//img.uscri.be/pth/3f6866738fd2faa951138587b0f69d7c18f8bd64
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La personnalité philosophique du monde noir

De
328 pages
Une certaine « Afrique traditionnelle » a été inventée par l'ethnologie coloniale et la pensée impérialiste pour justifier l'injustifiable et masquer les pires horreurs de l'histoire. L'idée de contre-histoire de la philosophie africaine remet radicalement en cause le mythe d'une certaine "Afrique traditionnelle". Voici une contre-histoire qui met la philosophie africaine en position de pouvoir contribuer à la reconstruction de la "civilisation négro-africaine".
Voir plus Voir moins
33 05,BSI978-N : 6-002-33L7 a29-4noanepsrhi ptéLiiqphsoLom ud  euion ednoatni e «Urenc retraditioAfrique of ,èicnlenn» elatrrnniomere intnievté é , aleelthno le parntée elainoloc eigolmp iéenspea  letitsu reniltsujiaérstlipoe  jur rel siper sel siable et masque eriotsd eédirseurrhohile  dl  a eedsopohplintree cotoir-hislecantmet mediraniacer e eihirfaontrant he, en m eecm te  nacsue tes dueiqphsoolihp ruelav al élanelstionradiest gaseeds et s eurlevaet ment  ne tnat eugrees paborés érr de seddutidn eg are drisppht osilihpo euql edrfAla qualité élevé eedl  aotruuner ehcraméd ettec neu dptceon cleoroferp n ioqieudans a  l ndeolihhpos tnap alneaict a aieicfrcn enietr sésiatle marqullectuel efaotrini eiracité cichisde luq tîaraéps al e elluepp ailt ébaritnoc moems sophie de la lievit ed p alolihvroulae er pecsp n oirde n mon eudmelbesnrul poe ntnemi éueiqroéht étilibisneui met lstoire qnorteihà u enc ff areai ausnsvoetpmon ,d noc en dectiostrueconasitivil «icl  aaiicfraroég nonÉd ruetcoD» enophie afa philosnep sotiiracni evoou cirn io pde à rr alrtnoeubiosice  teu .logo assIl ales uré noitcnofyod ed su l àenitrsveniat tsèl tertsee t sciences humai,senasN M emgnobeso pht osilheop ud noitcerid ID dun iouttr i ,apral cé p lan unirontem ierbm tufssuaa.all  Ideé ou Dal vélonolad  eeil nati du onsneaiom da  ldes  tnetropsrevid àcienes ssocices sopohplited ih eromeaiun. ss evad-tnadragac eentiues se rapuplbcitaoisns icHI_PSOLOMBF_GOONQISSA-EUEIHPALC-phie  to philosoEMORNUG_em2 -HACtronCal ed eriotsih-eineshuma et ales .
Contre-histoire de la philosophie
Nsame Mbongo
Problématiques africaines
93:8
tome 2
IAENRFCIniddT_.209/0   1   11/13
 
  
             
      
    
La personnalité philosophique
du monde noir
 
 
Déjà parus
Problématiques africaines Collection dirigée par Lucien AYISSI  Il sagit de promouvoir la pensée relative au devenir éthique et politique de lAfrique dans un monde dont on proclame de plus en plus la fin de lhistoire et de la géographie. Lenjeu principal de cette pensée à promouvoir est la réappropriation conceptuelle, par les intellectuels africains (philosophes, politistes, et les autres hommes et femmes de culture), dun débat qui est souvent initié et mené ailleurs par dautres, mais dont les conclusions trouvent dans le continent africain, le champ dapplication ou dexpérimentation. La pensée à promouvoir doit notamment sarticuler, dans la perspective de la justice et de la paix, autour des questions liées au vivre-ensemble et aux modalités éthiques et politiques de la gestion de la différence dans un espace politique où la précarité fait souvent le lit de la conflictualité. La collection « Problématiques africaines » a également lambition dêtre un important espace scientifique susceptible de rendre de plus en plus présente lAfrique dans les débats mondiaux relatifs à léthique et à la politique.      Pascal MANI, La problématique de la retraite sous les tropiques , 2012. Daniel ABWA, Lucien AYISSI, C. Christian TSALA TSALA, Regards croisés sur les cinquantenaires du Cameroun indépendant et réunifié , 2012. Jacques CHATUÉ, Lépistémologie dÉmile Meyerson , 2012. Joseph EPEE EKWALLA, Développement social des entreprises camerounaises , 2012. Jean-Baptiste DJOUMESSI, Société civile. Lautre voie du développement de lAfrique , 2011. Marcien TOWA, Identité et transcendance , 2011. Pascal MANI, Le vade-mecum du chef de terre. Comment réussir une carrière dans la préfectorale , 2010. Serge-Christian MBOUDOU, L'heuristique de la peur chez Hans Jonas. Pour une éthique de la responsabilité à l'âge de la technoscience , 2010. Aaron Serge MBA ELA II, Chroniques philosophiques dun pédagogue , 2010. Roger Bernard ONOMO ETABA , Le tourisme culturel au Cameroun , 2009. André Liboire TSALA MBANI, Les défis de la bioéthique à lère éconofasciste , 2009. Joseph EPEE EKWALLA, Les syndicats au Cameroun. Genèse, crises et mutations , 2009. Hubert MONO NDJANA, Histoire de la philosophie africaine , 2009.
 
                         
 
Nsame Mbongo         La personnalité philosophique du monde noir
Contre-histoire de la philosophie
tome 2   
 Du même auteur   La philosophie classique africaine. Contre-histoire de la philosophie, tome 1, 2013.                                  © LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00924-7 EAN : 9782336009247  
 
 
  Au combattant du progrès historique, philosophe modeste et discret de la révolution burkinabè , tombé sous des balles assassines, aux côtés du héros-martyr Thomas Sankara, lors du coup dEtat pseudo-révolutionnaire du 15 octobre 1987 téléguidé par limpérialisme et exécuté par des ennemis de lAfrique : Patrice Zagré Sibiri. Nous pensons que la philosophie africaine contemporaine, qui naît sur le terrain de la lutte des classes, participe de celle-ci. La pratique philosophique présente sinscrit dans une conjoncture politique, culturelle, sociale, intellectuelle de classes en lutte antagonique. La philosophie exprime à sa façon ces affrontements  dans la sphère théorique. Sur le front théorique, ce sont des tendances qui saffrontent en philosophie. Cest dans lexistence concrète des philosophies que se réalisent les tendances et leur bataille, à partir de positions théoriques de classe qui ont pour enjeux les diverses pratiques sociales : politiques, idéologiques, etc. Il sagit doccuper des positions justes en tenant compte de la tendance principale et des tendances secondaires, et de 1 lenjeu principal et des enjeux secondaires .   
                                                          1 Patrice Zagré Sibiri, « Contribution à la critique des systèmes philosophiques naissants en Afrique noire contemporaine », Thèse de Doctorat de 3 e Cycle de Philosophie, sous la direction de Pr. Hélène Védrine, soutenue au cours de lannée académique 1979-1980 à lUniversité de Paris I, Panthéon-Sorbonne.
NOTE INTRODUCTIVE DU TOME II
Le Tome II poursuit la réflexion engagée dans le Tome I sur le parcours philosophique négro-africain en lélargissant aux siècles récents et à lavenir envisageable après avoir puisé dans la pensée orale des coutumes ancestrales. Lépoque moderne et contemporaine ainsi concernée va de la fin du XVIIIe siècle au XXIe. En dautres termes, la projection dans le futur proche prend appui sur les temps précoloniaux récents. Dun point de vue plus ethnologique que proprement historique cette période précoloniale est souvent dite « traditionnelle », surtout lorsquon ne met en relief que laspect peu avancé de sa culture et de ses techniques, sa dimension préscientifique dépassée. Grâce à une conception patriotique de la traditionalité, sensible à la valeur fondatrice, identificatrice, civilisatrice et populaire de lancestralité, nous solliciterons des uvres intellectuelles supposées négligeables parce que produites dans ce contexte culturel réputé conformiste et arriéré. Telle est lexigence de base de la contre-histoire ici : revaloriser les racines pour ne pas se déraciner, mais sans senliser dans le particularisme, le passéisme ou le fondamentalisme. Trois débats majeurs nous interpellent dans cette seconde partie de la recherche. Le premier porte sur la « sagesse traditionnelle », quant à son éventuel statut philosophique ; le second sur la spécificité de lesprit philosophique africain en tant que marque propre dune civilisation, et le troisième sur les perspectives historiques futures de la philosophie de lAfrique et du monde noir, à partir des tendances quelle manifeste aujourdhui. Pour commencer, il sagira donc détudier la littérature orale précoloniale recueillie durant la période coloniale en établissant une liaison fondamentale entre les peuples et les érudits qui sortent du lot, cest-à-dire entre lavant-garde intellectuelle et les masses pensantes parmi lesquelles se trouvent des sages de grande valeur. Il appartient au chapitre IV dinterroger la « philosophie populaire » ou encore la philosophie non spécialisée , sans condescendance élitiste ni populisme flatteur, afin de rendre valablement compte de la qualité de certains textes de sagesse traditionnels quelle a produits ou diffusés. Cette
 
