Le capitalisme, cancer de l'humanité

De
Publié par

En 2016, le patrimoine cumulé de 1% de la population mondiale dépassera celui des 99% restants, ce qui est sans précédent. Cette minorité possède tous les pouvoirs : économique, médiatique, politique, qu'ils soient étiquetés de droite ou de gauche, les partis de gouvernement sont tous convertis aux dogmes néolibéraux et pratiquent en fait la même politique une fois aux commandes. Le capitalisme est devenu fou. Un autre univers, plus juste et plus humain, est pourtant possible. Il n'est que temps de travailler à son avènement, avant que les dommages ne soient devenus irréversibles.
Publié le : dimanche 15 novembre 2015
Lecture(s) : 4
EAN13 : 9782336396156
Nombre de pages : 438
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
5
GeorgesKERNROSIEH ns contemporaines Q LE CAPITALISME, CANCER DE L’HUMANITÉ Une économie inhumaine et meurtrière, une société malade, la vie sur Terre en péril
Questions contemporaines
LE CAPITALISME, CANCER DE L’HUMANITÉ
Du même auteur :
Les souvenirs galants du marquis de V…,au Mercure de France et au Grand livre du mois. © L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07156-5 EAN : 9782343071565
Georges Kornheiser LE CAPITALISME, CANCER DE L’HUMANITÉ Une économie inhumaine et meurtrière, une société malade, la vie sur Terre en péril
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Florent VILLARD,Critique de la vie quotidienne en Chine à e l’aube du XXI siècle, 2015. Julien PEQUIGNOT, François-Gabriel ROUSSEL (Dir.), Les métavers, Dispositifs, usages et représentations, 2015 Michelle BERGADAA,Le plagiat académique.Comprendre pour agir,2015.Walter GERBIN,Civilisation. De la fabrique d’un concept à la fabrique d’une guerre,2015. Julien DEMADE, Les embarras de Paris, ou l’illusion techniciste de la politique parisienne des déplacements, 2015 Arnaud RICHARD, Fred HAILON, Nahida GUELIL,Le discours politique identitaire dans les médias, 2015 Jean Joseph PALMIER,Que faire des minorités visibles ?, L’exemple de Gaston Monnerville, Président du Sénat, 2015 Abdelkrim BOUHOUT,Essai sur la visibilité des migrants relégués, 2015. Philippe NADIN,Un néo-fascisme à la française, 2015. Morgane COUAPEL,L’éthique, une si belle utopie, 2015.Pascal MOUNIER,Plaidoyer pour une démocratie populaire, 2015. Philippe JOURDAIN,Pour un humanisme durable, 2015.
A l’humanité souffrante, à ceux qui ont combattu pour elle de Spartacus à nos jours et en hommage à Stéphane HESSEL.
« Indignez-vous », « Engagez-vous »Stéphane Hessel. « Tout homme riche est ou injuste dans sa personne, ou héritier de l’injustice et de l’iniquité d’autrui »Saint-Jérôme. « (…) Une certaine conspiration des riches faisant au mieux leurs affaires (…). Les conjurés cherchent par toutes les ruses et par tous les moyens possibles à atteindre ce double but : 1/s’assurer la possession certaine et indéfinie d’une fortune plus ou moins mal acquise, 2/abuser de la misère des pauvres, abuser de leurs personnes et acheter au plus bas prix possible leur industrie et leur labeur. »Sir Thomas More :UTOPIE(1516 !) « Réfléchissez : la source principale de l’usure, du brigandage et du meurtre, ce sont nos seigneurs et nos princes. Ils prennent tout ce qu’ils veulent : le poisson dans l’eau, l’oiseau dans le ciel, la plante sur terre, tout doit être à eux. Après quoi, ils viennent prêcher le commandement divin : tu ne voleras point ! Ils dépouillent et exploitent les pauvres paysans, les artisans et le peuple entier, mais si quelqu’un leur prend une chose de peu de valeur, ils le pendront aussitôt haut et court, et le Dr Lügner[Dr Menteur, Luther]Les seigneurs eux-mêmes sontamen ». leur chantera « coupables de ce que le pauvre se dresse contre eux. S’ils ne veulent pas éliminer les causes de la révolte, comment peuvent-ils espérer vivre une vie tranquille ? Telle est mon opinion. C’est ce genre de sermon qui me vaut l’appellation de rebelle. Qu’il en soit ainsi ! »Thomas Müntzer (1525 ?) « Cette féodalité de l’argent sur laquelle s’appuie le contrat social. »Balzac :LAMAISONNUCINGEN. « Un temps viendra où l’on ne concevra pas qu’il fût un ordre social dans lequel un homme comptait un million de revenus, tandis qu’un autre homme n’avait pas de quoi payer son dîner. »Chateaubriand (1831) « En faisant de l’argent le mobile unique ou presque de tout acte, la mesure unique ou presque de toute chose, on a mis le poison de l’inégalité partout. »Simone Weil (1949) « Les États-Unis d’Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence, sans jamais avoir connu la civilisation » Albert Einstein. « Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »Orwell.
