Les Russes et la Sécurité Européenne

De
Publié par

La Russie, puissance européenne et asiatique, a pu poursuivre dans le cadre de l'URSS une politique multiséculaire d'expansion territoriale. L'effondrement de l'empire et du bloc militaire soviétiques y ont brutalement mis un frein. Tandis que l'Europe occidentale est en train d'accomplir son intégration économique et politique, les ex-satellites d'Europe centrale et orientale, les proches voisins baltes, caucasiens et asiatiques de la Russie cherchent désespérément à échapper à l'emprise de leur ancien protecteur. Il semble que les intérêts de la Russie soient diamétralement opposés à ceux de l'Occident. Dans ce contexte, il est crucial d'analyser la perception russe des questions touchant à la sécurité du continent européen.
Publié le : mercredi 1 avril 1998
Lecture(s) : 319
EAN13 : 9782296371637
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Les Russes et la sécurité européenne

Collection Aujourd'hui l'Europe dirigée par Catherine Durandin
La tin de la guerre froide confronte les Européens à d'énormes mutations et ouvre des perspectives unitaires. Et pourtant de nouvelles frontières et fractures se dessinent. Les Européens vivent une compétition parfois hégémonique, parfois frustrante, pour accéder à un niveau de développement présupposé comme normal.
La collection Aujourd'hui ['Europe a pour objectif de publier des textes de philosophie, histoire et sciences politiques qui s'interrogent sur les redéfinitions d'identité et de sécurité européennes, sur les traditions, sur

les crises
'"

Déjà parus Antoine MARES (dir), Histoire et pouvoir en Europe Médiane, 1996. Général Henri PARIS (CR), L'atome rouge, le nucléaire soviétique et russe, 1996. Nicolas PELISSIER, Alice MARRIE, François DESPRES (dir.), A la recherche de la Roumanie contemporaine. Approches de la "transition ", 1996. Sous la direction du Général d'arme Jean COT (CR), Dernière guerre balkanique? Ex-Yougoslavie: témoignages, analyses, propositions, 1996. Stéphane CHAUVIER, Du droit d'être étranger, 1996. Jean PAILLER, La ligne bleue des Balkans. Témoignages d'observateurs militaires français, 1875-1876, 1996. Joanna NOWICKI (dir.), Quels repères pour l'Europe 1, 1996. Ana POUVREAU, Une troisième voie pour la Russie, 1996. Patrick MICHEL, L'Europe médiane. Evolutions, tendances et incertitudes, 1997. Claude KARNOOUH, Vivre et survivre en Roumanie communiste, 1997. Gilles TROUDE, Yougoslavie: un pari impossible, 1998. Maria DELAPERRIÈRE, Histoire littéraire de l'Europe médiane, 1998.

1998 ISBN: 2-7384-7011-4

@ L'Harmattan,

AnaPouvreau

Les Russes et la sécurité européenne

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

L'Harmattan INC 55, rue Saint Jacques Montréal (Qc) - Canada H2Y lK9

Sommaire
Introduction, p.9 après-guerre à la sale froide: guerre de de

Les Russes dans l'immédiat la dissolution de l'Empire Tchétchénie, p.11

Un espace géostratégique réduit, p.13 Menaces intérieures et extérieures, p.23 Des régions instables, p.23 Maintenir la paix dans « l'étranger proche Le syndrome Les Russes européenne, russe de la « forteresse dans p.43 la nouvelle assiégée

», p.37 », p.43

architecture

de sécurité

Des structures survivantes de la guerre froide, p.45 Une OTAN rénovée, une Russie sans empire, p.49 Rapprochement Est-Ouest au sein du Conseil de Coopération Nord Atlantique, p.50 Le Partenariat pour la Paix, rOT AN »?, p.52 L'extension des structures
«

salle d'attente
occidentales

de

de sécurité

à l'Est, p.58 La Russie, « mendiant planétaire dans l'arrièrecour du monde », p.69 Partenariat renforcé et Acte fondateur sur les relations OTAN-Russie, p.74

7

Juillet 1997 : trois nouveaux l'Alliance, les Russes L'affaire p.78

membres

de

et l'ex-Yougoslavie,
«

p.81 de Sarajevo, p.89

du bombardement des Russes p.104

du marché au diktat

La Bosnie,
Le «Non» Yougoslavie, l'OTAN,

terrain de manoeuvres»

occidental,
occidental contrepoids à

p.1 00
en ex-

La Russie dans les Balkans p.107 », p.115

comme

la « paix froide

Vers un nouveau partage du monde?, p.116 La remise en question des traités de désarmement, p.118 La recherche d'un nouveau système de sécurité, p.122 l'intérêt national russe, p.127 L'« 'occidentisme » et la globalisation De nouveaux Conclusion, Sources, alliés pour la Russie?, p.145 p.147 p.149

planétaires, p.133

p.128

Bibliographie,

Introduction
En 1991, l'URSS, d'influence. près la Russie d'un Vingt-cinq qu'ils souvent, quart perd, avec la dissolution de

de la superficie de Russes

de sa zone se retrouvent à construire. les

millions

hors d'un empire Ceux-ci doivent

ont mis des siècles comme à apprendre monnaie c'est

le cas dans

Pays baltes, à compter que les

s'astreindre

une autre langue et que le rouble. s'apprêtent pour achever Alors à leur

avec une autre peuples d'Europe

occidentale séculaires de

abandonner intégration nationales indépendants lat letton,

leurs monnaies économique, sont mises en

nouvelles dans

monnaies les pays le

circulation la couronne le dram

de l'ex-empire: le /itai" lituanien,

estonienne,

arménien,

le mana le manat la grivna et le rouble En est anciens Conseil

azerbaïdjanais, turkmène, ukrainienne, tadjik

le la ri géorgien, ouzbek,

le tenge kazakh, le som le rouble kirghize, belarus

le som

le leu moldave, le relais alors

prennent 1991,

du que l'OTAN

rouble l'Union accueille

traditionnel. soviétique les

décembre officiellement ennemis

dissoute,

du Pacte de Varsovie Nord Atlantique, 9

dans son nouveau

de Coopération

le CC NA. En 1994, alors

que

les

derniers de l'Est

soldats et des

ex-soviétiques Pays baltes

rentrent dans renforce centrale une ses et

d'Allemagne atmosphère accords orientale pour

de désastre

imminent,

l'OTAN

de partenariat

avec les pays d'Europe centrale,

ainsi que d'Asie le PfP. occidentale

et crée le Partenariat 1995 est marquée par

la paix,

L'année

l'intervention

en Bosnie.

En Europe de l'Ouest identifié: il de la

et aux Etats-Unis, est serbe. la Serbie Yougoslavie la Russie

l'agresseur

est clairement alliés slaves et le rôle

Pour les Russes, -dont la place

et orthodoxes au sein de

étaient quelque au injuste sein de

peu comparables l'intervention

à ceux de est un

l'URSS-

châtiment

et humiliant.

Les sentiments qui marque

des Russes d'ailleurs Russied'illustrer D'autre part, le

sont exacerbés point de départ Occident. aujourd'hui les multiples progressive de Le

par cette affaire d'une cas cassure du

dans les relations continue

Kosovo

ces différences débats

de perception. consacrés

et sommets membres publique des Russes L'équilibre en dépend.

à l'entrée achèvent est

de nouveaux l'opinion

dans l'OTAN russe.

radicaliser

Quelle

aujourd'hui la sécurité l'ensemble

la perception européenne? du continent

en ce qui concerne géostratégique de

Les Russes dans l'immédiat après-guerre froide: de la dissolution de l'empire à la sale guerre de Tchétchénie

