Le nouveau lien ferroviaire mixte transalpin Lyon-Turin

De
Publié par

Lyon et Turin… Deux eurocités séparées par l'imposant Massif alpin exposé à la pollution des trafics routiers. Par la volonté de l'Europe, de l'Italie et de la France, le « Lyon-Turin » est un chantier mobilisant entre 500 et 600 emplois pour la construction d'une ligne ferroviaire mixte, marchandises et voyageurs, remplissant des conditions inégalées de performance et de sécurité. Maillon-clé d'un des 9 grands corridors projetés pour structurer l'espace européen, ce chantier suscite des interrogations : selon quelles modalités ce grand projet a-t-il été défini ? Quelle est la réalité de son coût ?...
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 4
EAN13 : 9782140010750
Nombre de pages : 318
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LE NOUVEAU LIEN FERROVIAIRE MIXTE TRANSALPIN LYON-TURIN
Louis Besson Le nouveau lien ferroviaire mixte transalpin LYON-TURIN Pour l’environnement Pour l’économie Pour l’Europe L’HARMATTAN
© L’HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-08235-6 EAN : 9782343082356
AVERTISSEMENT
Deux ouvrages écrits en 2014 et 2015 mettaient en cause le « LYON-TURIN » .l’un niant son utilité et prétendant qu’il n’était qu’affaire de trafics, .l’autre affirmant que des procédures avaient été irrégu-lières. Ni l’un ni l’autre des deux ouvrages ne présentait sérieusement le pro-jet, ses réels objectifs, sa place dans la politique européenne des ré-seaux d’infrastructures de transport, sa nécessité pour préserver les Alpes de la pollution des circulations routières dans le respect de la « Convention alpine », finalement ni l’un ni l’autre n’évoquait les deux sources fondatrices du « LYON-TURIN » : L’EUROPE et l’ECOLOGIE ! Le Conseil d’Etat, appelé à juger de prétendues irrégularités, a rejeté tous les recours qui lui avaient été soumis. L’OLAF (Organisme européen de Lutte Antri-Fraude), au terme de l’instruction des suspicions dont il avait été saisi, vient de conclure à un classement sans suite.
C’est dans ce contexte que le présent livre vient heureusement répondre aux princi-pales questions que pose cet ambitieux projet : on le doit à un militant du projet, Louis Besson, bien connu par les fonctions locales et régionales qui ont été les siennes à BARBY, à CHAMBERY et en SAVOIE, et par son action nationale au PARLEMENT, notamment pour les Personnes handicapées et pour la Montagne, et au GOUVERNEMENT pour l’Urbanisme, l’Aménagement et pour le Droit au Lo-gement. Après son investissement dans l’aboutissement de nombreux projets au fil des an-nées passées, il a fait du « LYON-TURIN » l’un de ses derniers grands engage-ments. C’est ainsi qu’il assume depuis 15 ans – bénévolement – le pilotage de la Délégation française et de la Commission Intergouvernementale franco-italienne chargée du projet, ce qui l’a conduit à en suivre le cheminement jour après jour et à défendre son aboutissement, que ce soit à PARIS, à ROME ou à BRUXELLES. C’est donc un ouvrage de fond, et qui fera référence, qu’il vient de produire et qui – à sa demande – est édité avec renoncement à tous droits d’auteur.
5
SOMMAIRE
HOMMAGE ......................................................................................................... 9INTRODUCTION .............................................................................................. 11PREMIÈRE PARTIE LE « LYON-TURIN » DANS LA LONGUE HISTOIRE DES TRAVERSÉES ALPINES PREAMBULE………….…………………………...…………………….…….25CHAPITRE ILE TUNNEL FERROVIAIRE DU FRÉJUS...................................................... 31CHAPITRE IILE RACCORDEMENT DU RÉSEAU FERROVIAIRE SARDE AU RÉSEAU FERROVIAIRE FRANÇAIS ..................................................... 45
CHAPITRE IIILE TRIOMPHE DE LA ROUTE ET DES TUNNELS ROUTIERS e DURANT LA SECONDE MOITIÉ DU XX SIÈCLE ...................................... 51DEUXIÈME PARTIE LE NOUVEAU LIEN FERROVIAIRE MIXTE TRANSALPIN «LYON-TURIN» ET SES TROIS ASSISES INTERNATIONALES FONDATRICES PREAMBULE…………………………………………..……………..….……65CHAPITRE ILA « CONVENTION ALPINE » ET LA NÉCESSAIRE PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ALPIN PAR LE « LYON-TURIN» ...................... 69
CHAPITRE IIL’UNION EUROPÉENNE A FAIT DU «LYON-TURIN», DE LONGUE DATE ET POUR DES RAISONS MAJEURES, UN PROJET PRIORITAIRE.............................................................................. 81
CHAPITRE IIILE RENDEZ-VOUS DE L’AMITIÉ FRANCO-ITALIENNE AVEC LA CONCLUSION DE 4 ACCORDS POUR DONNER AUX ALPES LE PROJET FERROVIAIRE D’AVENIR QUI LEUR EST INDISPENSABLE.... 97
7
TROISIÈME PARTIE LE «LYON-TURIN» ENTRE LYON ET LA FRONTIÈRE ITALIENNE : UN PROJET LARGEMENT ATTENDU ET PLEINEMENT CONCERTE PREAMBULE……………………………...………………………………….111 CHAPITRE IUNE « CONCERTATION AMONT » SUR L’OPPORTUNITÉ DU PROJET PUIS DES CONCERTATIONS PAR TERRITOIRE AVANT LES DÉCISIONS MINISTÉRIELLES LES CONCERNANT ........................ 117
CHAPITRE IIDES CONTRIBUTIONS TOUT À FAIT FONDAMENTALES SUR LA MIXITÉ DU PROJET «LYON-TURIN» ET SON ARTICULATION AVEC LE SILLON ALPIN.............................................................................. 145
CHAPITRE IIIUN NOUVEAU «LYON-TURIN» AVEC UNE LIGNE DEVENUE MIXTE, UNE MIXITÉ QUI CONJUGUE PRIORITÉ AUX MARCHANDISES ET MAÎTRISE DES COÛTS ................................. 163QUATRIÈME PARTIE COÛTS ET FINANCEMENTS DU «LYON-TURIN» PREAMBULE…………………………………………………………………177 CHAPITRE ICHOISIR LE PHASAGE PRENANT EN COMPTE PRIORITAIREMENT LES PLUS GRAVES FAIBLESSES DES LIGNES EXISTANTES ............... 179
CHAPITRE IIPRIVILÉGIER UN LARGE FINANCEMENT PUBLIC, SEULE GARANTIE DE L’EFFICACITE MAXIMALE DU « LYON-TURIN » POUR UN MASSIF REPORT MODAL.................... 191
CHAPITRE IIIOPÉRATION VÉRITÉ SUR LES COÛTS NETS DU « LYON-TURIN » ..... 197
POSTFACE…………………...……………...……...………………….…….……....207
CONCLUSION…………….…….………………………………………………..…..233MESSAGES DE GRATITUDE .......................................................................... 243
REFERENCES SITES INTERNET CITES……......………………………………. 253 ANNEXES…………………..…………………………………………………………..255
 DERNIERE MINUTE : ACCORD DE VENISE... ET EPILOGUE……….302
8
HOMMAGE
L’auteur s’autorise à dédier ce document à la mémoire de six personnali-tés, hélas disparues, qui ont beaucoup apporté à sa détermination personnelle pour l’aboutissement de cet exceptionnel projet : Claude MARTINAND qui, sollicité pour donner son avis personnel alors qu’il présidait le Conseil Général des Ponts et Chaussées – devenu ensuite le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Du-rable - avec l’autorité technique et morale qui lui était reconnue, avait en quelques mots – clairs et forts - parfaitement résumé les deux aspects singu-liers majeurs propres à ce projet en répondant : «le «LYON-TURIN» ? un projet incontournable mais difficile à financer… », Sergio PININFARINA, grand industriel turinois, Président National de la CONFINDUSTRIA et Président du Comité de promotion de la TRANSPADANA dont la personnalité pleine d’humanité inspirait à tous ses interlocuteurs un réel attachement et qui – devenu à partir de 2001 co-Président de la CIG - symbolisait avec délicatesse et sensibilité ce qu’il y a de plus chaleureux dans l’expression de l’amitié franco-italienne, René BONNET, Syndicaliste cheminot qui a présidé une association affiliée à la FNAUT – ADTC Transports 2000 - à laquelle a été notamment due en 1994 l’initiative d’une grande exposition pour promouvoir le « LYON-TURIN » comme condition d’une ambitieuse politique de « report modal », y compris avec démonstration dès cette année-là de l’intérêt de l’autoroute ferroviaire, Michel GERODOLLE – ancien Président du SADRACM, devenu Métropole Savoie – qui a durablement représenté le territoire chambérien dans les multiples instances de concertation créées au niveau régional ou départemental et qui a fait bénéficier le dossier tout autant de ses convictions personnelles que de sa riche expérience professionnelle, Henri GUICHERD, agriculteur, Maire d’AVRESSIEUX et Conseiller général, pour son exceptionnel sens de l’intérêt général : après avoir veillé à ce que soient retenus les tracés les plus proches de l’autoroute existante, et donc les moins pénalisants pour ses concitoyens, reconnaissant l’apport ré-gional, national et européen de la réalisation projetée il expliquait comment il concilierait la préservation des exploitations agricoles de sa Commune et son soutien au projet, Max MAZEAU qui – après sa carrière au Crédit Agricole - élu Prési-dent du Conseil Local de Développement de l’Espace « Métropole Savoie » avait, avec intelligence et passion, intégré la perspective du « LYON-TURIN » dans les exercices prospectifs d’aménagement du territoire et de développement économique auxquels il consacrait toute sa force de ré-flexion.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.