Le sabre et la poussière

De
Publié par

Un quart de siècle après la chute de l'empire soviétique, alors que les effectifs et budgets militaires ont considérablement décru, l'armée française n'a eu de cesse de s'engager dans de nouveaux conflits. Comment le soldat peut-il trouver ses repères si l'on proclame la paix perpétuelle tout en lui demandant de faire la guerre ? Comment l'engagement collectif peut-il faire sens dans une société qui place l'individu au-dessus de tout ? Que valent la vie et la mort si l'économie règne sans partage ?
Publié le : mercredi 15 avril 2015
Lecture(s) : 7
Tags :
EAN13 : 9782336375779
Nombre de pages : 307
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Alain Messager contemporaines Qet la guerre LE SABRE ET LA POUSSIÈRE Essais sur le postmodernisme
Questions contemporaines
Préface d’Henri Hude
LE SABRE ET LA POUSSIERE
Questions contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot, D. Rolland et Jean-Paul Chagnollaud Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Dernières parutions Sébastien EVRARD,Réformer l’administration et réformer l’état, Jalons historiques et juridiques,2015. Max MEMMI,La France en partage, 2015. Marine LAMARE,Le droit à la ville. Justifications, apports, manifestations et portées, 2015. Louise FINES,Irresponsabilités récurrentes des élites. Accidents fortuits et crimes en col blanc, 2015. Sophie AOUIZERATE,Les habitants de France sont-ils des Français ?,2015 Paul SCHEFFER,Formation des diététiciens et esprit critique, Comment favoriser l'indépendance professionnelle et une pratique réflexive du métier ?,2015. Nicolas BOURGOIN,La république contre les libertés, Le virage autoritaire de la gauche libérale (1995-2014),2015. Antonio FURONE,Les crises de Santé publique, entre incompétence et compromissions,2014. Frank GUYON,France, la République est ton avenir,2014. Guy PENAUD,Pour en finir avec l’affaire Robert Boulin, 2014. Alain COGNARD,Misère de la démocratie. Pour une réingénierie de la politique, 2014. Jean-Paul BAQUIAST,Ce monde qui vient. Sciences, e matérialisme et posthumanisme, au XXI siècle, 2014.
Alain MESSAGERLE SABRE
ET LA POUSSIERE
Essais sur le postmodernisme et la guerre
© L'HARM ATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05778-1 EAN : 9782343057781
Préface d’Henri Hude
Dépoussiérer le sabre
Ce livre d’homme d’action s’inscrit dans deux lignées : la tradition des écrits d’officiers penseurs ; la série des courts essais à la fois incisifs et roboratifs.
Par gros temps, les meilleurs guides pour la pensée sont les hommes d’action, les décideurs. Car nous trouvons plus de lumière, disait Descartes, « dans les raisonnements que chacun fait touchant les affaires qui lui importent », et dont les conséquences l’atteindront, « s’il a mal jugé », que dans les raisonnements « d’un homme de lettres, touchant des spéculations qui ne produisent aucun effet. » Il parle ainsi dans sonDiscours de la Méthode.
« Il n’y a pas de liberté sans courage. », disait de son côté Thucydide. Mais le courage ne suffit pas sans le sabre, car le droit n’est rien sans la force. Ainsi, le sabre de la liberté doit-il avoir de l’esprit, aimer la liberté et la liberté d’esprit. La sottise le rouille. La servilité l’abrutit.
Ce livre contribue à dérouiller l’esprit, à dépoussiérer le sabre. Il s’agit de penser le sabre hors la poussière - de penser méthodiquement plusieurs sujets centraux touchant à la guerre, à la stratégie, à la politique de défense, en se libérant de la pression de l’idéologie, du politiquement correct et de la novlangue.
Ce livre est un de ceux qui préparent l’avenir. En tout cas l’avenir de notre politique de défense, au sein d’un renouveau d’ensemble qui se cherche en ce pays.
