//img.uscri.be/pth/a5a59ccafd392141cac8fcef38561687ae8f67ef
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le Togo de l'Union

De
242 pages
Deux fois par semaine, l'éditorial de Koffi Souza dans l'Union traque l'actualité togolaise africaine. Ce livre comporte les principaux textes publiés par l'auteur durant les années 2009-2010. On y trouvera une chronique alerte et documentée d'une période décisive de l'histoire du Togo.
Voir plus Voir moins








Le Togo de l’Union
2009-2010






















Points de vue
Collection dirigée par Denis Pryen
et
François Manga-Akoa


Déjà parus

David GAKUNZI, Côte d’Ivoire : le crime parfait, 2011.
Djié AHOUE, Et si Ouattara n’avait pas gagné les élections ?, 2011.
Emmanuel KIGESA KANOBANA, Dipenda, Témoignage d’un Zaïrois plein
d’illusions, 2011.
Joseph NELBE-ETOO, L’Héritage des damnés de l’histoire, 2011.
Marcel PINEY, Coopération sportive français en Afrique, 2010.
Cyriaque Magloire MONGO DZON, Pour une modernité politique en Afrique,
2010.
Thierry AMOUGOU, Le Christ était-il chrétien ? Lettre d'un Africain à l'Eglise
catholique et aux chrétiens, 2010.
eThimoté DONGOTOU, Repenser le développement durable au XXI siècle,
2010.
Martin KUENGIENDA, République, Religion et Laïcité, 2010.
Maurice NGONIKA, Congo-Brazzaville: 50 ans, quel bilan ?, 2010.
Dieudonné IYELI KATAMU, La musique au cœur de la société congolaise,
2010.
Mahamat MASSOUD, La Banque des États de l'Afrique Centrale, 2010.
SHANDA TONME, Analyses circonstanciées des relations internationales
2009, 2010.
Alassane KHODIA, Le Sénégal sous Wade, 2010.
Gérard BOSSOLASCO, Éthiopie à la une. Journaux et publicités. 1865-1935,
2010.
Jean-Célestin EDJANGUE, Les colères de la faim, 2010. Cameroun : un volcan en sommeil, 2010.
Gilbert TOPPE,.Communication politique et développement en Côte d’Ivoire,
2010.
Alexandre WATTIN, Les détachements Hawk Épervier au Tchad 1986-1989,
2010.
Essé AMOUZOU, Gilchrist Olympio et la lutte pour la libération du Togo,
2010.
Koffi Souza






Le Togo de l’Union
2009-2010
























































© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54952-4
EAN : 9782296549524

INTRODUCTION

Les deux années couvertes par ce volume, 2009-2010, illustrent un
tournant décisif dans l'histoire du Togo.
C'est l'ère de l'approfondissement démocratique et du bilan de
l'action de Faure Gnassingbé.
En cinq années, la démocratie s'est renforcée. L’Assemblée
nationale est devenue pluraliste grâce à des élections sincères et
transparentes. La liberté de la communication constitue une réalité
foisonnante avec sa myriade de télévisions, de radios, d’organes de
presse, de sites Internet. Le système judiciaire a été perfectionné et les
droits de la personne mieux garantis. La peine de mort a été abolie.
L'élection présidentielle de 2010 se déroule dans un cadre
consensuel et apaisé.
La main tendue avec constance par le chef de l'Etat à l'opposition
rencontre enfin une réponse favorable. Un accord historique est conclu
entre la majorité et l'opposant historique, Gilchrist Olympio, qui prend
sa part dans l'exercice du pouvoir.
Faure Gnassingbé, il est vrai, a placé sa campagne dans un large
horizon qui annonce une nouvelle donne politique. Les extrémistes
des deux camps trainent quelque peu les pieds mais la population
togolaise approuve l'apaisement qui doit ouvrir toutes grandes les
portes du développement.
L'ouverture économique est, elle aussi, au rendez-vous. Le progrès
économique s'opère par les deux bouts. Au sommet, une gestion rigoureuse permet l'épanouissement de l'aide
internationale et le retour des investisseurs. Les grands travaux
interrompus pendant la trop longue interruption de la coopération
reprennent. La politique du développement à la base offre aux
énergies togolaises l'appui qui leur manquait.
Certes, comme le monde entier, le Togo souffre de la crise
économique mais un nouvel espoir est né : celui d'un Togo plus juste,
plus solidaire et plus fraternel.
7
ESPOIR

