Petit guide des élections présidentielles américaines 2012

De
Le 6 novembre 2012, les Américains devront se choisir un nouveau président. Alors que les États-Unis sont à un tournant économique, politique et stratégique, les électeurs feront face à une décision difficile. Quel candidat pourra rassurer l’électorat ? Ramener le pays vers la croissance ? Redonner l’espoir ? Faire croire au changement ?
Barack Obama, seul représentant du parti démocrate, charismatique orateur galvanisant les foules en 2008, a vu son aura ternie par la lente agonie de l’économie américaine. Les Républicains auront à lui opposer un adversaire dont l’identité ne sera connue qu’à l’issue d’une longue saison de primaires.
Les enjeux sont considérables : la situation économique des États-Unis est désastreuse, la réforme de la santé et les politiques migratoires sont contestées en Cour suprême, la politique étrangère américaine bat de l’aile et les restrictions budgétaires condamnent l’empire américain au repli.
Pendant ce temps, l’argent afflue dans la campagne : l’abolition des règles de financement permet aux entreprises et aux gros donateurs de plonger ouvertement dans l’arène politique. Alors que l’on prédit un cycle électoral milliardaire, l’argent achètera-t-il la Maison-Blanche ?
Ce guide répond aux questions que l’on se pose sur la mécanique et les enjeux de cette élection présidentielle mais également sur le comportement électoral des Américains.
Publié le : mardi 24 janvier 2012
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896646852
Nombre de pages : 80
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Petit guide des ÉLECTIONSPRÉSIDENTIELLES AMÉRICAINESnLuimVérirquee
KaRInE PRémont ÉlIsabEth VallEt
Extrait de la publication S e p t e n t r i o (n)u m é r i q u e
  
Karine Prémont
La Poliique érangère des grandes puissances(dir.), Québec, Presses de l’Université Laval, .
Avec Carles-Pilippe David et Julien Tourreille,L’Erreur : l’écec américain en Irak, Québec, Septentrion, .
La Télévision mène--elle le monde ? Le mye de l’effe CNN sur la poliique érangère des Éas-Unis, Québec, Presses de l’Université du Québec, .
Élisabeth Vallet
Le Duel. Les dessous de l’élecion présidenielle américaine, Québec, Septentrion, .
Avec la Caire Raoul-Dandurand,Le  sepembre, cinq ans plus ard, Québec, Septentrion, .
La Présidence des Éas-Unis(dir.), Québec, Presses de l’Univer-sité du Québec, coll. « Enjeux contemporains », .
Avec David Grondin,Les Élecions présidenielles américaines, Québec, Presses de l’Université du Québec, coll. « Enjeux contemporains », .
Les Correspondans du Trésor, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques juridiques », .
Extrait de la publication
Petit guide des ÉLECTIONSPRÉSIDENTIELLESAMÉRICAINES 
KaRInE PRémont • ÉlIsabEth VallEt
S e p t e n t r i o (n)u m é r i q u e
Extrait de la publication
Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d’édition, ainsi que le gouvernement du Québec pour son Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres. Nous reconnaissons également l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Cargée de projet : Sopie Imbeault Version numérique : Samia Hazgui Mise en pages et maquette de couverture : Pierre-Louis Caucon Révision : Solange Descênes
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire par courrier, par courriel à sept@septentrion.qc.ca, par télécopieur au 418 527-4978 ou consulter notre catalogue sur Internet : www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion 1300, av. Maguire Québec (Québec) G1T 1Z3 Dépôt légal : Bibliotèque et Arcives nationales du Québec, 2012 ISBN papier : 978-2-89448-689-4 ISBN EPUB : 978-2-89664-685-2
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia 539, boul. Lebeau Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2
Extrait de la publication
INTRODuCTION
e e  novembre  aura lieu la  élection du président L des États-Unis. Le même jour, tous les Américains désigneront également leurs représentants : dans onze États ils éliront leur gouverneur, dans  États, leurs sénateurs. Et nombre d’entre eux répondront en plus à des questions référendaires et participeront à des élections locales. Toutefois, l’élection présidentielle sera au cœur de l’actualité et en constituera l’essentiel. D’un côté, le président en place, Barack Obama, ne jouit pas pour l’instant d’un taux d’approbation confortable tandis que les indicateurs économiques (taux de cômage supérieur à  % en décembre , déficit budgétaire supé-rieur à  %, taux de croissance à peine supérieur à , %, endettement galopant de tous les paliers de gouvernement au point d’équivaloir à la totalité du PIB américain) ne lui sont pas favorables. Le mouvement Occupy Wall Street cerce à se doter d’une présence politique en tentant d’institutionnaliser ses revendications. Or, on établit d’ail-leurs souvent, mais c’est discuté, une corrélation entre les indicateurs économiques, notamment le taux de cômage, et la réélection du président sortant. De l’autre côté, le Parti républicain tarde à se trouver un candidat qui se démarque véritablement, situation inédite depuis les années , tiraillé entre ses différentes franges et miné par le discours desTea pariersqui surexpose la droite radicale et alimente le ressentiment à l’égard des politiciens de Wasington.
