//img.uscri.be/pth/8fcc90e8ed0d68992fb412164ddf7212cab7d81f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 25,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les théories de l'interétatique

De
353 pages
L'Etat qui a focalisé pendant longtemps toute la réflexion sur la vie internationale a été mis en cause par le haut (transnationalisation, régionalisme économique et politique) et par le bas (sécession, identitarisme). Mais faut-il pour autant parler de déclin ? Avec la construction européenne, n'assistons-nous pas à un redéploiement, une reterritorialisation ? C'est à la lumière de l'expérience historique et des contextes géopolitiques concrets que l'adéquation au réel des théories des relations internationales doit être évaluée.
Voir plus Voir moins

Les théories de l’interétatique
Traité de Relations internationales (II)

Pouvoirs comparés
Collection dirigée par Michel Bergès
Professeur de science politique

NATHALIE BLANC-NOËL (sous la direction de) La Baltique. Une nouvelle région en Europe David CUMIN et Jean-Paul JOUBERT Le Japon, puissance nucléaire ? Dmitri Georges LAVROFF (sous la direction de) La République décentralisée Thomas LINDEMANN et Michel Louis MARTIN Les Militaires et le recours à la force armée. Faucons, colombes ? Constanze VILLAR Le Discours diplomatique Gérard DUSSOUY Les Théories géopolitiques. Traité de relations internationales (I). André-Marie YINDA YINDA L’Art d’ordonner le monde. Usages de Machiavel

Gérard Dussouy

Les théories de l’interétatique
Traité de Relations internationales (II)

Pouvoirs comparés

SOMMAIRE

INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11

L’ÉTAT, ACTEUR CENTRAL
L’ÉTAT TERRITORIAL, PRODUIT DE L’HISTOIRE
ET DE LA CULTURE EUROPÉENNES

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20

De l’empire à l’État territorial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
Formation de l’État et révolution militaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 Une affirmation territoriale d’ordre sémantique et d’ordre matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 Thomisme, nominalisme et modernité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25 L’État source de l’autonomie du politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27

Les déboires de l’universalisation de l’État territorial . . . . . . . . . .31
Les formes politiques précoloniales hors d’Europe . . . . . . . . . . . . . . .32 La faiblesse des États post-coloniaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35

L’ÉTAT, ACTEUR SOUVERAIN ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41 Qu’est-ce que la souveraineté ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43 La souveraineté intérieure et la citoyenneté . . . . . . . . . . . . . . . . .45 La souveraineté légale internationale ou l’utilité de la souveraineté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47 La souveraineté westphalienne et la réalité de la souveraineté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 La souveraineté interdépendante ou partagée . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 LES DEUX NIVEAUX DE RETERRITORIALISATION DE L’ÉTAT . . . . . . . . . . . . . . . .53 La montée des identités et la prolifération des États : le niveau micro . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54
La dissémination du nationalisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 Mondialisation et tensions sécessionnistes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56

6

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

« Grands espaces » et régionalisme mondial : le niveau macro . .57
Les transformations du régionalisme économique mondial . . . . . . . . .59 La lente territorialisation de l’Europe et les prérequis géopolitiques du fédéralisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

DU RÉALISME CLASSIQUE À LA SOCIÉTÉ DES ÉTATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 Les canons du réalisme classique stato-centrique Hans Morgenthau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68
L’état de nature : l’anarchie internationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 L’intérêt national et la puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 L’équation de la puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 La critique aronienne et la « vision radicale » de la puissance selon Steven Lukes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 Le réalisme constitutionnaliste de Raymond Aron . . . . . . . . . . . . . . . .82

L’équilibre des puissances selon Morgenthau et les transformations du champ diplomatico-militaire . . . . . . . .84
Les caractéristiques de la balance of power et la critique . . . . . . . . . .84 Équilibre des puissances et dissuasion nucléaire . . . . . . . . . . . . . . . . .87

La société des États ou le réalisme libéral d’Hedley Bull . . . . . . .89 CONCLUSION : L’ÉQUILIBRE DES PUISSANCES AUJOURD’HUI . . . . . . . . . . . . . . . .90

SÉCURITÉ OU COOPÉRATION ? NÉORÉALISME ET NÉOLIBÉRALISME
LES PREMIERS CONTESTATAIRES DU RÉALISME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96 David Mitrany et Ernst Haas : le fonctionnalisme et l’intégration régionale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97 Karl. W. Deutsch et le processus du changement grâce à la communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 Robert Keohane et Joseph Nye : l’interdépendance complexe . .102 LE LIBÉRALISME INTERNATIONAL ET LE CHAMP DES ORGANISATION INTERGOUVERNEMENTALES (OIG) . . . . . . . . . . . . . . . . . .105 L’institutionnalisme international et les présupposés du multilatéralisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107

Les acteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 Les intérêts des États . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 Les OIG et les présupposés du multilatéralisme . . . . . . . . . . . . . . . . .108 L’ONU, pièce centrale de la gouvernance globale . . . . . . . . . . . . . . . .110 Les principaux organes de l’ONU et leur réforme impossible . . . . . .112 Le libéralisme militaire : Peacekeeping et Peacebuilding . . . . . . . . . .116

Sommaire

7

LES RÉALISME STRUCTURAL OU NÉORÉALISME (KENNETH WALTZ ET ROBERT GILPIN) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119 L’ambition théorique de Waltz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
L’objectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122 La méthode . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122

Le système international : structure et interaction des acteurs . .123 Critiques et réponses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126 Robert Gilpin et la question du changement . . . . . . . . . . . . . . . . .133
Le système international et ses configurations . . . . . . . . . . . . . . . . . .134 Les types de changement de système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .136 Changement et cycles historiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .137

LES RÉALISME STRUCTURAL SELON L’ÉCOLE ANGLAISE . . . . . . . . . . . . . . . . . .139 La réunion de la structure et du système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .140 L’anarchie mature et l’ordre international selon Barry . . . . . . . .141 LE RENOUVEAU DU PARADIGME DE LA PAIX KANTIENNE . . . . . . . . . . . . . . . . .144 Des données statistiques favorables, mais une faible théorisation de la paix démocratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .146 Des calculs contestés et la relativisation du concept de « paix . . . . démocratique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150 LES DISCUSSIONS DE L’APRÈS-GUERRE FROIDE : SÉCURITÉ ET STRUCTURE DU SYSTÈME INTERNATIONAL . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . .155

Le sens de la sécurité : de la sécurité nationale à la sécurité internationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157
La sécurité militaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .161 La sécurité politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .163 La sécurité sociétale ou identitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164 La sécurité économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .165 La sécurité environnementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167

La structure du système international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168
La fin de la guerre froide et la critique du néoréalisme . . . . . . . . . . .169 De la réévaluation du libéralisme comme théorie des relations internationales au pluralisme théorique, d’après Andrew Moravcsik . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177 La puissance incontournable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182

8

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

LES ÉCOLES TRADITIONNELLES ET LES APPROCHES CHINOISES
DES RELATIONS INTERNATIONALES

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .195

L’idéalisme de la période Printemps-Automne . . . . . . . . . . . . . . .197
L’école de l’Hégémonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .197 L’école de la Bonté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .198 L’école de la Nature . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199

La pensée réaliste dans la période des Royaumes combattants .200
L’école de l’Irrestriction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200 L’école de la Stratégie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201 L’école de la Puissance de Han Feizi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201

L’évolution des études de relations internationales en Chine depuis la fin de la guerre froide . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203 Les élites chinoises et la sécurité de la Chine face à la globalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205 CONCLUSION : LE JEU DES GRANDES PUISSANCES SE POURSUIT . . . . . . . . . . . .209

CONSTRUCTIVISME OU PRAGMATISME ?
IMAGES ET PERCEPTIONS DES RELATIONS INTERNATIONALES : L’APPORT DE ROBERT JERVIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . .217

Signaux et indices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .218 « Perceptions e et fausses perceptions » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .220 L’interactivité des perceptions et des stratégies . . . . . . . . . . . . . . .222 L’APPROCHE CONSTRUCTIVISTE DES IDENTITÉS
ET DES INTÉRÊTS EN RELATIONS INTERNATIONALES

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224

La dimension intersubjective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .226 L’identité de l’État et son changement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .230 L’intérêt national et la sécurité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .239 L’IDÉALISME STATO-CENTRIQUE D’ALEXANDER WENDT . . . . . . . . . . . . . . . . .243 Le système international en tant que système de sens partagé . .245
Le système des États : intérêts et identités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .246 La culture internationale : les trois types d’anarchie . . . . . . . . . . . . .248

Critiques et commentaires de l’essai théorique de Wendt . . . . . .251
La réponse des néoréalistes par la voix de Dale C. Copeland . . . . . .253 Les failles de la méthode de Wendt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .256 Wendt et l’English School . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .261

Sommaire

9

Les dernières orientations de Wendt et les réactions qu’elles suscitent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .267
L’évolutionnisme et l’absence de réflexivité dans la métathéorie de l’État mondial de Wendt . . . . . . . . . . . . . . . .267 La vanité de la théorie de Wendt et son recours au « panpsychisme quantique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .272

RETOUR AU HOLISME PRAGMATISTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .277 Les nouvelles convergences entre le réalisme et le constructivisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .281
Ethnocentrisme et changement cognitif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .285 Le pragmatisme comparé aux autres théories de la connaissance . . .286 La démarche cognitive pragmatiste : idéologies, mémoire, contexte et hégémonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .294

L’interprétation du système international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .299
Axiomes et méthodes de la modélisation systémique . . . . . . . . . . . .302 Le structuro-stratégisme : la construction stratégique du système international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .304 La structure, à la fois matérielle et idéelle, et le changement . . . . . .307

CONCLUSION : LA CONNAISSANCE CONTINGENTE
DE LA RÉALITÉ INTERNATIONALE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .312

NOTES ET INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .315

INTRODUCTION

Nombre d’historiens et de politologues s’accordent à dire que l’État territorial est une forme politique, humaine et spatiale, propre à une période historique. Il prendrait racines à la fin du Haut Moyen Âge, pour s’émanciper à la fin du XVIIe siècle, et devenir jusqu’à nos jours, la structure indépassable et universelle que l’on connaît. Comme c’est à l’occasion des traités de Westphalie de 1648 que le Saint Empire des Habsbourg reconnut les droits territoriaux de plusieurs royaumes dont la France (traité de Münster), certains y ont vu une rupture historique. Il a été alors posé que depuis cet événement le principe exclusif de la souveraineté nationale gouvernait le monde. Et, à la suite de John Gerard Ruggie, la politologie internationaliste américaine s’est autorisée à désigner sous le nom de « période westphalienne » la phase qui court depuis. Cette facilité de langage et de découpage de l’histoire en même temps allait d’autant plus tenter des esprits comme ceux de James Rosenau et de ses émules français qu’avec la fin de la guerre froide et la globalisation, ils pensent entériner le dépassement de l’État. La dite période toucherait à sa fin. Pourtant la paix de Westphalie n’est pas ce point de rupture que l’on s’est plu à célébrer dans la littérature sur les relations internationales. Au contraire, comme l’a bien démontré Stephen D. Krasner « Westphalie n’est ni un début, ni une fin » 1. Ce n’est pas un début puisque, dans la pratique, la souveraineté s’est exercée bien plus tôt. Au moins depuis la paix d’Ausbourg (1555), soutient-il. Depuis Bouvines (1214) pour ce qui concerne la France

12

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

capétienne, doit-on préciser 2. Et ce n’est pas une fin non plus, puisque le Saint Empire ne disparaît pas en 1648, mais seulement en 1806 quand Napoléon le dissout et lui substitut la Confédération du Rhin. Bien entendu, comme on l’a noté précédemment (cf. l’introduction générale de notre traité, tome I), la structure impériale continue de subsister tout au long des siècles suivants en Europe. Et bien plus encore la « tentation impériale » y perdure. Il faut attendre 1989 pour voir, dans ce continent, le dernier empire s’effondrer sur lui-même. La vision conventionnelle que suggère « l’icône westphalien », comme l’appelle Krasner, est donc historiquement fausse, même si on la limite à l’Europe. Son usage est par conséquent nuisible puisqu’il simplifie trop la réalité, qu’il escamote l’hétérogénéité de tout l’espace politique. Il a, avant tout, une finalité idéologique parce qu’il permet à ceux qui y croient d’annoncer la clôture du temps des États. L’histoire de l’Europe moderne et contemporaine, que nous nous garderons d’appeler « westphalienne » bien que l’État territorial en ait été la forme spatio-politique privilégiée, ayant été rythmée par la guerre – par des guerres de plus en plus violentes et meurtrières –, elle a fait le lit de la théorie réaliste. Celle-ci a, en effet, concentré sa réflexion sur le champ diplomatico-militaire, partagé entre des États souverains, juridiquement égaux entre eux, mais géopolitiquement très hiérarchisés. Ce monde dangereux, anarchique, qui ne rejetait pas, loin s’en faut, la coopération, était aussi, surtout depuis la révolution industrielle et l’essor remarquable du commerce international, un monde d’échanges. Aussi, dès lors que le risque de la troisième guerre mondiale fut écarté, et que le globe se trouva « rétréci » sous l’effet de la révolution de la communication, l’État apparut à certains comme dépassé et « en crise ». D’autant plus que le débridement stratégique du monde avec la fin de la tension Est-Ouest, donna des idées de liberté à tous ceux qui pensaient en avoir été frustrés jusque-là. L’État qui a focalisé pendant longtemps toute la réflexion sur la vie internationale a été ainsi mis en cause par le haut (transnationalisation, régionalisme économique et politique) et par le bas (sécession, identitarisme). Mais faut-il pour autant parler de déclin ? N’assistons-nous pas plutôt, avec la construction euro-

Introduction

13

péenne par exemple, et malgré ses aléas, à un redéploiement ou à une reterritorialisation, il est vrai lents et difficiles, de l’appareil étatique, toujours aussi indispensable, vers le supranational (l’Europe) et l’infranational (la région) ? Voire à une marche vers l’État mondial comme le croient certains « constructivistes » (Alexander Wendt, Martin Shaw) ? Par ailleurs, la mondialisation elle-même suscite une coopération internationale qui renforce la souveraineté des États. Dans ces conditions, ce que l’on appelle la « crise de l’État-nation » ne procède-t-elle pas avant tout de la problématisation du second terme, la nation ? Et plus dramatiquement quand celle-ci répond à une conception contractualiste, brisée par le communautarisme, plutôt qu’ethnique. On ignore trop souvent que la réussite du modèle étatique européen occidental tient à la profondeur de son enracinement historique et à la force de sa légitimité politique. Il faut tenir compte de ce que beaucoup d’États récents n’ont jamais été en mesure de remplir les trois fonctions que sa définition légale rationnelle suppose : « 1) une véritable institutionnalisation permettant d’organiser l’action publique et la sécurité dans le temps et dans l’espace au profit de la société civile dont il serait censé connaître et exprimer les aspirations ; 2) un territoire sur lequel vivrait une population supposée relativement homogène se reconnaissant dans “son” État ; 3) une souveraineté qui lui donnerait les moyens d’être maître sur son territoire grâce notamment à son monopole de la violence physique légitime » 3. En d’autres termes, parler de la crise de l’État est trop simpliste, parce que d’un côté, il ne saurait y avoir crise d’une telle institution là où elle n’a jamais réellement existé et où l’on déplore sa carence, et parce que, d’un autre côté, il s’agit d’une mutation territoriale de l’appareil étatique, au risque sinon d’être structurellement dépassé par l’évolution du monde. La formation et l’évolution récente de la société des États sont deux phénomènes qui appellent un certain nombre de mises au point. En particulier quand il s’agit de concepts sous-jacents, sources de lourds malentendus, comme celui de la souveraineté. Outre le double problème de sa définition et de son authentification, la souveraineté est le point de divergence essentiel des deux théories, réaliste et libérale, sur le fonctionnement de la société

14

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

des États. La première la met en exergue et en déduit une situation d’anarchie internationale ne concédant qu’une place marginale à la coopération. Au contraire, la seconde la révoque, au nom de l’institutionnalisme internationaliste, ou la relativise considérablement au nom de l’interdépendance, et dès lors, postule à son partage. Du dialogue entre les deux approches, néoréaliste et néolibérale, sur cette question et sur d’autres comme celles de la puissance, de la portée de la proposition de la « paix démocratique » (« Dpp » dans le jargon des politologues américains), dérivent des réajustements respectifs. Ils génèrent le plus souvent des formes modifiées du « réalisme » qui se rapprochent des hypothèses heuristiques et anticipatrices de l’école anglaise. Cependant, les fondements positiviste et utilitariste communs aux deux paradigmes leur valent le même rejet de tous ceux qui stipulent que les conceptions idéelles des gouvernants, et des individus qui les désignent, sont primordiales. Elles commandent à la nature des relations internationales, parce qu’elles déterminent les comportements des acteurs qui construisent la réalité mondiale au-delà des impératifs matériels qui ne sont jamais que seconds. Les « constructivistes » idéalistes quant à eux, influencés à la fois par Anthony Giddens et Jürgen Habermas, partagent cette vision selon laquelle les acteurs internationaux négocient en commun et en permanence les normes auxquelles ils se soumettent et qui sont leur véritable environnement. C’est pourquoi, au cœur de leur théorie sociale des relations internationales on trouve le concept d’agency, que l’on peut comprendre comme une sorte de stratégie collective et consensuelle. Il est censé rendre compte de l’idée selon laquelle les agents qui animent la vie politique et élaborent des structures qu’ils négocient entre eux, produisent et reproduisent des normes et des valeurs, tout en sachant que dans le même temps, ces mêmes structures formatent et canalisent les identités et les actions des agents. En somme, il définit et condense le contenu de l’interaction agentstructure, l’une des obsessions de la science politique internationale américaine. Néanmoins, parmi les partisans du « paradigme constructiviste », très rares sont ceux qui concèdent une place prééminente à l’État et qui plaident pour une approche

Introduction

15

stato-centrique. En outre, le plus célèbre représentant de cette tendance fort minoritaire, Alexander Wendt, vient, à la suite des critiques adressées à « sa théorie sociale de la politique internationale », de faire son autocritique. Il reconnaît qu’elle s’avère démesurément une science cartésienne 4. Autrement dit, dans son mea culpa, il admet avoir par trop dissocié les faits et les valeurs, le matériel et l’idéel. Mais, s’il prône désormais leurs fusions respectives, c’est au titre d’un panpsychisme moderne dérivé d’une interprétation très hypothétique de la théorie des quanta ! Dès lors, en faisant abstraction de cette fuite en avant de Wendt, il ressort que le principal mérite de la démarche postpositiviste est qu’elle soit revenue sur la question de la réalité de la réalité internationale. Celle-ci intriguait déjà les géopoliticiens béhavioristes (cf. notre tome I) de même que le néoréaliste Robert Jervis qui a mené des travaux sur la justesse de la perception des affaires internationales que peuvent avoir les principaux décideurs. À cette question il n’est possible d’apporter des réponses qu’en revenant au « pragmatisme », plus précisément compris sous la forme du holisme pragmatiste. Selon ce dernier, la réalité internationale est appréhendée comme une série de constructions historiques, une succession de configurations façonnées par les stratégies ethnocentriques des États et des autres acteurs internationaux. À partir d’un contexte donné, qui influence et sanctionne positivement ou négativement ces stratégies, les formes politiques sont alors appropriées, reproduites ou transformées, tandis que d’autres sont inventées afin de répondre aux nouveaux enjeux. Mais cette réalité complexe est différemment perçue, interprétée et représentée par les acteurs du fait de leur ethnocentrisme, de leur langage, des concepts dont ils se servent, quand bien même une objectivation dominante du monde peut leur être au moins temporairement inculquée. Le monde représenté est ainsi un univers de mondes subjectifs et intériorisés qui peuvent, au gré de l’apprentissage des autres et des changements matériels, soit s’homogénéiser mutuellement, soit camper sur leurs positions respectives, soit encore s’orienter, intentionnellement ou non, vers des configurations ambivalentes. Le pragmatisme, en appelant à la mobilisation de toutes les ressources en sciences

16

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

humaines, ouvre sur un champ de possibles. Cela aurait pu rester vrai pour tout le constructivisme en relations internationales si beaucoup de ceux qui s’en revendiquent n’étaient pas, finalement, nostalgiques d’une transcendance. En particulier, celle de la communication et du marchandage qu’ils ont trouvée, pour certains, chez Habermas. Elle leur permet de prendre leurs idées pour des réalités qui s’imposent aux faits, et sur lesquelles ils vont discourir à perte de vue, dans une sorte de politiquement correct universaliste, sûr de lui-même, plus ou moins naïf et irénique. Cette vision est cependant contredite par la philosophie nominaliste elle-même à laquelle la plupart des constructivistes prétendent se rattacher puisque celle-ci est « une doctrine foncièrement sémantique, qui impose aux signes de désigner une réalité, aux théories formelles d’admettre des modèles, condition nécessaire pour que l’on puisse parler de vérité » 5. Le présent ouvrage est prioritairement consacré aux théories des relations interétatiques telles qu’elles sont déclinées dans le monde anglophone en général. Ce qui appelle quelques remarques, d’autant plus qu’il en existerait d’autres, mais c’est alors effectivement un secret bien gardé, ailleurs et en particulier en Europe continentale 6. La première précision est que ces théories renvoient soit au système international proprement dit, soit à la société internationale (celle des États) que nous distinguons ici du système mondial ou de la société mondiale (tous les deux prennent en compte les acteurs non étatiques) par référence aux catégories claires et précises établies par Hedley Bull 7. Tout en sachant que certains de ses continuateurs, tel Barry Buzan, admettent la compatibilité opératoire de ces catégories, en particulier le système interétatique et la société mondiale 8. Notre approche des théories interétatiques, qui suit celle des théories géopolitiques de notre tome I, se divise en trois chapitres : le premier a pour but de rappeler les conditions d’émergence de l’État comme acteur central des relations internationales, mais aussi les déboires de son universalisation, les défis auxquels il doit faire face et les redéploiements que ceux-ci lui imposent. Le second chapitre entend faire la synthèse du débat, assez peu prisé en Europe, mais crucial aux États-Unis, des deux théories « néos », réaliste et libérale, tout en faisant le point sur ses enjeux princi-

Introduction

17

paux tels que la puissance, la sécurité, la coopération, la paix et la fin de la guerre froide. Bien que focalisé sur les théories angloaméricaines, ce chapitre est aussi l’occasion de comparer ces dernières aux théories chinoises traditionnelles des rapports entre les États, et à ce qui s’écrit aujourd’hui en Chine sur ce sujet. Cela aurait pu être le cas avec celles supposées exister en Europe continentale, d’après Jorgensen, si elles avaient dépassé le stade de la gestation ou celui de la confidentialité, car, pour l’essentiel, malgré le précédent que constitue le livre de Friedrich Meinecke et malgré l’intérêt que l’universitaire danois trouve chez un Reinhard Meyers par exemple, il faut admettre que sur le Vieux continent la seule alternative demeure du côté des historiens 9. Le pire est qu’on ne peut même pas attribuer cette carence européenne dans le domaine de la théorie à une supposée hégémonie culturelle américaine. En effet, tous les référents philosophiques et épistémologiques, ou presque, des spécialistes américains sont européens. Comme le signale Jorgensen – mais tout lecteur attentif l’aura remarqué – il est extraordinaire que la philosophie continentale européenne contemporaine et française en particulier (Foucault, Derrida, Lyotard) n’ait eu aucune incidence sur la recherche en relations internationales en Europe, où pourtant elle est à l’origine d’une riche pensée sur la complexité, alors qu’elle a directement et puissamment inspiré le courant post-positiviste outre-Atlantique. Les raisons qu’il en donne sont variées,et certaines apparaissent assez mesquines. Tant et si bien que l’hégémonie américaine sur les études en relations internationales est avant tout institutionnelle (la puissance des centres universitaires et de recherche outre-Atlantique), linguistique (toute production théorique n’a de chance d’être prise en considération que si elle est publiée en anglais) et programmatique (les chercheurs américains fixent les problématiques, celles qui correspondent soit à leur culture sociale, qui peuvent passer pour de faux problèmes en Europe, soit aux enjeux de la politique extérieure des États-Unis). Le troisième chapitre, en traitant de la réalité de la réalité internationale, nous permet de mettre en perspective cet ethnocentrisme disciplinaire tout en analysant l’apport constructiviste.

