La Démocratie face au défi de l'islamisme

De
Publié par

L'islamisme crée un climat de peur dans le pays, le déstabilise, s'attaque aux principes de la démocratie. Les attentats de janvier et novembre 2015 font partie de cette stratégie. Moins spectaculaires, mais pas les moins dangereuses, sont les attaques contre les libertés de conscience, la laïcité, l'égalité des hommes et des femmes, fondements de la vie commune. Face à cet habillage religieux d'un projet totalitaire, nous devons rendre à la politique tout son espace, en refusant d'assimiler les fanatiques à des opprimés, et les opprimés à des fanatiques. Gagner cette guerre des idées c'est éviter la guerre par les armes dans laquelle on voudrait nous entraîner.
Publié le : dimanche 1 mai 2016
Lecture(s) : 25
EAN13 : 9782140008658
Nombre de pages : 202
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Q
)
o
0
s
.
.
g
.
. .
d C
Roger Évano contemporaines Q LA DÉMOCRATIE FACE AU DÉFI DE L’ISLAMISME
Questions contemporaines
La démocratie face au défi de l’islamisme
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions András István TÜRKE,La géopolitique des premières missions et opérations de l'Union européenne en Afrique, nouvelle édition,2016.Yves LE DUC,La valeur des diplômes, 2016. Jean-François DE LE MARANDAIS, Martine PEYRARD-MOULARD,Chômage, la courbe qui ne voulait pas s’inverser !, 2016 Michel ADAM,Jean Monnet, Citoyen du monde, Une pensée pour aujourd’hui, Seconde édition,2016. Emmanuel NKUNZUMWAMI,La France inquiète face à son avenir, Des élections européennes de mai 2014 à l’élection présidentielle de mai 2017, 2016. Marc NABETH,Quelle sera la protection sociale des Français en 2025 ? Nouveaux enjeux, nouveaux défis, 2016. Nasser BACCOUCHE,: altérité,Le regard de l’étranger minorités et devenir révolutionnaire, 2016. Bernard CROZEL,Y a-t-il une nation pour sauver l’Etat ?, 2016. Julien GARGANI,Crises environnementales et crises socio-économiques, 2016.
Roger ÉVANOLa démocratie face au défi de l’islamisme
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08985-0 EAN : 9782343089850
« Face à l’islamisme, nous sommes incontestablement devant un défi idéologique qui est lancé aux démocraties 1 par les tenants d’un projet totalitaire. » INTRODUCTION Commencé en octobre 2014 et terminé en février 2016, ce livre est celui d’un démocrate qui, confronté à une actualité tragique, ne peut se soustraire à la nécessité de penser notre monde sous le feu du réel. Comme citoyens, notre responsabilité est entière dans la préservation des acquis démocratiques. Tandis que le monde ultra-libéral s’active pour ôter aux peuples les ressources de leur autonomie, le cauchemar totalitaire se sent pousser des ailes et rallume ses incendies. La variante islamiste est à l’offensive dans nos cités et tous, soucieux du maintien d’un monde commun, nous devons nous opposer au ravage de nos libertés. Revendiqués par Al Qaïda et l’État Islamique, les attentats du 7 et du 9 janvier 2015 à Paris sont les développements des conflits du Moyen Orient, de l’Afrique centrale et de l’Afrique du Nord au cœur de notre pays. Ils font partie d’une stratégie de conquête mainte fois annoncée. Pour la première fois dans notre histoire, une rédaction de journal, Charlie Hebdo, a été décimée pour des motifs à la fois politiques et religieux. Deux jours après, des juifs pris en otage ainsi que deux policiers sont froidement assassinés par un autre terroriste agissant de concert.
1  Mohamed Sifaoui,Pourquoi l’islamisme séduit-il ?,Armand Colin, 210, p.233
7
Les attentats du 13 novembre poursuivent la même logique, en ciblant cette fois la population française indifférenciée. Le seul fait de vivre sa liberté en fréquentant la terrasse d’un café ou une salle de concert devenait un critère pour être considéré par des fanatiques comme un ennemi et donc passible de mort. De nombreux autres attentats ont pu être empêchés par la police ou arrêtés in extremis par de « courageux américains », dans le Thalys et un pompier à Saint-Quentin Fallavier. Alors que nous sommes encore sous le choc du 13 novembre nous apprenons la prise d’otages à Bamako et la mort de onze policiers à Tunis. La liste ne cesse de s’allonger, dans l’hexagone ou ailleurs. La manifestation unitaire du 11 janvier 2015, la plus massive en France depuis la fin de la seconde guerre mondiale, souligne l’effroi que de tels actes ont provoqué dans une grande partie de la société française et dans le monde. Les quatre millions de participants à cette mobilisation ont montré à cette occasion leur attachement à la liberté d’expression et leur condamnation de l’assassinat des juifs. Le 13 novembre c’est l’esprit du 11 janvier qui a été attaqué. La signification de ces actes terroristes fut clairement annoncée par leurs auteurs et leurs commanditaires. Le but : créer un climat de peur dans le pays, le déstabiliser, s’attaquer à la liberté d’expression, manifester leur haine antisémite, dresser les Français les uns contre les autres. Des questions qui alimentent les débats depuis vingt-cinq ans sont ainsi reposées brutalement : la place des religions dans la société, la frontière entre islam et islamisme, la
8
réflexion sur ce qui unit les citoyens d’un même pays. Il y a bien un problème de l’islam en France. Pour y voir clair (tant l’art d’entretenir la confusion s’est développé dans les polémiques récentes), il nous faut commencer par mettre à part les racistes, les théoriciens des affrontements communautaires. Qu’ils le revendiquent ou non, ils font partie de cette extrême-droite pour laquelle il existe une hiérarchie entre les « races », les religions, les personnes. Cette idéologie, à l’origine des grandes tragédies mondiales, et des conflits actuels, ne considère pas les hommes et les femmes en égale dignité, quelle que soit leur origine, leur religion ou leur absence de religion. En cela elle n’est pas républicaine, l’égalité de tous en étant le principe fondateur. A l’opposé, parmi les antiracistes qui constituent la grande majorité de la population, nous pourrions nous attendre à une belle unanimité. Or il n’en est rien et la confusion règne. En effet, pour une partie de ces antiracistes qui se réclament de la gauche, les ennemis sont les « islamophobes », les partisans de la loi de 2004 sur le port ostentatoire de signes religieux àl’écoleet ceux qui approuvent la jurisprudence du Conseil d’État à propos de la crèche Baby Loup, ainsi que les auteurs qui dénoncent les intégristes de l’islam. Si la gauche est unie pour dénoncer la précarité, l’écart grandissant des revenus, les contrôles au faciès et toutes les mesures inégalitaires, elle se divise sur l’application de la laïcité et la défense des musulmans, jusqu’à prôner une tolérance aveugle envers les pratiques intégristes. Au moment où des fanatiques religieux déterminés vont suivre des formations au Yémen et en Syrie dans le but de commettre des assassinats, des démocrates ne veulent y
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.