Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La politique et l'histoire dans la philosophie française face au socialisme réel dans l'après-guerre

De
490 pages
Parmi les courants de pensée française de l'après-guerre, le marxisme joua un rôle très important, en imposant les thèmes par rapport auxquels les philosophes se situèrent. Les débats sur le marxisme sont inséparables de l'existence du pays qui prétendait le réaliser dans toutes les sphères de la vie (URSS). La politique, comme action collective en vue de la transformation de la société par les débats et l'émancipation, n'a pourtant pas été développée : ni dans les États socialistes, ni dans les États bourgeois. En même temps, les intellectuels français de gauche dans l'après-guerre ont considérablement contribué au renouveau de la pensée socialiste.
Voir plus Voir moins
V
SergueïGACHKOV
LA POLITIQUE ET L’HISTOIRE
DANS LA PHILOSOPHIE FRANÇAISE
FACE AU SOCIALISME RÉEL DANS L’APRÈSGUERRE
JeanPaul Sartre, Cornelius Castoriadis et Claude Lefort
La politique et l’histoire dans la philosophie française face au socialisme réel dans l’après-guerre
La Philosophie en commun Collection dirigée par Stéphane Douailler,Jacques Poulain, Patrice Vermeren  Nourrie trop exclusivement par la vie solitaire de la pensée, l'exercice de la réflexion a souvent voué les philosophes à un individualisme forcené, renforcé par le culte de l'écriture. Les querelles engendrées par l'adulation de l'originalité y ont trop aisément supplanté tout débat politique théorique.  Notre siècle a découvert l'enracinement de la pensée dans le langage. S'invalidait et tombait du même coup en désuétude cet étrange usage du jugement où le désir de tout soumettre à la critique du vrai y soustrayait royalement ses propres résultats. Condamnées également à l'éclatement, les diverses traditions philosophiques se voyaient contraintes de franchir les frontières de langue et de culture qui les enserraient encore. La crise des fondements scientifiques, la falsification des divers régimes politiques, la neutralisation des sciences humaines et l'explosion technologique ont fait apparaître de leur côté leurs faillites, induisant à reporter leurs espoirs sur la philosophie, autorisant à attendre du partage critique de la vérité jusqu'à la satisfaction des exigences sociales de justice et de liberté. Le débat critique se reconnaissait être une forme de vie.  Ce bouleversement en profondeur de la culture a ramené les philosophes à la pratique orale de l'argumentation, faisant surgir des institutions comme l'École de Korcula (Yougoslavie), le Collège de Philosophie (Paris) ou l'Institut de Philosophie (Madrid). L'objectif de cette collection est de rendre accessibles les fruits de ce partage en commun du jugement de vérité. Il est d'affronter et de surmonter ce qui, dans la crise de civilisation que nous vivons tous, dérive de la dénégation et du refoulement de ce partage du jugement. Dernières parutions Iván TRUJILLO,De la possibilité d’une fiction historique chez Jacques Derrida, Phénoménologie, grammatologie, poétique, 2016. Marcos AGUIRRE, Cécilia SANCHEZ,Réflexions sur la politique et la culture en Amérique latine. Marcos Garcia de la Huerta, lectures et délectures, 2016. Paolo QUINTILI, Carlo CAPPA et Donatella PALOMBA,Université ou anti-université. Les humanités dans l’idée de formation supérieure, 2016. Ivan SCHULIAQUER,Le pouvoir des médias. Six intellectuels en quête de définitions. Vattimo - Garcia-Canclini - Negri - Laclau - Boczkowski - Vommaro, 2016.Ioanna KUÇURADI,Le combat pour les droits de l’homme. Un enjeu philosophique de notre temps, 2016. Hélène JACQUIER,Ecritures et Théâtres de l’Intime. Une approche analytique des processus de la création et des représentations artistiques, 2016.
Sergueï Gachkov La politique et l’histoire dans la philosophie française face au socialisme réel dans l’après-guerre Jean-Paul Sartre, Cornelius Castoriadis et Claude Lefort
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-10606-9 EAN : 9782343106069
À Maria et Cyril.
Note de l’auteur
Ce présent ouvrage est une version relue et un peu élargie de ma thèse de doctorat soutenue sous la direction de Monsieur le Professeur Jean-Claude Bourdin en 2012 à l’Université de Poitiers. Provenant de Saint-Pétersbourg, de nationalité russe, je me sens appartenir à la génération de laperestroïka, la démocratisation de la société et du « socialisme au visage humain ». Je suis particulièrement passionné par la philosophie de langue française et je ressens une très forte attraction envers la langue et la culture françaises, ce qui me pousse à écrire et penser en français, qui est pratiquement devenu ma langue de travail intellectuel autant que le russe. Pour la première fois arrivé en France en l’an 2000 j’ai fait mon DEA sous la direction de M. Étienne Balibar, grâce à qui j’ai découvert la pensée française de gauche. J’ai surtout travaillé sur la tradition marxiste en France sous la direction de J.-C. Bourdin, alors professeur à Poitiers, pendant plus de six ans (2006-2012). Ayant une activité d’enseignement en Russie, je travaillais sur mon doctorat en faisant des séjours prolongés en France grâce à mes propres économies ou à une bourse octroyée par le Centre de recherches franco-russes à Moscou (2010). Je voudrais surtout souligner le rôle de mon directeur de recherche, M. Bourdin qui m’a aidé à mener à bien mon travail et qui m’a assisté tout au long de mon travail, en donnant des conseils précieux et en me soutenant dans toutes les démarches. Le sujet de ce livre provient des réflexions sur les rapports entre les deux pays, mais aussi sur le sort tragique des millions de victimes du stalinisme. Cet angle d’attaque m’a permis non seulement de relire Sartre que je connaissais surtout en tant que phénoménologue, mais surtout de découvrir l’œuvre de deux philosophes qui m’ont beaucoup marqué : Cornélius Castoriadis et Claude Lefort, encore peu ou mal connus en Russie et peu ou mal traduits en russe. Parler de l’époque soviétique me fait surtout ressentir de la compassion pour les victimes du stalinisme, un des régimes les plus sanglants de l’histoire de 1 l’humanité. La pensée philosophique française et surtout celle de Castoriadis et Lefort s’est avérée la plus perspicace et puissante pour
1 Si je regarde même jusqu'à l'histoire de ma famille : parmi les arrière-grands-parents aucun de ma connaissance ne fut pas épargné par le régime : paysans ou petits fonctionnaires ils furent exterminés en tant que « koulaks » ou « ennemis de peuple ». 9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin