Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le Monde n'a plus de temps à perdre

De
157 pages
Voici un livre qui fera date car il inaugurera une charte (en fin d’ouvrage) sur l’urgence d’une autre gouvernance mondiale qui sera déposée par les auteurs et plus de 50 très éminents hommes politiques et intellectuels à l’onu en mai 2012. Cinq textes de Stéphane Hessel, Michel Rocard, Edgar Morin, Peter Sloterdijk, René Passet constituent cet opus, chacun admirable et mû par l’impérieuse nécessité de repenser le monde et la manière actuelle de le diriger. Car l’heure est grave, la survie de l’humanité comme l’exprime Hessel est en jeu. Les défis sont énormes, mondiaux, environnementaux, sociaux, économiques... alors que les politiques sont toujours inspirées par des intérêts individuels ou des égoïsmes nationaux. Un livre important pour repolitiser nos sociétés.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LE COLLEGIUM INTERNATIONAL MIREILLE DELMAS-MARTY MIChAEL W. DOYLE STÉphANE hESSEL BERNARD MIYET EDGAR MORIN RENÉ pASSET MIChEL ROCARD pETER SLOTERDIJK
LE MONDE N'A pLUS DE TEMpS à pERDRE
AppEL pOUR UNE GOUVERNANCE MONDIALE SOLIDAIRE ET RESpONSABLE
L L L LES LIENS QUI LIBÈRENT
LE MONDE N’A PLUS DE TEMPS À PERDRE
Dérives înancières, dérèglement climatique, dangers nucléaires, ex-pansion de la pauvreté, dégra dation de l’environnement… Les menaces de notre siècle sont par excellence planétaires. Nul État ne peut prétendre répondre seul à ces déîs. Pire, s’accrocher farouche-ment à l’illusion d’une souveraineté nationale, obstinée et absolue, re-vient à choisir l’impuissance et à mentir aux citoyens. L’avenir de ce monde, plus que jamais, dépend de l’avènement d’un ordre démo-cratique global.
Illustration de couverture : La Tour de Babel © Du Zhenjun 2010
Le monde n’a plus de temps à perdre
Le Collegium international Mireille DelmasMarty, Michael W. Doyle, Stéphane Hessel, Bernard Miyet, Edgar Morin, René Passet, Michel Rocard, Peter Sloterdijk Coordination éditoriale : Sacha Goldman
Le monde n’a plus de temps à perdre
Appel pour une gouvernance mondiale solidaire et responsable
Illustration de la couverture : La Tour de Babel © Du Zhenjun 2010
ISBN : 9782918597971 © Les liens qui libèrent, 2012
Noteéditoriale
« Et pour celuilà qui est solidaire des hommes, l’homme n’est point simple mot de son vocabulaire, l’homme est ce dont il est responsable. » Antoine de SAINTEXUPÉRY
Dérives financières, dérèglement climatique, dangers nucléaires, expansion de la pauvreté, dégradation de l’environnement… les menaces de notre siècle sont par excellence planétaires. Nul État ne peut prétendre répondre seul à ces défis. Pire, s’accrocher farouchement à l’illusion d’une souveraineté nationale, obstinée et abso lue, revient à choisir l’impuissance et à men tir aux citoyens. L’avenir de ce monde, plus que jamais, dépend de l’avènement d’un ordre démo cratique global encore incertain dans ses formes et ses modalités. Comme souvent dans l’Histoire, le moment de la crise représente unkairosà saisir. Dans cette crise extrême et menaçante s’opère un rapprochement
7
LE MONDE N’A PLUS DE TEMPS À PERDRE
naturel et fécond entre autorités intellectuelles, scientifiques et politiques. Dans le cadre du Colle gium international, ce rapprochement s’est même mué en collaboration intense et complice, sur un pied d’égalité ; un travail d’équipe en somme, entre amis, parfois de très longue date. Le sujet en souffrance de la gouvernance mon diale s’est évidemment, brutalement, imposé au monde. Mais, otage d’un ordre mondial fondé sur la fiction westphalienne de la souveraineté étatique et sur le rapport de force de Yalta, ce sujet reste maltraité. En outre, le cloisonnement du savoir empêche toute approche systémique. Or, de même que la souveraineté planétaire est plus que la somme des souverainetés nationales, la gouvernance mondiale est plus que la somme des défis mondiaux. À l’interdépendance des États correspond l’interdépendance des défis qui s’im posent à nous : les liens entre inégalités de déve loppement, dérèglement climatique, sécheresses, pauvreté, flux migratoires, populismes, tensions sociales, conflits, terrorisme ne relèvent pas du fan tasme apocalyptique mais de l’analyse rationnelle. Ce qui fait office de gouvernance mondiale aujourd’hui est gravement insuffisant. Il s’agit d’un ordre régi par les puissants, pour les puis sants – qu’ils soient des États dominants ou de grandes multinationales. La récente signature de
8
NOTE ÉDITORIALE
l’Acta n’en est qu’une preuve supplémentaire. La gouvernance dont le monde a besoin estsolidaire(étymologiquement : pour le tout, pour « das Glo bal » de Peter Sloterdijk),responsable(du latinres ponsus, « qui subit les conséquences de ses actes, en répond ») donc, par excellence,démocratique.
Le premier pas vers cette gouvernance mondiale, c’est de la penser. À nos représentations du monde doivent correspondre désormais une volonté de gouvernance mondiale : le concept et la règle. Il y a urgence. Et, comme le dit Edgar Morin, s’il est urgent d’alerter, il est encore plus urgent de commencer. Dans cette perspective, le Collegium international et ses membres ont rédigé un Appel publié dans cet opus et remis au secrétaire géné ral des Nations unies. Les textes qui suivent dans ce livre sont destinés à nourrir le débat et à poser les jalons d’une métamorphose vers une société monde d’un type nouveau.
La première étape en est le diagnostic partagé, ce sont les premières réponses. C’est le devoir des décideurs politiques actuels de le poser. Leur tâche est d’inventer le monde de demain. Pour qu’il y en ait un.
Sacha Goldman
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin