Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le réformisme assumé de la CFDT

De
272 pages
Cette investigation originale sur la CFDT associe pour la première fois une enquête qualitative et une enquête quantitative. Cette dernière a été effectuée auprès d'un échantillon représentatif de 1 503 syndicalistes dont l'adhésion s'étend des années 1960 aux années 2000. Ensemble, ces deux enquêtes permettent de saisir les traits de continuité et de discontinuité qui marquent l'histoire et l’univers de ce syndicat.S’ensuit une analyse du rapport au politique des adhérents, entendu ici au sens large du terme : vote, sympathies partisanes et engagement politique. Mais aussi : action syndicale dans l’entreprise (défense des droits sociaux, références à la grève, à la négociation, au compromis social, au capitalisme) ; réalisme économique face au volontarisme social ; Europe, mondialisation, immigration ; égalité, laïcité, appartenance de classe, famille ; école et grandes doctrines politiques (social-démocratie, libéralisme, humanisme chrétien, autogestion, marxisme).Par-delà ses résultats, l’enquête révèle un réformisme de la CFDT, produit des évolutions parfois heurtées de la centrale et modèle d’action privilégié par les adhérents dans la société française d’aujourd’hui.Martine Barthélemy, Guy Groux et Henri Rey sont membres du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Claude Dargent appartient au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et au Cevipof. Leurs travaux portent sur le syndicalisme, les études politiques ou l’engagement associatif.
Voir plus Voir moins
Couverture de l'epub
Sous la direction de Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey

Le réformisme assumé de la CFDT

Enquête auprès des adhérents

Présentation

Cette investigation originale sur la CFDT associe pour la première fois une enquête qualitative et une enquête quantitative. Cette dernière a été effectuée auprès d'un échantillon représentatif de 1 503 syndicalistes dont l'adhésion s'étend des années 1960 aux années 2000. Ensemble, ces deux enquêtes permettent de saisir les traits de continuité et de discontinuité qui marquent l’histoire et l’univers de ce syndicat.
S’ensuit une analyse du rapport au politique des adhérents, entendu ici au sens large du terme : vote, sympathies partisanes et engagement politique. Mais aussi : action syndicale dans l’entreprise (défense des droits sociaux, références à la grève, à la négociation, au compromis social, au capitalisme) ; réalisme économique face au volontarisme social ; Europe, mondialisation, immigration ; égalité, laïcité, appartenance de classe, famille ; école et grandes doctrines politiques (social-démocratie, libéralisme, humanisme chrétien, autogestion, marxisme).
Par-delà ses résultats, l’enquête révèle un réformisme de la CFDT, produit des évolutions parfois heurtées de la centrale et modèle d’action privilégié par les adhérents dans la société française d’aujourd’hui.
Martine Barthélemy, Guy Groux et Henri Rey sont membres du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Claude Dargent appartient au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et au Cevipof. Leurs travaux portent sur le syndicalisme, les études politiques ou l’engagement associatif.

Table des matières

  • Avant-propos. Deux enquêtes inédites(Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey)
  • Introduction : Regards sur le passé(Guy Groux)
    • Modernité et radicalité
    • De l’autogestion au recentrage
    • Exclusion sociale, pouvoir contractuel et autonomie des travailleurs
  • Chapitre 1. Engagement social, engagement politique(Claude Dargent)
    • Les facteurs de l’engagement syndical
    • Les engagements associatifs et politiques
  • Chapitre 2. Dans l'entreprise(Martine Barthélemy et Guy Groux)
    • L’adhésion dans l’entreprise
    • Les répertoires de l’action collective
    • Systèmes de valeurs et conceptions syndicales
    • De quelques enseignements
  • Chapitre 3. Représentations sociales, représentations politiques(Claude Dargent)
    • Promouvoir le réformisme dans une société très clivée
    • Entre réalisme économique et volontarisme social
    • Un libéralisme culturel élevé et parfois spécifique
  • Chapitre 4. Le rapport au politique(Henri Rey)
    • L’espace légitime du syndicalisme
    • Pratiques politiques et sensibilités exprimées
    • Syndical et politique : articulation et différentiation
  • Conclusion. Une mutation trop bien réussie ?(Martine Barthélemy)
    • Des questions réglées
    • Des compositions originales
    • De l’adhésion majoritaire à l’unanimisme ?
  • Annexes
    • Annexe 1. Repères historiques et actuels(Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey)
  • Annexe 2. Grille d'entretien de l'enquête qualitative(Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey)
  • Annexe 3. Militants interrogés(Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey)
  • Annexe 4. Répartition des militants par région, fédération et secteur d'activité(Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey)
  • Annexe 5. Questionnaire de l'enquête quantitative(Martine Barthélemy, Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey)

Avant-propos. Deux enquêtes inédites

Martine Barthélemy
Claude Dargent
Guy Groux
Henri Rey

Martine Barthélemy, Guy Groux et Henri Rey sont membres du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Claude Dargent appartient au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris et au Cevipof. Leurs travaux portent sur le syndicalisme, les études politiques ou l’engagement associatif.

Ce livre repose sur la première investigation jamais réalisée concernant les adhérents et militants de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) qui fasse se succéder une enquête qualitative et une enquête quantitative. Issu d’une étude menée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et financée par l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES), il interroge le rapport au politique des adhérents, entendu au sens large du terme, aussi bien quant à l’action syndicale dans l’entreprise que les systèmes de valeurs ou les relations avec le champ et les forces politiques.

L’enquête qualitative a été menée entre janvier et mai 2008. Fondée sur une grille d’entretiens semi-directifs, elle s’est déroulée auprès de 69 militants de la CFDT. Le choix de ceux-ci a pris en compte l’exercice d’un mandat en parallèle à l’activité professionnelle (délégué syndical, délégué du personnel, élu au comité d’entreprise, conseiller prud’homal…), les responsabilités syndicales n’excédant pas 25 % du temps professionnel. D’autres critères ont été retenus comme la diversité géographique (régions), professionnelle (branches et secteurs) et dans une certaine mesure sociologique (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle) des militants [1] . Certains d’entre eux appartiennent également à un parti politique et/ou à une ou plusieurs associations. Dans le cadre de cette enquête qualitative, les entretiens ont été réalisés par Martine Barthélemy, Claude Dargent, Nadia Hilal et Henri Rey.

Représentative de la composition géographique, professionnelle et sociologique de la CFDT, l’enquête quantitative par questionnaire a été administrée par l’Institut ISL, en mai 2009, auprès d’un échantillon de 1 503 personnes construit de manière aléatoire à partir du fichier central des adhérents actifs [2] . Le questionnaire a été établi au Cevipof en se basant pour partie sur les énoncés recueillis dans les entretiens qualitatifs et sur des questions posées dans plusieurs autres enquêtes (Enquêtes européennes sur les valeurs, Baromètre de la confiance politique, Panel électoral français…) de manière à permettre des comparaisons avec leurs résultats, en particulier avec les réponses des salariés actifs qui y avaient contribué [3] . L’analyse des données quantitatives a été conduite par Claude Dargent, Guy Groux et Henri Rey.


Notes du chapitre

[1] Se reporter aux annexes 3 (Liste et caractéristiques des personnes interrogées) et 4 (Répartition des militants par fédération, région et secteur).

[2] La procédure aléatoire offre les meilleures probabilités de représentativité sous réserve de la bonne qualité de tenue des fichiers d’adhérents, ce qui est le cas ici.

[3] Pour le questionnaire concernant l’enquête quantitative, se reporter à l’annexe 5 qui le présente avec les résultats d’ensemble.

Annexes

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin