//img.uscri.be/pth/14ecf36a4e3efd3b0b0050561da101970105a726
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La Chine à l'horizon 2020

De
215 pages
La Chine, dirigée par un parti unique communiste, impressionne par la rapidité de sa croissance économique. Les dirigeants chinois ont arrêté leurs objectifs pour la Chine à l'horizon 2020. Ces objectifs seront-ils atteints malgré les écueils et difficultés qui pourraient y faire obstacle ? La "montée en puissance pacifique" de la Chine inquiète les pays voisins même lorsqu'ils profitent de la croissance chinoise. Quel sera le rôle de la chine dans sa région à l'horizon 2020, ainsi qu'au niveau de la géopolitique mondiale.
Voir plus Voir moins

La Chine à l'horizon 2020

Points sur l'Asie

Collection dirigée par Philippe Delalande
La collection a pour objet de publier des ouvrages brefs, (200 à 500 pages), sur l'actualité politique, économique, sociale, culturelle en Asie. Ils traitent soit d'un pays d'Asie, soit d'un problème régional, soit des relations de ces pays avec le reste du monde. Ces ouvrages s'apparentent à des essais aisément accessibles, mais sur des bases documentaires précises et vérifiées. Ils s'efforcent, au-delà de l'analyse de l'actualité de prolonger la réflexion sur l'avenir. La collection voudrait, autant que faire se peut, pressentir les questions émergentes en Asie. Elle est ouverte à des témoignages, des expériences vécues, des études systématiques. Les auteurs ont tous une connaissance pratique de l'Asie. Les lecteurs visés sont des personnes soucieuses de s' infonner de l'actualité en Asie: investisseurs, négociants, journalistes, étudiants, universitaires, responsables d'ONG, cadres de la fonction publique en relation avec cette Asie en rapide mutation; où vit la majeure partie de la population du monde.

Déjà parus
PROCREAS, Cambodge: Population et société d'aujourd'hui, 2005. Lucas DOMERGUE, La chine, puissance nucléaire, 2005 Dominique LUKEN-ROZE, Cambodge: vers de nouvelles tragédies ? Actualité du génocide, 2005. Hervé COURAYE, L'alliance nippo-américaine à l'épreuve du Il septembre 2001, 2005.

Chris REYNS, Images du Japon en France et ailleurs: entre
japonisme et multiculturalisme, 2005. J.P. BEAUDOUIN, Zen, Ie torrent immobile, 2005. Sabme TRANNIN, Les ONG occidentales au Cambodge. La réalité derrière le mythe, 2005. Stéphanie BESSIERE, La Chine à l'aube du XXIème siècle, 2005. Nathalène REYNOLDS, L'enjeu du Cahemire dans le conflit indopakistanais,2005. N. SIMON-CORTES et A. TEISSONNIERE (Textes réunis par), Viet Nam, une coopération exemplaire, 2004. Hua LIN, Tribulations d'un Chinois en Europe, 2004. Sang-chlU1 JUNG, Les relations commerciales franco-coréennes,2004. Maria Linda TINIO, Les droits de I 'homme en Asie du sud-est, 2004.

ASIE 21 - FUTURIBLES

Groupe d'étude prospective sur l'Asie

La Chine à 1'horizon 2020

Préface de Hugues de Jouvenel

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; FRANCE L'Harmattan Hongrie Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16
1053 Budapest

75005 Paris

Espace L'Harmattan

Kinshasa

L'Harmattan

ltalia
15

L'Harmattan
12B2260

Burkina Faso
villa 96 12

Fac. Sciences. Soc, Pol. et Adm. BP243, KIN XI
Université de Kinshasa

Via Degli Artisti, 10124 Torino ITALIE

1200 logements

Ouagadougou F ASa

- RDC

BURKINA

www.1ibrairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr
(Ç)L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-00689-2 EAN : 9782296006898

PRÉFACE

Hugues de Jouvenel*

Le Groupe Futuribles, fondé en 1960, s'est, dès le départ, assigné trois objectifs: d'abord, d'essayer de contribuer à une meilleure compréhension du monde contemporain à partir d'une démarche résolument pluridisciplinaire et prospective devant nous permettre de faire le tri entre, d'une part, les phénomènes conjoncturels, voire anecdotiques, qui font souvent la une des médias et, d'autre part, les tendances lourdes et émergentes susceptibles d'avoir un impact majeur sur l'évolution à moyen et à long terme du monde contemporain; ensuite, celui d'explorer ce qui peut advenir, quels sont les futurs possibles qui peuvent découler de la situation actuelle et ceci, dès le départ, en privilégiant les méthodes prospectives plutôt que celles de la prévision qui reposent sur l'extrapolation des tendances du passé; enfin, en espérant ainsi avoir pu « mettre en lumière» les enjeux à moyen et à long terme qui se profilent, d'explorer ce que nous pouvons faire, quelles sont les politiques et les stratégies qui pourraient être adoptées tant par les entreprises que par les administrations publiques, par les pays, voire les grandes régions de la planète.

*

Directeur général du groupe Futuribles

Un think tank (laboratoire d'idées) indépendant tel que Futuribles International se doit ainsi d'être en permanence vigilant vis-à-vis des grandes tendances et mutations qui, notamment sur la scène géopolitique et géoéconomique mondiale, sont de nature à entraîner des bouleversements profonds. Cela emprunte parfois au simple bon sens. Ainsi, avionsnous à cœur, dès les années 60, de souligner que ce que l'on qualifiait alors de «tiers monde» représentait, en termes démographiques, les trois-quarts du monde et ce n'est point un hasard si une des premières conférences internationales organisées par le groupe Futuribles s'est tenue en 1964 à New Delhi. Ce ne fut pas davantage un hasard si, dans les années 70, à l'époque où a été créé le programme «Interfuturs» destiné à étudier « l'évolution future des sociétés industrielles ou avancées en harmonie avec celles des pays en développement », était déjà envisagé un basclJlement deXépicentre de l'économie monde de l'Atlantique vers le Pacifique sous l'impulsion, certes à l'époque, plutôt du Japon et des Quatre Dragons qui, alors, fascinaient par leurs performances. En effet, il nous semblait que s'était instauré en Asie un cercle vertueux au travers duquel les pays les plus avancés entraînaient dans leur sillon une première génération puis une seconde génération de pays en développement rapide. Pendante était cependant la question de savoir si la Chine effectivement s'éveillerait, immense pays sur lequel étaient avancées autant de raisons d'espérer que de craindre, à propos duquel on voyait déjà poindre d'âpres controverses entre les personnes les mieux averties. C'est pour essayer de dépasser ces controverses, de comprendre mieux les arguments des uns et des autres, que Futuribles International a alors pris l'initiative, avec l'aide de Catherine Bouchet-Orphelin, d'organiser une journée d'étude au cours de laquelle - je crois pouvoir le dire - de nombreux excellents spécialistes du monde chinois ont accepté de venir confronter leurs points de vue, leurs analyses, leurs arguments concernant le devenir d'un pays que les uns voyaient peut-être avec un excès de pessimisme mais les autres avec un excès inverse. À partir de cette initiative est né le groupe « Asie 21 » qui maintenant, depuis dix ans, constitue, au sein du groupe Futuribles International, un véritable «laboratoire d'idées », assume une 8

fonction de veille permanente vis-à-vis des tendances lourdes, des facteurs susceptibles de les confirmer ou de les infléchir, des tendances émergentes, ce que l'on appelle aujourd'hui les signaux faibles, ces phénomènes dont Pierre Massé disait qu'ils constituaient des «faits porteurs d'avenir» en raison de leur dimension peut-être infune au moment présent mais immense par leurs conséquences futures, des incertitudes majeures concernant l'évolution à moyen et à long terme de la Chine et de l'Asie plus généralement. Alors que la Chine, entre-temps, en raison d'une croissance économique insolente, capte aujourd'hui plus que toute autre l'attention des médias, que sa montée en puissance affole les vieux pays industrialisés d'Occident, déstabilisés par une concurrence trop vite qualifiée de déloyale, par des délocalisations massives, par l'essor de son rôle sur la scène économique et financière mondiale, alors que cette même Chine qui, par certains côtés, fascine et effraie, nombreux sont ceux qui s'interrogent sur le caractère soutenable d'une croissance si vive, le creusement des inégalités et des risques d'explosion sociale et politique, les risques afférents aux dégradations de l'environnement... Il était donc important de faire le point sereinement sur les raisons de craindre et d'espérer. L'occasion nous en fut fournie par le 16e congrès du Parti communiste chinois, en 2002, qui fIXa pour objectif de quadrupler le PIB de la Chine d'ici 2020. L'occasion était trop belle pour un groupe de réflexions prospectives tel que Asie 21 de s'emparer de cet objectif hautement symbolique pour essayer, en prenant appui sur les travaux menés en continu par les membres du groupe Asie 21, et au travers des réunions mensuelles qu'il tient au siège du groupe Futuribles International, de s'interroger: n'était-ce qu'un affichage à destination des Chinois et du monde, ou un objectif souhaitable et réalisable comme l'affirmait alors le parti communiste chinois? Quels étaient, les atouts et les handicaps dont disposait la Chine pour atteindre cet objectif ambitieux, voire - comme certains l'affirment - réussir d'ici là à s'imposer comme la première puissance économique mondiale? À la différence d'instituts spécialisés travaillant les uns sur les questions de sécurité et de défense, les autres sur l'économie, ou d'autres encore sur les aspects sociétaux de la Chine, le groupe 9

Asie 21 a la particularité de réunir, dans un cadre résolument informel et cependant avec un réel professionnalisme, des chercheurs, militaires, universitaires, écrivains, diplomates, consultants, banquiers..., dont les compétences, les centres d'intérêt et les points de vue diffèrent, qui heureusement se rassemblent pour essayer d'accéder à une intelligence supérieure de la dynamique en cours dans le monde chinois. Ce groupe, au demeurant, accueille régulièrement des experts étrangers, y compris bien entendu des experts chinois, ne manque pas une occasion d'auditionner telle ou telle personnalité française ou étrangère susceptible d'enrichir ses réflexions. Prenant en quelque sorte au mot l'objectif assigné par le 16econgrès du Parti communiste chinois, en 2002, de quadrupler le pm de la Chine d'ici 2020, de faire désormais de cet immense pays un des leaders évidents sur la scène géoéconomique et peutêtre géopolitique mondiale, le groupe Asie 21 a d'abord cherché à examiner les objectifs que les Chinois se fIXaient eux-mêmes, à en explorer la cohérence et la faisabilité, à examiner s'il ne s'agissait que d'un rêve ou d'un futur réellement possible. Ainsi la première partie de cet ouvrage s'intitule donc La Chine à l'horizon 2020 selon les Chinois eux-mêmes. Mais si cette montée en puissance de la Chine est durable, nul ne doute qu'elle exerce une influence majeure sur son environnement immédiat, qu'elle suscite chez ses voisins des inquiétudes et des espoirs, qu'elle induise des dynamiques foncièrement différentes au niveau de l'Asie centrale, de l'Asie du sud et du sud-est et, plus généralement, du monde. La seconde partie de l'ouvrage est donc consacrée à La Chine dans sa région à l'horizon 2020. Elle rend compte des analyses qui peuvent être faites concernant le rôle moteur ou frein que peut jouer la Chine dans la région, les inquiétudes que peut susciter son développement très rapide, les espoirs que peut inspirer son ambition de jouer désormais un rôle de leadership régional, en bref le rôle stratégique qui peut devenir le sien à l'horizon 2020 dans les grands équilibres géoéconomiques et géopolitiques mondiaux. Le groupe Asie 21 constitué au sein du groupe Futuribles International était, - me semble-t-ilparticulièrement bien 10

placé, eu égard à la diversité de ses 25 membres permanents qui suivent avec une attention particulière les développements en Chine et en Asie, pour s'efforcer de distinguer l'essentiel de l'accessoire, ce qui relève d'effets d'annonce et ce qui relève des futurs possibles, afm d"explorer quels étaient les avenirs possibles de la Chine dans sa région et dans le monde à l'horizon 2020. Ce livre rend compte de leurs travaux et de leurs réflexions. Il doit permettre, au-delà des clichés un peu faciles véhiculés sur le miracle chinois et/ou le démon asiatique, de mieux comprendre quels sont les atouts et les handicaps de la Chine dans une perspective à moyen et à long terme, de remettre en perspective les avancées et les retards de cet immense pays, les raisons d'espérer et de craindre pour les Chinois eux-mêmes, leurs voisins et le monde, les ambitions affichées, les raisons d'y croire ou d'en douter, les perspectives, en bref les développements de la Chine et les conséquences qu'elles pourraient avoir pour le monde. Loin des clichés faciles - les uns montrant comment la Chine est en train d'acquérir un leadership sur le monde, les autres montrant en quoi les performances de l'économie chinoise ne sont qu'un leurre et combien sont nombreux les facteurs d'explosion interne - ce livre sur La Chine à I }horizon 2020 permet à ses lecteurs d'y voir plus clair sur les atouts et les handicaps d'un pays, ses perspectives de développement à moyen et à long terme - un pays majeur sur lequel, au-delà des apparences et des débats entre spécialistes, une réflexion de bon aloi s'imposait. Je tiens à remercier les membres du groupe Asie 21 pour leur implication et leur travail assidu, pour leur engagement dans une réflexion collective qui, au prix parfois de controverses utiles, permet assurément d'avancer dans l'exploration des futurs possibles de la Chine, du rôle majeur qu'elle pourrait jouer dans le monde de demain.

***

Il

PRÉSENTATION

DES AUTEURS

ANDROUAIS Anne Membre d'Asie 21-Futuribles. Chercheur CNRS, membre de l'école doctorale, directeur adjoint du mastère 2 «développement économique et territorial », Université Paris X. Précédemment, directrice de la mission ORIfCNRS au Japon, conseiller scientifique auprès du recteur à l'Université des Nations unies. Docteur d'État ès sciences économiques. Auteurs d'articles et ouvrages sur le Japon, dont Japon et Afrique: la genèse de relations économiques, in Afrique Contemporaine, N°212, pp. 113129, La Documentation française, Paris 2004.

CHAPONNIÈRE

Jean-Raphaël

Membre d'Asie 21-Futuribles. Ingénieur Supélec. Économiste au département Asie de l'Agence Française de Développement. Ancien conseiller économique en Corée et Turquie. Ingénieur de recherche au CNRS et coordinateur du Centre Asie de l'Université de Grenoble. Chercheur invité à l'Euro Asia Center de l'INSEAD et à l'Institut du sud-est asiatique, Singapour. Auteur de nombreux articles et ouvrages.

DELALANDE Philippe Membre d'Asie21-Futuribles. Économiste-conseil (relations avec l'Asie du Sud-Est), directeur de collections sur l'Asie à rHarmattan. Précédemment, directeur du Bureau Asie Pacifique de l'Agence intergouvernementale de la Francophonie à HanoÏ. (zone de compétence: Cambodge, Laos, Vietnam, Vanuatu). Antérieurement, responsable du département Économie et gestion à l'École internationale de Bordeaux. Docteur ès-sciences 13

économiques, lEP-Paris. Auteur de plusieurs ouvrages dont Le Viêt Nam face à l'avenir, L'Harmattan 2000. EYRAUD Henri Général (CR), ancien élève de St Cyr-Coëtquidan, Ecole supérieure de guerre, Paris; ancien auditeur CHEM-IHEDN, diplômé de l'INALCO (chinois) et de Hong Kong University, licencié èslettres. Auteurs de nombreux ouvrages dont: Chine, la réforme autoritaire, 2001,. China, thinking the possible futures (AEI Washington 1994) ; Lafin de la guerre froide. Perspectives, PUF, 1992. Editeur sur Internet de la lettre mensuelle Question Chine, http://questionchine.free. fr.

GENTELLE Pierre Membre d~Asie 21-Futuribles ; géographe, directeur de recherche émérite au CNRS. Recherches en Chine, Afghanistan, Ouzbékistan, Moyen-Orient; directeur de la collection Asie plurielle, Editions Belin: dernier ouvrage paru: La Chine, un continent et au-delà, La Documentation française 2001.

HÉBERT Patrick Membre d'Asie 21-Futuribles ; responsable de l'Asie à la Direction des risques-pays de CALYON. Précédemment responsable des succursales du Crédit Agricole-Indosuez en Chine, basé à Shanghai. Antérieurement Directeur et administrateur d'une coentreprise, filiale de la Banque Indosuez à Guangzhou, puis Représentant général de la Banque à Pékin. DESS de Sciences économiques (Paris I Sorbonne), diplômé de chinois, Langues 0 (INALCO).

JAN Michel Membre d'AsieZl-Futuribles ; diplômé École de l'Air, ENLOV/Paris (Chinois) et Université de Hongkong. Ancien AFA adjoint près l'Ambassade de France à Pékin. École supérieure de guerre aérienne. Directeur d'un bureau de représentation de 14

stJeiétés à Pékin (1983-87). Écrivain, chercheur indépendant. Nombreuses publications sur l'Asie centrale et orientale, dont: Le Milieu des empires (avec René Cagnat), R. Laffont ; Le Voyage en Asie centrale et au Tibet, Bouquins; L'Atlas de l'Asie orientale (avec G. Chaliand et J.P. Rageau), Seuil; Le Réveil des Tartares, Payot ; La Grande Muraille de Chine (textes), Editions I.N. et P.B. Payot, Cruelle est la terre des frontières, Payot.

