Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,50 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La notion d'utilité sociale au défi de son identité

De
270 pages
La démonstration du bienfondé d'une activité ou d'un dispositif ne se satisfait pas de la seule comptabilisation des activités en termes d'efficacité, d'efficience et de cohérence. La preuve doit être faite que les actions conduites rendent compte d'une "plus-value sociale". L'utilité sociale est ici qualifiée de différents points de vue ; elle renvoie à un champ de valeurs telles que la solidarité, le bien-être individuel et social, le lien social, les biens publics, la cohésion sociale et la reconnaissance.
Voir plus Voir moins

"#$%& %&'&%($% (&) $*+,) (-./0#1$,2 (#1) *& (2)&%, (/ 0+1(& 3+1,&04+%#$1 5
6#11#. 789:;< =.$*+)+4.& #02%$3#$1& (-+%$>$1& #**&0#1(&? @ABCD@AEF

!" #$%&$# '()%&!&%* +$,&"!") '-.& '- +$# &'-#%&%* '"#+ !(*/"!)"%&$# '-+ 0$!&%&1)-+ 0)2!&1)-+

=7G H I$)J*& =9KL6M9N<87;9? L&**/*& (-7))$),#13& O *# =/P*$3#,$+1? K1$'&%)$,2 =$&%%& Q&1(J) "%#13&? I%&1+P*& L%2#,$+1 (& *# 3+/'&%,/%& H "%2(2%$3 NL6QR<<? N&%'$3& L+00/1$3#,$+1? K1$'&%)$,2 =$&%%& Q&1(J) "%#13&? I%&1+P*&

L+%%&)4+1(#1,& 4+/% *# N+3$2,2 "%#1S#$)& (& *-T'#*/#,$+1 O *-K1$'&%)$,2 =$&%%& Q&1(J) "%#13& (& I%&1+P*& LM7K;R:9 G""89;R
91)&$>1#1,D3.&%3.&/%

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-11914-7 EAN : 9782296119147

LM7K;R:9 G""89;R &, "87:UGRN9 87VGKW X;$%YZ

!3 456754 8(967:76; <5=73:> 39 8>?7 8> <54 78>4676; 834< :(;@3:936754 8>< A5:767B9>< A9C:7B9><
L&, +/'%#>& [#$, )/$,& O *# ,&1/& (-/1& \+/%12& (-2,/(& (& *# N+3$2,2 "%#1S#$)&) (& *-T'#*/#,$+1
!!"

!"##$%&'"( ) *+ *',-+'-'$ .$/ 012+('&3/ 4

M&) ,&],&) +1, 2,2 %2/1$)? ($)3/,2) &, 4/P*$2) 4#% H
L#,.&%$1& 78<97K? .$),+%$&11& (& *-#%,? ($%&3,%$3& (& *-#))+3$#,$+1 7L;L X7>&13& 4+/% *# 3+.2)$+1 )+3$#*& &, *& (2'&*+44&0&1, 4#% *# 3/*,/%&Z L.%$),$1& ;7K^R9? 3+1)/*,#1,& $1,&%1& O *# L#$))& (-7**+3#,$+1 "#0$*$#*& (& I$%+1(&? )/4&%'$)&/% &1 ,%#'#$* )+3$#* ;$#1&DG*># "7_R7:R? )+3$+*+>/&? 3+1)/*,#1,& )&3,&/% )+3$#* &, 02($3+D)+3$#* Q+1$`/& :G9MD6KMN L+1)/*,#1,&? # 2,2 ,%#'#$**&/% )+3$#*? >2%#1,& (/ 3#P$1&, 9L78<N XT'#*/#,$+1 L+1)&$* 82+%>#1$)#,$+1 &, <%#'#$* )+3$#*Z? )423$#*$)2& (#1) *&) (+0#$1&) (/ *+>&0&1, )+3$#*? *-#3,$+1 )+3$#*& &, 02($3+D)+3$#*&Y L*#/($1& G""89;R? $1>21$&/%a(+3,&/%? K"8 N3$&13&) T3+1+0$`/&)? I%&1+P*& b "%#1S+$)& 87VGKW? 3+1)&$**J%& ,&3.1$`/& &1 #3,$+1 )+3$#*&? # 3%2& *# 3&**/*& 2'#*/#,$+1 (&) 4+*$,$`/&) 02($3+D)+3$#*&) #/ LI cd? #(0$1$),%#,%$3& O *# N"9 &, )&3%2,#$%& #/ P/%&#/Y

M-&1)&0P*& (& 3&) 4&%)+11&) )+1, 0&0P%&) (/ >%+/4& 1#,$+1#* (& *# N"9 K,$*$,2 )+3$#*& &, 2'#*/#,$+1 5

*+ *',-+'-'$ .$/ 012+('&3/
L+**&3,$+1 ($%$>2& 4#% <.$&%%e QT:RNNR98? (+3,&/% (& *-96NN? Q#f,%& (& 3+1[2%&13&) (& 4.$*+)+4.$& 4+*$,$`/& O *-K1$'&%)$,2 =$&%%& Q&1(J) "%#13&? I%&1+P*& b &, =$&%%& L8GL9? L.#%>2 (& 0$))$+1 )/% *# 4+*$,$`/& (& 4/P*$3#,$+1 O *-K=Q"Y *+ *',-+'-'$ .$/ 012+('&3/ &), /1& 3+**&3,$+1 3+D2($,2& 4#% *&) T($,$+1) M-6#%0#,,#1 &, 4#% *-K1$'&%)$,2 =$&%%& Q&1(J) "%#13& (& I%&1+P*&Y ;&),$12& O %&3&'+$%? (#1) )&) ($'&%)&) )2%$&)? (&) ,&],&) 3+/'%#1, ,+/, *& 3.#04 (&) )3$&13&) )+3$#*&) &, ./0#$1&)? )+1 3#%#3,J%& /1$'&%)$,#$%& */$ [#$, (&'+$% &, 4%$'$*J>& (& 4%+0+/'+$% (&) ,%#'#/] (& \&/1&) #/,&/%) #/,#1, `/& (& 3.&%3.&/%) 3.&'%+112)Y Q&0P%&) (/ L+1)&$* )3$&1,$[$`/& (& *# 3+**&3,$+1 H <.$&%%e Q21$))$&% H 5%'$(%$/ .$ #60"22$ g 7*#$1 N4#*#1h#1$ H 7$/&'"( g "#11e L+/*+0P H 8%"("2'$ g i2%j0& "&%%#1( H 9-"'& g i#3`/&) "+1,#1&* H ) !:&3 %"1-/ 4
$%&' (% )*)+ ,-((+,./-&
iY "&%%#1(? 6Y =&,$, X;$%YZ g *6;.<//3$ .$/ 9-"'&/ .$ #6="22$ XbBBdZ
<Y R g >"(.+&'"(/ $& (+'//+(%$/ .$/ 9-"'&/ .$ #6="22$ <Y RR g ?'/$/ $( @1A-$ .$/ 9-"'&/ .$ #6="22$ <Y RRR g B(C$1D $& E$-/E$%&'A$/ .$/ 9-"'&/ .$ #6="22$

