//img.uscri.be/pth/dd643b6b908c319b641fdbf01517b9a5f5d8820f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Oser les changements en Afrique

De
150 pages
Malgré toutes les richesses naturelles dont elle dispose, l'Afrique vit à la périphérie des évolutions technologiques et l'élite africaine, particulièrement centrafricaine, doit se remettre en cause. Elle doit revoir son système éducatif et adapter sa méthode politique. Elle doit s'engager vers le changement de son mode d'appréhension et de compréhension et utiliser ses forces pour trouver ce qui permettra de faciliter le décollage économique de l'Afrique.
Voir plus Voir moins

Oser les changements en Afrique

Points de vue Collection dirigée par Denis Pryen

Déjà parus

René NGANOU KOUTOUZI (sous la direction), Problématiques énergétiques et protection de l'environnement en Afrique, 2008. Calixte BANIAFOUNA, La Bataille de Brazzaville. 5 juin-15 octobre 1997. Le coup d'Etat le plus long et le plus meurtrier du monde: 10 000 morts, 2008. Ange Edouard POUNGUI, A cœur ouvert pour le Congo Brazzaville, mon beau pays. Entretien avec Calixte Baniafouna, 2008. André CHAMY, Saddam Hussein: le crime et la potence, 2008. Jean-Claude MA YIMA-MBEMBA, La Violence politique au Congo-Brazzaville. Devoir de mémoire contre l'impunité, 2008. Banianga MUNONGO, Congo-Kinshasa: le chemin de la démocratie, 2008. Jean BRUNA TI, De l'esclavage des Noirs à celui des camps
nazis, 2008. Jean-Roger ZIKA, Réflexions Gaston Kelman, 2008. sur la question noire. Réponse à Libres propos sur les

Jean-Pierre AKUMBU M'OLuNA, réformes juridiques au Gabon, 2008.

Gaspard MUSABYIMANA, Rwanda: le mythe des mots. Recherche sur le concept « akazu » et ses corollaires, 2008. Pierre MANTOT, Le projet de société des Matsouanistes, Juste Joris TINDY-POATY, Claver Akendengué, 2008. À propos de l'œuvre 2008. de Pierre

Jean-Alexis MFOUTOU, La langue française au Congo-Brazzaville, 2008. Edna mOM, Côte d'Ivoire.

et le fait divers 2008.

Un héritage empoisonné,

Jean -Pierre Mara

Oser les changements

en Afrique
Cas du Centrafrique

L'Harmattan

@L.HARMATTAN. 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

2008 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl@wanadoo.fr
ISBN: 978-2-296-06058-6 EAN : 9782296060586

La recherche perpétuelle de méthode de changement social comme fondement du décollage socio-économique doit être le but noble de la génération postindépendance

J.P MARA

Dédicace

A mon père Clément

MARANZAP A ;

A mon oncle Pierre-Lambert MAN GAMBAS ;

A ma femme pour son support au quotidien; A mes enfants et à ma mère;

A mon cher pays d'origine

Flernerciernents

Au Colonel Thierry Jacques Gallo, attaché militaire de l'ambassade de la République Centrafricaine à Paris pour m'avoir encouragé à publier ce livre; A monsieur Gilbert Nadiguine, ancien conseiller culturel à l'ambassade de la République Centrafricaine à Paris ;.

A Mme Gréla, Mme Julie Douzima A monsieur Carlos Mbéti ;

pour leurs précieux conseils dans la rédaction.

Tables des matières
Introduction
ChapitreI Constat de confusion
de l'aide internationale

..13
21
29
35 37 .4 .4 61 68

~
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
Annexe

Constat d'attachement à la métropole
Constat d'incompréhension Constat d'inadéquation du modèle scolaire et éducatif

Responsabilité de l'élite centrafricaine Responsabilité des institutions internationales Prédation, koudoufarisme, gestion ressources humaines Confusion sur les valeurs familiales et religieuses Les défis du changement

Constat de confusion sur les notions de gestion et d'économie...48

Chapitre II

79
81 84 86 89 91 98 108 115

Changement et évolution Rapport entre la religion et l'État.. Nouveau concept des rapports bilatéraux Nouveau concept du mode de la famille Réajustement de l'éducation et de scolarisation Une vision sur l'énergie et les infrastructures Innovation et perfectionnement de l'existant

Recherche de la perfection des talents humains

Chapitre III

Quelques idées d'application

117
122 123 127 129

Finance publique et économie: vocabulaire de l'élite Les nouveaux cadres, élites et talents Point de départ face à l'urgence Trop d'attente: on manque de bâtisseurs

Conclusion
Choix du collaborateur: une question majeure Responsables de nos malheurs

..137
140 141

Quelq ues im ages
11

.143

Introduction

L'Afrique est présentée sur Internet et dans les autres média comme «le deuxième continent au monde par sa population et le deuxième ou le 3e, selon que l'on considère l'Amérique comme un ou deux continents, par son étendue, après l'Asie. D'une superficie de 30.221.532 km2 en incluant les îles, elle couvre 6.0 % de la surface terrestre, et 20,3 % de la surface des terres émergées. Avec une population estimée à 900.000.000 habitants en 2005, les Africains représentent 14% de la population mondiale ». L'Afrique comprend 46 pays en incluant Madagascar, et 53 avec tous les archipels. Elle est considérée comme étant le lieu d'origine de l'être humain et de la branche des Hominidae. Pour cette raison, beaucoup d'africains tiennent leur continent comme le berceau de l'humanité. Malgré ses richesses naturelles, le continent vit à la périphérie des évolutions technologiques et à la marge de toutes les manifestations socio-économiques du monde. Il apparaît dans cette dérive comme un concentré de tous les pessimismes aliénants de notre époque, traduits par diverses pandémies, la misère, la paupérisation, les multiples crises tous azimuts. Ce livre est de fait une réflexion sur les causes du piétinement de cette Afrique des fatalités en prenant pour exemple la République Centrafricaine (RCA)]. Il pose aussi un autre regard sur les conditions du développement socio-économique de ce pays par un ingénieur de formation. Ce livre n'est pas un guide politique. Il traite les sujets d'une façon chronologique propre et structurée dans l'esprit du constat d'anomalie et de confusion du fonctionnement des sociétés africaines en général et centrafricaine en particulier.

1

Républiaue Centrafricaine (RCA) ou Centrafrique est le nom adopté par

l'Oubangui-Chari à l'indépendance. Le pays se veut une république, donc une forme de gouvernement où le pouvoir émanant du peuple, n'est pas détenu par une seule personne. Il s'agit d'une forme constitutionnelle de l'État, qui se conçoit comme consubstantiel du peuple et dans lequel son chef n'est pas héréditaire. Cette république doit donc être comprise, définie et fondée par opposition aux conceptions monarchiques ou théocratiques de l'État et de la Nation. 15