Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 26,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Pétrole de A jusqu'à Z

De
330 pages
Soupçonné d'être à l'origine de guerres ou de profits scandaleux, accusé d'être une énergie polluante et source de nombreuses calamités, le pétrole est un produit indispensable dont la pénurie est présentée comme une menace. Son histoire, de l'origine à nos jours, est pleine d'intérêt, sa recherche et ses modes d'exploitation font appel aux plus récents progrès scientifiques. Son implication politique et militaire est source de controverses et conflits. Donner des points de repère est le but de ce dictionnaire.
Voir plus Voir moins
Maurice Ezran
Le pétrle  de A jusqu’à Z PETIT DICTIONNAIRE
Le pétrole
de A jusqu’à Z
petit dictionnaire
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13653-0 EAN : 9782343136530
Maurice Ezran
Le pétrole de A jusqu’à Z petit dictionnaire
AVANT-PROPOS
Pourquoi un dictionnaire sur le pétrole? Quelle pourrait être son utilité? C’est d’abord un sujet très présent dans nos préoccupations actuelles qui concernent tout le monde. Le pétrole est un produit indispensable pour la consommation des ménages et pour toutes sortes d’industries. Ceci justifie l’inquiétude qui s’est installée à l’idée de sa disparition prochaine. Allons-nous en manquer pour nos voitures? Parfois le mot pétrole est évoqué d’une façon péjorative, il est considéré comme un produit dangereux, à l’origine des guerres et d’enrichissements scandaleux. Mais il est difficile de nier l’extraordinaire source de richesse qu’il constitue. Son histoire est passionnante, relatant sa découverte, son exploitation et surtout son importance politique et militaire. L’industrie pétrolière est devenue très complexe, souvent mal comprise, qu’il s’agisse de la prospection de vastes contrées ou de mers prometteuses, de méthodes d’extraction et de transformation en produits utilisables. Elle fait appel aux plus récents progrès scientifiques, non seulement en physique et chimie, mais également en géologie, océanographie et météorologie. On est bien obligé de constater que cela constitue un domaine de connaissances très vaste et extrêmement riche à étudier. Il est difficile pour le lecteur intéressé par l’économie, la politique et la science de maîtriser tous ces sujets. Il a besoin de trouver des points de repère répondant aux questions qu’il se pose. C’est le but de ce recueil d’informations sur cette industrie des temps modernes, souvent exaltante quand on l’étudie. L’ordre alphabétique facilite la recherche, les diverses entrées offrent un choix
7
au lecteur intéressé par certains sujets ou qui se pose des questions sur les nombreux problèmes que cette industrie soulève. Nous souhaitons, par ce travail, lui apporter des réponses claires et simples. M. E.
8
A
Accord d’Achnacarry À la fin de la Première Guerre mondiale, le marché international est surabondant en hydrocarbures. Les très riches gisements de Perse, du Texas, du Venezuela et du Mexique ont fonctionné à plein rendement pour alimenter les armées alliées, par contre la demande est encore faible à l’établissement de la paix : l’automobile est encore un objet de luxe, l’aviation commerciale démarre doucement. Le prix du baril fluctue dangereusement. De plus, l’URSS a nationalisé toutes les entreprises pétrolières du pays, elle a repris péniblement la production et perturbe le marché en bradant les prix pour se faire une clientèle. En août 1928, Henri Deterding, président de la Royal Dutch Shell, loue le château d’Achnacarry en Écosse et y invite Walter Teagle, président de la Standard Oil (New Jersey), John Cadman, président de l’Anglo-Persian Oil, et William Mellon, président de la Gulf Petroleum Company. Le but de cette réunion entre collègues est de chasser le coq de bruyère (la grouse écossaise) et, accessoirement, de parler des problèmes du pétrole. Mais personne n’est dupe. La rumeur d’une réunion des grands patrons du pétrole se répand dans le monde. Après deux semaines de discussions ardues, de confrontation des points de vue, l’accord se fait sur la nécessité de réguler le marché, ajuster la production du pétrole brut à la consommation, stabiliser le prix du pétrole brut. Le résultat est connu sous le nom des accords d’Achnacarry :
9