Le 5 + 5 face aux défis du réveil arabe

De
Publié par

Forme originale de coopération multilatérale en Méditerranée, l'initiative 5+5 (Algérie, Espagne, France, Italie, Libye, Malte, Maroc, Mauritanie, Portugal, Tunisie), lancée en 1990, est fondée sur des règles de fonctionnement souples et efficaces. L'ouvrage dresse un état des lieux et s'interroge sur les voies à emprunter pour conserver les acquis de cette coopération tout en lançant de nouvelles pistes vers des perspectives qui tiennent compte des aspirations exprimées lors des révoltes arabes.
Publié le : mercredi 1 février 2012
Lecture(s) : 18
EAN13 : 9782296483583
Nombre de pages : 180
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le 5+5 face aux défis
du réveil arabe
/HV &DKLHUV GH &RQÁXHQFHV Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
Ils constituent le prolongement de la revue&RQÁXHQFHV 0pGLWHUUDQpH
'pMj SDUXV GDQV FHWWH FROOHFWLRQ 
‡Révoltes arabes, premiers regards,VRXV OD GLUHFWLRQ GH 3LHUUH %ODQF  ‡Intellectuels et Musulmans,VRXV OD GLUHFWLRQ GH 5REHUW %LVWROÀ    Chrétiens dOrient,VRXV OD GLUHFWLRQ GH 3LHUUH %ODQF  ‡ ‡La sous-représentation des Français dorigine étrangère VRXV OD GLUHFWLRQ GH $GGD %HNNRXFKH  ‡Sport et politique en Méditerranée,VRXV OD GLUHFWLRQ GH &KULVWRSKH &KLFOHW HW .ROs *MHORVKDM  ‡La Méditerranée des Juifs, exodes et enracinements VRXV OD GLUHFWLRQ GH 3DXO %DOWD &DWKHULQH 'DQD 5pJLQH 'KRTXRLV&RKHQ  ‡Les langues de la MéditerranéeVRXV OD GLUHFWLRQ GH 5REHUW %LVWROÀ   ‡&KURQLTXHV G·XQ SDFLÀVWH LVUDpOLHQ G·8UL $YQHU\  ‡La Tunisie de Ben Ali : la société contre le régime VRXV OD GLUHFWLRQ G·2OID /DPORXP HW GH %HUQDUG 5DYHQHO  ‡Palestiniens et Israéliens, le moment de vérité VRXV OD GLUHFWLRQ GH -HDQ3DXO &KDJQROODXG 5pJLQH 'KRTXRLV&RKHQ HW %HUQDUG 5DYHQHO  ‡0pGLWHUUDQpH GpÀV HW HQMHX[ GH 3DXO %DOWD  ‡Le guêpier kosovar VRXV OD GLUHFWLRQ GH &KULVWRSKH &KLFOHW HW %HUQDUG 5DYHQHO  ‡LEurope et la Méditerranée, stratégies politiques et culturelles (XIXe et XXesiècles) VRXV OD GLUHFWLRQ GH *LOEHUW 0H\QLHU  ‡La République de la Macédoine, nouvelle venue dans le concert européen VRXV OD GLUHFWLRQ GH &KULVWRSKH &KLFOHW HW %HUQDUG /RU\  ‡Jérusalem, Ville ouverte VRXV OD GLUHFWLRQ GH 5pJLQH 'KRTXRLV&RKHQ  6KORPR (OED] HW *HRUJHV +LQWOLDQ ‡Regarde, voici Tanger GH %RXENHXU (O.RXFKH  ‡Le partenariat euro-méditerranéen après la Conférence de Barcelone GH %LFKDUD .KDGHU  ‡Les cultures du Maghreb VRXV OD GLUHFWLRQ GH 0DULD$QJHOV 5RTXH  ‡Israéliens-Palestiniens, la longue marche vers la paix GH 'RULV %HQVLPRQ  ‡Algérie, les islamistes à lassaut du pouvoir G·$PLQH 7RXDWL  ‡Méditerranée, limpossible mur GH %HUQDUG 5DYHQHO 
Ouvrage collectif sous la direction de Jean-François Coustillière
Le 5+5 face aux défis du réveil arabe
L'Harmattan
© L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56014-7 EAN:9782296560147
INTRODUCTION
/HV &DKLHUV GH &RQÁXHQFHV
POURQUOI S’INTÉRESSER AU 5+5 ?
Jean-François Coustillière Contre-amiral (2S) aujourdhui directeur-fondateur de lassociation Euromed-IHEDN et directeur-fondateur du cabinet JFC Conseil
Le 5+5 est né en 1990 du constat que les relations en Méditerranée sont complexes, fortement liées à lhistoire partagée qui conduit à privilégier des rapports bilatéraux délicats sans vision globale ni réelle concertation régionale. Ce modèle perd de sa pertinence au fur et à mesure que les conséquences de la décolonisation ses-tompent. La chute du mur de Berlin en 1989, qui ouvre la porte à leffon-drement du Bloc de lEst, la marche de lEurope vers le traité de lUnion européenne préparée par lActe unique en 1987, la création de lUnion du Maghreb arabe en 1989, etc sont autant dévé-QHPHQWV TXL PRGLÀHQW SURIRQGpPHQW OHV IDFWHXUV SUpVLGDQW DX[ relations internationales en Méditerranée. Il est temps dorganiser ces rapports autour des nouveaux acteurs émergents. LInitiative 5+5 constitue une première démarche de cette volonté dembrasser les relations sur un mode subrégional ayant vocation à dépasser les échanges strictement bilatéraux avec la perspective ambitieuse dentreprendre ensuite une stratégie résolument régio-nale. Originale dans ses principes, dans son organisation, dans son application et dans ses méthodes, ainsi que nous le montreront les auteurs de ce livre, le 5+5 défriche de nouvelles pistes avec volon-tarisme, discrétion et persévérance. Les obstacles ne manqueront pas tels lembargo sur la Libye en 1992, mais aussi lostracisation de la Mauritanie suite au coup dEtat de 2008, ils sont autant dacci-dents de parcours qui privent momentanément le 5+5 de lun de ses membres. Pour autant, linitiative poursuit son développement et de nou-veaux dossiers sont régulièrement ouverts pour impliquer de plus 5
Introduction
ejnODpIluRLsV dOHe Gd\oQmDaPiLnVePsHdHeWcODo oFpRéQrÀatDiQoFnH jGusHVq uGLeInIpU2H0Q1W0V, PHmPoEUnHtrVaHnQt cette initiative qui les réunit. Au début de lannée 2011, les révoltes arabes en Méditerranée vont affecter, plus particulièrement, deux membres du 5+5, la Tunisie et la Libye, sans préjuger du devenir dautres. 'HYDQW OD QRXYHOOH GRQQH HW DÀQ GH SUpSDUHU O·DYHQLU LO FRQYLHQW GH dresser un état des lieux, une photographie de cette Initiative 5 5 + avant de sinterroger sur les voies à emprunter pour conserver les acquis tout en lançant de nouvelles pistes vers des perspectives qui tiennent comptent des aspirations que les peuples ont manifestées tant à loccasion des révoltes arabes mais également des « mouve-ments des Indignés » plus au Nord. Cest à cette ambition que le présent ouvrage souhaite sappliquer en recueillant à la fois des points de vue institutionnels mais aussi en ouvrant le débat à travers des opinions danalystes ou dintellec-tuels concernés par le Dialogue 5+5.
6
/HV &DKLHUV GH &RQÁXHQFHV
LE 5+5 FACE AUX DÉFIS DU RÉVEIL ARABE Une occasion à saisir !