18

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

Il montre comment, à notre sens, ce dernier se fourvoie dans l’idéalisme, et pourquoi le holisme pragmatiste est le seul moyen de dépasser les controverses et d’approcher au plus prés le réel, tout en sachant qu’il n’est jamais appréhendable dans sa totalité et sa complexité. C’est tellement vrai que les convergences qui se dessinent enfin entre les tenants des différentes écoles de pensée, en particulier entre le réalisme structural et le constructivisme, se fondent sur la notion de système et sur l’intégration structurelle de la distribution de la puissance et de la composition de la culture internationale. La question n’est pas de savoir qui de Kenneth Waltz ou d’Alexander Wendt a raison. Les théories doivent être appréciées pour ce qu’elles sont : des moyens intellectuels pour conduire l’interprétation du système international, et non des fins en soi qui n’auraient pour but que de reproduire un certain académisme dans ses procédures de légitimation. Sans jamais imaginer que l’une d’entre elles puisse s’imposer définitivement aux autres et atteindre à la « vérité ». Enfin, il faut être conscient que le risque que font courir ces théories est de travailler sur un monde déshumanisé ou de faire trop vite abstraction des limites de la nature humaine. Cela de deux façons : en négligeant par trop l’infrastructure géopolitique du système international ou ce que les historiens dénomment les « forces profondes » (facteurs géographiques, démographiques, économiques) qui entraînent les hommes et qu’ils essaient de contrôler ou de canaliser 10 ; et en sous-estimant aussi la subjectivité des individus et le rôle des hommes d’État dont la personnalité de chacun influence inévitablement ses décisions 11. Sous cet angle, cinq couples de contraires ont été proposés par la théorie française de Jean-Baptiste Duroselle : le doctrinaire et l’opportuniste, le lutteur et le conciliateur, l’idéaliste et le cynique, le rigide et l’imaginatif, le joueur et le prudent 12. Comme l’historien le montre, il ne s’agit pas là de figures de style. La preuve a été faite, en maintes circonstances, de l’incidence du caractère et du tempérament des hommes sur les événements. C’est donc à la lumière de l’expérience historique et à l’aune des contextes géopolitiques concrets que l’adéquation au réel des théories des relations internationales doit être évaluée.

L’ÉTAT, ACTEUR CENTRAL

La question centrale débattue aujourd’hui concerne le rôle de l’État, son déclin ou son maintien, sa position exacte dans le système mondial. Absolutisé, pour mieux le déconsidérer, par les « déconstructeurs » qui annoncent sa fin proche, parce que d’un côté enserré dans les réseaux de la mondialisation, et d’un autre, parce qu’en proie à la fragmentation ethnique ou tribale, l’État n’a été théorisé qu’en fonction de la lutte historique qui l’a amené à s’installer à la place de l’unité impériale et religieuse. Son émergence est indissociable de l’histoire de l’Europe. Elle est tout sauf linéaire. Elle s’est faite cahin-caha, au fil des événements, et il est donc erroné de vouloir la périodiser de façon catégorique. C’est caricaturer l’histoire que de présenter la guerre de Trente Ans comme fondée sur la lutte entre la conception « médiévale » de la suzeraineté impériale et hégémonique sur la chrétienté et la conception « moderne » d’un système composé d’États souverains 13. Comme c’est caricaturer, et simplifier de manière outrancière la complexité du monde contemporain que d’assimiler la montée de la globalisation à l’entrée dans l’« ère post-nationale », tandis que l’État perdure, avec de plus en plus le regret des populations qui s’étaient habituées à son côté « providentiel », et tandis que malgré la fin de la guerre froide, les budgets militaires restent expansifs partout dans le monde.

20

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

L’ÉTAT TERRITORIAL, PRODUIT DE L’HISTOIRE
ET DE LA CULTURE EUROPÉENNES

Nombreux sont ceux qui trouvent des antécédents au système interétatique européen moderne dans les relations établies entre les cités grecques entre le VIIIe et IXe siècle avant J.-C. La polis grecque présente effectivement une ressemblance avec l’État contemporain dans la mesure où elle formait une entité politique qui n’admettait aucune autorité supérieure. Sur la base d’une indépendance réciproquement reconnue fonctionnait un système mêlant conflit et coopération, dans lequel, explique Michael Doyle, chaque unité devait veiller à sauvegarder sa liberté, à résister aux politiques de domination ou d’intimidation, quand elle n’avait pas l’ambition, si elle en avait la capacité, de se montrer elle-même impérialiste 14. Dans l’ancienne Chine, un système du même type, pluri-étatique comparable, a duré plus longtemps que dans les alliances grecques. Pendant cinq siècles, malgré les configurations différentes d’États lors de la période du Printemps et de l’Automne (770 à 476 avant J.-C.) ou de celle des Royaumes Combattants (475 à 221 av. J.-C.) jusqu’à l’établissement du premier empire chinois (celui des Qin en 221), a perduré ainsi un système préfigurant la « société des États » modélisée par l’école anglaise 15. L’analogie tiendrait à l’existence d’une culture commune, en l’occurrence celle de la civilisation chinoise, au respect de règles et à la tenue de rencontres diplomatiques (les autorités de l’un des royaumes, le royaume Qi, auraient participé à vingtquatre réunions « internationales » entre 681 et 644 av. J. C.) et à la recherche comme au maintien de l’équilibre des puissances 16. Mais l’on pourrait aussi établir une autre analogie avec la période féodale de l’Europe occidentale tout au long du Moyen-Âge. Ce qui sépare de façon radicale les deux cas grec et chinois de l’État moderne, c’est plus que tout le marquage territorial rendu cartographiable par les géomètres italiens de la Renaissance, lui-même témoin d’une construction stratégique 17. En tout cas, il ne faut pas perdre de vue qu’au lieu d’être un attribut abstrait, absolu, et unique dans sa forme, l’État a connu une constante métamorphose à l’occasion des vicissitudes de l’histoire.

L’État, acteur central

21

De l’Empire à l’État territorial
C’est entre 1100 et 1500 que se mettent en place les éléments propres à l’État territorial : des armées de grande dimension, des organisations hiérarchisées d’agents royaux aux attributions territoriales fixes et des idées nouvelles sur l’individu et la sécularisation du monde. Ils émergent de ce que l’on a appelé la féodalité ou le féodalisme, termes qui ne furent jamais utilisés au Moyen Âge, nous remémorent Walter Opello et Stephen Rosow 18. En effet, précisent ces deux auteurs, ils ont été inventés par les légistes du XVIIe siècle qui entendaient légitimer l’État moderne par contraste avec l’organisation « primitive » d’une féodalité représentée comme un système certes cohérent de relations sociales, mais daté et désormais dépassé. Une façon intellectualisée de dire qui n’est pas sans rappeler celle des « post-westphaliens »… Formation de l’État et révolution militaire Depuis Fernand Braudel, au moins, la relation entre la formation de l’État et la guerre ou l’art de la guerre est une question qui hante les historiens, remarque Kalevi J. Holsti, lequel a lui-même consacré un livre à ce problème 19. Pour une majorité d’auteurs, tels Norman Davies, la réponse ne fait aucun doute : sans cette relation, on ne peut rien comprendre 20. En effet, entre 1300 et 1600, trois innovations vont révolutionner l’art militaire et sortir la guerre de la « guerre de bandes » à laquelle on peut identifier sa forme féodale. Avec elles, l’offensive prend le pas sur la défensive, l’infanterie devient la reine des batailles et la technique des fortifications se complique. D’abord, l’introduction de l’arc et de la pique par les Anglais sur les champs de bataille européens, à partir de Poitiers (1356), puis d’Azincourt (1415), va changer la donne militaire en mettant fin à la suprématie que détenaient les Francs d’une chevalerie au contingent limité, au profit des gros bataillons de piétons (archers et piquiers) qui renouaient, d’une certaine façon, avec les phalanges de l’Antiquité. Ensuite, l’arrivée de l’arme à feu, sous la forme de l’arquebuse puis du canon, entraîna d’autres mutations lourdes de conséquences techniques, mais aussi organisationnelles et financières. L’arquebuse remplaça

22

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

progressivement l’arc et la pique et céda elle-même la place à des armes plus légères et plus meurtrières. Surtout, le développement de l’artillerie favorisa l’offensive aux dépens de la défensive en mettant fin à l’irréductibilité, sauf au prix de très longs sièges, des forteresses médiévales. Du même coup, il fut à l’origine d’une transformation des fortifications, désormais plus basses, adaptées au profil du relief pour être moins vulnérables aux tirs de l’artillerie, et connues sous le nom de « trace italienne », parce que conçues par des architectes italiens, avant que Vauban, un siècle plus tard, n’en sublime la technique. Or, il va de soi que toutes ces nouveautés (infanterie, artillerie, fortification des villes et des frontières) allaient à la fois accroître la taille et la complexité des armées et en augmenter les coûts. Dès lors, comme l’écrivent Opello et Rosow, qui ont bien résumé l’impact de la révolution militaire sur l’État médiéval, « la guerre elle-même devient un objet pour l’État, non seulement une série de batailles conduites par le roi, mais un complexe de pratiques qui requiert la discipline permanente des sujets et l’organisation d’une logistique qui, non seulement permet de défaire l’ennemi, mais produit aussi un ordre social » 21. L’entretien d’une armée permanente, compensée par des dispenses du service d’ost, permit aux rois de récupérer des taxes seigneuriales et de lever de nouveaux impôts d’une façon régulière. Au fil des siècles, ils acquièrent ainsi le monopole fiscal qui a joué un rôle essentiel, bien mis en valeur par Norbert Élias, dans la genèse de l’État, même si les régimes fiscaux resteront longtemps inachevés et hétérogènes 22. De l’ordre féodal fragmenté, privé et décentralisé, on passa ainsi, par la force de la chose militaire, à l’ordre plus centralisé et concentré du pouvoir royal à l’origine de l’État territorial. Une affirmation territoriale d’ordre sémantique et d’ordre matériel Lorsque le Duc de Saxe Othon 1er rétablit l’Empire en 962, fait remarquer Jean-René Trochet – à qui nous empruntons la teneur de ce paragraphe –, il se place toujours dans la continuité carolingienne, laquelle apparaît dans le titre mi-franc mi-romain qu’il adopte : imperator augustus Romanorum et Francorum 23. Au début du XIe siècle, l’Empire restait associé au royaume des

L’État, acteur central

23

Francs dans l’espace de la future Allemagne, et lorsqu’Hugues Capet fut couronné à Reims en 987, il le fut en qualité de « roi des Gaulois » (rex Gallorum), tandis qu’il n’était que « duc des Francs », titre qu’il avait hérité à la mort de son père en 956 24. À la fin de ce même siècle éclate la « querelle des investitures », qui ouvre le conflit entre la papauté et l’Empire. Cette lutte entraîna l’affaiblissement de l’empereur, contraint de concéder au pape la nomination des évêques dans l’Empire. C’est l’époque où apparurent aussi les dernières références au royaume de Francie orientale en tant que regnum Francorum 25. Toutefois, si l’Empire s’écarta à jamais du royaume occidental, les empereurs des XIIe et XIIIe siècles persistèrent dans une politique qu’ils voulaient « impériale » en Italie. Elle finit par les détourner de la politique intérieure allemande et par les conduire au désastre au XIIIe siècle. Elle fut aussi l’une des grandes causes du retard de l’unification allemande. À l’inverse, dans les royaumes de l’Ouest, un sentiment de légitimité autour des dynasties se manifesta. Il fut suggéré et encouragé par des savants proches du roi dès la première moitié du XIIe siècle. Il se signala dans la rédaction des premières histoires nationales dans lesquelles on constate, d’une part, la spécialisation progressive du vocabulaire de la monarchie et, d’autre part, l’affirmation de ses limites territoriales. Ainsi, l’Historia regnum Britanniae de Geoffroy de Monmouth, écrite vers 1135, souligna le fondement géographique de l’État anglais, « la patria » se confondant, selon lui, avec la « monarchie de toute l’île » 26. Les Grandes Chroniques de France, nées à l’abbaye de Saint-Denis, apparurent dès les années 1108-1130 sous l’impulsion de l’abbé Suger, conseiller du roi Louis VI 27. Ces chroniques, qui racontent l’histoire de la monarchie française, furent écrites jusqu’au XVe siècle et il en sortira le premier livre imprimé à Paris, en 1477. C’est en 1205 qu’apparut pour la première fois l’expression regnum Franciae, avec un sens tout à fait différent de ce que les deux mots signifiaient quelques siècles auparavant, précise Jean René Trochet. Le regnum n’était plus la possession momentanée et de taille variable du rex, tandis que la Francia ne formait plus l’ensemble ethnoculturel exclusif « franc ». Les deux mots, poursuit l’ethnologue et historien français, finirent par devenir indissociables : « ils désignent l’ensemble territorial réunissant des sujets auquel on reconnaît une certaine unité culturelle, ren-

24

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

forcée par le sentiment de légitimité qui s’affirme autour du souverain ». Il fait aussi remarquer que si cette formulation peut sembler tardive par rapport à l’avènement de la dynastie capétienne qui régnait alors depuis plus de deux siècles, il faut bien sûr la rapporter à la situation des autres formations politiques européennes à la même époque, principalement à l’Empire. Or, au milieu du XIIIe siècle, quand celui-ci explosa, « le terme de Francia désigne [...] pour tout l’ensemble du royaume, un territoire bien précis, cadre de vie millénaire de la race des Francs » 28. Ensuite, il faudra attendre le début du XIVe siècle pour que s’esquisse en France la théorie des « frontières naturelles » du royaume. C’est à ce moment-là que dans une requête adressée au pape Philippe le Bel proposa « l’Escaut, la Meuse, la Saône et le Rhône comme frontières anciennement établies entre son royaume et l’Empire » 29. Quant au mot « frontière » proprement dit, il apparut en 1315 dans un acte royal pour désigner la zone des châteaux construits face à la Flandre (le terme dérivant lui-même du langage militaire : « faire front »). Cette évolution, poursuit Jean René Trochet, est à rapporter à celle qui touche au vocabulaire des habitants du royaume à la même époque. Vers le XIe siècle en Europe le mot nation (en latin, natio) conserva encore le sens qu’il possédait chez les Romains, c’est-à-dire avant tout un sens ethnique. En France, on parlait ainsi de la « nation picarde » ou de la « nation bourguignonne ». Le mot était assez proche du mot « patrie », « qui connote des relations d’immédiateté, de proximité et est souvent traduit par païs pour des ensembles restreints » 30. Le mot « peuple » (issu du latin populus) prit un sens plus politique. Cependant au XIIIe siècle les choses évoluèrent et il faut y voir, pense Trochet, un aspect des progrès de la souveraineté et de l’affirmation territoriale de la monarchie 31. En effet, alors que la relation entre le populus, la communauté politique, et la natio, la communauté ethnique, posait problème à certains penseurs, on redécouvrit qu’entre les deux il y avait le territoire, car on se souvenait que dans l’Empire romain le mot populus s’appliquait aux habitants de la cité. Aussi, contrairement aux augustiniens qui maintinrent la séparation, Thomas d’Aquin (1225-1274) et ses disciples admirent qu’il convenait de confondre les deux termes dans leur rapport au territoire.

L’État, acteur central

25

Thomisme, nominalisme et modernité C’est de cette réflexion que découle la notion d’un peuple politiquement organisé, d’une communauté politique plutôt que d’un État, vivant sur un territoire déterminé. Par ailleurs, et par suite à deux redécouvertes, celle d’Aristote, et celle du droit romain à Bologne, un siècle et demi auparavant, Thomas d’Aquin assumait deux idées innovantes. D’une part, dans la perspective aristotélicienne, sans défier en cela l’Église ni renier Dieu, il définissait la loi naturelle comme l’extrapolation de la loi éternelle par des créatures rationnelles 32 ; ce qui lui permit d’avancer l’idée que les hommes pouvaient se gouverner euxmêmes en dehors de tout contrôle ecclésiastique. D’autre part, dans le prolongement du concept romain du bien commun, il avançait l’idée que la vie en société reposait sur la raison individuelle, mais que les relations sociales étaient gouvernées par la loi morale qui dépassait les intérêts ; le Prince n’étant que « vicengerens multitudinis », soit « le délégué de la communauté » 33. Tandis que la pensée du docteur angélique, le dominicain Thomas d’Aquin, allait surtout impressionner les élites des premiers États continentaux (France, Castille, principautés d’Italie), en fondant une « modernité » qui privilégiait une logique communautaire, en Angleterre, c’est une autre « modernité » plus individualiste qui surgit. Deux raisons à cela. D’abord, la persistance du droit coutumier médiéval, amalgame de décisions judiciaires locales, qui se présentait comme une somme de cas particuliers. Cela incita à une approche individuelle du tout social. Ensuite, l’émergence au début du XIVe siècle, à l’initiative du franciscain Guillaume d’Occam (1280-1349), d’un mouvement philosophique mettant en cause le lien entre la raison et la foi, le « nominalisme ». Il considérait comme incompatible l’idée qu’un monde puisse préexister à l’action humaine avec l’idée chrétienne selon laquelle Dieu, dans son omnipotence, avait voulu laisser l’homme libre. Pour les nominalistes, la situation dans laquelle se trouvait le monde à n’importe quel moment apparaissait donc contingente à l’action humaine. Avec assez d’humour, William Connolly commente ainsi leur démarche :

26

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

« Le nominalisme sauve l’omnipotence de Dieu en l’élevant le plus haut possible dans les cieux, le déconnectant de la raison, de l’expérience, des textes et des signes qui font le monde mondain. De la sorte, il prépare la base de la sécularisation ultérieure » 34. Ce courant philosophique se distingue du thomisme parce qu’il réfute l’universalité de la société chrétienne, celle-ci n’existant pas en tant que telle et n’étant que la somme des multiples volontés individuelles qui la composent. Le parti pris pour l’individualisme, qui valut à la pensée nominaliste franciscaine d’être consacrée comme la route vers la « modernité », eut d’autres implications notables. Les partisans du docteur invincible, Guillaume d’Occam, en même temps qu’ils faisaient de l’individu le seul objet de connaissance, pouvaient prétendre conférer aux humains les moyens de comprendre et de contrôler le monde naturel et le monde social. La seule condition était que la connaissance fut « technologisée », c’est-à-dire devint un instrument entre les mains de ceux qui étaient en mesure d’accomplir certaines tâches spécifiques ou de résoudre certains problèmes. Une autre chose était que ce contrôle de la nature et du social pouvait engendrer un monde meilleur. Enfin, plus fortement que les thomistes, ils renouaient avec le républicanisme romain, c’est-à-dire l’idée qu’il existait bien un espace politique autonome, géré par ses propres principes, dont le premier est la « raison d’État », en dehors de toutes les contraintes d’un monde éventuellement ordonné par Dieu 35. Occam prit d’ailleurs le parti de l’empereur contre le pape, et sa conception « moderne » du politique remporta un beau succès auprès des cités États de la renaissance italienne qui luttaient pour se débarrasser du contrôle de l’Église. Elle fut reprise par des penseurs tels que Marsile de Padoue (1275-1342) et Dante Alighieri (1265-1321) qui contestèrent au pape sa prétention insistante à intervenir dans le temporel. Le grand poète italien fit l’éloge de l’empereur Henri VII, et rêva d’un Imperium Romanum réincarné dans le Reich. Celui-ci ne consacrait pas la domination d’un groupe ou d’une nation, mais garantissait un ordre juridique harmonieux entre les communautés relevant de son autorité. La diffusion dans les siècles suivants de la radicale pensée franciscaine allait trouver le meilleur accueil là où s’étaient

L’État, acteur central

27

constitués des pouvoirs politico-militaires centralisés, certains proches déjà de l’absolutisme, qui régnaient sur des territoires dont les limites et l’identité culturelle se précisaient. Notamment à partir du moment où les pouvoirs de Rome et de l’Empire perdaient de leur brillant, le premier à cause de la Réforme, le second par suite aux guerres de religion, elles-mêmes à l’origine de la guerre de Trente Ans. Ajoutons que c’est la paix de Westphalie qui allait permettre à Mazarin d’imposer la vision française d’un « droit public de l’Europe » bâti sur le concept de souveraineté, et organisé par une politique étrangère régie par la « raison d’État ». L’État, source de l’autonomie du politique Les conjonctures historiques et culturelles ont fait, comme l’a montré entre autres Kenneth Dyson, que différentes formes étatiques ont émergé, obéissant tantôt à la logique communautaire, tantôt à la logique individualiste 36. Sans aller jusqu’à affirmer qu’il existe une relation de cause à effet, on est enclin à penser qu’en Occident, la première a favorisé les formes ultérieures absolues (du XVIIe au XIXe siècles) ou antilibérales de l’État (du XIXe et du XXe siècles), tandis que la seconde a encouragé ses formes parlementaires (dès le XVIIe en Angleterre), libérales et « managériales » d’après les catégories arrêtées par Opello et Rosow 37. Cependant, au-delà de ces variations, il est essentiel d’examiner pourquoi l’État s’est avéré la seule instance à pouvoir garantir l’autonomie d’un espace politique. La réponse se trouve dans les différentes définitions de lui que l’on rencontre et que Barry Buzan a synthétisées en écrivant qu’il résultait de l’interaction de trois éléments : l’idée de l’État, les bases physiques de l’État, l’expression institutionnelle de l’État 38. Les deux dernières caractéristiques sont celles sur lesquels les auteurs mettent généralement l’accent. Liant la genèse de l’État à la guerre, ils insistent sur l’armement, les communications, les faits ethniques et linguistiques, la lente mise en place d’une administration. Pris ensemble, ces deux éléments forment l’aspect matériel : l’État est un appareil institutionnel exerçant un pouvoir souverain, unique, sur une unité territoriale habitée et

28

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

parfaitement délimitée. Mais selon la conception constructiviste que Buzan reprend à son compte, cet appareil n’est pas qu’une bureaucratie, c’est aussi une corporate agency, soit un ensemble de règles et une organisation qui agit, ou qui entend agir, au nom d’une collectivité, d’une communauté 39. Celle-ci, comme l’avait déjà vu Hartshorne (cf. supra tome I, 1e partie), se fait une certaine « idée de son État », mais une idée qui évolue en fonction du contexte mondial parce qu’explique Kenneth Dyson : « étant une partie constitutive de l’activité politique et de l’État luimême, l’idée de l’État est connectée de façon intime, complexe et intrinsèque avec tout ce qui détermine, forme, mais aussi est fabriqué et manipulé par lui, et enferme l’acteur politique dont le monde politique est défini selon ses vues » 40. Cette idée et les mythes que contient la mémoire collective, à laquelle elle est indissolublement liée, légitiment alors l’État et son ordre, ou son régime, aux yeux de la communauté qu’il réunit. Comme ils évoluent en fonction de la compétition interne entre les groupes qui divisent cette dernière, et que les valeurs évoluent d’une génération à une autre, la nature de l’État et des décideurs change. Si les trois éléments sont inséparables, leur contribution relative est différemment valorisée par les auteurs. Dans la mesure où l’on considère que le nationalisme précède, en général, la formation des États récents, on peut estimer que l’idée anticipe l’existence de l’État (Allemagne ou Italie hier, Palestine demain), ou qu’elle a permis sa renaissance (Pologne) dans le passé. Cependant, tant que l’État ne dispose pas d’un territoire et d’une institution internationalement reconnus, il n’existe pas en tant qu’acteur. Un territoire vacant ne saurait bien entendu, à lui seul, constituer un État. D’ailleurs, l’Antarctique, unique espace dans cette situation, a été doté d’un statut international. Ce sont ces deux insuffisances qui conservent à la revendication et à l’effectivité du monopole de la contrainte physique légale sur un territoire et une population déterminés, mises en avant par Max Weber, toute leur pertinence. Une fois admis, que l’interconnexion des trois éléments, selon des configurations variables en termes de territoire, de régime ou d’idéologie, est indispensable à son existence, la pérennisation de l’État moderne dépend de deux conditions qui ne sont pas sans rapport : sa rationalisation,

