//img.uscri.be/pth/ba0bb05f9b423ef6451fd859125d1ac515fe1fe1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Chine en Afrique

De
94 pages
Le décollage économique de Pékin et des autres pays Brics (Inde, Russie, Brésil, Afrique du Sud) bouleverse la donne économique mondiale. Or ces pays ont un grand besoin des matières premières dont regorge l'Afrique afin de développer et soutenir leurs économies. Ce livre propose de démêler l'écheveau des stratégies économiques des partenaires du continent africain et de pénétrer les arcanes de la diplomatie et des relations économiques internationales.
Voir plus Voir moins
 
 
 
 
LA CHINE EN AFRIQUE
La Chine en concurrence avec les anciens partenaires de l’Afrique et les pays Brics
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  © L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56690-3 EAN : 9782296566903
 
Julien Bokilo 
 
 
LA CHINE EN AFRIQUE
La Chine en concurrence avec les anciens partenaires de l’Afrique et les pays Brics
 
 
 
 
   
 
 
L’Harmattan  
Études Africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa
Dernières parutions
Constant SOKO,Les Entrepreneurs Informels en Côte d’Ivoire. Entre l’État, le marché et les circuits de financement, 2011. Alphonse NDJATE,La police des étrangers sous le règne du maréchal Mobutu, 2011. Pierre AKINWANDE,Négritude et francophonie, 2011. Arlète TONYE,Épargnants d’Afrique, inquiétez-vous !, 2011. Patrice ITOUA « Lepatrick »,Le cinquantenaire économique du Congo-Brazzaville. Fonctionnariat et entreprenariat, 2011. Pape Moussa SAMBA,Léopold Sédar Senghor, philosophe de la culture, 2011. François Lonsény FALL, Mon pari pour le Guinée. Le changement est possible, 2011. Emmanuel YENSHU VUBO,Inventer un nouvel espace public en Afrique. Le défi de la diversité ethnique, 2011. Yaya KONE,Anthropologie de l’athlétisme en Afrique de l’Ouest, La condition de l’athlète, 2011. Anna M. DIAGNE, Sascha KESSELER, Christian MEYER (éd.),Communication Wolof et société sénégalaise. Héritage et création, 2011. Fabrice AGYUNE NDONE,Changement social chez les Makina du Gabon,2011. B. H. MOUSSAVOU,Prisons africaines. Le cas du Gabon, 2011. MOTAZE AKAM, La sociologie de Jean-Marc Ela, 2011. Léon Modeste NNANG NDONG,L’effort de guerre de l’Afrique. Le Gabon dans la Deuxième Guerre mondiale (1939-1947), 2011.
REMERCIEMENTS   J’adresse mes plus vifs remerciements à Mme Françoise Pessiot Mokélé, M. Jean-M arie Pessiot, M. Armand Moyikoua, M. Thierry Pairau lt, M. Emmanuel Okamba, M. Jean Pierre Cabestan, M. Félix Ibara Ndely, M. François Manga-Akoa. Il me faut aussi remercier M. Lauric Ngouébé, M. Jean-M arie Adoua, M. Damase Bienvenu Bokilo, Mme André- Opa-elion et M. Mireille George Sassé, Mme Jorlin Gassongo Mireille pour les nombreux conseils qu’ils m’ont prodigués. L’environnement de travail es t un élément essentiel pour le dynamisme d’une recherche. J’ai pu bénéficier de l’esprit amical et stimulant des écoles doctorales : que ces différentes équipes en soient remerciées, en particulier Mme Elisabeth Alles, M. Henri-Joseph Parra, M. Rémy Bazenguissa-Ganga, M. Pap Ndiaye, Mme Elisabeth Dubois, M. François Durpaire et à M. Roger Meunier.             
 
                          
Sommaire  Préface : ......L’Afrique et la Chine : un compte de faits 9  Introduction générale .................................................. 17 I-Lutte d’influence entre la Chine et  les alliés traditionnels : USA et la Franc ................. 19  1- La course aux matières premières africaines  détériore les relations entre les deux grandes  puissances USA et Chine ......................................... 32  a)- Origine des nouvelles stratégies américaine  et chinoise en Afrique ........................................ 39  b)- Le pétrole et les matières premières à l’origine  des tensions ........................................................ 44  c)- Boycott par la Chine des décisions du conseil de sécurité soutenu par les USA ......................................... 53  Conclusion ..................................................................... 56  II- L’Amérique peut-elle utiliser les Afro-américains et leslobbiesévangéliques pour ralentir la progression chinoise en Afrique ? .......................... 57   1- L’enjeu du retour des Afro-américains en Afrique  sur la politique extérieure des États-Unis ................ 59  2- Leslobbiesévangélistes peuvent-ils servir  de réseau pour la stratégie d’enracinement  américaine en Afrique ? .......................................... 64  
 
7
a) De quelle manière les Américains - arriveront-ils à réaliser leurs stratégies ? ........... 66  Conclusion ..................................................................... 68  III- Face à la Chine, les aut res pays Brics s’invitent  à la conquête du marché africain ......................... 69  1- Coopération économique entre pays émergents  et africains ............................................................... 71  2- Facteurs de différentiation ....................................... 81  Conclusion ..................................................................... 85  CONCLUSION GENERALE ..................................... 86  BIBLIOGRAPHIE…………………………………… 88  
  
 
              
8
PRÉFACE  L’Afrique et la Chine : un compte de faits…   Les relations entre la Chine et l’Afrique sont souvent l’objet de réactions plus émotionnelles que réfléchies. Tout le monde lit et retient que la Chine serait la deuxième puissance mondiale. L’expr ession est extrêmement malheureuse ; elle est réminiscente de l’époque de la guerre froide quand tout le mondesavait qui était les « bons » et les « méchants » et tente de ressusciter cette période en assignant à la Chine un rôle immédiatement intelligible : tous ses actes seraient forcément malintentionnés comme le fu rent autrefois ceux de l’URSS ou encore ceux du Japon. Certes la Chine est la deuxième plus grosse économie (et non « puissance ») derrière les États-Unis — et encore doit-on exclure de ce décompte l’Union européenne qui arriverait en tête. Malgré ses succès, la Chine n’est encore fondamentalement qu’un pays en voie de développement. Si la Chine était un pays africain, elle se rangerait au dixième rang du continent en termes de création de richesse par tête en parité de pouvoir d’achat, juste derrière l’Algérie et la Tunisie, loin derrière l’Afrique du Sud, l’Île Maurice, le Botswana et le Gabon, et encore plus loin derrière la Libye, les Seychelles, la Guinée équatoriale… L’indice de développement humain donne de la Chine une image légère ment plus favorable et la place au cinquième rang des pays africains et au 89e rang des 169 pays évalués par le PNUD pour 2010. Que la Chine puisse, du fait de son poids économique, jouer un rôle de plus en plus impo rtant dans l’économie mondiale ne signifie pas qu’elle puisseipso factoconvertir sa course aux matières premières et a ux débouchés en une stratégie
 
9