//img.uscri.be/pth/122a304a18163b13df876050475ad1b03e87840e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La chute de la Sarkozye

De
330 pages
Avec ce livre, Charles Debbasch achève l'analyse de la société française et internationale durant le mandat de Nicolas Sarkozy. Il livre ses réflexions sur les mutations de la France dans la période charnière marquée par la campagne présidentielle et l'échec de Sarkozy : cette chronique aidera à mieux comprendre les lignes de force de la France contemporaine.
Voir plus Voir moins
c aL de hutearkola ShCoryz e eedinuq dna  linqun utanneuqBS N :79I99743-138-2-296-l ecerviAe 3 cevDes asbbCh, learnala elhcvèhca ciéta sode lyse i te esiaçnarf édue alontinaerntiN ealocaS szokrntrae  lndma datedc sea nneé s02y. Tout au long olevéd e tse épp2,01-211ndmoe  lcénosi eeu .moqiué psecoa crar llee s urgeen dnt selv es seLpuepreconduisant de e  nerufamhluesrzykoar Sasolic N.stnatros sel erécher dtentour erp f iaottuv  acc aceen séetuencs al ruetni enèr à appee macetttcoiélidrpsé n :usplob s, reforésemruop om rnredrnationale, adopitnod u ntsly eiul tnemevissergecch é :peapch éec .rFnal  asire propays le Maisgariud eennev ,sau ge.chén S àattcoisnl a xué elt européocales eotcuna tap réh egauc la ourthe pdur erèvà ecaf empcaa  La sneag aottreu ,avs açois Hollande, lsuaraK-s ,nhnarF vledeaullviSte pas ère adhce nrFnaL  azo.yaSkre vriè llee que dipar sulp rerévdes élit relève iaetu enll eoshumae  eisiaocsmli tnas uaruoptua e exongune l duotiré idneecépircoa li qu e allanruoj ud tiudniques ques politti en a eald ororppr.tes pa asur ,rehciaL uetuss ep er-elAhRnô lipes ses vre noixeérel rus stitamus  ldes onL  eoMdn euaF giaro en passant pJ raenuerfA euqit  e gleuprodee lociN ed cehcélt  eleeltienidésa diqieurhnoetc  cetzy ;arkoas S edorahc ettirépan dces Fra ceanapng erp ralc marquée panière maltcufas dre  désA .eniared égérgs Dearlech abbas à42io t ,hCa snndre lre lesneig areim à xuepmoc France contempo sedf roecd  eal drecau . lembMeagdEaF renibd tuniversice de lM-raesliétà A xissa dntva aé,ltnedisérp al reru jeuplus le  étéafucd  eyoneend  tancsigidra .neécSpliiae sts ded  ealR pébuiluqe sous le septenoc été arelliesnpra  l àceenidés àlru etaoidÉcutionn na il ale,eg.sC ahd ovuarxantaineune soietuad ruse ll ttima In.-Lrén yoiLébni éuahpesD pres de oupee grl égirid tnemmaot n ail, asdiméSCH_DOS24_CHUTE_iaesH._CFPD_BEABpuRéiqbl tueologsérpnedied t al  spéller du cialere intssnie tocurjoaut mii hudbeD selrse hcsab11/6111/2512:SARKOZYE.indd
La chute de la Sarkozye
Chronique de la fin d’un quinquennat
0
Charles Debbasch
             
                    
   
L
A
 
C
H
U
T
E
 
D
E
 
      
 L  
                  
A
 
S
A
R
K
O
Z
Y
E
 
 
Charles Debbasch           LA CHUTE DE LA SARKOZYE   CHRONIQUE DE LA FIN DUN QUINQUENNAT                         
 
 
   
                                
        © L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-99743-1 EAN  :  9782296997431  
I NTRODUCTION  
  La vie politique est impitoyable. Les courtisans tressent des couronnes de laurier au leader victorieux. Ils lancent des flèches empoisonnées à ceux qui perdent le pouvoir. Durant ce quinquennat, Nicolas Sarkozy aura vu se prosterner devant lui tous les seigneurs du système avant de les voir quitter son entourage, parfois de façon souterraine et parfois dans un mode brutal. Il aura exercé, il est vrai, dans les deux premières années de son quinquennat, un pouvoir quasi absolu qui sest ensuite effiloché au fur et à mesure que sadditionnaient les échecs électoraux. En ce sens, la défaite présidentielle était largement induite par la perte de presque tous les bastions locaux et la chute du Sénat naguère si conservateur dans les bras de la gauche. Aujourdhui que léchec est consommé, chacun semploie à noircir le tableau du quinquennat. Sarkozy serait la victime de ses erreurs de style : une soirée au Fouquets, une croisière sur le yacht dun industriel et un « Casse-toi pauvre con » lancé à un trublion. Vétilles que tout cela, mais la difficulté que Nicolas Sarkozy a éprouvée à trouver un style présidentiel adéquat a eu une influence indéniable. Passant de la familiarité excessive à un rigorisme disproportionné, il a choqué les partisans de la présidence gaullienne. Son style de gouvernement en lignes brisées lui a également fait perdre beaucoup de terrain. Discours divergents sur lAfrique, alliances en ordre dispersé tantôt avec la Grande-Bretagne, tantôt avec lAllemagne, Kadhafi reçu en grande pompe avant dêtre mitraillé. La Sarkozye a souffert aussi dune inadéquate gestion des hommes. Les plus emblématiques des ministres Dati, Yade ou
7  
Darcos remerciés, Fillon en sursis au bénéfice de Borloo avant dêtre à nouveau adoubé. Il serait injuste de sarrêter là et doublier la brillante représentation de la France sur le plan international, lamorce de la gestion rigoureuse des dépenses publiques, lindispensable réforme des retraites et la gestion maîtrisée des crises internationales ou internes. En réalité, Nicolas Sarkozy paie, comme les autres dirigeants européens, la note de la crise économique. Cest à elle quil doit son échec. Comme naguère Valéry Giscard dEstaing, il est la victime expiatoire du désastre économique et financier. Tous les défauts qui sont aujourdhui portés au passif du président sortant ne sont que des explications dérisoires par rapport à lessentiel. Quand léconomie va mal, les citoyens se vengent en renvoyant leurs dirigeants. Nicolas Sarkozy est le premier élu du quinquennat qui se voit refuser un second mandat.
8  
S ARKOZY : PRÊCHER L ' OPTIMISME  DANS UNE SOCIÉTÉ INQUIÈTE  
6 janvier 2011
Il n'était pas facile pour Nicolas Sarkozy de prêcher l'optimisme pour 2011. Les Français sont en effet troublés par la situation économique. Un sondage réalisé du 30 novembre au 1 er décembre montre que les Français sont champions du monde du pessimisme quant à leur situation économique en 2011, éclipsant même les habitants de pays en guerre comme l'Irak ou l'Afghanistan. Ils sont 61 % à déclarer que la nouvelle année sera synonyme de difficultés économiques, contre 28 % en moyenne dans le monde, 22 % en Allemagne, 41 % en Italie, 48 % en Espagne et 52 % au Royaume-Uni. Le pessimisme des Français a augmenté de dix points par rapport à l'an dernier. Concernant leur situation personnelle, les Français disent craindre à 37 % qu'elle se dégrade. 67 % des personnes interrogées estiment que le chômage va augmenter.
E FRANCE LPSU RÉSISTNAET AUX ALÉAS
U N  É CONOMIQUES  
Tout en reconnaissant cette réalité, le président de la République estime que grâce au travail des Français, à leur courage, à leur capacité d'adaptation, à la force de notre économie, aux avantages de notre modèle social, la récession est moins sévère et d'une durée plus courte que ce que connaissent nombre de nos partenaires. Pour lui, « l'année 2011 s'annonce comme porteuse d'espérance. La croissance revient. Les grandes réformes engagées commencent à porter leurs fruits. Nos universités enfin autonomes s'ouvrent et se modernisent comme jamais elles ne l'ont fait dans le passé Nos entreprises utilisent à 9