Le désenchantement américain

De
Publié par

A la veille d'une élection présidentielle de tous les dangers, les États-Unis se portent mal. Ce n'est pas leur économie qui est en jeu mais leur déchéance morale en tant qu'Empire. Leur espionnage sans fin, leur violence interne et externe ainsi que leur arrogante certitude d'être exceptionnels. Le crépuscule semble bien annoncé. Seul un sursaut moral et institutionnel pourrait redonner à ce grand pays le leadership dont le monde a besoin plus que jamais et que les Chinois ne peuvent exercer seuls.
Publié le : dimanche 1 mai 2016
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782140008863
Nombre de pages : 260
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Q
por
Hervé Pierre contemporaines QLa n du mythe LE DÉSENCHANTEMENT AMÉRICAIN De l’aube républicaine au crépuscule impérial
Questions contemporaines
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08775-7 EAN : 9782343087757
LE DÉSENCHANTEMENT AMÉRICAIN
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Jean-Michel TOULOUSE,Que faire pour changer la société capitaliste ?, 2016 Roger EVANO, La démocratie faceau défi de l’islamisme, 2016. András István TÜRKE,La géopolitique des premières missions de l'Union européenne en Afrique, nouvelle édition, 2016.Yves LE DUC,La valeur des diplômes, 2016. Jean-François DE LE MARANDAIS, Martine PEYRARD-MOULARD,Chômage, la courbe qui ne voulait pas s’inverser !, 2016 Michel ADAM,Jean Monnet, Citoyen du monde, Une pensée pour aujourd’hui, Seconde édition,2016. Emmanuel NKUNZUMWAMI,La France inquiète face à son avenir, Des élections européennes de mai 2014 à l’élection présidentielle de mai 2017, 2016. Marc NABETH,Quelle sera la protection sociale des Français en 2025 ? Nouveaux enjeux, nouveaux défis, 2016. Nasser BACCOUCHE,Le regard de l’étranger : altérité, minorités et devenir révolutionnaire, 2016.
Hervé PIERRE
LE DÉSENCHANTEMENT AMÉRICAIN De l’aube républicaine au crépuscule impérial La fin du mythe
Du même auteur :
La République ? Mon Dieu, quelle pagaille ! Editions Baudelaire, Paris 2011 Tous prisonniers ? Comment et pourquoi nos libertés se perdent au nom de la sécurité.Editions L’Harmattan, Paris, 2014 Le culte des armes, en collaboration avec Olivier Hassid Editions L’Harmattan, Paris 2015
PRÉLUDE
28 août 2000, Washington. George Bush parle devant la convention nationale du B’nai B’rith, organisation juive influente dans le monde entier. Sans se soucier de savoir comment son propos sera interprété, il lance péremptoire à son auditoire : « notre pays est élu par Dieu et commissionné par l’histoire pour être un modèle mondial de 1 Justice ».
La certitude que les États-Unis seraient exceptionnellement bons par nature, parce qu'ayant une relation privilégiée à Dieu en tant que peuple élu, est au cœur de l’histoire de l’Empire américain et de ses méfaits.
Années 2010. États-Unis. Vous dormez tranquillement et soudain une explosion brise tous les carreaux, vous réveille en sursaut. Un phare tourne dans la pièce, une sonnerie stridente fend l’air. Vous devinez, au bruit assourdissant, qu’on est en train d’enfoncer la porte. Vos enfants crient de peur. Parvenant à reprendre vos esprits, vous apercevez à l’extérieur un véhicule blindé. Des hommes font irruption dans votre chambre, vêtus de noir, cagoulés, ils portent des fusils d’assaut comme des militaires. Ils hurlent : « Couchez-vous ! Mains sur la tête ! » Votre chien s’en mêle, aboie. On vous conduit dans la salle, sans vous laisser vous habiller, sous la menace des armes. On vous menotte à une chaise. Voilà les enfants et votre compagnon qui arrivent aussi. Ils subissent le même traitement. Vous vous croyez dans une série télévisée sur la guerre en Irak. Mais non, c’est du réel.
1  «y history to be aissioned b nation is chosen by God and comm Ou r model to the world of justice…”
7
C’est chez vous, en Amérique. Comme votre chien continue de japper, un des hommes en noir l’abat froidement. Devant tout le monde. Les assaillants commencent alors à mettre votre maison à sac. Brisant les portes, les fenêtres, tous les obstacles qui les retardent. C’est alors que vous comprenez que le bruit qui vous a réveillé est celui d’une grenade à souffle dont les traces sont sur le sol béant à vos pieds. Ils vont vous retenir ainsi plusieurs heures, sans répondre à une seule de vos questions. Ni sur ce qu’ils font, ni sur qui ils sont. Puis ils s’en vont, laissant la maison sens dessus dessous, le chien baignant dans son sang...
Extrait du rapport annuel 2014 de l’Association américaine pour les libertés civiles (ACLU). Comme beaucoup de cas de ce type, la police, c’est d’elle qu’il s’agit, recherchait simplement un utilisateur de marijuana, identifié dans une transaction record de…cinquante dollars ! Si les bavures de la police sont si nombreuses aux États-Unis, c’est que les Américains confondent police et armée, tant ils sont imprégnés de mentalité guerrière.
27 août 2014. Une fillette de neuf ans du New Jersey est en vacances avec ses parents en Arizona. Short rose et socquettes blanches. La famille passe dans un centre d’attraction qui vend des frites, des burgers et le plaisir de tirer avec des armes automatiques. La grande consommation appliquée aux fusils d’assaut ! Elle n’a que neuf ans ? Qu’à cela ne tienne. Il est temps de lui apprendre à tuer. Il faut en faire une bonne Américaine. Les parents la confient à un instructeur qui lui met un pistolet mitrailleur Uzi dans les mains. Elle actionne la détente et le recul de la rafale pousse l’arme au-dessus d’elle. Le tir atteint l’instructeur à la tête qui décède en arrivant à l’hôpital. Un an après, le centre de tir accepte toujours les enfants sans aucune restriction. Rien n’a changé.
Pratiquement deux enfants sont tués par arme à feu chaque semaine aux États-Unis. Trente mille personnes y meurent par balle chaque année.
27 avril 2015. Time Magazine publie comme tous les ans son numéro spécial sur les cent personnes les plus influentes au monde. Les États-Unis n’ont beau représenter que 4,2% de la population mondiale, ils n’en possèdent pas moins, selon l’hebdomadaire, 52 % des heureux élus, dont plus de 15% dans la seule région new-yorkaise! À part quelques noms effectivement universellement connus, on est
8
surpris de découvrir les lauréats : Mellody Hobson, Lee Daniels, Misty Copeland, Bryan Stevenson, Kira Orange Jones, et tant d’autres, sont certainement des gens compétents. Mais qui, à part quelques initiés spécialisés, les connaît en dehors des États-Unis ?
Les Américains sont persuadés qu’ils représentent le centre du monde et que leur culture s’étant imposée partout, seuls leurs compatriotes sont dignes d’intérêt. Ils se croient seuls sur une planète qu’ils dominent tellement que les autres sont réduits à de rares sujets d’étude exotiques...
« Les Américains doivent se « désenchanter » - pour reprendre un beau mot de Lincoln - des idées bien arrêtées qu’ils ont d’eux-mêmes, de leur pays et de la place qu’ils lui pensent devoir occuper dans le monde. Oublier la notion séculaire qu’ils seraient le peuple élu de Dieu. Dans le monde d’aujourd’hui, cela ne peut que leur aliéner les autres nations. Admettons cette vérité historique : les États-Unis, dans toutes leurs relations étrangères, n’ont pas toujours été vertueux et innocents, loin de là. Certes, ils ont fait beaucoup de bien, mais, dans leur désir de superpuissance, ils ont aussi souvent violé leurs propres principes et infligé des souffrances aux autres. L’unilatéralisme a bien servi les États-Unis pendant un siècle et demi mais dans ce monde global et dangereux ce n’est plus viable. Les problèmes mondiaux exigent maintenant des approches et des solutions multilatérales. Les États-Unis ne peuvent pas les résoudre en imposant leur point de vue et quand ils ont essayé de le faire, comme en Irak, ils se sont montrés contre-productifs. Les États-Unis doivent se montrer prudents dans l’utilisation de leur force, encore considérable. S’il ne faut pas qu’ils se retirent complètement d’un monde apparemment devenu pour eux hostile et ingrat, ils doivent prendre conscience que leur puissance, 2 aussi impressionnante soit-elle, a atteint ses limites . » Comme quoi tous les Américains ne sont pas aveugles !
2  George C. Herring : Introduction àFrom Colony to Superpower,Oxford University Press, New York, 2008
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.