LAMBALLE Alain Général de brigade (CR). St-Cyr. Docteur en sociologie politique. Diplômé Langues 0 (INALCO) en hindi, ourdou et hongrois. Diplômé de l'université de Delhi en hindi. Diplômé du Centre des Hautes Études sur l'Afrique et l'Asie Modernes (CHEAM). Postes diplomatiques en Europe occidentale (Royaume-Uni), Europe centrale (Hongrie, Autriche ), Europe balkanique (BosnieHerzégovine) et Asie du sud (Inde, Pakistan, Sri Lanka, Maldives). Publications: Le problème tamoul à Sri Lanka, L'Harmattan, 1985 et nombreux articles, en majorité sur les problèmes politiques, économiques et militaires de l'Asie du Sud. PERELMAN Rémi Membre d'Asie 21-Futuribles; ingénieur agronome INA, breveté ORSTOM (sciences humaines), CHEAM 1985. Précédemment: diverses responsabilités en aménagement du territoire rural et urbain (DATAR et divers) puis en relations internationales/Asie (ministère de l'Equipement - Direction des affaires internationales, ministère des Affaires étrangères - Direction des relations culturelles, scientifiques et techniques, ministère de l'Equipement Conseil général des Ponts et Chaussées). Ancien délégué général de Stratégies Asie-Pacifique, lancement du serveur francophone Sources d'Asie 1996-2000, www.sources.asie.free.fr. PERRIN Jean Membre d'Asie 21-Futuribles ; ministre pléni- potentiaire, ambassadeur (E.R.). En poste à Rangoun, Bangkok, Calcutta, Hong Kong, Tokyo, Kuala Lumpur. Chargé d'affaires en Iran, 15

ambassadeur en Malaisie~ en Azerbaïdjan. Secrétaire général de la Conférence Internationale sur le Cambodge (1989). Chef de mission de l'OSCE en Estonie. Missions scientifiques au Bhoutan, dans le Grand Nord sibérien, à Sakhaline. Auteur de L'inconnu japonais, de contributions, articles dans des ouvrages de référence, revues spécialisées. Langues: russe, chinois, japonais, thaï, birman. RAILLON François Membre d'Asie 21-Futuribles; directeur de recherche au CNRS et directeur du Centre d'Asie du Sud-Est à l'École des Hautes études en sciences sociales. Spécialiste de l'Asie du Sud-Est et plus précisément du monde malais-insulindien. Auteur, entre autres, de L'Indonésie 2000, pari industriel et technologique, Paris, Presses du CNPF 1988; L'Indonésie: la réinvention d'un archipel, La Documentation française, 1999. ZHANG Lun Maîtrise d'économie, université de Shenyang, mastère de sociologie, Université de Pékin, docteur en sociologie ERESS, Paris. Directeur du centre indépendant nouvellement créé: centre d'études Euro Chine (CEEC). Organisateur de forum à l'Association internationale des techniciens, experts et chercheurs; chargé de cours de chinois à l'École normale supérieure de Cachan et à l'ESTP, membre du comité de rédaction de plusieurs revues sur la Chine, auteurs de nombreux ouvrages et articles en chinois, anglais ou français dont Les intellectuels en Chine depuis la mort de Mao, Fayard, 2003. ***

16

c:::. C) IJ"';

"'i~

17

PREMIÈRE PARTIE

LA CHINE À L'HORIZON SELON LES CHINOIS

2020

CHAPITRE 1

L' AVENIR DE LA CHINE A L'ÉPREUVE DES DÉFIS
Essai de prospective selon un Chinois

Zhang Lun

L'un des grands traits de l'évolution actuelle de la Chine est sa différenciation économique, sociale et politique accélérée. Elle se traduit par une diversification des opinions sur la situation présente et l'avenir de la Chine. Ceci nous oblige à adopter une attitude prudente quant à la façon dont les Chinois perçoivent l'évolution de leur pays. Nul ne pouvant désormais prétendre être l'interprète exclusif de ces opinions, un Chinois propose ici son analyse parmi d'autres. Pour essayer de prévoir l'avenir, la meilleure méthode, et même la seule, consiste à regarder le passé et le présent. Nous analyserons d'abord les facteurs qui ont permis à la Chine de connaître une telle évolution, la croissance économique étant l'élément le plus spectaculaire. Puis, nous dresserons un tableau des grands défis auxquels la Chine est et sera confrontée. A travers cette présentation, nous tenterons de comprendre les logiques nous permettant d'avoir des positions optimistes ou pessimistes sur la Chine du futur.

