La conférence internationale sur la région des Grands Lacs

De
Publié par

Il existe en Afrique un nombre important de Communautés économiques régionales qui connaissent des succès mitigés. En s'occupant uniquement des questions de coopération économique entre les États, elles sont inefficaces lorsqu'une crise sociopolitique éclate. Aucun mécanisme n'est prévu pour servir de cadre de résolution des conflits. La Conférence internationale sur la région des Grands Lacs fut créée après la crise de l'est de la RDC et regroupe douze pays : Angola, Burundi, RCA, Congo, RDC, Kenya, Ouganda, Rwanda, Soudan, Soudan du Sud, Tanzanie, Zambie.
Publié le : dimanche 1 février 2015
Lecture(s) : 4
EAN13 : 9782336369174
Nombre de pages : 296
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Jérôme O
La conférence internationale sur la région des Grands Lacs Une dynamique nouvelle d’intégration en Afrique
La conférence internationale sur la région des Grands Lacs
Une dynamique nouvelle d’intégration en Afrique
Du même auteur « La France libre sur les ondes. La naissance de Radio/Brazzaville », Association des écrivains de langue françaisen° ʹ, Paris, ͳͻͺͻ. « LesFigures du mythe du général de Gaulle en Afrique noire ». Espoirn° ͺͺ, Paris, ͳͻͻʹ. « Le fleuve Congo, sa vie et son destin historique », Cahiers congolais d’anthropologie et d’histoiren° ͳ͵, Brazzaville, ͳͻͻͶ. Pouvoirs : les sociétés traditionnelles dans la Cuvette congolaise ȋen coll. avec (ubert MaheuȌ, Ed. Collection Patrimoine du Congo, Brazzaville, Nantes, ͳͻͻͶ. Musique et pas de danse en Afrique centrale : le makossa et la rumba,La Savane, Brazzaville, ʹͲͲͶ. Les palmiers à sagous. Essai d’ethnobotanique générale du Congo, La Savane, Brazzaville, ʹͲͲͷ. Tchicaya Opangault Youlou. Vie politique au Congo/Brazzaville 1945-1964, la Savane, Brazzaville, ʹͲͲͷ. « Rencontre entre le Congo et l’Europe »,Histoiregénérale du Congo des origines à nos jours, tome )), ss la dir. de Théophile Obenga, L’(armattan, Paris, ʹͲͳͲ. « (istoire du mouvement syndical au Congo »,Histoiregénérale du Congo des origines à nos jours,tome ))), ss la dir. de Théophile Obenga, L’(armattan, Paris, ʹͲͳͲ. Les relations entre les deux Congo. Évolution et dynamique interne, L’(armattan, Paris, ʹͲͳͳ. L’expérience congolaise du socialisme de Massamba-Débat à Marien Ngouabi, L’(armattan, Paris, ʹͲͳʹ. Brazzaville, capitale de la France libre. Histoire de la Résistance française en Afrique 1939-1944, L’(armattan, Paris, ʹͲͳʹ. e e Hollandais et Portugais au Congo du 17 au 19 siècle. Lescontacts de civilisations, Éd. Presses et Culture, Brazzaville, ʹͲͳ͵. Les mfumu’a’nsye et les mfumu’a’yulu. La dualité du pouvoir traditionnel chez les Kukuya, La Savane, Brazzaville, ʹͲͳ͵. Le Nord/Congo. Histoire et Civilisations,L’(armattan, Paris, ʹͲͳͶ.
Jérôme OLLANDET
La conférence internationale sur la région des Grands Lacs
Une dynamique nouvelle d’intégration en Afrique
-Congo
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr )SBN : ͻ͹ͺ-ʹ-͵Ͷ͵-ͲͶͻ͵͹-͵ EAN : ͻ͹ͺʹ͵Ͷ͵ͲͶͻ͵͹͵
On ne sépare pas la bataille dans le village en l’amenant vers sa propre case. Proverbe africain
A Isabell Kempf, Baudouin Hamouli Pour nos souvenirs communs des premiers moments difficiles de cette Conférence.
INTRODUCTION
Pourquoi une région si riche en ressources naturelles, humaines et spirituelles dont les États pourraient gagner la bataille du développement à travers une coopération sincère entre eux, s’affaiblit-elle dans de perpétuels conflits violents et meurtriers ? L’Afrique centrale et la régiondes Grands Lacs, seraient-elles une zone qui prouverait alors labelle théoriede la malédiction des ressources naturelles, c’est-à-dire, celle du fameuxsyndromequi veut que la richesse naturelle hollandais pousse à la paresse et aux conflits ? Pourquoi tant de guerres dans cette partie du monde ? La région est-elle condamnée à jamais aux crises permanentes qui seraient alors aujourd’hui le reflet de la nouvelle guerre internationale pour la conquête des espaces et des ressources naturelles, ou bien va-t-elle vers une véritable intégration régionale ? Et à quel prix ? Avec la grande crise politique du Rwanda et les images effroyables du génocide qui avaient fait le tour du monde entier, la conscienceunanimede la communauté internationale s’est trouvée quelque peu désarmée pour comprendre un tel niveau d’horreur. Sur le fait, des ouvrages de différentes perspectives ont été publiés pour tenter d’expliquer le phénomène. Et, malgré le nombre important de ces publications, quelques points d’ombre subsistent toujours. Tout d’abord, les différents travaux réalisés sur ces crises sont principalement des écrits de journalistes. Portés souvent vers lesensationnelplutôt que vers l’analyse froide et objective des faits de terrain, ces écrits veulent orienter les consciences en prenant parfois les lecteurs pour denaïfs enfants des cours scolaires. Quand on passe en revue les travaux de certains reporters de radio, aux réalisateurs de quelques documentaires, on tombe des nues en écoutant des conclusions qui sont parfois terribles et terrifiantes. Pour peu qu’on sache lire et comprendre ce microcosme des hommes de la radio, du petit écran et de la presse écrite, on peut alors typer aisément les commentaires, les analyses, les points de vue, voire les ouvrages de ces dits spécialistes desQuestionsafricaines. Les détails fournis par quelques ONG sont parfois plus minables encore. En cas de conflits armés, on tombe
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.