L'espace géopolitique russe a été totalement bouleversé au cours du vingtième siècle à la suite des deux guerres mondiales (accords de Brest Litovsk en 1918) et (accords de Yalta en 1945). Les frontières tracées par les bolcheviques, les déportations massives opérées par Staline et des actes imprévisibles tels que le don -en gage d'amitié- de la péninsule de Crimée, russe depuis 1783, par Nikita Krouchtchev à l'Ukraine, en 1954, ont pavé la voie au chaos et aux tensions ethniques de l'après-guerre froide. Dans cet espace déjà l'éclatement de l'URSS en 1991 a eu secousse sismique. Les Soviétiques territoires des ex-alliés du Pacte l'Allemagne relais de notamment fortement perturbé, l'effet d'une nouvelle ont dû se retirer des de Varsovie et de

de l'Est en particulier. La Russie a pris le l'ancienne puissance soviétique. Elle y a conservé la place de membre permanent

qu'occupait cette dernière au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies. Mais la superficie de sa zone d'influence et de domination a été réduite territoire soviétique. D'autre part, des millions à 75% du de Russes

11

sont restés

dans les anciennes

républiques

de l'empire,

où la Russie avait maintenu siècles, et qui subitement souverains.
«

sa présence pendant des sont devenues des Etats

Le malheur
elle
dans
«

n'est pas dans la désagrégation
était inévitable », écrit

de

l'URSS
Soljenitsyne

Alexandre

Le «problème

russe»

à la tin du

XXème siècle.
les choses désagrégation

L'immense malheur, pendant longtemps, s'est automatiquement

qui va embrouiller est que cette produite selon les

frontières erronées fixées par Lénine, en arrachant à la Russie des provinces entières, des provinces russes. En l'espace de quelques jours, nous avons perdu vingt-cinq millions de personnes appartenant à notre ethnie... ». Mentionnons que si des territoires historiquement russes ont effectivement été annexés par des républiques ex-soviétiques nouvellement indépendantes - mais faut-il par exemple considérer la Biélorussie et l'Ukraine comme « historiquement russes », et si oui où situer leurs frontières occidentales?les ving-cinq millions de Russes pieds-rouges ne se trouvent pas tous dans ces territoires. Nombre d'entre eux sont implantés dans des territoires récemment russifiés ou annexés par la Russie. Dans cet «étranger proche », les Russes vont tenter de conserver leur influence, notamment par le biais d'opérations de maintien de la paix:

12

Les questions

des communautés

russes

résidant

hors de Russie, celles des frontières et des territoires contestés et du rapatriement massif des forces exsoviétiques d'Europe cruciaux basées dans les anciens pays satellites centrale et orientale, sont autant de points qui contribuent à forger la perception spéciale sur la sécurité européenne.

des Russes

D'autre part, au sein de son nouvel espace stratégique réduit, la Russie est aux prises avec des forces centrifuges puissantes, surtout lorsque d'énormes ressources énergétiques sont en jeu, que le pouvoir central russe est affaibli, et que des Etats tels que la Chine, l'Iran et la Turquie, cherchent à créer des liens particuliers avec certaines entités (républiques ou régions autonomes) ou « sujets» de la Fédération.

Un espace

géostratégique

réduit

On peut considérer que la zone d'influence de la Russie, qui était prédominante au sein de l'URSS, s'étendait sur vingt-deux millions de kilomètres carrés. Après la dissolution de l'empire, les Russes ne disposent plus que du territoire de l'ex-république socialiste fédérative. soviétique de Russie, soit dix-sept millions de kilomètres de carrés (près de trente tout de même). et une fois la superficie De 1985 à 1991, les la France

13

changements du pouvoir effondrement tête »!