Arturo M.L. Parisi Professeur de sociologie politique à luniversité de Bologne, membre du parlement italien, membre du Comité des affaires étrangères et de lAssemblée parlementaire de lOTAN, ancien secrétaire de la Présidence du Conseil des ministres 1996-1998, ancien ministre de la Défense 2006-2008
Lémergence de cette période qui est destinée à entrer dans lhistoire sous le nom, de bon augure, de « printemps arabe » a coïncidé avec les célébrations du 150eanniversaire GH O·XQLÀFDWLRQ SROLWLTXH GH OD SpQLQVXOH LWDOLHQQH HQ XQ VHXO eWDWQDWLRQ )DFH j GHV événements de cette nature, en regardant derrière nous et en se souvenant du parcours TXH QRXV DYRQV IDLW HQ WDQW TXH SHXSOH LO HVW LPSRVVLEOH G·RXEOLHU OHV pSLVRGHV GLIÀFLOHV HW GUDPDWLTXHV PDLV DX ÀQDO LO HVW SOXV DLVp GH UHFRQQDvWUH OHV FRQWULEXWLRQV SRVLWLYHV qui ont conduit au résultat. Cette heureuse coïncidence permet ainsi à un Italien, dêtre mieux placé pour distinguer, dans le processus qui sest développé sur la rive sud de la 0pGLWHUUDQpH FH TXL QDvW GH FH TXL PHXUW 'DQV XQ FRQWH[WH SRXUWDQW PDUTXp SDU OH VDQJ et la destruction, la métaphore du printemps annonce plutôt le temps des récoltes que celui de lépuisante reconstruction dun pays. Sans un regard positif sur le futur, la situation présente pourrait nous inviter au pessi-misme. En effet, des émeutes ou de simples désordres nont jamais constitué un environ-nement idéal pour construire et développer des relations économiques et commerciales SURÀWDEOHV /HV SULRULWpV LPSRVpHV SDU OHV GLIÀFXOWpV pFRQRPLTXHV FRQMRQFWXUHOOHV SRXU-raient alors conduire ceux qui suivraient ces événements de lextérieur à apporter des réponses principalement inspirées par une politique dassistance et daides. En revanche, celui qui regarde plus loin, sait que tendre la main à la rive sud, cest investir dans lavenir HW OD VpFXULWp GH WRXV 'H IDLW O·$FWH ÀQDO GH OD 'pFODUDWLRQ G·+HOVLQNL pWDEOLW FODLUHPHQW le lien indissoluble entre la sécurité de lEurope et celle de la Méditerranée et du Moyen-Orient. Notre président de la République, Giorgio Napolitano, a rappelé récemment que lavenir réside dans lintégration et la coopération. Une approche mieux coordonnée de la coopé-ration, dans ses moyens comme dans ses objectifs, nous permettra de façonner le présent et de peser sur le futur. Dans cette perspective, les organisations internationales présentes GDQV OD UpJLRQ PpGLWHUUDQpHQQH RQW GpÀQL GHV FDGUHV G·LQWHUYHQWLRQ HW GHV LQLWLDWLYHV Dans ce contexte, le Dialogue 5 +5, plus particulièrement le format Défense, a mis en évidence des particularités qui méritent dêtre mentionnées. Linitiative a été conçue dans une logique de démarche partagée, dans une perspective de solidarité et dintérêts com-PXQV /D PDvWULVH FRPSOqWH GX SURFHVVXV O·DGKpVLRQ XQDQLPH SDVVLRQQpH HW SURDFWLYH la pertinence et le succès des schémas, des méthodes opérationnelles et de lagenda ont 7