2 janvier 2009


L'année 2008 fut une année contrastée. Avec son lot d'épreuves : on
pense à tous ceux qui ont souffert dans leurs personnes ou dans leurs
biens des terribles inondations. Avec ses acquis : l'émergence d'un
Togo apaisé réinséré dans la communauté internationale.
2009 sera l'année de la redynamisation de l'économie et de
l'amélioration du sort de chaque citoyen. Les résultats des concours de
la fonction publique viennent d'être proclamés et, grâce à une décision
personnelle du Président de la République, 4000 personnes ont pu
trouver un emploi. Il faut à présent que les investissements publics et
privés reprennent. Car, après plus d'une décennie de sanctions, tout est
à reconstruire. L'espoir d'un Togo nouveau se dessine. Il est là,
présent, à portée de la main.
Que les Togolaises et les Togolais sachent en 2009 rester unis pour
ne pas gaspiller cette opportunité qui est à leur portée.


8
LE SATISFECIT DE LA COMMUNAUTE
INTERNATIONALE

9 janvier 2009


Les cérémonies des vœux ne sont pas seulement formelles. Elles
sont aussi l’occasion de faire le point sur la situation du pays ou sa
perception par l’étranger.
A cet égard, le discours prononcé par le doyen du corps
diplomatique est particulièrement éclairant. Celui-ci a salué les
progrès réalisés au niveau politique, les efforts pour la modernisation
de la justice, la lutte contre la corruption et l’implantation du
processus vérité, justice et réconciliation. Il a également insisté sur les
importantes mesures prises pour le bien-être des populations,
notamment l’adoption de la gratuité de l’enseignement primaire, la
distribution gratuite des antirétroviraux, la diminution du coût du
carburant. Le Togo peut dès lors compter sur la compréhension et la
coopération de la communauté internationale, particulièrement des
principaux partenaires au développement et du système des Nations
Unies. La Table ronde de Bruxelles est une preuve de l’implication
profonde de la communauté internationale dans le développement du
Togo.
Le Togo a tellement souffert d’être si longtemps exclu que ce
discours de confiance ne peut que réchauffer le cœur de tous les
Togolais.



9
LUMIERE SUR LE TOGO

16 janvier 2009


La pose de la première pierre de la centrale électrique de 100 MW
de Lomé par le Président de la République revêt une importance
fondamentale. Depuis plusieurs années, en effet, le Togo était
confronté à une crise énergétique qui avait des conséquences
redoutables. Pour les particuliers, gênés par les nombreux délestages.
Pour les entreprises, qui hésitaient à investir dans un pays incapable de
leur garantir la sécurité de l'approvisionnement électrique.
Cet important investissement étranger est le signe de la confiance
retrouvée des investisseurs dans le Togo. Ainsi, dès décembre 2009 la
nouvelle centrale pourra produire environ 780 GW/h d'électricité
chaque année. Mais d'ores et déjà une solution d'urgence a été mise en
place : le gouvernement a décidé d'installer localement une unité de
production dont la mise en service effective est intervenue depuis le
début du mois de septembre 2008. Elle participe depuis ce temps
activement à la stratégie d'amélioration de la fourniture de l'énergie
électrique.
Ainsi, lentement mais sûrement, le Togo se donne les moyens de la
modernisation et ouvre les portes du développement. La lumière
s'installe sur le Togo.


