//img.uscri.be/pth/d37892145318ddf97acc5a639d318907e2c0c6fb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le développement durable

De
134 pages
Cet ouvrage examine les conditions de possibilité d'un développement durable "partagé" entre les entreprises et les territoires. S'il part de constats préoccupants, comme les délocalisations qui semblent attester un divorce croissant entre entreprises et territoires, il montre aussi la diversité des politiques de développement durable conduites par les entreprises et des rapports qui en résultent avec les territoires où elles sont implantées. L'ouvrage est également l'occasion de présenter une conception originale de la prospective, la "prospective du présent".
Voir plus Voir moins

LE DÉVELOPPEMENT
AU REGARD

DURABLE
DU PRÉSENT

DE LA PROSPECTIVE

http://www.1ibrairieharmattan.com diffusion.harmattan @wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr (Ç)L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-01339-2 EAN : 9782296013391

SYLVAIN

ALLEMAND

LE DÉVELOPPEMENT AU REGARD

DURABLE DU PRÉSENT

DE LA PROSPECTIVE

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie
Espace Fac..des L'Harmattan Sc. Sociales, BP243, Université Kinshasa Pol. et Adm. ;

L'Harmattan

Italia

L'Harmattan

Burkina Faso

Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest

Via Degli Artisti, 15 10124 Torino

1200 logements villa 96

KIN XI

12B2260
Ouagadougou 12

de Kinshasa

- RDC

ITALIE

SOMMAIRE

INTRODUCTION

p. Il

PARTIE I
QU'EST-CE QUE LA PROSPECTIVE

PP. 17 - 24
DU PRESENT?

1-1 Ce qu'elle n'est pas 1-2 La prospective du présent: où et comment? 1-3 Les mots clés de la prospective du présent

p. 17 p. 20 p. 23

PARTIE II

PP. 25 - 40 UNE APPROCHE ORIGINALE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

11-1 Les affinités entre développement durable et prospective du présent 11-2 Pour un développement durable partagé 11-3 La prise en compte de la dimension territoriale II-4 La crise comme moteur de changement 11-5 Une approche néanmoins critique 11-5.1 Durable ou soutenable? 11-5.2 Une vision en termes de piliers trop figée 11-5.3 « Décroissance durable» ou « abondance frugale» ?

p. p. p. p. p. p. p.

26 28 29 33 35 35 37

p. 38

7

PARTIE III

PP.41-62 UN DIAGNOSTIC LUCIDE MAIS QUI NE CEDE PAS AU FATALISME p. 42 p. 45 p. 49 p. 52 p. 59 p. 61

111-1Des repères prospectifs préoccupants 111-2 Des relations plus lâches entre les entreprises et les territoires. . . Encadré: Divorce entreprises/territoires: le cas du Valenciennois 111-3 .. .mais différenciées selon les entreprises 111-4Un système productif sous tensions 111-5 Les délocalisations, une contribution au développement durab le ?

Partie IV

PP.63 91 LES SIGNAUX FAIBLES D'UN DEVELOPPEMENT DURABLE PARTAGE p. 63 p. 64 p. 66 p. 69 p. 71 p . 75

IV-l Des initiatives d'entreprises IV-I.l La Responsabilité Sociale d'Entreprise (RSE) IV -1.2 Le territoire comme ressource. L'exemple de La Poste IV-I.3 L'apport de l'économie sociale et solidaire IV-I.4 L'écologie industrielle IV-2 Des initiatives de collectivités territoriales IV-2.1 « Le développement durable, ce n'est que du bonheur ». L'exemple de Loos-en-GohelIe (Nord -Pas-de-Calais) IV -2.2 Le Parc naturel régional des marais du Bessin et du Cotentin (Manche) IV -3 Une gestion réussie de territoires « emboîtés» : le cas du bassin Seine-Normandie IV -4 Les conditions d'un développement partagé entre entreprises et territoires IV-5 Du bon usage des dispositifs de démocratie participative IV -6 Conseil de développement: intérêt et .. .litllites 8

p. 75 p. 81 p. 82 p. 86 p. 88 p. 90

Partie V
A UN DEVELOPPEMENT

PP. 93 -102 LES OBSTACLES DURABLE PARTAGE p. 93 p. 96 p. 97 p. 99 p. 101

V-1 Des initiatives qui ne s'additionnent pas V-2 Des initiatives qui ne sont pas toujours à la hauteur des défis V-3 Du risque du localisme V-4 De la difficuité à reconnaître les acteurs potentiels V-5 Des acteurs trop cloisonnés