7Y _*#13? 7Y =&))$1 X;$%YZ g *6F-& .1 &$--+'(G ?3#+(H$/ "II$-&/ J 0"K+-. L$%M$-N XbBBdZ LY 70+/%+/) g O1$ I+'-$ .$ #6=:E'&+# P XbBBkZ lY L.#*#) X;$%YZ g *6Q2+H'(+'-$ +23(+H$1- $( 21&+&'"( XbBBkZ iYDMY L.#P+,? L.Y <+/%1/ X;$%YZ g *6=3-'&+H$ -$#'H'$1D $& /E'-'&1$# .$ #6'.$(&'&3 $1-"E3$(($ XbBBkZ 9Y _+>#*)m# Q#%,$1 g B(&-$ 232"'-$ $& "1,#'G *$ .$/&'( %-"'/3 .$/ =3-"/ $& .$/ A'%&'2$/ XbBBkZ 7Y "&%>/J1& X9(YZ g 7"1A$-(+(%$ #"%+#$ $& .3A$#"EE$2$(& &$--'&"-'+# XbBBkZ LY G[[%&($ X;$%YZ g *+ .<(+2'R1$ .$ #63A+#1+&'"( I+%$ +1 .3A$#"EE$2$(& .1-+,#$ XbBBkZ MY ;+nP+% g *+ 2"/+SR1$ ,-'/3$ "1 #63%"("2'$ +1T.$#J .$/ 3R1+&'"(/ XbBBkZ =Y L.#$] g *$ -1H,< E-"I$//'"(($# $( >-+(%$ XbBBkZ lY =+*$,e $& +#'' X;$%YZ g *6"-H+('/+&'"( .$/ %"((+'//+(%$/G FEE-"%=$/ %"(%$E&1$##$/ XbBBFZ iYDMY L.#P+,? =Y ;$($&%? iY "&%%#1( X9()Z g *$ !".$ %'A'# $& #$/ 9-"'&/ .$ #6="22$ XbBBFZ ;Y 8$>#/] g *$ !=-'/& .1 .'2+(%=$G 0'/&"'-$ .61($ '2+H$ 23.'3A+#$ XbBBFZ LY Q#%,$1 $& +#G g U"#"H($N #+ #"(H1$ 2+-%=$ XbBBFZ MY _&1)#.&*? =Y Q#%3.#1( X9()Z g *$/ -3H'"(/ .$ V1//'$ J #63E-$1A$ .$/ &=3"-'$/ $& E-+&'R1$/ 3%"("2'R1$/ XbBBFZ QY M&`/#1 X;$%YZ g ?3&+E=</'R1$ $& E='#"/"E='$ &-+(/%$(.+(&+#$ /$#"( W+(& XbBBFZ LY Q#%,$1 X;$%YZ g U"#"H($ XYZYT[\\] ^ *+ #"(H1$ 2+-%=$G 961( /</&_2$ %$(&-+#'/3 J #6'(&3H-+&'"( .+(/ #6`B XbBBFZ 6Y M&%+/] g 9$ #+ E=3("23("#"H'$ J #+ /"%'"#"H'$ .$ #+ %"((+'//+(%$ XbBBCZ GY "+%*$1 g *$/ '(&$##$%&1$#/ I-+(a+'/ $& #6Q&+#'$ XY]bTXYbb XbBBCZ IY G%3&* g *+ -1$ ) %="'/'$ 4 XbBBCZ <Y Q21$))$&% X;$%YZ g *6'.3$ .6$2E'-$ .+(/ #+ E$(/3$ E"#'&'R1$N ='/&"-'R1$N C1-'.'R1$ $& E='#"/"E='R1$ XbBBCZ NY =*#1# g *$ E-"/3#<&'/2$ -$#'H'$1D J #63E-$1A$ .1 .-"'& E-'A3 XbBBCZ QY o#/[[0#11 g 7"1A$-(+(%$ 3%"("2'R1$ 2"(.'+#$ $& %"(I#'&/ +-23/ XbBBCZ