10
TOGO-ETATS-UNIS
UNE COOPERATION EXEMPLAIRE CONTRE LA
DROGUE

23 janvier 2009


La lutte contre la drogue est un objectif prioritaire des autorités
togolaises. Comme chacun le sait, profitant de la crise économique en
Afrique, les trafiquants ont choisi ce continent comme base de transit
et sont prêts à payer au prix cher les complicités.
Voilà pourquoi il faut frapper haut et fort les complices de ces
réseaux de la mort. Le Togo vient de prouver sa détermination en
extradant vers les Etats-Unis le trafiquant colombien Jorge Solano
Cortes, arrêté en novembre dernier à Lomé. L'Ambassade des Etats-
Unis au Togo « félicite les autorités judiciaires et le gouvernement
togolais pour leur coopération et leur détermination à accéder à la
requête ». Et elle ajoute que les Etats-Unis entendent apporter au Togo
leur appui dans la lutte contre le trafic de drogue « et dans tous
processus visant à l'arrestation et au jugement de ceux qui se livrent à
ce trafic ».
Il faut se féliciter de cette coopération exemplaire entre le Togo et
les Etats-Unis. Aucune concession, aucune compromission ne seront
tolérées dans cette lutte contre les trafiquants. C'est l'honneur du pays
de se montrer exemplaire dans ce domaine sensible.
11
L'ASSEMBLEE EPICENTRE DE LA CONCERTATION
POLITIQUE

30 janvier 2009


Une session extraordinaire de l'Assemblée nationale va examiner
les deux projets de loi relatifs au code électoral et au statut de
l'opposition. La représentation nationale débattra également au cours
de cette session des réformes constitutionnelles et institutionnelles.
Ainsi se trouveront réalisés les principaux objectifs fixés dans
l'Accord Politique Global.
Ce traitement par la représentation populaire de ces questions
fondamentales est tout à fait normal. Dans une démocratie, ce sont en
effet les élus du peuple qui exercent la souveraineté législative. C'est
donc bien eux et non des organismes autoproclamés qui sont
compétents pour se prononcer sur les débats essentiels.
Chacun, par ailleurs, a reconnu que les élections qui ont conduit à
la constitution de la présente Assemblée du Togo ont été libres et
sincères. L'Assemblée nationale a donc la légitimité pour se prononcer
sur les questions inscrites à son ordre du jour.
Qu'un débat sincère et contradictoire s'ouvre au sein de la
représentation nationale !

12
UNITE AFRICAINE ET INDEPENDANCES

6 février 2009


Le sommet de l'Union africaine qui vient de se tenir à Addis-Abeba
a été marqué par un affrontement feutré entre deux tendances. Il y a
d'un côté ceux que l'on pourrait qualifier de souverainistes qui hésitent
à abandonner les attributs d'une souveraineté encore toute neuve. On
trouve sur l'autre versant ceux qui, sur la dynamique impulsion du
colonel Kadhafi, souhaitent construire au plus vite les Etats-Unis
d'Afrique.
Les arguments ne manquent pas en faveur de cette pulsion unitaire.
Elle permettrait de faire émerger une nouvelle puissance mondiale.
Elle favoriserait la conquête de l'indépendance économique. Elle
obligerait à fondre les surabondantes unions régionales qui épuisent
les hommes et les ressources. Mais il est vrai aussi qu'une fusion à
marche forcée risquerait de provoquer des pulsions identitaires et
sécessionnistes que des pays encore mal assurés de leurs identités et
de leurs frontières auraient du mal à endiguer.
Le compromis qui l'a emporté est encore bien timide sur la voie de
l'unité. Mais on peut compter sur le nouveau Président de l'Union
Mouammar Kadhafi pour pousser les murs d'une maison trop étroite.
13
CONCERTATION TOGOLAISE

13 février 2009


Dans le vocabulaire politique au Togo, le mot concertation est un
des plus galvaudés pour ne pas dire qu'il est souvent utilisé à tort et à
travers. La concertation a pourtant un sens précis. Elle consiste à
consulter les intéressés avant de prendre une décision. Mais il y a bien
des incertitudes dans ce concert. Les controverses se nouent dès le
choix des musiciens. Certains veulent s'arroger le monopole de la
sélection des exécutants. D'autres souhaitent que les concertistes issus
de leurs membres soient majoritaires.
Une fois l'orchestre réuni, les controverses rebondissent. Chacun
veut exécuter la partition dans son ton et il faut du temps pour dégager
un ton commun. Mais les difficultés ne sont pas encore réglées.
Chaque instrumentiste veut jouer plus fort et couvrir le son des autres
musiciens. Et c'est un miracle si l'on arrive à ce que chacun reste à sa
place. Voilà pourquoi la concertation n'est qu'une consultation. Il faut
après le temps du happening qu'un chef d'orchestre impose avec
mesure son autorité pour que la musique issue du concert soit
harmonieuse.
14
LE RENOUVEAU TOURISTIQUE