I. Les facteurs favorables
D'innombrables articles tentent d'éclaircir, a posteriori, les facteurs qui ont conduit la Chine vers sa réussite économique. Nous les résumons ici de manière synthétique, au risque de simplifier les choses. La capacité extraordinaire des acteurs. C'est, de notre point de vue, le moteur essentiel du dynamisme économique chinois. La volonté d'améliorer la vie matérielle et de gagner en dignité personnelle, familiale et même nationale, incite les différents acteurs à travailler, à inventer et à franchir avec audace les barrières idéologiques et politiques. Sans ce dynamisme des acteurs, l'économie chinoise ne serait certainement pas ce qu'elle est aujourd'hui. Nous trouvons ici des racines culturelles, comme nous l'avons vu dans l'histoire de chaque dynastie. A chaque fois que les autorités laissèrent un peu d'espace aux paysans, ceux-ci répondirent par une vitalité surprenante et produisirent des richesses donnant une période de prospérité. Ce dynamisme suppose naturellement des conditions institutionnelles et politiques que sont la stabilité politique, les politiques de réformes depuis plus de deux décennies et l'ouverture au monde de l'économie chinoise. Ces facteurs ont largement contribué à changer la donne. Malgré certaines perturbations au cours des différentes phases de mise en œuvre, les orientations de ces politiques ont été maintenues. Elles ont permis à la Chine de s'intégrer dans «la grande circulation économique mondiale », pour reprendre une expression lancée par l' économiste Wang Jian au milieu des années 80. Aujourd'hui, plus de 70% du pm est directement lié au commerce internationall. L'ouverture du pays a donné l'opportunité aux Chinois d'emprunter aux étrangers de nouvelles technologies et d'attirer des investissements massifs externes dont une part importante provient des Chinois d'outre-mer, de Hong Kong en particulier.

Vue Jianyong, Gongyehua : zhongguojueai de hexinliliang (L'industrialisation: la force centrale de la montée en puissance de la Chine), Fenghuang zhoukan (Hebdomadaire Phénix), 2006, n° 1. 22

La réforme et l'ouverture de la Chine ont coïncidé avec la phase de restructuration économique de certains pays asiatiques, au cours de laquelle des délocalisations industrielles sont devenues inévitables. La Chine en a bien profité. L'amélioration du système administratif et de l'organisation productive a créé l'une des conditions favorables à cet investissement. Le boom économique des années 1990 au niveau mondial a également été un promoteur de la croissance chinoise. Mais cette conjoncture internationale favorable, est en premier lieu politique. Sans elle, les politiques chinoises de réforme et d'ouverture n'auraient guère été possibles. Durant la décennie 1980, l'Occident, dans une stratégie d'encerclement de l'ex-URSS, a encouragé la Chine à s'associer avec lui par des initiatives économiques, politiques et culturelles et même militaires. A cela s'est ajoutée une ex-URSS piégée par sa guerre en Afghanistan. La situation internationale n'avait jamais été aussi favorable à la Chine depuis un siècle et demi. Le relâchement de la pression a permis à la Chine de redéployer ses ressources, fortement limitées, vers le développement économique. Les bases industrielles établies avant la réforme au service de l'armement militaire, doivent désormais suivre la logique du marché. Elles avaient été construites avec l'aide des Russes dans les années 1950, grâce à l'exploitation excessive des paysans et au détriment de la progression du niveau de vie des citadins pendant trois décennies. La surabondance de main d'œuvre, le plus grand réservoir du monde, a également facilité la conquête par les produits chinois du marché international. Le bien-fondé de certaines politiques de développement, comme le choix du développement d'Internet dans la première moitié de la décennie 90, a aussi contribué à la réalisation de la performance économique chinoise. Mais la réussite passée n'incite pas forcément à croire en un futur prometteur. Une idée fondamentale de la pensée chinoise traditionnelle nous enseigne que l'échec est souvent en gestation dans la réussite. En fait, chacun des facteurs que nous avons dénombrés contient également un aspect négatif ou une tendance insidieuse, capable de le transformer en élément défavorable pour 23