la Jordanie et la paix avec Israël

De
Publié par

L'Etat hébreu et le royaume de Jordanie ont, en 1994, signé un traité de paix. Cet ouvrage tente d'aborder les mécanismes qui ont conduit à ce traité. Qu'en est-il aujourd'hui, après les révoltes arabes ? La paix est-elle rentable ? Si oui, ce processus pourrait-il être un argument pour favoriser une paix globale et durable dans "l'Orient compliqué" ?
Publié le : dimanche 1 avril 2012
Lecture(s) : 50
EAN13 : 9782296487314
Nombre de pages : 172
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
 
   LAJ
ORDANIE ET L
   
A 
     
PAIX AVEC 
ISRAËL 
 
                            © L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96948-3 EAN : 9782296969483
Simon VALADOU        LAJORDANIE ET LA PAIX AVECISRAËL      Préface de Jean-Paul Chagnollaud            
Comprendre le Moyen-Orient Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
  Dominique LE NEN,De Gaza à Jénine, Au cœur de la Palestine, 2012. Estelle BRACK,Systèmes bancaires et financiers des pays arabes. Vers un modèle commun ?, 2012. Philippe CONTE,Afghanistan, guerre lointaine ?, 2011. Samson N’Tadadjèl KAGMATCHE,Études comparatives entre les lamassu et les chérubins bibliques, 2011. Ali AOUATTAH,Pensée et idéologie arabes. Figures, courants et thèmes au XXe siècle, 2011. Vivi KEFALA,L’évolution du Liban, les facteurs déterminants, 2011. R. PORTEILLA, J. FONTAINE, P. ICARD, A. LARCENEUX (dir.), Quel État pour quelle Palestine ?,2011. Guillaume VAREILLES,Les frontières de la Palestine. 1914-1947, 2010. Aline BALDINGER,Israéliens – Palestiniens. Libres paroles au-dessus du mur, 2010. Mohamed EL BATTIUI,La Gestion de l'eau au Moyen-Orient, 2010. François SARINDAR,Lawrence d'Arabie. Thomas Edward, cet inconnu, 2010. Marie-Thérèse OLIVER-SAIDI,Le Liban et la Syrie au miroir français (1946-1991), 2010. André POUPART,Adaptation et immutabilité en droit musulman, 2010. Mohammed GUENAD,Sayyid Qutb. Itinéraire d’un théoricien de l’islamisme politique, 2010. Alireza MANAFZADEH,La construction identitaire en Iran, 2009. Firouzeh NAHAVANDI (dir.),Mouvements islamistes et Politique, 2009.
REMERCIEMENTS
La réalisation dun ouvrage tel que celui-ci est toujours laccomplissement dun travail intellectuel et personnel. Ce processus est long, les interrogations et les doutes sont nombreux. La recherche de terrain démultiplie les difficultés et le jeune chercheur se retrouve souvent intimidé par son sujet. Pourtant, des femmes et des hommes, rencontrés au fil de ma recherche, mont interrogé, encouragé, guidé dans mes tâtonnements. Aussi aimerais-je ici remercier toutes ces personnes qui mont accompagné. En tout premier lieu, le professeur Jean-Paul Chagnollaud qui, dune part, ma fait lhonneur de préfacer cet ouvrage et dautre part, avec le concours du professeur Demaldent, ma aidé à définir les contours de ce sujet. De même que MmeFrançoise De Bel Air (auteur d'un formidable travail doctoral sur les enjeux de la démographie en Jordanie) qui, avec ses conseils, son attention, son esprit critique et sa grande connaissance du royaume hachémite, ma permis daborder sereinement ce travail. Les professeurs Al Shalabi et Olwan ainsi que le politologue Ali Kassay mont accompagné dans l'appréhension de la Jordanie avec patience, tolérance et bonté en me faisant rencontrer les acteurs majeurs du processus de paix. Je les remercie pour ce cadeau formidable quest la découverte, de lintérieur, dune autre civilisation. Par ailleurs, je n'oublie pas ce que je dois à Mohamed Khalaf, documentaliste de lIFPO, M. Romain Bonvoisin, ainsi qu'à léquipe administrative pour leur disponibilité et leur compréhension ; comme encore à M. Philippe Lascombe et MmeMireille Pilone pour le temps quils ont passé à relire le tapuscrit.
Je tiens enfin à souligner le travail de MlleAude Valadou qui a, par son travail éditorial, préparé au mieux cet ouvrage à la publication.Je souhaite également remercier lamiral Coustillere pour ses précieux conseils et son attention à mon égard. Et enfin, jai une pensée sincère pour feu lacadémicien André Laronde qui ma encouragé et convaincu de publier ce travail.