L’idéologie libérale-libertaire brise la structure anthropologique fondamentale, celle qui doit articuler et équilibrer en l’Homme l’individuel et le collectif. Elle empêche toute décision rationnelle.
7
Elle empêche de penser la guerre, donc de penser la paix et de la faire. Elle n’est pas une culture fonctionnelle. Tout est à rebâtir en dehors des tourbillons aveuglants de son vent de sable.
Une poussière, c’est ce que deviennent nos sociétés occidentales. Du moins, en surface. Car au fond, les individus et les peuples ne veulent pas le chaos. Or, c’est bien au retour au chaos de l’état de nature, qu’équivaut désormais le libéralisme devenu à la fois impérial, inégalitaire et libertaire. Ce chaos ne peut être que passager. De là l’importance de redécouvrir les notions de puissance, de spécificité militaire, de guerre et de pacification, en cohérence avec la très longue tradition d’humanisme occidental, où l’individu ne se conçoit pas sans la société, ni la société sans l’Etat, ni l’Etat sans la nation et la démocratie.
Le nouveau pacte social, le passage à nouveau à l’état civil (le corps vivant sortant de la poussière) se fera forcément, un jour prochain, autour d’un nouveau pouvoir. Et ce pouvoir devra savoir user, avec sagesse, d’un sabre dépoussiéré. Penser le sabre d’une liberté nouvelle, surgissant de la poussière, c’est l’objet de ces neuf études.
Ce livre est pour ceux qui veulent sauver la paix à temps. Car l’idéologie n’est que démesure et la démesure aboutit toujours à la guerre. Se défendre, défendre notre pays, c’est d’abord sortir de l’idéologie qui, à la fois, le désarme et le conduit docilement à la guerre – la guerre en Europe, la guerre au Sud, la guerre mondiale peut-être.
Pour l’idéologie, il ne peut rien y avoir entre l’individu et le genre humain. De là sa démesure. Le monde libre perd avec elle son caractère démocratique et civilisé ; il devient une ploutocratie impériale en guerre contre tout ce qui n’est pas elle. Ficelée dans l’OTAN et semblant vouée par l’idéologie à l’embarquement pour les pires folies impériales, l’Europe est devenue, selon l’expression d’Hubert Védrine, « l’idiote du village mondial ». La France est
8
particulièrement affectée par cette évolution à la fois contre nature et contre toute son Histoire. Incapable de concevoir ce qui n’est pas elle, l’idéologie sème le chaos, intolérante à tout ce qui ne se réduit pas à elle. Elle se conçoit seule comme la paix perpétuelle, mais au terme d’une guerre sans fin des individus déliés et riches contre tous les peuples et toutes leurs racines.
Paradoxe, alors qu’elle fait de la guerre son destin, l’idéologie exclut l’homme de guerre comme idéologiquement incorrect. Elle ne cesse de le judiciariser, de le privatiser, de le banaliser – d’inhiber et dénaturer ceux dont, pourtant, elle peut de moins en moins se passer.
Ceux-là donc, qui portent par délégation les armes de leurs nations, prennent conscience de cette situation dramatique. Souvent ils préfèrent n’y pas penser. Parfois, ils y réfléchissent profondément. Ils se posent alors des questions sur le sens de leur métier. Ils s’interrogent sur leur devoir. Ce livre marque une étape dans cette prise de conscience et aussi une participation à la maturation d’une résolution collective, celle que le pays prend de dépoussiérer le pays.
Notre pays, la France, a besoin à nouveau d’une grande politique. De Renaissance. De Réforme. D’une vision à la fois de bon sens, rationnelle et prophétique. D’un immense dépoussiérage. D’un vaste remplacement. D’une nouvelle naissance dans l’ordre et la liberté.
C’est encore Descartes qui écrit, dans sonDiscours de la Méthode: « Et j’avais toujours un extrême désir d’apprendre à distinguer le vrai d’avec le faux, pour voir clair en mes actions, et marcher avec assurance en cette vie. »
9
Henri Hude
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.