7
BIBLIOGRAPHIE LES NOUVEAUX MAÎTRES DU MONDE,L’EMPIRE DE LA HONTE(Jean Ziegler), APRÈS L’EMPIRE(Emmanuel Todd),L’ÉTAT VOYOU(William Blum), QUAND LE CAPITALISME PERD LA TÊTE,LE PRIX DE L’INÉGALITÉ(Joseph Stiglitz), LE CAPITALISME TOTAL(Jean Peyrelevade), LE CAPITALISME EST EN TRAIN DE S’AUTODÉTRUIRE (Patrick Artus), LE CAPITAL AU XXIe SIÈCLE(Thomas Piketty). L’auteur s’est également inspiré d’excellents articles publiés notamment par Le Canard Enchaîné, Charlie Hebdo, Le Nouvel ObservateuretMarianne.
8
AVANT PROPOS
Ces lignes, écrites en partie avant la Crise et la faillite éclatante de l’ultra libéralisme, sont plus actuelles que jamais. L’auteur a choisi de ne pas y apporter de grands changements, à part quelques retouches et quelques notes ici ou là. Les chiffres et la situation ne se sont pas améliorés, bien au contraire, le tableau n’a fait que s’assombrir et le pire est encore à venir.
Peu de modifications donc à un texte traitant un peu des États-Unis et surtout du capitalisme (dont ils sont le bastion, le modèle idéal, ce qui vaut là-bas prévalant également ailleurs ou le préfigurant). Des phrases ont été sciemment laissées au présent, même si les choses se sont notoirement aggravées depuis. Cela permettait de mieux souligner, de mettre en lumière que le cri d’alarme lancé alors n’était que trop justifié et que nous étions encore très en dessous d’une réalité qui apparaît sous son jour le plus cru, le plus sinistre, de plus en plus cru et sinistre.
Où en sommes-nous ? Sur 7 milliards d’individus, plus d’un milliard souffrent de la faim (record absolu depuis quarante ans), 3,5 milliards sont juste au-dessus du seuil de famine, et malnutris. Un milliard vivent actuellement avec moins de un dollar par jour et près de la moitié de l’humanité, avec moins de deux dollars. Soulignons que, parallèlement, les trois premières fortunes du monde totalisent à elles seules des avoirs supérieurs au PIB des 48 pays les plus pauvres, que les revenus des 300 personnes les plus riches de la planète dépassent ceux des 2 milliards les plus pauvres, que, selon l’ONG Oxfam (chiffres confirmés par l’ONU) 80 milliardaires (85 en 2014) possèdent la moitié des richesses du monde, autant que la moitié de la population terrestre, 80% de l’humanité devant se contenter de 5,5% du patrimoine total, que les 22,4% de celle-ci vit sous le seuil d’extrême pauvreté (soit moins de 1,5$ par jour), selon une étude de l’ONU, 1 à 2% de la population mondiale détient la moitié du patrimoine des ménages, les autres 99% étant détenus par l’autre moitié.
Les milliardaires ont vu la valeur de leurs avoirs doubler en 5 ans. En 2016, le patrimoine cumulé de 1% de la population mondiale dépassera celui des 99% restant, situation sans précédent dans l’histoire. Une fois de plus, on constate que si la crise pèse lourdement sur l’humanité, elle semble au contraire bénéficier aux plus riches.
L’ampleur des inégalités devient vertigineuse et le fossé se creuse de plus en plus rapidement. Toujours selon l’ONU, au niveau mondial, la part des salaires a au contraire chuté de 62 à 54%. L’écart des revenus atterrit désormais directement dans les poches des actionnaires.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.