PRÉFACE
La recherche néchappe pas à lhistoire et cest ce qui explique, sans doute, quil y ait si peu de travaux en langue française consacrés à la Jordanie. Créé par la Grande-Bretagne dans les années vingt, cet État est resté, jusquà aujourdhui, dans la zone dinfluence anglo-saxonne. Les Britanniques y ont régné en maîtres pendant très longtemps et depuis une époque plus récente les États-Unis en ont fait un de leurs alliés majeurs dans la région. Le travail universitaire que nous propose Simon Valadou vient sinscrire dans ces rares études de langue française qui essaient de nous aider à comprendre quelques aspects de ce pays traversés de lourdes contradictions liées aussi bien aux conditions de sa création quà sa situation très particulière au cur dune région profondément instable. Il a choisi un sujet délicat et difficile puisquil porte sur les raisons et les conséquences du traité de paix signé entre la Jordanie et Israël en 1994. Son analyse est intéressante parce quelle met en lumière des aspects souvent négligés de cette question trop souvent ramenée à sa dimension strictement internationale. Simon Valadou va plus loin en sefforçant de nous montrer les implications internes de ce traité tant du point de vue politique que du point de vue économique. Il montre bien, en effet, les multiples interférences existant entre les préoccupations de politique étrangère conduisant le roi Hussein à signer ce texte avec Israël et celles liées au jeu politique national comme aux contraintes économiques dun pays qui na ni matières premières ni véritable capacité productive. On se rend compte alors à quel point le souverain hachémite a su tirer profit dune configuration diplomatique exceptionnelle consécutive à la conférence de Madrid de 1991 et aux accords dOslo de 1993. Nul doute que le roi Hussein, comme son grand-père Abdallah, aurait signé depuis longtemps un traité officiel avec Israël si les circonstances lavaient permis. Mais la Jordanie nest
10
pas lÉgypte et, pour toute une série de raisons, il lui était impossible denvisager une paix bilatérale et donc séparée sans une forme de consensus arabe sur cette question cruciale. La dynamique engendrée par ce quon appelait alors le processus de paix a fourni ce cadre tant espéré permettant de pactiser avec un ennemi si souvent diabolisé Mais au-delà de cet aspect finalement bien connu, Simon Valadou nous montre comment le roi Hussein a su habilement jouer des rapports de force internes pour faire accepter et donc ratifier un traité critiqué par nombre dacteurs politiques, à commencer par les islamistes. Il est intéressant de voir comment il a su neutraliser bien des oppositions sans pour autant réussir à faire admettre cet accord par lensemble des composantes de la société jordanienne. Cette paix est dautant plus mal reçue par la population jordanienne (composée pour plus de la moitié de Palestiniens) que lÉtat hébreu sest figé dans une posture intransigeante depuis léchec dOslo en 2000. Lautre aspect très intéressant de son travail porte sur les dimensions économiques, presque toujours négligées voire oubliées. Même si lauteur nest pas économiste, on voit bien limportance des retombées financières (directes et indirectes) que la Jordanie a tirées de cet accord. Et en même temps, on mesure les désillusions quil a provoquées, car les retombées ont été bien moindres que ce que le pouvoir en escomptait, notamment dans le domaine du tourisme. Il en résulte un tableau en demi-teinte où, en définitive, la Jordanie reste ce pays fragile dans un environnement régional toujours aussi instable dans lequel, de surcroît, un vaste mouvement de révolte est en train de changer la donne politique en profondeur. La Jordanie na pas échappé à cette vague de contestation à laquelle le roi se doit de répondre sil veut maintenir la stabilité de son royaume.
Jean-Paul Chagnollaud Professeur des universités
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.