investigation permettra détudier les conditions théoriques capables délever de tels textes au niveau de documents philosophiques et de procéder, avec de nouveaux arguments et une insistance particulière, à une redéfinition de la philosophie, dont le concept conventionnel renvoie à une pureté et une gratuité problématiques. Toute cette matière philosophique étant réunie, le visage intellectuel propre, la figure théorique spécifique, lidentité philosophique de lAfrique noire, est en mesure de voir le jour. Le débat qui sengage alors est celui de la personnalité de base de la philosophie négro-africaine. La diversité de la pensée négro-africaine ancienne est-elle productrice dune indétermination persistante de son identité de base, ou plutôt, donne-t-elle finalement lieu à la formation dun profil philosophique  précis ?  Le chapitre V a pour préoccupation de cerner la tournure desprit propre de la pensée profonde africaine. Cette personnalité intellectuelle fondamentale ne définit pas seulement un profil civilisationnel qui permet de situer valablement la sensibilité intellectuelle africaine par rapport aux autres traditions philosophiques du monde. Elle met aussi et surtout en place une assise culturelle pouvant contribuer à la refondation de lidentité africaine dans les temps à venir, qui seront sans doute ceux de laccélération du processus de désaliénation totale du monde noir dans le cadre de la Renaissance populaire africaine  et de la révolution culturelle quelle implique. Enfin, le chapitre VI intervient pour répondre à la question de louverture du passé sur le futur. Le cours de la philosophie africaine actuelle va-t-il pouvoir contribuer à conduire à la refondation civilisationnelle du continent pour le propulser vers sa libération totale ou le maintiendra-t-il dans limpasse dune pensée impérialiste contraire aux intérêts des peuples ? Il sagit de mettre en lumière un schéma dévolution probable de la scène philosophique africaine de la prochaine période historique à partir de la contradiction sociale fondamentale, qui continuera certainement dêtre dominante : la contradiction néocoloniale. Il est objectivement envisageable que la philosophie africaine connaisse un mouvement de dépendance de moins en moins crédible et une ascension progressiste de plus en plus forte, mettant au premier plan la philosophie de la libération. Telle quinscrite dans la logique de la contre-histoire intellectuelle, cette philosophie aura vocation à surmonter loccidentalisme, lélitisme, lacadémisme, le théoricisme, le mysticisme, le traditionalisme, le conservatisme philosophiques, etc., pour sinscrire
8
 
résolument dans une vision davant-garde porteuse du projet de Renaissance de la civilisation négro-africaine. Le devenir de la philosophie en Afrique aura peut-être ainsi livré sa signification historique essentielle pour notre temps, depuis lAntiquité jusquà lavenir prévisible. Il est vrai, la science et la théorie de lhistoire montrent que les rendez-vous de lhistoire ne sont jamais ponctuels, mais elles laissent aussi voir que son cours général est intelligible, avançant avec des hauts et des bas vers des progrès significatifs irréversibles à travers des ruptures révolutionnaires. Lhistoire de la philosophie africaine ne peut déboucher sur le triomphe de la philosophie de la libération que parce que la société réelle aura connu ces progrès décisifs en matière davancement de la cause des classes et peuples dominés, que parce que la libération concrète des masses aura été de plus en plus effective, en dépit des contrecoups inévitables. Envisager lavancement de la philosophie indépendamment du progrès général de la société est une illusion aussi vaine que de penser à lavancement de la société sans effet dentraînement sur la philosophie.  
9