La vie psychique du pouvoir

De
Publié par

La Vie psychique du pouvoir explore le paradoxe, contenu dans le concept d’assujettissement, selon lequel le pouvoir est à la fois créateur et oppresseur du sujet. Cette contradiction est vécue psychiquement comme « attachement passionnel » du sujet à lui-même. La subjectivité est passionnément liée à sa subordination. Comment dès lors penser une quelconque dissidence ? Une réélaboration du concept d’identité sous ses aspects politiques, psychiques et sexuels permet de donner à cette question un tour inattendu.
La Vie psychique du pouvoir constitue sans doute l’examen le plus magistral des rapports entre « sujet », « pouvoir » et « résistance » depuis Foucault et Althusser. Que l’auteur en soit une femme, américaine de surcroît, rend cet ouvrage encore plus remarquable.
Publié le : mercredi 20 août 2014
Lecture(s) : 19
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782756104546
Nombre de pages : 312
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Judith Butler
La Vie psychique du pouvoir
L’assujettissement en théories
La Vie psychique du pouvoirexplore le paradoxe, contenu dans le concept d’assujettissement, selon lequel le pouvoir est à la foiscréateuretoppresseur du sujet. Cette contradiction est vécuepsychiquementcomme « attachement passionnel » du sujet à lui-même. La subjectivité est passionnément liée à sa subordination. Comment dès lors penser une quelconque dissidence ? Une réélaboration du concept d’identité sous ses aspects politiques, psychiques et
sexuels permet de donner à cette question un tour inattendu. La Vie psychique du pouvoirconstitue sans doute l’examen le plus magistral des rapports entre « sujet », « pouvoir » et « résistance » depuis Foucault et Althusser. Que l’auteur en soit une femme, américaine de surcroît, rend cet ouvrage encore plus remarquable. Judith Butler est professeur de rhétorique et de littérature comparée à l’Université de Californie à Berkeley. Auteur de nombreux ouvrages, elle est considérée comme une théoricienne majeure desGenderetQueer Studies.
EAN numérique :978-2-7561-04534-96 ISBN livre papier : 9782914172585 www.leoscheer.com
Judith Butler
w w w.centrenationaldulivre.fr
© Éditions Léo Scheer, 2002 © Édition originale :The Psychic Life of Power. Theories in Subjection, Stanford University Press, Stanford, California, 1997
Judith Butler
La Vie psychique du pouvoir L’assujettissement en théories
traduit de l’américain par Brice Matthieussent
Éditions Léo Scheer
Non&Non Collection Philosophie dirigée par Catherine MALABOU
REMERCIEMENTS
Ce travail a été généreusement aidé par une bourse de recherche en sciences humaines de l’Université de Californie à Berkeley. Je suis reconnaissante envers les amis et collègues qui ont lu avec beaucoup d’attention certains des chapitres qui suivent : Wendy Brown, William Connolly, David Palumbo-Liu, Kaja Silverman, Anne Norton, Denise Riley et Hayden White ainsi que les étudiants qui ont participé au séminaire intitulé « Sujets sociaux / États psychiques » à Berkeley. Je remercie Adam Phillips pour sa permission de réimprimer notre échange dePsychoanalytic Dialoguesdans ce contexte. Je remercie également Helen Tartar pour sa relecture méticuleuse, intelligente et approfondie, et Gayle Salamon pour son aide relative à mon manuscrit.
Le traducteur aimerait remercier son ami Jean Delaite pour l’aide qu’il lui a apportée, et Jeannette Trocart, libraire àLa Hune, pour ses recherches.
7
PRÉFACE
Tropiques de l’identité Qui m’appelle ?
La collectionNon & Nonest très heureuse d’accueillir, comme son premier titre,La Vie psychique du pouvoir. L’assujettissement en théories. Permettre à Judith Butler de faire son entrée dans le paysage philosophique français est en effet un événement. La notoriété de Judith Butler est planétaire. Professeur de rhétorique à Berkeley, elle est l’une des plus grandes théoriciennes de l’identité, instance à la fois sexuelle, sociale et politique. Son premier ouvrage,Gender 1 Trouble, a été considéré comme le point de départ de la 2 Queer Theory. La réflexion critique concernant l’identité sexuelle, iden-tité que les Anglo-Saxons désignent du nom de «gender»
9
La Vie psychique du pouvoir
(genre) – distinguant ainsi le « genre » du «sex» (sexe) –, n’a encore qu’une présence discrète en France, même si certains intellectuels s’emploient activement à la faire connaître et 3 à la partager . Aux États-Unis, la «Feminist Theory», les «Gender and Sexuality Studies», les «Queer Studies», les «Postcolonial and Race Studies», pour ne citer que ces exemples, constituent des disciplines universitaires à part entière. La France ignore encore tout du statut et du sens du concept américain de «theory» et de ce fait, la question de l’identité sexuelle, sans lieu institutionnel propre, n’a de réelle visibilité que sur la scène du débat politique concernant la parité, lequel laisse dans l’ombre une question essentielle. Comment penser que la politique de la parité 4 ne «détermine pas à l’avance la signification de “femme”» ? Dans quelle mesure acceptons-nous, sans les discuter, les régulations idéologiques, socio-juridiques, Foucault dirait médico-légales, des pratiques sexuelles ? Dans quelle mesure sommes-nous conscients que toute catégorisation de la différence sexuelle n’a pu et ne peut encore être opérée qu’à l’intérieur des limites d’un mode spécifique de sexualité : l’hétérosexualité ? Foucault est évidemment l’un des auteurs phares pour lesGenderetQueer Studies. Deleuze et Guattari également. Levi-Strauss, Derrida, Lacan sont aussi présents. Du côté des femmes, Simone de Beauvoir, Hélène Cixous, Luce Irigaray, Julia Kristeva, Monique Wittig sont lues et discutées de très près. De fait, et Judith Butler insiste sur cette
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.