Partie VI
DES QUESTIONS

PP. 103 - 126
EN SUSPENS

VI-t Qu'entendre au juste par développel11ent durable? VI-2 Quel territoire pertinent pour un développement durable partagé? VI-3 Entreprise: de quoi parle-t-on? VI-4 Un nouveau modèle de performance à inventer VI-5 Quels biens et quels services pour un développel11ent durable partagé? VI -6 Qu ' est-ce que la richesse? VI -7 Quelle gouvernance ? VI-8 Qu'entendre par Nature?

p. 103 p. 105 p. 107 p. 111 p. p. p. p. 115 116 119 123

Conclusion
VERS

PP. 127

129

UN DEVELOPPEMENT DESIRABLE?

POUR ALLER PLUS LOIN

p. 131

9

Le Développement Durable Au regard de la prospective du présent

INTRODUCTION

Par développelnent durable, on désigne ordinairelnent une nouvelle conception du développement définie dans le rapport publié en 1987 par la COlnmission Mondiale sur l'Environnement et le Développement sous le titre Notre avenir à tous et plus connu sous celui de rapport Brundtland (du nom du Premier ministre norvégien qui avait présidé la Comlnission). Un développelnent qui vise à «répondre aux besoins présents sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs ». Pour y parvenir, il se fixe trois objectifs (ou «piliers ») : satisfaire les besoins humains dans un souci d'équité (pilier social) en préservant l'Environnement (pilier écologique) tout en maintenant la croissance économique (pilier économique). Depuis la publication de ce rapport, et plus encore après le Somlnet de la Terre organisé en 1992 à Rio en présence de plus de 170 chefs d'Etat et de gouvernement pour examiner les conditions pratiques de sa mise en œuvre, le développement durable s'est imposé comme le nouveau mot d'ordre d'un large spectre d'acteurs: les Etats et leurs gouvernements, les organisations internationales, les entreprises (principalement multinationales), les ONG, les collectivités territoriales, etc. Une abondante littérature grise et pratique lui a été consacrée pour en approfondir le Il

contenu, en pointer les limites ou lui opposer d'autres VOles. Depuis son apparition, le développement durable a incontestablement permis de susciter une prise de conscience de la nécessité d'un changement de cap. Il a notamment amené une diversité d'acteurs et notamment les entreprises à prendre davantage en compte l'impact social et environnemental de leurs activités économiques. Seulement, les défis qui se posent aujourd'hui ne sont plus tout à fait ceux qui se posaient alors, au milieu des années 1980. De fait, tandis que les exclusions, pauvretés et injustices exacerbent les conflits à travers le monde, au sein des sociétés, la diversité culturelle paraît menacée. Des constats qui amènent à se demander si, en focalisant sur les seuls piliers social, économique et environnemental, les prollloteurs du développement durable n'auraient pas Olllis d'autres piliers: culturel, politique... Par ailleurs, le développement durable a au cours de ces mêmes années inspiré des référentiels divers de même que des conceptions variables selon les contextes institutionnels et géographiques au point de justifier une approche «géopolitique» du développement durableI. Autrement dit, il n'y aurait pas un mais des « développements durables ». Bien qu'elle se soit imposée dans le débat public et les enseignelllents, la notion de développement durable est encore llléconnue. De sorte qu'on peut en dire ce que saint Augustin disait à propos du temps: «Le développement durable, je sais ce que c'est tant qu'on ne me demande pas de le définir. Quand on me le demande, je ne sais plus ». Le propos de ce livre est de contribuer à faire connaître le développement durable, ses enjeux et ses outils ainsi que les débats théoriques et idéologiques dont il fait
1 Géopolitique Paris, 2005. du développement durable, Rapport Antheios, Puf,

12

aujourd'hui l'objet, à partir d'une démarche que l'on entreprendra également de faire connaître: la prospective du présent. La première partie du livre est spécialement consacrée à cette dernière. Disons en préaInbule qu'elle correspond à une nouvelle conception de la prospective: une prospective non pas au service du prince mais des citoyens. Là où la prospective classique s'emploie à éclairer les décideurs et gouvernants en élaborant des scénarii ou des futurs possibles en extrapolant des tendances lourdes, la prospective du présent vise à créer les conditions d'une coconstruction (par l'ensemble des acteurs concernés) de futurs souhaitables à partir de signaux faibles: des initiatives et expériences qui sont autant de prémices de ces futurs souhaitables mais qu'on ne perçoit pas faute de chausser toujours les bonnes lunettes, (autrement dit les catégories et modes de pensée adéquats). C'est dire si la prospective du présent est aussi un enjeu de connaissances. C'est dire aussi si elle peut être utile au renouvellelnent de l'approche du développement durable (partie II). COlnment? Non pas tant en en proposant une énième définition mais en examinant les conditions concrètes d'un développement durable « partagé» entre les acteurs concernés: les élus et gouvernants, les entreprises, les chercheurs et experts, les associations, sans oublier les citoyens. A cette fin, elle se met à l'écoute des initiatives et des expériences à même d'y contribuer. Qu'il y ait urgence à réagir, la partie III du présent ouvrage le rappelle à travers un diagnostic de la situation de la planète qui est aussi l'occasion de mettre l'accent sur une tendance égaleInent préoccupante: le divorce auquel on seInble assister entre les entreprises et les territoires au mOInent même où ils devraient s'allier. Alors que développeInent durable implique de nouvelles relations entre eux, c'est une divergence de logiques voire d'intérêts 13

entre les entreprises (en fait les plus grandes d'entre elles) et les territoires locaux (c'est-à-dire municipaux, départementaux, régionaux) à laquelle on assiste comme en télTIoigne l'actualité à travers les annonces de délocalisations et de fermetures brutales de sites (Moulinex dans l'Orne, Lustucru dans les Bouches-du-Rhône, LuDanone à Calais, ST Micro à Rennes, Sédiver dans l'Allier, etc.). Générateur d'effets néfastes sur le plan social et environnemental, ce divorce ne peut déboucher que sur des « futurs haïssables ». COlTIment faire converger les intérêts des uns et des autres? C'est une des questions dont se saisit la prospective du présent en se gardant de tout manichéisme consistant à diaboliser les entreprises et à encenser le local. Sans ignorer les manifestations de coopération quotidienne existant entre les entreprises et les territoires à travers notamment les institutions consulaires (chambres de commerce et des métiers) et les politiques d'attractivité ou de développement local, elle cherche à faire prévaloir une autre conception de l'entreprise (qui ne peut être réduite à un centre de profits pour les actionnaires) et du modèle de performance (qui ne peut se restreindre aux critères de productivité et de rentabilité financière) ; mais aussi du territoire et, au-delà, de la gouvernance. La partie IV examine des «signaux faibles»: des expériences et initiatives émanant du monde de l'entreprise ou des collectivités territoriales susceptibles de contribuer à un développelnent durable partagé tandis que la partie V revient sur les limites de certains de ces signaux faibles. Enfin la partie VI aborde des questions laissées en suspens et ce, dans un double souci: maintenir ouvert le débat et sensibiliser à une des vocations de la prospective du présent. A savoir: aider non pas tant à trouver des solutions toutes faites qu'à formuler les bonnes questions.

14

L'ensemble de l'ouvrage se nourrit des contributions des participants au colloque de prospective du présent organisé en juin 2005 au Centre Culturel International de Cerisy sur le thème d'un développement durable partagé entre entreprises et territoires2. Que chaque participant soit remercié de son apport, que ce soit à travers un exposé au cours de conférences plénières ou des échanges informels auxquels le Centre Culturel International de Cerisy est particulièrement propice. Des échanges qui favorisent une réelle hybridation des savoirs. Des échanges durables en somme.

2 Entreprises, Territoires: construire ensemble un développement durable? Prospective (VII), Centre Culturel International de Cerisy, 14-21 juin 2005. Les actes ont été coordonnés par Edith Heurgon et publiés sous le titre Le Développen1ent durable, c'est enfin du bonheur! Cerisy/L' Aube, La Tour d'Aigues, 2006).