afrique. En effet, le Congo compte quelque 200
langues pour une population estimée à plus de 72 millions
1d’habitants en 2010 . À ce jour, on recense 186 langues
appartenant à la famille bantoue et parlées couramment
par plus de 80 % de la population congolaise (Bembé,
Béra, Budu, Chokwe, Fulero, Kanyok, Mongo, Ntoma,
Shi, Tétla, Zandé, Kinyarwanda). Cette dernière n’est pas
une langue congolaise, mais une langue étrangère issue de
transferts de populations venant à l’origine du Rwanda
voisin à l’époque du Congo belge (vagues de 1905, 1928-
1929, 1940-1943, 1950-1952) et elle est parlée
couramment par les Banyarwanda qui sont généralement
des réfugiés Hutus et Tutsis habitant dans la province du
Nord-Kivu.
Quant aux langues nationales congolaises, à savoir le
swahili (ou kiswahili), le lingala, le kikongo et le tshiluba,
bénéficient d’une plus large audience, d’un plus grand
développement et d’une plus grande expansion au plan
national. Ces langues se sont imposées avant la
colonisation ; elles n’appartiennent théoriquement à
aucune des communautés ethnolinguistiques du pays et
sont surtout employées par les couches sociales les plus
scolarisées outre les plus urbanisées à titre de langues
suprarégionales ou pour la communication interethnique

1 Cf. Statistiques nationales congolaises, janvier 2010 :
http://www.statistiques-mondiales.com/congo_Kinshasa.htm
24 dans les villes. En définitive et en se rapportant au projet
de constitution, datant de février 2006, l’article 1 précise
clairement qu’aux quatre langues nationales se
superposent deux autres langues officielles à savoir le
français et l’anglais.
25





INTRODUCTION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.