LY 7P#,,/? _Y M#0+,,& X;$%YZ g 9'A$-/'&3 $& '(3H+#'&3/ c R1$##$/ E-+&'R1$/ .$ I"-2+&'"( P XbBBCZ IY L#/`/$* X;$%YZ g 8A+#1$- #$/ E"#'&'R1$/ /"%'+#$/ XbBBCZ 7Y 7 <#p%+/ g F(+#</$ $& .3%'/'"(/ I'(+(%'_-$/ XbBBCZ NY 6&%1#1(&h g *$ 2"(.$ .1 %"(&$N !"(&-',1&'"( J 1($ /"%'"#"H'$ .$ #6"-+#'&3 XbBBCZ RY V&h&#1/ g *6'.$(&'&3 E$-/"(($##$ J &-+A$-/ #$ &$2E/ XbBBCZ NY I#* $& +#'' X9()Z g >'H1-$/ .$ #+ 23.'+&'"( /"%'+#$ XbBBCZ iYDMY L.#P+, g Q(&-".1%&'"( +1D /%'$(%$/ /"%'+#$/ XbBBCZ 6Y i#3+,? 7Y "+/`/&, X9()Z g *$ %'&"<$(N #63#1N #6$DE$-&G U"1- 1($ .32+-%=$ E#1-+#'/&$ .63A+#1+&'"( .$/ E"#'&'R1$/ E1,#'R1$/ XbBBEZ iY M#4Jh& $& +#'' ^ 8#32$(&/ .6+(+#</$ /1- #$ .3A$#"EE$2$(& &$--'&"-'+# XbBBEZ QY _&1)#p( $& +#'' ^ 8%"("2'$ .$/ "-H+('/+&'"(/G d$(.+(%$/ +%&1$##$/ XbBBEZ 7Y 8+3.#) g *+ 0+(.%=+-G 0'/&"'-$ .61($ .'A'/'"( .$ e+II$(T55 ,"/('+R1$ XbBBEZ =Y <$**#%( g *$ E+'( .$/ &$2E/ 2+1.'&/? )/$'$ (& ?+1&=+1/$( X,20+$>1#>&Z XbBBEZ ;2[&1)& (& *# "%#13& g *$/ &32"'(/ R1' /$ I'-$(& 3H"-H$- XbBBEZ VY I#%3$# g *6+(+-%='/2$ +1C"1-.6=1' XbBBEZ ;Y iY I%#1>& g 91 ?:#$ +1 ?+R1'/ .$/ 7#'_-$/G f'$ $& 2"-& .61( C$1($ V3/'/&+(& /+A"<+-. U+1# *$/E'($ gXY[hTXY]]i XbBBEZ LY ;/,.&$*D=&))$1? lY :&e%#, X9()Z g 0"22+H$/ J F#+'( U$//'( ) `( /"%'"#"H1$ $( #',$-&3 4 XbBBEZ =Y N#*,&* g `($ ".'$1/$ E+//'"(G F(+#</$ E='#"/"E='R1$ .$ #+ =+'($ XbBBEZ QYDLY Q+11+e&%? =Y <&%1#/] X9()Z g ?"(.'+#'/+&'"( .$/ /$-A'%$/N '(("A+&'"( $& .<(+2'R1$/ &$--'&"-'+#$/ XbBBEZ QY M& _&%%&? 7Y N4#*#1h#1$ X9()Z g V$H+-./ /1- #+ -$%=$-%=$ $( 7$/&'"( c !"(&-',1&'"(/ H-$(",#"'/$/ XbBBEZ QY "+1,#1&* g 5E"-&'I .$ =+1& ('A$+1N 2+(+H$- $( .$A$('- XbBBcZ 7Y I#/3.&, g *6;,/$-A+(%$ &=3-+E$1&'R1$ %=$j #$/ E$-/"(($/ '(I$%&3$/ E+- #$ fQ0 XbBBcZ ;Y ^#$,? 7Y N4#*#1h#1$ g *+ -$%=$-%=$ $( 2+(+H$2$(& $& $( 3%"("2'$G V$E_-$/ 3E'/&32"#"H'R1$/ $& 23&="."#"H'R1$/ XbBBcZ 7Y Q#'%$($) g *$/ 7-$%/ J 7-$(",#$N .$/ E'"(('$-/ J ("/ C"1-/ XbBBAZ 7Y "+/`/&,? MY Q2#))+1 X9()Z g *63A+#1+&'"( .$/ E"#'&'R1$/ E1,#'R1$/ $( B1-"E$ XbBBcZ :YD9 N#($ g F(+#</$ I'(+(%'_-$ .6$(&-$E-'/$ XbBBAZ :YD9 N#($ g !"(&-:#$ .$ H$/&'"( /&-+&3H'R1$ XbBBAZ MY _&1)#.&*D=&%%$1? iY "+1,#1&*? _Y L+%'#$)$&%D;%+/#%, g *$/ ;-H+('/+&'"(/ ("( H"1A$-($2$(&+#$/ XbBBAZ VY 6/e)DL*#'&*N Q2+H$ $& .'/%"1-/ +1 kQQ$ /'_%#$Y *$/ %=+E'&$+1D .$ #+ ,+/'#'R1$ 5+'(&$T?+-'$T?+.$#$'($ J f3j$#+< XbBBAZ VY "988G:9 *+ E"#'&'R1$ .$/ *12'_-$/G !"(/&'&1&'"((+#'/2$N -3E1,#'%+('/2$N 9-"'&/ .$ #6="22$N #$ %+/ >'#+(H'$-' XbBBAZ IY N.#%4 XbBBAZ q 9$ #+ .'%&+&1-$ J #+ .32"%-+&'$ q *+ I"-%$ /+(/ #+ A'"#$(%$ q *6+(&' %"1E .l8&+& iY "&%%#1( X9(YZ g m1-'/&$/ $( 1&"E'$ XbBBAZ "Y I#/(&h X;$%YZ XbB@BZ <Y RY g *+ %"((+'//+(%$ .1 &$D&$G FEE-"%=$/ /"%'"T+(&=-"E#"H'R1$/ .$ #+ %"(/&-1%&'"( I'%&'"(($##$ <Y RRY g *+ %1#&1-$ .1 &$D&$G FEE-"%=$/ /"%'"T+(&=-"E#"H'R1$/ .$ #+ %"(/&-1%&'"( I'%&'"(($##$ iY "+1,#1&* X9(YZ g 8%"("2'$ E"#'&'R1$ .$ #+ /3%1-'&3 '(&$-(+&'"(+#$ XbB@BZ

+$DD"&E01%&. 23-4-' E+- 71< !F`O`Q*
@@

5602789: 7
'>< C3:7<>< A59F =G>H74>F 834< :3 =54<6F9=6754 8> :3 456754 8(967:76; <5=73:>

@d

M-.$),+$%& (/ >%+/4& 1#,$+1#* (& *# N"9 T'#*/#,$+1 &, /,$*$,2 )+3$#*& 5 +/ *# 3+1),$,/,$+1 (-/1& 4+),/%& 2'#*/#,$'&

!=-'/&'($ 9F`nQBN !#+1.'($ ;>>VB9Q $& >-+(a"'/$ VFf;`k

@E

R,$12%#$%& (-/1 `/&),$+11&0&1, (& *# 1+,$+1 (-/,$*$,2 )+3$#*& &1 0#,$J%& (-2'#*/#,$+1 (&) 4+*$,$`/&) 4/P*$`/&)

!#+1.'($ ;>>VB9Q

d@ kF

L$-(+-. UBVVBd

K,$*$,2 )+3$#*& &, 1+/'&**& 3+13&4,$+1 (& *# >+/'&%1#13&

5602789: 77
!(967:76; <5=73:> 59 :3 A:9< @3:9> >4 6>FH>< 8> 6F34<?5FH36754 <5=73:> 8>< AF367B9>< AF5?><<7544>::><

F@

r/&*) &1)&$>1&0&1,) ,$%&% (& *-2'#*/#,$+1 (& *-/,$*$,2 )+3$#*& (#1) *& )&3,&/% (& *-23+1+0$& )+3$#*& &, )+*$(#$%& s

03#_($ 9`!*;5

FE

M# 4+*$,$`/& [#0$*$#*& (-/1& L#$))& (-7**+3#,$+1) "#0$*$#*&) O *-24%&/'& (& )# 4&%[+%0#13& &, (& )+1 /,$*$,2 )+3$#*&

!=-'/&'($ 9F`nQB

EA @Bd

L+00&1, 2'#*/&% *# 3/*,/%& #/,%&0&1, P

!+&=$-'($ FVdBF`

5602789: 777
!(967:76; <5=73:> I 94 947@>F< 8> @3:>9F<J =5HH94 K A:9<7>9F< =G3HA< 8> A5:767B9>< A9C:7B9>< @bd

F#+'( Fo;p7 #$ WF?F >+"1j'+ UBVVQp

M# 1+,$+1 (-/,$*$,2 )+3$#*& &1 23+1+0$& H /1& #44*$3#,$+1 O *# `/&),$+1 (&) 4#%,$&) 4%&1#1,&) 5 (#1) *& 3.#04 (/ (2'&*+44&0&1, (/%#P*& M# ($0&1)$+1 3$,+e&11& (#1) *-#44%+3.& (& *-/,$*$,2 )+3$#*& (-/1& 4+*$,$`/& (& )#1,2 Q&)/%&% *# %$3.&))& (&) ,&%%$,+$%&)? /1& (20#%3.& (-+P)&%'#,$+1 )+3$#*& (& *-#>>*+02%#,$+1 >%&1+P*+$)& 03#_($ !*;d

@bA

@dE

@Fd @EF

N&%'$3&) )+3$#/] (-$1,2%t, >212%#* &, /,$*$,2 )+3$#*& L-'H'&&$ L;`O`Bd

5602789: 7;
!(967:76; <5=73:> =5HH> F>L7<6F> 8(;@3:936754

@A@

K)#>&) (& *# 1+,$+1 (-/,$*$,2 )+3$#*& H /1 %&,+/% )/% *&) ,.2+%$&) (& *# '#*&/% &, *& 3+13&4, (-/,$*$,2 3.&h *&) 23+1+0$),&) ?+1-'%$ UFV;9Q

