Peut-on sauver le Cameroun ?

De
Publié par

Un demi-siècle après son indépendance, le Cameroun peine encore à trouver un modèle propre de gouvernance qui soit efficace et capable de stimuler le développement équitable et participatif de ses populations. Sauver le Cameroun, c'est mettre un terme à cette dérive pour rebâtir un Etat de droit et des institutions fortes.
Publié le : jeudi 1 juillet 2010
Lecture(s) : 193
EAN13 : 9782336280790
Nombre de pages : 171
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat









Peut-on sauver le Cameroun ?



















































© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12351-9
EAN : 9782296123519Dr Pierre-Marie Metangmo








Peut-on sauver le Cameroun ?
Bâtissons ensemble l’avenir








Etudes Africaines
Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa


Dernières parutions

Hygin Didace AMBOULOU, Le Droit des collectivités
locales au Congo, 2010.
Borice MOKELE, Monseigneur Ernest Kombo. Ami de
Dieu et des hommes, 2010.
Auguste OWONO-KOUMA, Mongo Beti et l'Eglise
catholique romaine, 2010
Bali DE YEIMBEREIN, Dessine-moi la Guinée !, 2010.
Mohamed Tétémadi BANGOURA, Dominique
BANGOURA, Gouvernance et réforme du secteur de la
sécurité en Guinée, Défis démocratiques et de
refondation, 2010.
Jacques MPIA BEKINA, L'évangélisation du Mai-
Ndombe. Histoire, difficultés présentes et inculturation,
2010.
Marie Pascaline Josiane MBARGA, La construction
sociale de la ménopause, 2010.
Hervé Pascal NDONGO, Microfinance et développement
des pays de la CEMAC, 2010.
Ferdinand MAYEGA, L'Avenir de l'Afrique. La diaspora
intellectuelle interpellée, 2010.
Kengne FODOUOP, Le Cameroun : autopsie d'une
exception plurielle en Afrique, 2010.
Joseph ITOUA, Institution traditionnelle Otwere chez les
Mbosi, 2010.
OIFDD, Guide des valeurs de la démocratie, 2010.
Ingrid Alice NGOUNOU, Internet et la presse en ligne au
Cameroun, 2010.
Romuald LIKIBI, L'Union africaine face à la
problématique migratoire, 2010.


« La vraie joie de la vie, c’est de participer à une mission
que vous considérez comme essentielle. Vous devenez
alors une force de la nature au lieu de rester un être
égoïste, amer et grognon qui se plaint que le monde ne
désire pas son bonheur. »
George Bernard Shaw



À la jeunesse camerounaise et à vous, mes enfants, avec
l’espoir que vous vous lèverez avec détermination, foi et
amour pour prendre vos responsabilités et faire la
différence, dans la vie des populations et l’avenir de la
nation.

À vous qui tenez ce livre entre vos mains, pour que votre
désir de participer y trouve une source d’inspiration.
L’espoir est aussi essentiel à notre vie que l’eau et la
nourriture. Il ouvre des horizons nouveaux et apporte des
changements merveilleux.


Sommaire
Introduction ..................................................................... 11
Première partie : Le Cameroun et ses défis ................... 17
Tout n’est pas perdu ......................................................... 19
Un verre à moitié plein et à moitié vide .................................... 19
Bâtir le futur aujourd’hui .......................................................... 23
Comprendre la crise actuelle ............................................ 27
Sur le plan politique .................................................................. 28
Sur le plan socioculturel ........................................................... 31
Sur le plan économique ............................................................ 35
Renouveler le leadership .................................................. 39
Revaloriser les régions ...................................................... 47
Le grand Nord ........................................................................... 48
Le grand Sud ............................................................................. 50
Le grand Ouest.......................................................................... 53
Préparer la jeunesse .......................................................... 57
Préserver la diversité dans l’unité ................................... 61
Deuxième partie: Le développement à visage humain .. 65
Les préalables à la relance ................................................ 67
L’humain au cœur du développement ............................. 75
Les besoins essentiels et leurs satisfacteurs .............................. 78
Les besoins essentiels comme opportunités .............................. 81
La production des biens et services .......................................... 82
Les multiples facettes de la pauvreté ........................................ 86
Troisième partie: Un Cameroun prospère, paisible et
démocratique ................................................................... 89
Gouverner autrement ....................................................... 95
Établir les droits des clients et prestataires ............................... 96
Gérer pour des résultats .......................................................... 100
9