20 février 2009


Avec beaucoup de dynamisme le nouveau ministre du tourisme,
Batienne Kpabré, cherche à relancer l'industrie touristique. Le
tourisme est une activité vulnérable. Il s'est effondré avec la grande
crise socio-politique que le Togo a traversée dans la dernière
décennie. Il faut maintenant relancer la machine. Nous devons
restaurer l'image du Togo dans l'opinion publique internationale,
attirer des investisseurs sérieux et compétents, exploiter au mieux les
trésors touristiques du pays.
Le Togo dispose d'une population ouverte et accueillante, de
traditions locales vivantes et pittoresques, de sites au charme
incomparable. Mais pour rattraper le temps perdu, il faut une politique
volontariste. Alors, que le Togo devienne le pays du Tourisme Sans
Frontières.
15
DEMOCRATIE APAISEE

27 février 2009


Reçus par le Président de la République, les partis politiques se
sont félicités de cette audience et ont appelé au développement d'une
démocratie apaisée au Togo. Une démocratie apaisée est un régime
dans lequel les problèmes se règlent dans le cadre des institutions et
non par l'obstruction et la violence. Elle suppose donc le respect pour
les institutions : le Président de la République, l'Assemblée, la Justice.
Le Togo dispose d'institutions légitimes et c'est donc dans le cadre des
institutions que doivent se régler les éventuels conflits.
Une démocratie apaisée repose sur la loi de la majorité mais aussi
sur le strict respect des droits de l'opposition. Dans une démocratie,
personne ne doit se sentir exclu. Il faut, tout à la fois, pourchasser
l'absolutisme de la majorité et l'arrogance de l'opposition. Dans une
démocratie apaisée, les conflits se règlent dans le cadre de la loi. C'est
la règle de droit qui discipline l'usage de la force. L'Etat a le monopole
du recours à la force mais celle-ci doit être utilisée avec mesure et de
façon strictement proportionnée aux circonstances.
Une démocratie apaisée repose aussi sur une morale : faire
prévaloir à tout moment l'intérêt général sur les intérêts particuliers, le
bien commun sur les égoïsmes catégoriels.
16
LA ROUTE DU PORT DE LOME

6 mars 2009


Les Togolais ont si souvent l'occasion d'évoquer leurs difficultés
qu'ils sont parfois tentés d'oublier les privilèges dont la nature les a
dotés. Le Port de Lomé figure parmi ces joyaux. Seul port en eau
profonde de la sous région, il connaît depuis quelques années un
« boom » malgré la crise ambiante. Lors de sa visite au Niger la
semaine dernière, le Président du Togo Faure Gnassingbé a, avec son
homologue Mamadou Tandja, tracé le cadre de rapports renouvelés
pour que le port de Lomé reste compétitif et réponde aux besoins des
pays enclavés.
Il faut pour cela développer les infrastructures du Port de Lomé et
les contrats passés par le gouvernement togolais avec de grands
partenaires étrangers doivent y pourvoir. Il est également nécessaire
que la qualité des services se développe : accueil rapide des navires,
fréquence accrue des chargements et déchargements, disponibilité des
personnels, réduction des tracasseries administratives et douanières.
Mais il faut également que le réseau routier Sud Nord soit modernisé
pour qu'il permette la meilleure respiration du port. C'est là le
prochain grand axe de la politique pour la promotion portuaire.
17
NEGOCIATION SANS EXCLUSION