@AA

L+00&1, '#*+%$)&% *# 4%$)& &1 3+04,& (/ `/#*$,#,$[ &, (& *-/,$*& (#1) *-2'#*/#,$+1 (&) 4+*$,$`/&) 4/P*$`/&) &, (&) 4%#,$`/&) (-$1,&%'&1,$+1 s F(($T?+-'$ >FfFV9 b@F :+/'&#/] $1($3#,&/%) (& %$3.&))& &, 2'#*/#,$+1 H *-&]&04*& (/ 3#4$,#* )+3$#* L$-(+-. UBVVBd
,54=:9<754<

bbA

T'#*/&% *-/,$*$,2 )+3$#*& H `/&*`/&) 2*20&1,) (& 02,.+(& 4+/% 23*#$%&% *&) h+1&) (-+0P%& (& *-2'#*/#,$+1 (&) 4+*$,$`/&) 4/P*$`/&) )#1$,#$%&) &, )+3$#*&) 9'+($T;#H+ >FLQFpQ bkd i#*+1) 4+/% /1& 3+1),%/3,$+1 02,.+(+*+>$`/& (& *# 1+,$+1 (-/,$*$,2 )+3$#*& 3+00& %&>$),%& (-2'#*/#,$+1 (&) 4+*$,$`/& 4/P*$`/&)

!#+1.'($ ;>>VB9Q

bFA

Avant-propos Guy CAUQUIL Président d’honneur de la SFE APPRÉCIER L’UTILITÉ SOCIALE, un enjeu sensible pour le SFE

O

à première vue qu’une association professionnelle organisée autour d’un objet commun et souvent perçu comme technocratique, à savoir l’évaluation des politiques publiques, puisse s’intéresser à l’utilité sociale de ces dites politiques ou actions publiques. Et pourtant !

N PEUT S’ÉTONNER

L’utilité sociale il est vrai ne constitue pas un critère habituellement mobilisé par les évaluateurs : ils préfèrent parler de mesure d’impact ou d’efficacité, d’intérêt général ou d’utilité collective. L’utilité sociale en effet, comme le rappelle Jean Gadrey n’est pas un concept figé, mais bien davantage une « convention socio-politique » soumise au débat contradictoire entre les diverses parties concernées, autrement dit, une construction sociale. Pourquoi un tel concept en mouvement intéresse-t-il tant la SFE ? Probablement par qu’elle n’a pas de l’évaluation une conception figée et que son approche pluraliste des méthodes évaluatives comme son option en faveur de la prise en compte de la pluralité des points de vue formulés par les diverses parties prenantes d’une politique publique1 s’accorde assez bien d’un concept lui-même produit par une confrontation pluraliste des points de vue.
1

Cf. la Charte de l’évaluation des politiques publiques www.sfe.asso.fr

12

Avant-propos

Probablement aussi parce que l’utilité sociale n’est pas qu’un concept technique, ni tout à fait utilitariste, ni réductible à la seule somme des intérêts particuliers. Or, nous pensons que l’évaluation est une démarche à la fois technique et politique, dans la mesure où elle doit contribuer à objectiver les données du débat public. L’utilité sociale renvoie au moins autant à la sphère de l’appréciation politique qu’à celle de la mesure technique. Et l’appréciation de la pertinence comme de l’impact qu’elle suppose ne peut être complètement détachée des finalités de l’action publique évaluée2. D’autant que ces dernières notions ont une forte connotation politique3. Probablement enfin, parce que la SFE est elle-même une construction sociale et professionnelle qui « associe » les diverses composantes de la communauté de l’évaluation en France. Et à ce titre, elle est attachée tout à la fois au débat pluraliste, à la coexistence des courants méthodologiques et à la fonction démocratique de l’évaluation. C’est d’ailleurs la solidarité et l’engagement associatif sans faille des animatrices de ce groupe de travail4, un des plus anciens et des plus contributifs de la SFE5, qui a permis d’élaborer cet ouvrage faisant suite à la tenue d’une journée d’étude sur la question et qui, je le souhaite, permettra de mieux cerner le contenu de cette dimension évaluative porteuse d’avenir et interrogera les bases scientifiques d’une approche complexe de l’évaluation des politiques publiques qui ne se satisfait pas des simplifications méthodologiques.

Cf. Colette Legat, conseillère technique CNAF, groupe de travail EUS (Évaluation et Utilité Sociale) de la SFE, à propos de l’évaluation des centres sociaux. 3 Cf. Perret B., L’évaluation des politiques publiques, Édition La Découverte. 4 Christine Dauzié, Claudine Offredi et Françoise Ravoux, que je tiens à remercier ici. 5 Groupe qui, depuis 9 ans, a notamment fourni 5 administrateurs et 3 animateurs de clubs régionaux à la SFE.
2

Chapitre I
Des balises pour cheminer dans la construction de la notion d’utilité sociale

est signé par les trois personnes, Christine Dauzié, Françoise Ravoux et Claudine Offredi qui ont animé le groupe de la SFE pendant neuf ans et qui, à l’occasion de cet ouvrage, proposent une lecture rétrospective de « L’histoire du groupe… » afin de montrer comment se constitue progressivement ce que les auteures appellent « une posture évaluative ». Celle-ci porte sur l’approche de la dimension du social dans les politiques publiques. Cette posture évaluative résulte en effet de l’élargissement progressif, au cours de la vie du groupe, du registre des dimensions évaluatives prises en compte au fur et à mesure de l’incorporation d’approches et d’expérimentations successives. Ce processus d’acculturation est caractérisé par trois étapes qui situent le passage d’une évaluation de politiques et de dispositifs centrée exclusivement sur le secteur social à une évaluation s’élargissant à la prise en compte du social dans d’autres politiques publiques (de santé, d’emploi, de développement durable, etc.). Le registre de l’utilité sociale est envisagé dans cette contribution comme une dimension évaluative des politiques publiques qui doit être explorée.
E PREMIER ARTICLE

L

L’exploration débute sous la forme d’un itinéraire proposé par Claudine Offredi sur les façons de questionner la notion d’utilité sociale. L’auteure prend la suite de l’article qui précède en situant le statut de l’ouvrage : nourri à la fois par des pratiques professionnelles mises à l’épreuve de l’évaluation des impacts sociaux des activités, services et dispositifs qu’elles mettent à disposition des publics, mais également nourri par une posture éthique et scientifique sur l’évaluation des politiques publiques. L’auteure prend ici le parti de ne pas reprendre de façon exhaustive le cours d’un récit sur les usages de la notion dans le champ de l’économie sociale et solidaire, tant la notion a été explorée par le secteur. En revanche, elle pointe quelques endroits récurrents et limites de la réflexion sur la notion. L’un d’eux tient aux catégories d’usage, à la fois scientifique et empirique, auxquelles la notion renvoie, à savoir l’« utilité » et le « social ». L’autre point – limite – apparaît avec la proximité que la notion d’utilité sociale entretient avec celle d’intérêt général faisant courir le risque aux deux notions d’être à la fois « indéfinissable et irremplaçable » (Vedel). Pour autant, cela ne

16

CHAPITRE I

disqualifie pas l’utilité sociale dont les défauts sont aussi les qualités : la transdisciplinarité, des catégories d’usage peu stabilisées, le côté hybride d’une notion qui est à la croisée de postures et langages scientifiques et de postures et discours professionnels, une « convention socio-politique » en gestation… tout cela reflète la variété des voies d’accès à la valeur. Dès lors l’auteure rappelle le double pari de l’ouvrage : tester d’une part jusqu’où les démarches et valeurs forgées dans le champ de l’économie sociale et solidaire rencontrent les questionnements propres à d’autres champs de politique et maintenir ouvert le pari d’autre part de la pertinence de cette notion d’utilité sociale dans l’exercice évaluatif pluraliste et démocratique. Dans le troisième article, Bernard Perret campe le décor. L’auteur inscrit cette notion d’utilité sociale dans les évolutions récentes de la gouvernance des sociétés démocratiques et la situe dans un espace de transition entre l’intérêt général et les objectifs sociaux définis et portés par des acteurs particuliers. La notion, rappelle l’auteur, est « une convention de langage qui est située dans le jeu des institutions ». Elle traduit une reconnaissance du fait que le « bien commun » se construit à partir d’initiatives socialement situées. L’auteur évoque notamment les changements dans la gouvernance qui s’accompagnent d’une prise en compte par les sciences sociales du rôle actif des individus et des réseaux sociaux dans l’atteinte des objectifs de l’action publique. En articulant son propos à la théorie des « capabilities » de A. Sen ou à celles du « capital social » de Putnam, B. Perret met l’accent sur la réflexivité des acteurs comme compétence clé. Celle-ci renvoie à l’observation empirique et théorique selon laquelle les acteurs sociaux ne s’inscrivent jamais de manière totalement passive dans des cadres de rationalité préétablis mais qu’ils contribuent activement à la création de ces cadres dans le cours même de l’action qu’ils mènent. Dès lors, on perçoit que la notion d’utilité sociale ne relève pas d’une responsabilité gestionnaire, mais d’une responsabilité de type politique. Aussi la mobilisation du registre de l’utilité sociale comme critère d’évaluation s’inscrit-elle dans une démarche apparentée à l’évaluation de politique alors que le registre de la performance renvoie davantage à la logique de l’audit. Claudine Offredi

L’histoire du groupe national de la SFE « Évaluation et Utilité sociale » : ou la constitution d’une posture évaluative
Consultantes internes et conseillères techniques en action sociale Ingénieur/Docteur/UFR Sciences économiques Grenoble 2

Christine DAUZIE et Françoise RAVOUX Claudine OFFREDI

Résumé Ce groupe national, un des plus anciens de la Société Française de l’Évaluation, a situé dès son origine, la question de l’évaluation des politiques publiques dans le questionnement plus large des rapports entre individus, société et groupes sociaux. Les auteures ont souhaité développer comment se constitue progressivement ce qu’elles appellent « une posture évaluative ». Cette dernière porte sur l’approche de la dimension du social dans les politiques publiques. Cette posture évaluative qui explore le registre de l’utilité sociale comme dimension évaluative des politiques publique, résulte de l’élargissement progressif, au cours de la vie du groupe, du registre des dimensions évaluatives prises en compte au fur et à mesure de l’incorporation d’approches et d’expérimentations successives. Ce processus d’acculturation est caractérisé par trois étapes qui situent le passage d’une évaluation centrée exclusivement sur le secteur social à une évaluation s’élargissant à la prise en compte du social dans d’autres politiques publiques (de santé, d’emploi, de culture, de développement durable etc.). un des plus anciens et des plus contributifs de la Société Française de l’Évaluation, a situé dès son origine, la question de l’évaluation des politiques publiques dans le questionnement plus large des rapports entre individus, société et groupes sociaux. Un tryptique qui interroge la tension permanente entre les valeurs du « vivre ensemble », les réalités sociales dans leurs dimensions concrètes et la posture nécessaire pour penser, en continu, les dimensions de la transformation sociale.
E GROUPE NATIONAL,

C

18

C. DAUZIE, F. RAVOUX, C. OFFREDI

Société

Réseaux

Réseaux
Politiques publiques : évaluation de leurs effets. Pour quelle utilité sociale ?

Individus

Réseaux

Groupes sociaux

Qui ?

Le groupe est marqué par l’appartenance de ses membres aux champs des sciences humaines et sociales et aux politiques sociales, médico-sociales et de l’éducatif au sens large. Ce regroupement de professionnels qui pratiquent tous, à un titre où à un autre, une activité d’évaluation, a des statuts diversifiés : universitaires, chercheurs, étudiants, consultants, chargés d’évaluation dans les cellules internes des administrations décentralisées, donneurs d’ordre institutionnel, acteurs de terrain. Ces praticiens de l’évaluation appartenant à des organismes privés, publics et associatifs entretiennent un rapport étroit avec la conduite de l’action et sont confrontés à la question du sens de leur intervention, dans un contexte de développement des offres de services et de l’exigence d’évaluation des pratiques, activités des acteurs professionnels et de leur plusvalue ; et ce, pour répondre à la triple injonction de la qualité du service rendu, de la maîtrise des coûts au service de l’intérêt général.
Comment ?

Le groupe, impulsé en 1999 à la création de la SFE et à l’initiative d’AnneMarie Favard1, a questionné, dès son origine, les formes d’évaluation dites
1

A. M. Favard est Docteur d’État en droit, Docteur en psychologie, Chercheur au CNRS, Responsable du Centre d’ingénierie psychosociale Valeatis.

L’histoire du groupe national de le SFE « Évaluation et Utilité sociale »…

19

qualitatives, dans un contexte socio-politique et économique européen : démarches évaluatives et démarches-qualité apparaissaient déjà comme des contraintes et des enjeux complémentaires et incontournables. L’objectif du groupe a été à la fois la capitalisation de connaissances et l’opérationnalisation des démarches d’évaluation qualitative et d’observation sociale stratégique. Fonctionnant en réseau avec une animation scientifique et méthodologique, il privilégie à la fois les approches théorico-scientifiques et les démarches de recherche/action. Cinq termes résument la posture adoptée par le groupe : rassembler, développer, mettre en œuvre, communiquer et diffuser. Des périodes clés pour l’acculturation d’un groupe En 9 années d’existence, le groupe a porté des appellations différentes liées à l’évolution de ses travaux. En 2000-2001, le « Groupe Évaluation Qualitative dans le champ Sanitaire et Social » (GEQSS-SFE) a rassemblé professionnels de terrain et universitaires, dans un double objectif de connaissance et d’acculturation aux méthodologies liées au montage de dispositifs et programmes d’évaluation qualitative et ce dans une finalité concrète d’intervention sur site. Les principaux thèmes abordés ont concerné la maîtrise des données fluides ; les indicateurs et critères liés aux démarches d’évaluation qualitative et les démarches qualité. À l’occasion de sa participation au congrès de la SFE en 2000 à Rennes sur le thème « Évaluation et gouvernance » le groupe forge l’originalité de sa démarche centrée sur la praxéologie qualitative et les rapprochements et différences à opérer entre qualité et qualitatif, démarches d’évaluation qualitative et démarches qualité. En 2002-2004 le groupe prend le nom d’« Évaluation qualitative en réseau ». (EQR-SFE).Cette appellation correspondant au souhait d’inscrire les travaux du groupe dans une stratégie partagée de réseau, associant les différents partenaires de la recherche et de l’action, dans l’objectif de diffuser dans le milieu professionnel des méthodologies d’évaluation qualitative. Au cours de cette période, plusieurs thématiques ont été développées : l’évaluation comme vecteur de changement ; évaluation et qualité : la loi du 2 janvier 2002 ; évaluation et développement durable. Fin 2004, la scission du groupe en deux, renvoie à la réalité du champ des politiques sociales et médico-sociales et dès lors aux intérêts et préoccupations divergents des membres du groupe. Les uns sont interpellés par l’injonction très forte des textes réglementaires qui introduisent l’obligation de l’évaluation des pratiques et activités dans le secteur social et médico-social. Le choix et les