 oitcudorIntn
permis de faire reconnaitre lInitiative comme un modèle de coopération et à ce titre comme un laboratoire expérimental. Nous avons donc là une « formule gagnante », mais nous ne pouvons pas dormir sur nos lauriers. Les nouveaux stimuli issus de la dynamique enclenchée par les émeutes du « printemps arabe » nous invitent à continuer sur cette PrPH YRLH DYHF HQFRUH SOXV G·DUGHXU HW j UpÁpFKLU DX[ DGDSWDWLRQV HW DX[ DPpOLRUDWLRQV qui peuvent être tirées de ces sept années dexpérience sur le terrain. Dans un contexte général qui exige à la fois de la cohérence mais aussi un vrai souci de limitation des dépenses publiques, une plus grande intégration entre les trois départe-ments, Affaires étrangères, Défense et Intérieur, me semble être lun des objectifs poli-tiques prioritaires. Ceci nous permettra de « mieux dépenser largent », de réaliser des économies déchelle et, en même temps, de trouver de précieuses synergies. Les modali-tés à mettre en uvre dans ce but relèveront des décisions concertées entre membres de lInitiative. Il est certain que dans linterdépendance contemporaine, la proximité géogra-phique confère aux acteurs de nouvelles responsabilités politiques. (QÀQ UHOHYDQW OD MHXQHVVH GH OD PDMRULWp GHV DFWHXUV GX © SULQWHPSV DUDEH ª PDLV DXVVL FHWWH QRXYHOOH LGHQWLWp WUDQVQDWLRQDOH LO LPSRUWH GH UHFRQQDvWUH OH U{OH MRXp SDU OHV SUR-cessus de socialisation et de formation des nouvelles générations et à cet effet le rôle des réseaux de communication modernes. Dans cette nouvelle ère que le « réveil arabe »ouvre en Méditerranée, ce puissant catalyseur dinteropérabilité des esprits peut certai-nement apporter une contribution essentielle et remarquable à une meilleure compré-hension mutuelle par la mise en uvre de réseaux déchanges dynamiques et informels, G·DXWDQW SOXV HIÀFDFHV TXL IDFLOLWHURQW HW RSWLPLVHURQW OHV pFKDQJHV G·H[SpULHQFHV OHV procédures opérationnelles et la formation. 0DOJUp OHV LQFHUWLWXGHV GH OD WUDQVLWLRQ FHWWH PXOWLWXGH G·RSSRUWXQLWpV TXL VH SURÀOHQW SHUPHWWUDLW GRQF GH FRQVLGpUHU O·qUH TXL V·RXYUH FRPPH OH SULQWHPSV VDLVRQ TXL SUpÀJXUH davantage les moissons que la reconstruction dun pays dévasté. Cest dans ce contexte TXH O·,QLWLDWLYH   GHYUD M·HQ VXLV FRQYDLQFX FRQÀUPHU VD SHUWLQHQFH HW UHQRXYHOHU VD proposition.
8
Rome, le 10 novembre 2011
/HV &DKLHUV GH &RQÁXHQFHV
LE 5+5 : LE CADRE DIPLOMATIQUE DE L’INITIATIVE
Michel Roche Ancien diplomate plus particulièrement en poste en Europe et au Proche-Orient, a été point de contact pour le 5+5 Affaires étrangères. Il est actuellement consultant auprès de France Expertises Internationales, pour la préparation des travaux du Forum pour lAvenir que la France copréside en 2011 avec le Koweït.
« Avant ce voyage au Maroc (NB. Janvier 1983), le président a cherché une idée susceptible de renforcer la vocation méditerranéenne de lEurope et de permettre aux Marocains et aux Algériens de dépasser leur antagonisme dans un contexte plus large. Il a fait bon accueil à une suggestion de Claude Cheys-son que Michel Vauzelle et moi avons fortement appuyée : celle de proposer une concertation entre riverains de la Méditerranée occidentale la Médi-terranée occidentale est bordée de pays (France, Espagne, Portugal, Maroc, Algérie, Tunisie, Italie) qui ont en commun de vrais problèmes économiques, migratoires, écologiques, politiques, quils pourraient mieux régler ensemble que séparément. » (Hubert Védrine.Les mondes de François Mitterrand)
A près de trente ans de distance, le jugement dHubert Védrine UHVWH YDODEOH  ODQFp j OD ÀQ GHV DQQpHV  HW RSpUDWLRQQHO XQH dizaine dannées plus tard, le 5+5 sest imposé dans le paysage multilatéral entre 1990 et 2010 comme un instrument au service du rapprochement entre les pays de la Méditerranée occidentale. Le 5+5 constitue un cadre de dialogue souple sans vocation à prendre des décisions et encore moins à créer des institutions. Il regroupe les cinq pays du Maghreb : Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie et Libye et cinq pays de la rive nord de la Méditerranée :Portugal, Espagne, France, Italie et Malte. Le succès de la formule tient essentiellement au fait que le processus concerne un petit nombre de pays liés par une forte proximité et quil a permis de GpYHORSSHU XQ FOLPDW GH FRQÀDQFH Les printemps arabes avec la révolution tunisienne puis la crise en Libye, ont toutefois eu pour conséquence de suspendre le9
Introduction
processus et les rencontres programmées ont toutes été retirées du calendrier. Larrêt est dautant plus visible que lannée 2010 avait été active et quil était prévu de réunir, en 2011, un sommet des chefs dEtat et de gouvernement, qui aurait été le second après celui de 2003. Il ne faudrait pas pour autant tirer la conclusion que le 5+5 a vécu: OHV UDLVRQV TXL RQW HQWUDvQp OD FUpDWLRQ GX  HW IDLW VRQ VXFqV traduisent des réalités fondamentales qui devraient simposer à QRXYHDX GqV TXH OD VLWXDWLRQ VHUD VXIÀVDPPHQW FODULÀpH FKH] QRV partenaires. Il sagit selon toute probabilité dune période dattente. Lexpérience acquise par le 5+5 à travers trois décennies montre quil a su sadapter aux soubresauts politiques tout en sadaptant à lévolution du paysage multilatéral dans la région. Ceci permet despérer une relance lorsque la situation se sera stabilisée au sud de la Méditerranée. En 1983 le président Mitterrand propose à nos partenaires dorga-niser une concertation en Méditerranée Occidentale. Cette pro-position part du constat quil existe des relations bilatérales avec chacun des pays de la région, mais quil manque en revanche un dispositif multilatéral de dialogue pour aborder les questions qui intéressent la sous-région dans son ensemble. Lhéritage de lhis-toire récente explique largement labsence dun tel cadre : les années 80 sont encore celles de la Guerre froide, tandis que les illusions du panarabisme, sans oublier pour certains celles du tiers-mondisme, nont pas encore disparu. A cela sajoute, la question du Sahara occidental apparue au cours des années 70, qui commence à peser sur le climat des relations dans la région et, bien sûr, entre les pays du Maghreb eux-mêmes. Dans ce contexte, le sentiment quil est nécessaire détablir un dia-logue multilatéral est largement partagé, aussi les propositions se multiplient-elles au cours des années 1980 ; mais toutes se heurtent j GHV GLIÀFXOWpV /D SURSRVLWLRQ IUDQoDLVH GH  GHYUD DWWHQGUH  SRXU YRLU HQÀQ OH MRXU DSUqV O·pFKHF G·XQ SURMHW LWDOLHQ GH CSCM, élaboré sur le modèle de la CSCE. /HV FRQGLWLRQV GHYLHQQHQW IDYRUDEOHV j OD ÀQ GH OD GpFHQQLH SRXU IDLUH DYDQFHU OH SURMHW FDU O·DQQpH  D PRGLÀp OD GRQQH  DYHF la chute du mur de Berlin et bientôt la désintégration de lURSS, les Européens se trouvent prioritairement engagés dans un effort visant à normaliser la situation des pays de lancien bloc communiste et permettre à ces pays de se rapprocher de lUnion européenne. 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.