L’État, acteur central

29

dont Philippe Braud a raison de dire qu’elle est un thème incontournable de la réflexion de Weber sur l’État 41 ; et sa capacité à atteindre son but politique spécifique qui est de définir et d’assurer le bien commun 42. En effet, d’après Freund, la raison de la vie en commun se résume en deux points : la sécurité et la prospérité en même temps que la concorde intérieure 43. Ces deux missions, l’État les remplit en démarquant, d’un côté, le « nous » des « autres » ou l’interne (le domestique), de l’externe (l’international) et en séparant, de l’autre, le public et le privé. Soit en autonomisant, en deux temps et sur deux théâtres distincts, l’espace du politique. Elles fondent, chacune séparément, ce que Kalevi Holsti appelle autrement la légitimité horizontale et la légitimité verticale de l’État 44. Mais qu’il a de plus en plus de mal à assumer aujourd’hui, en raison de la « marchandisation du monde » dans lequel il est de plus en plus impliqué ; ce qui lui vaut une certaine désaffection, tout en l’obligeant à redéployer ses prérogatives. Quoi qu’il en soit, la distinction et le bornage d’un espace propre et exclusif sont la première condition. C’est la seule façon de circonscrire l’espace pertinent de la communauté, celui dans lequel elle s’organise et fait jouer pleinement la solidarité. L’ethnocentrisme inhérent à la nature humaine limitant les affinités, la définition d’une entité politique est toujours sélective. Elle s’autodétermine et elle opère par exclusion en réservant la réciprocité des rapports à un nombre forcément limité d’individus. La société politique est toujours société close. Du fait même qu’elle a des frontières et qu’elle se veut une, particulière. Le partage entre le « eux » et le « nous » se fait-il alors en fonction de la seule distinction entre « ami et ennemi » comme l’a pensé Carl Schmitt 45 ? Lequel avait tendance à dire que celui qui décide de son ennemi, de la paix et de la guerre est le véritable souverain 46. Ceci apparaît comme une position fort critiquée aujourd’hui, bien que, comme l’écrivait Julien Freund, si le présupposé de « l’ami et de l’ennemi » se laisse envisager sous un aspect positif et un aspect négatif qui consistent respectivement à surmonter l’inimitié réelle ou virtuelle et à établir la paix, à faire respecter son indépendance ou à la recouvrer par la force si nécessaire, il faut

30

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

admettre que depuis qu’il y a une histoire, ce dernier a toujours été prioritaire 47. Sinon contre, en tout cas en dehors des « autres », telle se représente toute communauté politique puisqu’aussi vaste soit-elle, elle est minoritaire à l’échelle de l’humanité et elle est obligée de se délimiter pour exister. Ce qui n’empêche pas que, suite à des alliances, à des associations ou à des unions, elle puisse élargir son périmètre, comme, il en va de nos jours, par exemple, avec le passage de la nation à l’Europe. D’ailleurs, Norbert Élias voyait dans l’élargissement et la complexification des espaces politiques, phénomènes qu’il pensait historiquement avérés, les facteurs d’une pacification des hommes 48. La légitimité verticale implique la séparation du public et du privé qui rend institutionnellement lisible la rationalisation. Non seulement il s’agit d’en finir avec l’ancien État patrimonial dans lequel « le pouvoir y apparaît comme une sorte d’extrapolation à grande échelle du gouvernement exercé par le chef de famille dans l’univers patriarcal » 49, mais il s’agit d’adopter les dispositifs qui font que l’État ne puisse être accaparé par aucun groupe particulier de quelque ordre qu’il soit (ethnique, corporatiste, économique, religieux ou autre) ni qu’aucun groupe ne soit lésé dans l’affectation des services et des ressources ni dans la participation aux décisions les concernant. En même temps, sachant que la « domination légale-rationnelle » est nécessaire et inévitable, la séparation est la garantie de la liberté individuelle ; sans qu’il faille pour autant exagérer la coupure entre l’État et la société civile, car le premier est aussi un mécanisme d’allocation des ressources de la seconde 50. Il faut insister ici avec Julien Freund qui a écrit des choses essentielles à ce sujet sur ce que le public organise et unifie. Il est le support de l’ordre commun qui transcende le pluralisme interne, celui du privé, et lui donne la possibilité de se maintenir et de se développer sans trop de heurts. En tant qu’elle exprime la nécessité d’une unité, la notion de public signifie que la collectivité agit comme communauté en toute autonomie. Elle y introduit en même temps l’homogénéité grâce au droit, somme des conventions et des normes destinées à orienter chaque conduite à l’intérieur d’un groupe d’une manière déterminée 51. Finalement, si le politique reste au cœur du social, la conception de l’État moderne le préserve de toute transcen-

L’État, acteur central

31

dance extérieure en reconnaissant l’hétérogénéité des groupes humains politiquement organisés, et en proclamant leur souveraineté au prix d’une division territoriale étendue au monde entier à l’instar de celle qui prévalait en Europe.

Les déboires de l’universalisation de l’État territorial
La mondialisation du phénomène étatique est une réalité incontestable, une évidence. Elle a abouti à une fragmentation politique (191 États siègent aux Nations unies en 2005, alors qu’on ne recensait qu’une cinquantaine d’entités souveraines au début du XXe siècle), qui n’est sans doute pas achevée. Au cours de la seule décennie quatre-vingt-dix, une vingtaine d’États ont vu le jour. Les régions, provinces, ou peuples candidats à l’indépendance sont encore nombreux. Sauf certaines exceptions notables au XIXe siècle (Italie, Allemagne, mais aussi États-Unis au prix d’une guerre contre la sécession sudiste), la fragmentation étatique du monde est une tendance séculaire. Un peu partout, excepté en Chine, elle s’est confondue avec un refus ou avec une émancipation de l’ordre impérial qu’il fut ou non d’essence coloniale. Est-ce à dire que le modèle étatique européen était transposable à d’autres cultures ? Quand on constate les graves dysfonctionnements de l’État dans les pays extra-occidentaux, où il a été importé, la réponse est une autre affaire. Elle n’est pas aussi simple qu’on aurait tendance à l’écrire. D’un côté, quand elle est un héritage colonial, l’implantation du modèle étatique occidental dans des sociétés aux univers culturels étrangers a plus souvent induit une perte de sens des institutions politiques et administratives antérieures qu’elle ne s’est traduite par une greffe réussie, note un connaisseur du monde musulman 52. Pire, elle a pu induire un vrai choc culturel. D’un autre côté, là où il s’est agi d’une « importation délibérée », selon le mot de Philippe Braud, l’adaptation a été moins déstructurante et s’est avérée finalement positive, comme au Japon ou en Turquie 53. Tout cela fait douter de la théorie de la modernisation, dont l’État est l’instrument principal, et a fortiori de l’occidentalisation des sociétés vers lesquelles a été

32

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

opéré le transfert. Malgré tout, aujourd’hui, et c’est ce qui explique sa prolifération, il n’existe pas d’autre source de légitimité politique que l’État. Comme Pierre de Senarclens le fait remarquer, la souveraineté étatique reste « au centre des représentations dominantes de la politique, elle est largement reconnue comme légitime… Elle continue de marquer les représentations institutionnelles et politiques des sphères dirigeantes, l’imaginaire collectif des acteurs de la scène mondiale » 54. Les formes politiques précoloniales hors d’Europe Le territoire politique fermé par des frontières reconnues, tel qu’il s’est imposé en Europe, en la morcelant, est donc une invention relativement récente. En Chine, où ont existé, on l’a vu, des royaumes aux caractéristiques assez proches de leurs homologues européens, c’est l’empire qui s’est finalement imposé, et c’est luimême qui, sous le choc de l’intrusion occidentale et à l’occasion des péripéties révolutionnaires du XXe siècle, s’est transformé en État-nation. Certes, l’ordre impérial per se a disparu, mais l’entité territoriale a été préservée. Sans doute, ce changement dans la continuité doit-il beaucoup au fait que la Chine était d’abord une civilisation qui s’est voulue être un État, selon la formule de Lucian Pye 55, afin même de se préserver. Ouverte par la révolte des Boxers et l’éveil au nationalisme chinois, la phase de mutation s’est achevée avec l’entrée de Pékin au Conseil de Sécurité des Nations unies, puis avec son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce. Il y a tout lieu de croire, en effet, si l’on reconsidère le raisonnement tenu par Yongjin Zhang, que la « profonde structure constitutionnelle » de la pax sinica, qui a prévalu pendant plus de deux millénaires dans le monde chinois, n’est pas étrangère à cette « révolution conservatrice » 56. D’après Christian Reus-Smit qui l’a conceptualisée, la structure constitutionnelle de n’importe quelle société internationale repose sur trois éléments : les concepts moraux dominants qui orientent les objectifs de l’État, le principe d’organisation de la souveraineté, et les normes d’une justice purement procédurale 57. Dans une démarche constructiviste, il précise que, selon lui, cette structure est contingente du contexte historico-culturel, et que c’est avant tout l’idée que l’on

L’État, acteur central

33

se fait, ici et là, de l’État et de ses priorités qui commandent, en fonction des circonstances, aux variations des institutions et des pratiques au sein des sociétés interétatiques. En l’occurrence, c’est le mythe de l’unité chinoise dans la longue durée qui, parce qu’associée avec la paix intérieure et la sécurité extérieure, malgré les aléas de l’histoire, l’a emporté sur toutes les autres considérations idéologiques. Il a survécu à la crise de la tradition confucéenne mise en cause parce qu’elle n’avait pas préservé la Chine de l’invasion occidentale, qui se trouvait cependant à son origine. L’adaptation institutionnelle a donc moins consisté à faire de la Chine un État comme les autres qu’un État parmi les autres, puisqu’elle ne pouvait plus se permettre de les ignorer ou de les mépriser. Sans que l’on puisse préjuger du fait qu’elle ait abandonné sa vision concentrique d’un monde au centre duquel elle se pensait. Sa montée en puissance laisse plutôt augurer du contraire. La longue histoire de la Chine, la richesse de son expérience politique et la pérennité de certains de ses idéaux civilisationnels en font un acteur dont il faut tenir compte aussi des exigences culturelles ou des instruments conceptuels. Sachant qu’elle-même a parfaitement assimilé des notions comme celle de souveraineté. Compte tenu de l’intérêt porté par la tradition académique chinoise à la longue durée, il n’est pas étonnant par ailleurs qu’en ces temps d’ouverture aux théories occidentales des relations internationales écrasées par la production de l’impressionnante machinerie américaine, des chercheurs chinois, tel celui auquel nous nous référons, s’efforcent de trouver un contrepoids du côté de l’English School 58. Ils apprécient notamment dans celle-ci la valeur qu’elle accorde à la continuité de l’histoire internationale, au rôle des idées et du droit. Mais, ailleurs qu’en Chine, il n’apparaît pas exagéré d’écrire, comme le fait Martin Van Creveld « qu’aucune société d’Afrique ou d’Asie ne semble avoir développé le concept d’un État abstrait composé de gouvernants et de gouvernés, mais identifiable à aucune des deux catégories » 59. Il convient en effet d’admettre qu’en terre d’Islam le territoire a toujours été très secondairement considéré, tandis qu’en Afrique sud-saharienne, malgré la diversité des formes reconnues d’organisations solidaires d’essence familiale, lignagère, clanique ou ethnique, aucune cheffe-

34

LES THÉORIES DE L’INTERÉTATIQUE

rie ou aucun « empire » n’était réellement territorialisé. Dans ces deux espaces, jamais aucun domaine public n’a été distingué. En Afrique de l’Ouest, ce n’est qu’à l’époque de l’incorporation du continent à l’économie internationale, avec la traite des Noirs, que plusieurs royaumes assez bien identifiés et relativement puissants sont apparus : Asante, Fante, Denkyira, Akwamu, Dahomey 60. Les conquêtes de l’Islam, depuis le VIIe siècle jusqu’à la moitié du XVe (prise de Constantinople en 1453) et jusqu’au reflux devant la Reconquista espagnole (1492), ne doivent pas faire illusion. Il s’agissait moins d’acquérir de nouveaux territoires que de convertir des esprits et de gagner de nouveaux adeptes. Et moins encore de faire régner la loi d’un État, mais plutôt celle de Dieu, d’autant que l’Islam originel n’établissait aucune distinction entre l’État et la religion. Le lien social fondamental dans le monde arabe, fait remarquer Vincent Monteil dans sa préface à la Traduction Nouvelle de la Muqaddima d’Ibn Khaldûn, était bien le clan : « l’esprit de corps – ou de clan – qui unit, au départ, les agnats de même sang et qu’on appelle “asabiyya”. C’est lui qui donne à tel groupe social le pas sur tel autre et qui, finalement, le hisse au pouvoir royal » 61. Toutefois, l’expansion de la foi musulmane, consécutivement aux combats menés par les Arabes, mais suite aussi à la conversion de peuples puissants et guerroyeurs comme les Perses et les Turcs, allait poser le problème de la gestion d’un vaste espace confessionnel embrassant des groupes humains hétérogènes. Il allait être réglé, provisoirement et pas toujours d’une façon très opérationnelle, grâce à la distinction de deux fonctions précises : celle de Calife (le « successeur », celui de Mahomet) qui est le commandeur de tous les musulmans, le chef religieux de la Umma ; celle de Sultan (celui qui détient l’autorité), en charge d’administrer la communauté et de diriger les affaires temporelles. Une telle séparation ne saurait cependant suffire à identifier un État digne de ce nom. D’abord, parce que le Califat devait s’écrouler dès 1258, après la prise de Bagdad par les Mongols qui mirent fin à l’empire des Abbassides. Comme aucun dignitaire musulman ne fut réellement en mesure de reprendre le titre, malgré différentes usurpations, la confusion des pouvoirs temporel et spirituel, de ce qui pouvait relever du public ou du privé,

L’État, acteur central

35

entre les mains du sultan ou d’autres dirigeants locaux devint définitivement la règle. Sultanats et émirats, en tant que formes étatiques émergentes, permirent au minimum de concilier la transcendance du clan et la désintégration de l’administration califale 62. Ensuite, les populations non musulmanes dominées étant considérées comme extérieures à la communauté, et leurs territoires respectifs avec elles, l’empire musulman n’avait pas, à proprement parler, d’assise territoriale. Il suffisait que ces populations, confinées dans un statut inférieur, mais recensées à partir du critère religieux sous le terme de millet ou de nation dans l’empire Ottoman, reconnaissent la souveraineté du sultan et lui paient le tribut. C’est d’ailleurs dans cet empire, mis sur la défensive dans les Balkans à partir du début du XIXe siècle (indépendance de la Grèce en 1823), que les sultans allaient, très timidement d’abord, amorcer une différenciation entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux jusqu’à la révolution authentiquement laïque de Mustapha Kemal (1920-1923). Mais ce passage, à la fois forcé et volontaire, à l’État de type occidental était pour la Turquie, comme nation et non plus comme empire, le meilleur moyen de sauvegarder son indépendance dans un monde dominé, pour quelque temps encore, par les impérialismes européens. La faiblesse des États post-coloniaux Entre le XVIe et le XIXe siècle, rares sont les régions ou les pays qui ont échappé à l’hégémonie européenne : empire Ottoman, Perse, Chine, Japon, Corée, Siam et Éthiopie. Par le biais de la colonisation les Européens transmirent leur idée de l’État aux peuples qu’ils dominèrent, tandis que ceux qui leur résistèrent le durent au mimétisme dont ils firent preuve. La congruence que l’on constate entre les frontières des États postcoloniaux et les frontières administratives des anciens empires en atteste. Dans l’ancien Tiers-monde, ces délimitations ont été majoritairement dessinées par des puissances extérieures que Michel Foucher désigne comme des « États-traceurs » 63. Selon ce géographe, le maillage politique du monde, non dénué de décisions arbitraires, est ainsi principalement d’origines britan-