20

C. DAUZIE, F. RAVOUX, C. OFFREDI

préoccupations sont focalisés sur la nécessité de réfléchir, dans l’urgence, aux modalités de l’évaluation requises par la loi, dans le champ de l’éducatif et de l’aide à la personne. Ils constituent le groupe « évaluation dans le cadre de la loi 2002-2 ». Les autres décident de continuer à forger la dimension qualitative de l’évaluation dans une optique de mettre en évidence des plus values apportées par les acteurs sociaux aux enjeux de cohésion sociale. L’orientation, dès lors, du groupe élargit le cadre de la mise en œuvre des politiques sociales et de leur évaluation à la prise en compte des dimensions territoriales et de développement durable. Le groupe prend le nom de « évaluation et utilité sociale » (EUS-SFE) À partir de 2005, les réflexions de ce groupe questionnent la notion d’utilité sociale sous deux angles ou pistes de réflexions qui se répondent. Il existe à n’en pas douter des liens d’une part entre les questions liées à l’utilité sociale de l’action et d’autre part l’utilité de l’évaluation comme aide au management et à la mise en œuvre de processus décisionnels adaptés. Ces deux questions intimement liées aux contextes institutionnels et aux vécus quotidiens des professionnels :(consultants, responsables de cellules internes d’évaluation) rencontrent des formulations diversifiées qui cependant sont liées : « Performance, efficacité : nous sommes tous et tous les jours confrontés à la nécessité de répondre à ce type d’injonctions pour prouver notre utilité, notre légitimité et parfois même notre existence en tant que porteur d’actions au service des publics les plus fragiles. »… « Y at-il une ou des alternatives pour aborder le champ des politiques sociales et leurs effets ? »… « Se poser la question de l’utilité sociale de l’action vient interroger non seulement le sens (pourquoi et pour quoi faire ?) mais aussi la question du, pour qui et au nom de quoi jugerat-on de l’utilité sociale des actions mises en œuvre ». Ces réponses intéressent autant les décideurs et les commanditaires de telle action ou programme que les autres acteurs « partie prenante ». « La question concerne aussi les destinataires de l’action publique car c’est souvent « avec » ceux et celles qui sont directement concernés que les processus d’actions collectives tentent d’améliorer tel ou tel aspect de leur réalité sociale. » Dès lors, le groupe EUS se redéfinit autour d’une forme d’engagement dans l’action pour tenter, notamment, d’en apprécier les effets. La posture de la « coproduction du sens » et recherche des moyens d’amélioration des processus d’action et de pilotage des politiques publiques font désormais partie des centres d’intérêt partagés du groupe. « C’est donc dans le pragmatisme de l’action que les participants du groupe se proposent d’en démontrer l’utilité, d’en mesurer les impacts attendus ou non… afin de rechercher des leviers opérants territorialement, de réduire les tensions sociales repérées ou trouver les leviers efficaces de transformation sociale. »… ou encore « La complexité du partenariat inter-institutionnel nécessite souvent de construire des référentiels co-élaborés, étape indispensable dans une recherche de co-vision de la

L’histoire du groupe national de le SFE « Évaluation et Utilité sociale »…

21

transformation sociale attendue. Ce sont aussi des démarches liées à la pédagogie de l’action et du « faire avec et ensemble »… « La recherche de la qualité « de et dans l’action » se fait dans le cadre de processus de transformation endogène qui constituent autant de moyens au service du pilotage de décisions « éclairées. » … « Quelque soit les temporalités de l’évaluation dans sa mise en œuvre, elle vient conforter et s’adosser aux questionnements de l’efficacité et efficience sociale de l’action et par là même contribue à répondre aux questionnements liés à la recherche de son utilité. » Dès lors, puisque le questionnement est omniprésent chez les professionnels, la question de « l’utilité sociale » est soumise aux feux croisés des participants du groupe, de conférenciers intervenants et des travaux des entrepreneurs sociaux. Le groupe s’ouvre à des professionnels et des chercheurs des champs de la santé, de la culture, du socio-culturel, du socio-économique et de l’environnement. Les réflexions s’orientent sur l’intérêt d’un indicateur « utilité sociale » en complémentarité de celui de « performance ». Le questionnement se fait alors de plus en plus précis… Si l’appréciation de l’utilité sociale constitue une valeur ajoutée dans la démarche d’évaluation pluraliste et participative des politiques publiques, comment repérer cette valeur lors des pratiques évaluatives d’actions, de programmes et de politiques ? Le groupe expérimente alors une phase de construction d’un référentiel pour évaluer l’utilité sociale des politiques publiques qui se décline en « tensions et alternatives » : . Tension entre l’approche économique et l’approche psycho-sociale, . Tension entre l’intérêt général et les intérêts individuels (particuliers, spécifiques), . Tension entre l’équité et l’égalité, . Tension entre une logique de la cohérence et une logique de la complexité, . Tension entre régularisation et régulation (contrôle et recherche de sens), Une posture évaluative au croisement des univers conceptuels et méthodologiques La posture évaluative du groupe s’est forgée au fil du temps en mobilisant à la fois des concepts et courants intellectuels relatifs aux univers sociologique, philosophique et économique et diverses approches et/ou méthodologies évaluatives. Parmi ces dernières, nous pouvons citer : La méthode évaluative clinique qualitative ou mesure de la congruence (A. M. Favard). La méthode de la démarche qualité et la notion de compétences sociales (J.-M. Dutrenit). L’approche de « l’évaluation structurante » (G. Cauquil).

22

C. DAUZIE, F. RAVOUX, C. OFFREDI

L’approche socio-économique sur la « réduction des tensions » (G. Martin/C. Offredi).

