//img.uscri.be/pth/89cc3dc3fb9900601da20a2d26cde63f865586dd
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les défis de la démocratie en Guinée

De
158 pages
En passant par la voie des élections d'un régime militaire à un régime civil, la Guinée a fait un grand pas vers la démocratie. Mais cet exploit a révélé nombre de nouveaux défis. Ce livre se focalise sur la présidentielle de 2010 et les législatives de 2013, après un survol des organes et instruments de la transition. Il formule des recommandations pour relever les défis du système électoral, en s'appuyant sur des données recueillies en Guinée et au Sénégal.
Voir plus Voir moins
Mahmoud Bensaid Bah
Les défis de la démocratieen Guinée
écrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
Les défis de la démocratie en Guinée
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen  Romans,récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.Dernières parutions Georges ROUARD,Nuit noire à Dôko, 2014. O. TITY FAYE,La chute de la Révolution. Les derniers complots. La tourmente, livre III, 2014. O. TITY FAYE,Prêt pour la Révolution? De l’emprise du parti unique à la marque du fouet rouge : la révolte. La tourmente, livre II, 2014.O. TITY FAYE,Selon la Révolution ! La randonnée de l’étudiant guinéen sous la Révolution. La tourmente, livre I, 2014. Karamoko KOUROUMA,Poste 5 ou l’incroyable aventure de Togba, 2014. Bakonko Maramany CISSÉ,Émigrer à tout prix. L’Amérique, l’Europe ou la mort, 2014. Bakonko Maramany CISSÉ,Tombe interdite. Histoire de l’enfant prodige, 2014. Abdoulaye MAMANI, Lepuits sans fond,2014. Pino CRIVELLARO,Burundi mon amour,2014. EL HADJI DIAGOLA,Un président fou, 2014. J.D PENEL,Idriss Alaoma,Le Caïman noir du Tchad, 2014. Koffi Célestin YAO,Le bateau est plein, je débarque, 2013. Kapashika DIKUYI,Une étrange famille congolaise et son odyssée, 2013. Patrick-Serge BOUTSINDI,Jour des funérailles à Poto-Poto, 2013. El hadji DIAGOLA,Ma femme m’a sauvé la vie,2013. Gilbert TSHIBANGU KANKENZA,À la rencontre du destin,2013. Abderrahmane NGAÏDÉ,Une nuit à Madina do Boé, 2013. Henri PEMOT,Kimpa Vita, Une résistante Kongo, 2013. Richard GUERIN,Le médecin errant de l’Afrique, les aventures de Jonas, 2013. Patrice ITOUA,La banque mondiale et la CEMAC, Un partenariat pour l’aide au développement de la sous-région, 2013. Baudouin Mwamba MPUTU,L’Afrique face au défi de la technoscience. Histoire et Enjeux, 2013. Vicky Mujinga KALAMBAY,Bilonda. Une écolière face à son destin, 2013. Obambé GAKOSSO,Les malades précieux, 2013. Ano NIANZOU,Sous les bombes de Char-kozy, 2013.
Mahmoud Bensaid Bah Les défis de la démocratie en Guinée
Du même auteurGuinéens, adoptons la bonne gouvernance !(2010) : Éditions L’Harmattan, Paris. La transition préméditée(2010) : Éditions L’Harmattan, Paris. La Guinée en marche, Vol. 2: Un pas en avant, un pas en arrière(2009) :Éditions L’Harmattan, Paris. La Guinée en marche, Vol. 1: Le départ tant attendu(2008) :Éditions L’Harmattan, Paris. Escale forcée d’un imam à Bangkok(2006) : Éditions Le Manuscrit, Paris. (Roman) Muslim CommunicationÉditions A. S. Noordeen, Kuala-Lumpur, Malaisie. (2005) : (Compilation d’articles éditée au compte duJournal of Islamic Guidance) Learn to Read the Holy Qur’an in 7 Days: Éditions A. S. Noordeen, Kuala- (2003) Lumpur, Malaisie. (Manuel technique) Leadership and Unity in Islam: Éditions iUniversity Press, Nebraska, États- (2002) Unis. (Compilation d’articles éditée au compte duJournal of Islamic Guidance) Glimpses of Life After Death(2001) : Éditions Ta-Ha Publishers, Londres. (Collection de hadiths) Scientific Research and Scholarly Writing in Islam(2001) : Éditions iUniversity Press, Nebraska, États-Unis. (Manuel technique)© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03065-4 EAN : 9782343030654
PREFACEQuatre années se sont écoulées entre cet ouvrage et le deuxième volume deLa Guinée en marchelequel a paru seulement un (2009), an après le premier volume. Nombre d’événements se sont déroulés pendant ces années. Pourtant, ce livre est moins étendu. La raison principale en est que j’ai publié entre-temps deux autres ouvrages sur la Guinée, l’un (intituléLa transition préméditée)sur la tragédie du 28 septembre 2009 et l’autre sur la bonne gouvernance: ces ouvrages, comme celui-ci, sont pratiquement des éléments de la même série. En plus, pour cet ouvrage des efforts supplémentaires ont été fournis en vue d’assurer un maximum de concision. Une grande partie des informations a été obtenue sur le théâtre même des événements. J’ai effectué plusieurs voyages au pays, et ai pris part aux trois scrutins dont parle le livre. Bien plus, j’étais membre du Cnt (Conseil national de Transition), comme l’un des re-présentants des Guinéens de l’étranger, ce qui me permit dans certains cas d’être parmi les acteurs du processus, au lieu d’un simple obser-vateur. En outre, pour mieux documenter le chapitre sur l’expérience sénégalaise en matière électorale, j’ai effectué un voyage d’études à Dakar, où j’ai pu travailler avec les membres de la Commission élec-torale nationale autonome. Dans notre Guinée actuelle à maints égards tout le monde est par-tisan ou régionaliste, car même ceux qui s’efforcent de ne pas l’être peuvent être pris pour tels. Parfois le seul nom d’une personne suffit pour qu’elle soit classée dans une catégorie sociale pourtant loin d’être la sienne en réalité. Je me dois donc de préciser que cet ouvrage n’est affilié à aucune entité politique ou régionale du pays. Indépendant et bénévole, je suis soumis à la double objectivité que s’imposent les chercheurs et les religieux, qui sont les seules nomenclatures sociales dont je me réclame, en plus d’être Guinéen. Ainsi, toute faiblesse no-tée dans ce texte aura été causée soit par une erreur humaine, soit par un manque d’informations. (Je vous présente par avance mes excuses pour toute erreur qui aura échappé à mon attention.) Plusieurs personnes ont contribué à la réalisation de cet ouvrage. Les lecteurs des ouvrages précédents ont fait des suggestions qui ont
6
Mahmoud Bensaid Bah
permis d’améliorer celui-ci. Bien sûr, sans les animateurs des sites in-ternet cet ouvrage n’aurait pas vu le jour. Je reste extrêmement recon-naissant à tous. Je remercie le Tout-Puissant d’avoir permis la réalisa-tion de ce livre, de même que tous les autres livres sur la Guinée, qui sont pour moi une façon de me rendre utile à mon pays en contribuant à documenter cette partie de son histoire pour les futures générations. Que Dieu bénisse la Guinée ! Matsue, le 28 mars 2014 Mahmoud Bensaid Bah
CHAPITRE1LDEES ACCORDSOUAGADOUGOU: LES EVENEMENTS PRECURSEURS ET LEURS AUTEURSLe jeudi 14 janvier 2010, l’aéroport de Conakry était le théâtre d’un immense sit-in. Les manifestants étaient des partisans du capi-taine Dadis, chef de la junte militaire au pouvoir (le Cndd), convales-cent consigné à Ouagadougou, dont ils réclamaient le retour en Gui-née. Le lendemain, des manifestations en faveur du général Konaté, celui qui assurait l’intérim de Dadis, commencèrent. La situation se compliqua donc davantage. Cependant, le même jour, à la surprise générale, une solution fut trouvéeà Ouagadougou. De nouveaux ac-cords furent signés et la transition mise sur une nouvelle voie, sans le retour de Dadis. Mais tout le processus était sibyllin. L’objectif prin-cipal de ce chapitre est de retracer le processus de la transition relatif aux accords de Ouagadougouen résumant les chaînes d’événements qui ont été à la base de ces accords et en montrant les vrais acteurs. 1.1.LA FIN DU REGIMEDADIS1.1.1. Latentative d’assassinat de Dadis et son exil Un meeting pacifique de l’opposition le 28 septembre 2009 à Co-nakry est sauvagement réprimé par la junte, faisant 156 morts, 1 399 blessés, 109 femmes violentées (voirLa transition préméditée). Après ces crimes, l’Onu a envoyé une commission d’enquête à Conakry, qui a clairement établi la responsabilité de Dadis. Pendant que cette com-mission travaillait (du 15 novembre au 5 décembre 2009), Dadis es-saye de se décharger sur Toumba, son aide de camp.
8
Mahmoud Bensaid Bah
Se sentant ainsi trahi, Toumba décide de se venger. Tout d’abord, il se retranche au camp Koundara, qui est dirigé par un de ses amis. In-formé par téléphone, Dadis y vient dans l’après-midi du jeudi 3 dé-cembre 2009 pour rencontrer Toumba. Sitôt s’engage une altercation entre les deux, et Toumba ouvre le feu. Gravement atteint à la tête, Dadis est évacué au Maroc le lendemain. De son côté Toumba s’éclipse. Vu son incrimination par le rapport de l’Onu, les puissances étrangères devinrent de plus en plus opposées à Dadis. Par exemple, le 22 décembre, le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, dit qu’il souhaite que Dadis « reste dans son lit au Maroc et non qu’il revienne » en Guinée, car il serait capable – rien que par son retour – de «déclencher une guerre civile, et on n’en a pas besoin». C’est ainsi qu’au travers d’efforts conjoints, la communauté interna-tionale parvint à écarter Dadis de la vie politique guinéenne. 1.1.2. Commentl’Amérique, la France, le Maroc et le Burkina ont géré le cas Dadis a) Introduction Avant d’agir au vu du public, les gouvernements mènent des acti-vités souterraines éminemment surprenantes. La préparation des ac-cords de Ouagadougou en est un exemple classique. Grâce aux médias du net, cependant, le public fut en fin de compte informé de tous les détails.WikiLeaks, un site spécialisé dans la fuite d’informations tout en protégeant ses sources, a publié une série de 11 télégrammes di-plomatiques américains supposés secrets entre la France, les États-Unis, le Maroc et le Burkina Faso autour de la question Dadis, ce qui a clarifié une période importante de la transition en Guinée. La série de télégrammes a commencé le 30 octobre 2009 et s’est terminée le 20 janvier 2010.Jeune Afriquea ensuite traduit et édité les textes pour publier une version française simplifiée. En compilant ce chapitre, j’ai réussi à récupérer près de la moitié de ces télégrammes dans leurs versions originales, c’est-à-dire tels qu’ils ont été rédigés et diffusés par les Américains dans leurs réseaux. Cette section combine les réalités connues des Guinéens sur la fin du régime Dadis, les in-formations secrètes diffusées parWikiLeaksun an plus tard, les rajouts deJeune Afriqueet mes analyses personnelles du dossier.
Les défis de la démocratie en Guinée
9
b) Les premières démarches pour écarter Dadis du pouvoir Le premier pas significatif s’est matérialisé par un voyage à Paris de l’ambassadrice des États-Unis en Guinée, Patricia Moller, où elle a rencontré son homologue en France et le conseiller Afrique du minis-tère français des Affaires étrangères. Apparemment c’était bien avant la tentative d’assassinat de Dadis, et à ce moment-là aucun des acteurs ne pensait à cette éventualité. La rencontre s’est soldée par un avis mi-tigé. On s’est accordé pour écarter Dadis du pouvoir, mais en même temps on a pensé qu’il pouvait « être une partie de la solution au pro-blème s’il est manœuvré de manière appropriée avec la bonne combi-naison de "carotte et de bâton" ». Dans cette démarche, les Français et les Américains croient qu’il faut donner à Dadis une porte de sortie en lui trouvant un pays d’accueil. Alors les premiers proposent le Maroc. Mais l’ambassadrice avait déjà sondé les Marocains à cette fin et avait noté qu’ils n’y étaient pas favorables. En désespoir de cause, on décide de laisser le temps jouer son rôle. Pour le moment on laisse donc l’affaire au Pré-sident du Burkina Faso, Blaise Compaoré, qui avait été désigné par la communauté internationale comme médiateur de la crise guinéenne. Le télégramme secret rapporte au passage, sans en donner les détails, que Compaoré «a des intérêts économiques personnels en Guinée (comme dans beaucoup d’autres pays), ce qui peut être un facteur dans sa prise de décision ». c) L’hospitalisation de Dadis au Maroc : Quelques avancées mais des obstacles L’évacuation de Dadis dans le pays où on voulait l’exiler consti-tuait un pas dans l’exécution du plan de Washington, Paris et Rabat de l’écarter du pouvoir. Les Américains voient dans ce coup du destin une « fenêtre d’opportunité » : il suffit, désormais, de pousser les Ma-rocains à le garder chez eux. On peut dire que c’est ce plan que Kouchner avait dévoilé en partie dans ses déclarations du 22 dé-cembre. Toutefois, les Marocains maintenaient leur position de ne pas garder Dadis, comme l’avait noté la diplomate américaine au préalable. Pour montrer leur sérieux là-dessus, signale l’un des télégrammes, Nasser Bourita (un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étran-gères) a demandé aux États-Unis et à la France de ne pas demander