13 mars 2009


L'accord Politique Global (APG) a eu le grand avantage d'être
signé par toutes les forces politiques au Togo. Il a institué un
mécanisme de concertation qui regroupe toutes les parties prenantes à
l'Accord. C'est dire que lorsque surgit un problème important c'est à ce
Comité de Suivi qu'il faut faire appel. Ce n'est pas l'avis de l'UFC et
du CAR qui veulent se réserver le monopole de la représentation de
l'opposition togolaise au sein du Cadre Permanent de Dialogue de
Concertation (CPDC).
Le CDPC étant bloqué, il a été très logiquement fait appel au
Comité de Suivi. Celui-ci qui vient de se réunir a justement rappelé,
conformément à l'APG, le rôle du Cadre Permanent de Dialogue de
Concertation (CPDC) qui demeure un lieu de dialogue et de
concertation et non une nouvelle instance de négociation. A cet effet,
le Comité de Suivi pense que le dialogue doit être permanent et
inclusif toujours conformément à l'esprit de l'APG et des lois
subséquentes qui s'en sont suivies pour la préservation de la paix.
Dans cet esprit, le Comité de Suivi a préconisé l'élargissement du
CPDC à toutes les parties signataires de l'APG afin qu'elles puissent y
apporter leurs contributions.
Il faut se féliciter de cette importante prise de position. Au moment
où il convient sans délai d'effectuer les préparatifs nécessaires à la
prochaine élection présidentielle, on ne comprendrait pas l'exclusion
de partenaires politiques importants. C'est l'adhésion la plus large qui
permettra une élection présidentielle sereine et non l'exclusion.
Quant à ceux qui rêvent de différer l'élection présidentielle en en
bloquant les préparatifs, qu'ils sachent que l'Etat a l'obligation
d'organiser cette consultation dans les délais constitutionnels et que
cette tactique du report est vouée à l'échec.
18
L'OUVERTURE ECONOMIQUE DU TOGO

17 mars 2009


L'importante journée économique du Togo qui vient de se tenir à
Paris a rencontré un grand succès. La présence du Premier ministre et
de plusieurs membres du gouvernement, d'une imposante délégation
de représentants des principaux secteurs économiques a été vivement
appréciée par les nombreux partenaires des entreprises françaises. Le
Togo a voulu montrer qu'il souhaitait s'ouvrir aux investissements
internationaux.
Pour que cette politique réussisse, plusieurs conditions sont
nécessaires. Il faut que cette ouverture au capital étranger se déroule
dans la plus grande transparence, que les formalités administratives,
douanières et fiscales soient simplifiées. Il est aussi nécessaire que les
investissements étrangers soient protégés et garantis par un système
judiciaire indépendant et rapide.
Mais il faut aussi qu'avant toute attribution d'un marché une
enquête soit effectuée sur le sérieux, la compétence et la solvabilité
des investisseurs. Trop d'escrocs courent la planète en se faisant passer
pour ce qu'ils ne sont pas et cherchent à profiter de la faiblesse des
pays pauvres.
L'ouverture économique ne doit pas être une passoire.
19
NE PAS OUBLIER L'AFRIQUE

20 mars 2009


En prélude à la prochaine réunion du G20 qui doit se tenir à
Londres le 2 avril, le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a
réuni des leaders africains influents, des ministres des finances et des
banquiers pour entendre la voix de l'Afrique face à la crise.
On estime en effet que la dépression aura pour conséquence de
précipiter 90 millions de personnes supplémentaires dans la voie de la
pauvreté. Le risque est grand que les pays « riches », inquiets devant
la crise qui les frappe, ne réduisent leur aide au développement. Or,
comme l'a souligné justement la Présidente du Liberia, Ellen Johnson-
Sirleaf, le coût d'une aide à l'Afrique est inférieur à celui des dépenses
qu'il faudra engager si la misère réveille les luttes internes dans les
pays africains. Et elle a cité l'exemple de la guerre civile qui a ravagé
son pays de 1989 à 2003 et qui a tué plus de 200000 personnes.
Aux pays développés de comprendre la nécessité de ne pas oublier
l'Afrique dans les plans de relance économique.
20
LOME, GRANDS TRAVAUX ET CIVISME

24 mars 2009


La ville de Lomé connue pour être une des plus agréables cités
africaines a perdu, durant ces quinze années d'interruption de la
coopération, une partie de son charme : routes et pistes défoncées,
constructions sauvages, amoncellement des ordures. Voici, à présent,
qu'avec le soutien des bailleurs de fonds internationaux le
gouvernement, sur instruction du Président de la République, a lancé
une politique audacieuse de rénovation urbaine.
De multiples chantiers sont ouverts pour assainir la capitale du
Togo et rendre la vie plus facile aux habitants de Lomé. Il faut se
féliciter de cette action et souhaiter qu'elle soulage les loméens des
conséquences désastreuses des inondations ou de la cohabitation avec
des ordures ménagères.
Mais il faut, dans le même temps, que la population soit associée à
cet effort collectif d'assainissement. Un exemple, il faut que cesse le
rejet sur la voie publique de ces sacs en plastique noirs qui bouchent
les canalisations, qui défigurent les arbres et les espaces verts, qui
polluent la mer et qui tuent les animaux qui les ingurgitent. Le
chantier de Lomé, ce ne sont pas seulement de grands travaux, c'est
aussi un effort d'éducation et le renforcement des vertus civiques.
21
LE DEBAT ET LE COMBAT

27 mars 2009


L'Assemblée nationale, élue au suffrage universel, est le cadre
éminent de la concertation politique. En dehors de cette instance
décisoire, le gouvernement du Togo est libre d'instituer tout autre
cadre de concertation. L'UFC ne souhaite pas que d'autres partis que
ceux représentés à l'Assemblée soient associés à la concertation. C'est
son droit de le penser. Mais, en revanche, les menaces proférées par
certains dirigeants de l'UFC, au cas où on ne suivrait pas leur point de
vue, sont intolérables.
L'un d'entre eux a dit : « S'ils le font nous n'aurons plus besoin de
vous appeler, sortez dans la rue et dites-leur qu'ils veulent encore la
mort des Togolais ». Quant à un autre, il a expressément fait référence
à la violence en affirmant : « On est une armée, les fantassins, c'est les
militants. On a besoin des militants pour obtenir les meilleures
conditions. Sous la pression populaire, le parti au pouvoir sera obligé
de battre en retraite ». Ces dérapages doivent appeler à la réflexion.
Tout doit être fait pour que l'élection présidentielle prochaine se
déroule dans un climat serein et pacifique. Il faut donc condamner
sans réserve toutes les tentatives, d'où qu'elles viennent, pour
substituer le combat au débat.
22
UNITE NATIONALE

31 mars 2009


Au Togo, la constitution togolaise est claire : « Tout acte ou toute
manifestation à caractère raciste, régionaliste, xénophobe sont punis
par la loi » (article 48, alinéa 3). L'unité nationale est le fondement de
l'Etat. Elle interdit tout ce qui peut contribuer à le fragiliser. Il faut
donc à chaque instant faire preuve de vigilance pour éviter que les
démons du tribalisme ou du régionalisme se réveillent.
Cette attention est d'autant plus nécessaire en période de crise.
Chacun sait que dans les périodes de crise économique, quand la part
du gâteau disponible se restreint, chaque groupe social est tenté de se
replier sur lui-même et d'attribuer aux autres la responsabilité des
difficultés. Au demeurant, si la société togolaise est diverse et
s'enrichit de ses différences, les brassages de population, et
notamment l'urbanisation, rendent les frontières entre les ethnies
perméables.
C'est pourquoi il faut condamner sans réserve les dérives récentes
qui tentent de classer les cadres dirigeants togolais par ethnies.
Rangeons bien vite au troisième sous-sol cette hache de guerre
imprudemment déterrée.
23
BALLON NOIR

3 avril 2009


19 morts, 132 blessés : tel est le triste bilan de la bousculade qu'a
connue le stade d'Abidjan lors du match Côte d'Ivoire-Malawi
comptant pour les éliminatoires combinées Mondial/CAN-2010. « Il
va falloir en tirer les conséquences et les leçons, faire évoluer les
choses dans le bon sens, (parce que) ce sont des choses qui freinent
l'évolution du football en Afrique », a souhaité Didier Drogba,
l'attaquant ivoirien de Chelsea.
En effet, ces incidents de plus en plus fréquents – que l'on se
souvienne des violences sur le stade togolais de Kégué lors du match
Togo-Mali – appellent des mesures fermes de la part des pouvoirs
publics. L'engouement pour le football est tel que les équipements
sportifs ne sont plus à la mesure des foules qui veulent assister aux
matches. Il faut donc tout à la fois prendre de strictes mesures de
sécurité et développer la construction des stades.
Mais il faut aussi que les fédérations sportives conduisent une
politique éducative pour expliquer aux supporters que le match n'est
pas la guerre et que la compétition suppose le respect de l'autre.
24