amorcés

par Mikhaïl

Gorbatchev, laissent l'affirmera

à la tête prévoir un plus tard le

central soviétique, de l'URSS. Comme

général Alexandre
En 1990,

Lebed:
conscient

«

Le poisson

a pourri par la
inexorable et de

du caractère

l'imminence de mutations géopolitiques profondes, et soucieux de limiter l'étendue d'une défaite russe, Alexandre Soljenitsyne préconise l'abandon par la Russie des autres républiques. Dans Comment réaménager notre Russie?, il écrit à cette époque: «Dans de nombreuses républiques de la périphérie, les forces centrifuges ont pris une telle ampleur qu'on ne saurait les arrêter sans violence ni effusion de sang, et il ne faut pas le faire à ce prix! Du train où vont les choses, notre Union socialiste soviétique s'effondrera de toute façon! Et nous n'avons pas vraiment le choix, et nous n'avons plus à réfléchir mais seulement à nous retourner prestement afin de prévenir de nouveaux malheurs, afin que les séparations n'entraînent pas de souffrances humaines inutiles et qu'on ne procède qu'à celles qui sont réellement inévitables» 1. faut, selon lui, proclamer d'urgence haut et clair " que les républiques baltes, caucasiennes et celles de l'Asie centrale ainsi que la Moldavie,
Comment réaménager

adjacente

à la

1SOLJENITSYNE Alexandre, Fayard, Paris, 1990, p.11.

notre Russie?,

14

Roumanie,

sont destinées de façon absolue

et irréversible doit

à faire sécession.

Il ne fait aucun doute que la Russie

se libérer du poids des autres républiques car elle n'a plus ni forces économiques ni forces spirituelles à

consacrer

à un empire désormais

inutile. Et il écrit:

«

Que
notre

ce fardeau glisse donc de nos épaules! Il use moelle, il nous suce et précipite notre perte ».

En avril 1991, dans la Caucase, la Géorgie se proclame indépendante. Pendant l'été de cette année-là, les Estoniens, Lettons et Lituaniens protestent contre l'occupation de leur région 1940, en formant une chaîne par les Soviétiques depuis humaine de deux millions de

personnes qui traverse les frontières des trois pays. Le 29 juillet, la Lituanie sort du giron soviétique en proclamant son indépendance. Les autres suivront. Alors que Mikhaïl Gorbatchev prévoit la signature

d'un traité dit de l'Union pour le 20 août 1991, par lequel il compte sauver à tout prix l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques, des putschistes tentent, le 19 août, de prendre le pouvoir à Moscou. Parmi eux, le Viceprésident, le Premier ministre, les ministres respectifs de l'Intérieur et de la Défense de l'URSS ainsi que le chef du KGB. Le 21 août, le putsch est avorté. Les putschistes sont arrêtés. Le pouvoir central sort très affaibli de l'épreuve. n'y survivra pas. " A la manière des Géorgiens ont précédées sur la voie

et des Baltes

qui les

de l'émancipation, toutes les

15

républiques dans l'espace

soviétiques de quatre

proclament mois:

leur indépendance dans le Caucase,

l'Azerbaïdjan (29 août); l'Arménie (23 septembre); en Asie centrale: le Kirghizstan (31 août), l'Ouzbékistan (1 er septembre), le Tadjikistan (9 septembre), Je Turkménistan (27 octobre) et le Kazakhstan (16 décembre); la Moldavie (8 décembre), l'Ukraine (24 août 1991) et la Biélorussie (25 août 1991). Le 8 décembre 1991, les chefs d'Etat des trois pays signataires du traité fondateur de l'URSS en 1922 : la Russie (B. Eltsine), l'Ukraine (L. Kravtchouk) et la Biélorussie (S. Chouchkevitch), se rassemblent sur la terre biélorusse et choisissent l'indépendance de leurs Etats respectifs au sein d'une Communauté des Etats Indépendants: la CEI. Le 12 décembre, déployés par Mikhaïl Gorbatchev, officiellement dissoute. Le 21 décembre, les chefs malgré les efforts l'URSS est républiques

des cinq

d'Asie centrale, de la Moldavie et des républiques caucasiennes -à l'exception de la Géorgiese joignent aux trois premiers signataires des accords sur la CEI et signent au Kazakhstan la Déclaration d'Alma Ata par laquelle ils s'engagent à garantir la stabilité 1991, Mikhaïl stratégique Gorbatchev internationale. démissionne. Pour nombre est une catastrophe. de Russes, La création la dissolution de l'URSS de la CEI ne calme pas Le 25 décembre

16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.