Extrait de la publication
6pe t i t d e s gui d e a mé r i c ai ne s 2012é lec t i o ns pré s i d e nt i e lle s
Candidats répUblicains • Newt Gingrich, ancien président de la Cambre des représentants, incarnant le conservatisme moral, se targue de son expérience face au président Bill Clinton, qu’il a affronté (sur des questions budgétaires et morales – pendant l’affaire Lewinsky) à de multiples reprises. Fort de son expérience à Wasington, il devra gérer tout à la fois ses prises de position contradictoires et ses relations extraconjugales.
Jon Huntsman, ancien ambassadeur des États-Unis en Cine et ancien gouverneur de l’Uta, essaie de tenir un discours décalé, qui se démarque et n’est pas forcé-ment défini par les lignes du parti. Il peine à sortir de l’ornière et pourrait pâtir du fait qu’il est mormon.
Rick Perry, gouverneur du Texas, n’a visiblement pas su organiser sa campagne de façon efficace. Sa piètre per-formance lors des débats républicains et ses prises de position sur l’immigration (il est opposé au mur fron-talier avec le Mexique) mettent du plomb dans l’aile de sa cote de popularité.
Ron Paul, représentant du Texas, incarne le mouvement libertaire au sein du Parti républicain. Une fraction lui est donc acquise, mais il peine à aller au-delà. Toutefois, il alimente le débat avec des prises de position originales.
Mitt Romney, ancien gouverneur du Massacusetts, se maintient en tête des candidats à l’investiture républi-caine. Il se présente pour la deuxième fois aux élections présidentielles et dispose pour ce faire de sa fortune personnelle. Deux éléments sont susceptibles de le an-dicaper : d’une part le fait qu’il soit mormon est souvent cité comme un problème par les électeurs. D’autre part, ses prises de position prudentes le conduisent parfois à
Extrait de la publication
i n t r o d u c t i o n7
être qualifié par l’électorat républicain comme trop modéré, voire trop versatile (à l’instar de Kerry qui avait pâti de son étiquette de « flip-flopper »).
Rick Santorum, ancien représentant puis sénateur de la Pennsylvanie, est catolique et s’affice comme un conservateur économique et moral. Ses prises de posi-tion trancées sur l’avortement, la famille, l’immigra-tion ou encore, en politique étrangère, l’Iran, lui permettent de toucer certaines franges de l’électorat républicain avec succès, comme en attestent les résultats des caucus de l’Iowa, qui se sont tenus le  janvier.
Enfin, le spectre de l’élection de  plane toujours sur les scrutins présidentiels même si le résultat des élections pré-sidentielles de  et  a été moins ambigu qu’il ne l’avait été en  puisque le président a obtenu non seule-ment la majorité des grands électeurs mais également celle des suffrages populaires. En janvier s’ouvre donc, aux États-Unis, un long cycle électoral de dix mois qui s’acèvera en novembre. Au cours de cette période, les débats feront rage autour de la perfor-mance du président Obama durant son premier mandat, autour d’enjeux de société décisifs en période de crise éco-nomique, tandis que le processus électoral devrait conduire les candidats à dépenser des sommes records tant pour les présidentielles que pour les autres votations qui se déroule-ront tout au long de l’année . Il s’agit donc d’un scrutin crucial pour les Américains, et d’intérêt pour le Québec, en raison des liens géograpiques et économiques qui l’unissent à son voisin. C’est la raison d’être de ce fascicule : il s’est agi de démytifier le processus électoral pour expliquer les composantes et les enjeux qui constitueront le cœur des débats en  et qui se termineront avec l’élection du procain occupant de la Maison-Blance.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
SOMMAIRE
. Pourquoi Barack Obama a-t-il gagné en  ? . Quels sont les principaux enjeux de la campagne de  ? . Comment le président est-il élu ? . Combien coûtera la campagne présidentielle? . Quel est le rôle des médias durant une campagne présidentielle ? . Qui vote et pourquoi ? . Et les autres scrutins de  ?
* LExIquE DES ÉLECTIONS AMÉRICAINES
57 Comme les groupes c, les groupes  tirent leur nom des dispositions du code fiscal fédéral qui en autorisent l’existence. Ces groupes qui peuvent utiliser lesot money, c’est-à-dire le financement électoral qui n’est pas astreint à des limites légales, jouent désormais un rôle déterminant dans la campagne électorale : ils peuvent, sans coordonner leurs actions avec les candidats, promouvoir des causes. À la différence des groupes  toutefois, les groupes c ne sont pas tenus de divulguer le nom de leurs donateurs.
Âne L’âne est devenu le symbole du Parti démocrate. En janvier , le républicain homas Nast est le premier à le présenter ainsi dans le magazineHarper’s. Cette caricature montrait l’ancien secrétaire à la guerre de Lincoln attaqué de façon virulente par les démocrates du Nord, comme un lion mort auquel un âne donnait un coup de pied. L’âne est aussi un sobriquet dont était affublé Andrew Jackson depuis l’élec-tion de . Il a par la suite continué à utiliser cet animal comme emblème, qui appartient aujourd’ui à la symbolique de la vie politique américaine.
BallottagE En cas de ballottage au collège électoral, dans l’ypotèse où aucun des candidats n’obtient les  voix requises, c’est
* Adaptation du lexique dans Élisabet Vallet,Le Duel. Les dessous de l’élecion présidenielle américaine, Québec, Septentrion, .
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.