La méthode évaluative clinique qualitative ou mesure de la congruence (A. M. Favard)
Cette méthode liée au courant théorique de « l’individualisme méthodologique » (R. Boudon) s’appuie sur une approche systémique permettant une lecture inductive, ascendante allant de l’évaluation clinique des pratiques de terrain in situ à leur articulation à une évaluation de politiques publiques macrosociologiques. Cette approche empirique, s’appuyant sur un diagnostic clinique établi à partir de la parole des professionnels, renseigne sur les modes d’organisation et d’interaction des pratiques individuelles dans l’organisation. Le qualitatif, tel que défini dans cette méthodologie est ce qui relève spécifiquement de l’humain, ce qui touche au vécu, à la subjectivité, à l’interprétation, à l’émotionnel, à l’affectif, soit les « données fluides », par rapport aux données « solides », traditionnellement utilisées dans les statistiques de services, trop souvent appelées « données objectives ». Cette démarche évaluative qualitative s’apparente à ce que l’auteur appelle une recherche de la congruence des réponses sociales, « le critère ultime d’une évaluation dans le champ du social et du médico-social étant la mesure de la congruence et non de la cohérence » (A.-M. Favard). Si la notion de cohérence, en effet, renvoie au seul process organisationnel, la congruence resitue ce dernier dans son interaction avec les singularités d’individus avec les systèmes d’intervention. Il s’agit alors d’observer comment l’ensemble des dimensions de la vie des individus (culturel, psychologique, historique...) interagit au contact de ces process organisationnels.

La méthode de la démarche qualité et la notion de compétences sociales (J.-M. Dutrenit)2
Cette méthode s’apparentant aux démarches qualité développées dans le secteur sanitaire et issues, comme la précédente, de l’univers théorique de « l’individualisme méthodologique » s’attache à la mise en œuvre de la notion de compétences sociales. Cette dernière est développée dans le cadre d’une démarche qualité à visée « sociale » consistant à évaluer l’impact des organisations sociales sur les personnes qui y travaillent et les effets de l’action des professionnels/ bénévoles sur les usagers ou bénéficiaires des programmes d’action/projets
2

*Jean- Marc DUTRENIT, professeur des universités à Lille III et auteur « La compétence sociale » et « Action sociale et qualité sociale ».

L’histoire du groupe national de le SFE « Évaluation et Utilité sociale »…

23

des organismes sociaux (écoles, centres sociaux, structures éducatives, services sociaux...). Le point de départ est l’idée selon laquelle « l’individu est adapté, s’il est dans un rapport harmonieux entre les rétributions sociales (sociales ou symboliques) qu’il reçoit et les contributions qu’il fournit en retour » (Dutrenit). Aussi, une organisation doit-elle être à même de développer « de manière équilibrée ces rapports » pour éviter de produire une action de type assistancielle des personnes impliquées dans le processus. Cette logique de réciprocité implique/mobilise l’individu dans une co-construction sociale où il est acteur. Les études longitudinales et suivis de cohortes sont privilégiées dans cette approche de type expérimentale de la mesure des impacts de l’action des organisations du champ social

L’approche de « l’évaluation structurante » (G. Cauquil)
L’évaluation est à l’interface de l’analyse et de l’action, dans le cadre d’une pratique dynamique, appelée par Guy Cauquil « évaluation structurante ». Démarche qui suppose une intervention auprès des systèmes d’acteurs, qui vise à la fois l’explication et la négociation des enjeux du projet évalué, qui s’attachent à identifier avec les acteurs eux-mêmes l’efficacité actuelle de leur intervention sociale ainsi que les conditions optimales de sa mise en œuvre. Conjuguant observation, analyse de données objectives et confrontation collective d’opinions contrastées, l’évaluation structurante s’efforce de faire droit aux attentes différenciées des divers partenaires de l’évaluation (usagers, commanditaires, opérateurs), ceci afin de produire une appréciation de la valeur en même temps que d’impulser du changement. L’évaluation structurante, vecteur de transversalité de l’action publique, permet de questionner le projet évalué à trois niveaux : stratégique, technique et dynamique. . Une évaluation stratégique : positionnement du projet dans son contexte économique, politique et social ; attractivité du projet au regard des attentes des différents acteurs. . Une évaluation technique : clarification des objectifs ; estimation des moyens adéquats, mesure d’impact et d’efficacité ; réduction des écarts entre objectifs visés et résultats attendus. . Une évaluation dynamique : mobilisation des acteurs autour des objectifs stratégiques ; négociation inter-partenariale sur les objectifs et les moyens. C’est un modèle d’évaluation qui amène à apprécier la valeur par exemple d’un contrat local de développement social. Il introduit dans les réflexions du groupe de la SFE le territoire comme nouveau paradigme de l’action publique.

24

C. DAUZIE, F. RAVOUX, C. OFFREDI

L’approche socio-économique sur la « réduction des tensions » (G. Martin/C. Offredi)
Cette approche, au croisement de la socio-économique et du politique, consiste à « penser les transformations sociales par la réduction des tensions sociales » (G. Martin). Le groupe se nourrit des travaux de recherche sur les politiques sociales locales qui ont posés théoriquement et passés à la preuve empirique3 les liens entre observation sociale locale, évaluation et management4. L’objectif de toute politique sociale devant être de réduire les tensions et d’accroitre à la fois l’efficacité et l’efficience sociale d’un dispositif, cela oblige l’évaluateur à adopter une triple posture d’observateur (connaître), d’évaluateur (juger) et « d’aide au management (action). « L’hypothèse pourrait être faite que ces notions croissent en tant qu’usages, en tant que besoins d’expression et en tant que méthodes, à mesure de l’augmentation des incertitudes et des paradoxes des politiques publiques. Les politiques publiques, et en particulier les politiques publiques sociales, sont effectivement le siège de conduites paradoxales, d’objectifs contradictoires, de postures différentes, de strates d’actions publiques qui ont perdu, chemin faisant, leur ciment et leur unité »5. L’approche développée insiste sur les qualités requises pour une observation de qualité et parmi cellesci la capacité d’articulation des dimensions du quantitatif et du qualitatif. Le groupe Utilité Sociale ou une posture originale : l’approche de la dimension du social dans les politiques publiques La posture évaluative du groupe US se situe au confluent des approches qui précèdent et qui, se succédant dans le temps, ont marqué de leurs sceaux respectifs la genèse de la posture évaluative du groupe portant sur l’approche de la dimension du social dans les politiques publiques. Cette posture évaluative résulte en effet de l’élargissement progressif du registre des dimensions évaluatives prises en compte au fur et à mesure de l’incorporation d’approches et d’expérimentations successives. Ce processus d’acculturation est caractérisé par trois étapes qui marquent le passage d’une évaluation centrée exclusivement sur le secteur social à une évaluation
Les auteurs ont été en effet, à l’origine, en 1992, de la création du premier observatoire départementale pluri institutionnel portant sur l’observation sociale locale et l’évaluation des politiques sociales. 4 La dynamique des politiques sociales : observation, évaluation et management, éd Gérard Martin, Claudine Offredi, l’Harmattan, coll. « Logiques politiques », 1998, 5 Quantitatif, qualitatif et évaluation des politiques publiques. Pour une réconciliation positive, Gérard Martin, UPMF, Grenoble, juin 2000, congrès SFE.
3

L’histoire du groupe national de le SFE « Évaluation et Utilité sociale »…

25

s’élargissant à la prise en compte du social dans d’autres politiques publiques (de santé, d’emploi, de développement durable etc.). Ces étapes constituent également trois approches qui s’interpellent et se répondent au gré de la demande évaluative. Nous envisagerons successivement : . L’approche qualitative à visée interactive ou l’évaluation comme pratique d’un système d’acteurs issu du champ des organisations sociales et médico-sociales. . L’approche évaluative du développement durable humain et social ou la prise en compte de la « dimension oubliée » du social dans les démarches de développement durable. . Le registre de l’utilité sociale comme dimension évaluative des politiques publiques.

L’approche qualitative à visée interactive ou l’évaluation comme pratique d’un système d’acteurs issu du champ des organisations sociales et médico-sociales
La prise en compte par le groupe de la double nécessité de l’articulation des dimensions de l’économique, du social et du politique pour caractériser l’état de « mieux-être social », et celle de l’articulation des données qualitatives et quantitatives pour forger une observation sociale locale de qualité au service de l’action et de la transformation sociale a permis de poser les bases d’un « référentiel partagé » par une pluralité d’acteurs sur un champ d’intervention et sur un même territoire. La croissance de l’injonction faite au champ des organisations sociales et médico-sociales « d’anticiper le risque social sur un territoire »6 a de fait été le déclencheur d’une observation sociale locale « de qualité » pour laquelle le groupe a mobilisé notamment la méthode « Prisme » (Prospective du Risque Social par Mobilisation des Experts), adaptation de la méthode Delphi, conçue pour l’industrie, au champ social. Cette étape expérimentale du groupe dite « approche qualitative à visée interactive » a supposé, en conséquence, la prise en compte des remontées du terrain à partir de « signaux faibles » pour penser la prévention des risques sociaux. Il convient de rappeler que le groupe s’est inscrit, dès son origine, en matière de démarche évaluative, dans le modèle de l’évaluation qualitative et participative, prévalant à la SFE par ailleurs. À partir de ce choix de départ « historique et éthique » qui répond bien d’ailleurs à un certain éthos de l’action dans le
6 Cf. l’étude sur les Centres Sociaux en Gironde CAF33 1990 – Thèse de doctorat en Sciences Politiques de Julie Chabaud (février 2001), notamment les recherches concernant : « La gestion du risque social à la CAF de la Gironde »

26

C. DAUZIE, F. RAVOUX, C. OFFREDI

champ des organisations sociales et médico-sociales, l’analyse du champ prend appui sur les apports des courants sociologiques issus de l’analyse des organisations (M. Crozier/Friedberg, analyse stratégique, recherche de marges de manœuvre des acteurs). Une des traductions professionnelles de ces courants reçoit le nom de « modèle du développement social » compris comme un processus endogène (que les professionnels du secteur social nomment « le faire avec » et « du dedans »). Les conceptions de l’action se nourrissent également des théories de l’interaction et parmi celles-ci la « conception dialogique de l’individu » développée par F. Dubet7 qui peut se décliner en trois points : la société étant un système d’intégration, l’individu participe de l’individu social ; la société étant un ensemble de marchés et de quasi marchés, l’individu est un individu rationnel ; la société moderne étant aussi tendue vers un individualisme moral, l’individu est aussi un sujet éthique . La rencontre de ces dimensions « sociétales » au sens des articulations entre l’environnement, l’économique, le politique et l’éthique avec les problématiques traditionnelles du champ social, élargissent la cible évaluative à prendre en compte en ayant pour effet de faire évoluer le regard porté sur la « réalité à améliorer ». Dès lors, l’évaluation dans le champ des organisations sociales s’oriente moins sur la seule action des professionnels que sur les interactions avec l’espace territorial (dans son acception sociétale) comme « système d’acteurs ». Les approches deviennent globales et territoriales8 et repérées dans le secteur social sous le terme d’« approches de développement social local ». Ces dernières recouvrent à la fois une éthique de l’action à visée humaniste et une méthode au sens projet et processus d’action participatif supposant l’implication du politique, des acteurs sociaux/professionnels et des habitants. Ceux-ci passent, dès lors, du statut de bénéficiaires d’offres de services à celui d’« acteurs de leur propre vie en devenir » dans une logique de recherche des bases d’un « mieux-être » et « mieux vivre ensemble ». Il s’agit dès lors pour le groupe de soutenir des processus évaluatifs participatifs engageant sur un même projet et un même espace territorial l’ensemble des acteurs dans le but de produire une intervention sociale « cohérente et cohésive » à visée d’amélioration de la « réalité », en termes de promotion des individus et des groupes. Ceci devenant d’autant plus important que les problématiques du champ social devenues de plus en plus complexes et illisibles depuis les années 1990, (précarité, exclusion, délitement du lien social) impliquent la combinaison d’un modèle traditionnel de l’intervention individualisée avec des démarches inter institutionnelles et

Dubet F., « L’individu comme machine à poser et à résoudre des problèmes sociologiques » 21 juin 2005. 8 Autes M., 1995 « Le sens du territoire », in Recherche et Prévisions, Cnaf, n°39.
7

L’histoire du groupe national de le SFE « Évaluation et Utilité sociale »…

27

plurisectorielles délicates au niveau des enjeux de pouvoir dont elles sont l’objet. S’ajoutent à l’élargissement du champ d’analyse du social, les lois d’aménagement du territoire et la décentralisation qui réorganisent les compétences à des échelles et initiatives multiples (Communauté Urbaine, d’agglomération, Communauté de Pays, Intercommunalités aux compétences déléguées par les communes.). Dès lors, les projets de développement social d’un territoire et leur évaluation doivent intégrer cette pluralité de niveaux, d’acteurs et de champs de compétences. Si la logique ascendante et négociée prévaut, il persiste aussi une vision de l’action publique descendante territorialisée souvent conçue comme une politique encadrée par l’État s’appliquant dans la proximité sur les territoires. C’est dans les entrelacs de la rencontre d’une logique ascendante territoriale et négociée avec une logique descendante territorialisée que le savoirfaire évaluatif sur l’approche qualitative à visée interactive est plus que jamais mis à l’épreuve de son efficience.

L’approche évaluative du développement durable humain et social ou la prise en compte de la « dimension oubliée » du social dans les démarches de développement durable
D’un territoire sociétal et humain à la prise en compte des démarches de développement durable, humain et social, il n’y avait qu’un pas que le groupe a franchi lorsque certains de ses membres ont eu en responsabilité la conception scientifique du colloque de la SFE à Limoges en 2004 portant sur Évaluation et développement durable9. « L’évaluation appliquée au développement durable requiert une certaine exigence et suppose d’effectuer le choix des « bons » supports scientifique, méthodologique et technique afin d’être utile à la réflexion et inspirer l’action. Exigence et défi important qui consistent à ne pas réduire la complexité de la pensée et de la connaissance à une action qui deviendrait simple et sèche mais bien de se situer dans la recherche d’un enrichissement de cette dernière. Si la démarche d’évaluation peut se résumer autour de trois termes – la mesure pour faire émerger la valeur des actions, programmes et politiques menées, l’interrogation du sens pour rendre lisible ces derniers et l’aide à la décision pour répondre à la nécessité d’une action éclairée et utile –, la démarche se fait défi quant appliquée au développement durable. Autrement dit, le défi du développement durable consiste à se demander si l’on peut réellement sortir de l’ensemble des blessures qui sont infligées au corps social en termes d’environnement et donc
9

La dynamique de l’évaluation face au développement durable, (dir. Claudine Offredi), L’Harmattan, coll. « SFE », 2004.