Multiplier les opportunités ............................................. 107
Inventorier nos ressources ...................................................... 108
Bâtir sur nos succès ................................................................ 110
Responsabiliser nos communautés ......................................... 112
Interdépendance et partenariat ................................................ 114
Aide au développement .......................................................... 117
Quatrième partie : Une alternative crédible ................ 123
Nos potentiels ................................................................... 129
Des Camerounais qui croient en eux ...................................... 131
Des Camerounais qui croient en leur pays .............................. 134
Nos priorités..................................................................... 137
Nouvelle dynamique économique et financière ...................... 138
Administration, magistrature et économie .............................. 142
Inculturation de la démocratie et des institutions.................... 144
Éducation nationale et éducateurs ........................................... 146
Sécurité publique et corps de sécurité ..................................... 149
Droit à la santé ........................................................................ 150
Culture et identité nationale .................................................... 152
Développement au féminin ..................................................... 154
Développement durable .......................................................... 156
Intégration nationale ............................................................... 160
Autorité de l’État .................................................................... 162
Conclusions et perspectives .......................................... 163
Aimer et investir dans notre pays, le Cameroun ..................... 167

10

Introduction

« Le facteur de croissance et de transformation le plus
puissant correspond à quelque chose de beaucoup plus
essentiel que n’importe quelle technique : un changement
du cœur. »
John Welwood

Un demi-siècle après son indépendance, le Cameroun
peine encore à trouver un modèle propre de gouvernance
qui soit efficace et capable de stimuler le développement
équitable et participatif de ses populations. Les
conditions de vie des Camerounaises et Camerounais du
Nord au Sud, et de l’Est à l’Ouest n’ont pas beaucoup
progressé ces vingt dernières années malgré les atouts, les
richesses humaines et le potentiel naturel du pays. À tous
les niveaux des systèmes administratif, économique,
politique, culturel et social, la corruption a pris des
proportions démesurées mettant en péril les fondements
même de la société camerounaise.

Sauver le Cameroun, c’est mettre un terme à cette dérive
pour rebâtir ensemble une nation juste et prospère où
l’État, fort, ouvert et équilibré, conduit des politiques
d’intérêt général, stimule, soutient et facilite le progrès, et
où, convaincues d’être protégées et respectées, les
populations participent à l’effort collectif et réalisent
pleinement leurs potentiels. Ce rêve d’un Cameroun de
toutes les opportunités, avec un État de droit et des
institutions fortes dans lesquelles les populations ont
pleinement confiance, est réalisable et nous pouvons et
allons le construire tous ensemble.

11

Les échéances électorales de 2011 offrent une opportunité
pour mobiliser toutes les énergies positives et recentrer le
débat politique autour de propositions crédibles pour la
reconstruction de ce Cameroun nouveau qui assure à ses
populations la couverture de leurs besoins essentiels,
l’accès aux services et produits de qualité dans les
domaines tels que la santé, l’éducation, le logement, le
transport, etc. ainsi que le respect de leurs droits en tant
qu’êtres humains et citoyens de la République.

Il est plus qu’urgent d’associer tous les Camerounais à ce
débat et de le conduire de façon ouverte, non partisane,
constructive et consensuelle, afin de générer des
programmes et solutions qui trouveront l’assentiment du
plus grand nombre. En prenant appui sur nos succès
passés plutôt que sur ce qui a mal fonctionné, nous ferons
renaître la confiance et l’enthousiasme des Camerounais et
mobiliserons leur soutien pour sortir le pays de sa crise
actuelle. Au cours de ce débat, nous travaillerons les uns
avec les autres à la recherche et à la formulation de
solutions innovantes aux défis de l’heure, et à la mise en
place des stratégies efficaces pour le changement souhaité.

Pour commencer, il nous faudra redresser le fonctionne-
ment de l’État pour qu’il soit plus efficace, honnête et
impartial. Rien de solide ne se construira avec un État
faible et inefficace qui empêche et obstrue plutôt qu’il ne
libère et accompagne. Mais il ne suffira pas simplement de
mettre en place des institutions solides et d’organiser des
élections. Il faudra changer de mode de gouvernance et de
culture politique pour adopter des méthodes institution-
nelles favorables au progrès et à la création de richesses
qui nous permettent d’entrer de façon pérenne dans la
modernité.
12


Dans le processus de développement, l’État, les régions,
tout comme les systèmes et régimes politiques, doivent
être des catalyseurs qui stimulent le progrès économique
et social. La mise en place de mécanismes de démocratie
participative et du dialogue social facilitera la consultation
des populations et la recherche du consensus, pour assurer
que les réformes proposées répondent bien à leurs besoins
et reçoivent leur adhésion. Avec l’autorité et la crédibilité
de l’État restaurées, nous pourrons mieux envisager de
nouvelles stratégies pour le plein emploi, la lutte contre le
chômage, la réduction de la pauvreté, le développement
durable, la relance de l’économie et l’augmentation du
pouvoir d’achat des ménages.

Les Camerounais veulent un État qui assure l’égalité des
chances en concentrant les efforts sur une éducation de
qualité qui, au-delà d’apprendre aux enfants à lire et à
écrire, leur permet d’acquérir une culture, des
connaissances et compétences dont ils auront besoin pour
vivre et travailler en femmes et hommes libres et engagés
dans leurs communautés. En développant l’enseignement
supérieur, la recherche et les nouvelles technologies, le
Cameroun ouvrira de nouveaux horizons à la jeunesse, qui
pourra ainsi non seulement mieux répondre aux besoins
nationaux mais aussi jouer un rôle majeur dans le
développement de la sous-région de l’Afrique centrale. De
nombreuses autres préoccupations, comme l’habitat, la
sécurité, la diplomatie, la dette intérieure et extérieure et la
solidarité nationale, feront l’objet de programmes
minutieusement discutés pour durablement sortir le
Cameroun de la crise et l’amener vers la modernité.

13

La complexité du monde moderne dans lequel nous vivons
aujourd’hui et la rapidité avec laquelle les choses changent
exigent que nous agissions différemment grâce à la
conception de solutions originales, efficaces et appropriées
à notre contexte culturel et socio-économique. Ainsi, nous
bâtirons des fondations solides pour les générations
futures et redonnerons au Cameroun de nos ancêtres une
place digne et respectée dans le monde.

L’originalité de nos solutions aux problèmes du Cameroun
tels que la corruption, la pauvreté, le chômage, l’insécurité
et le manque d’infrastructures repose sur la proposition
d’un nouveau paradigme de développement socio-
économique, politique et culturel mieux à même de
supprimer les causes profondes de ces fléaux. Nous
plaçons au centre du progrès et du développement de notre
pays l’être humain et sa participation pour une nouvelle
dynamique de progrès et de justice. C’est pourquoi il
sera urgent, à partir de 2011, de créer un système
politique, social, économique et culturel qui sauvegarde
les intérêts et les besoins des individus et des citoyens, des
groupes, ethnies, des associations et corporations du
Cameroun.

Avec plus de deux cent ethnies, deux langues nationales –
l’anglais et le français – plusieurs centaines de partis
politiques, une importante diaspora et une multitude
d’associations ou de groupes d’intérêt, le Cameroun
présente le visage d’une véritable Afrique en miniature qui
n’a cependant pas su opérer le miracle socio-économique
auquel de nombreux atouts le prédestinaient. Le modèle
de développement que nous proposons intègre
explicitement la sauvegarde des intérêts du citoyen
14

camerounais et une ouverture raisonnée au reste du monde
en général et à l’Afrique en particulier.

Nous ne pouvons continuer de faire exactement les mêmes
choses qui nous ont menés où nous sommes aujourd’hui et
espérer dans le même temps des changements ou
améliorations dans nos vies et notre société. Le temps du
changement radical pour un nouveau départ est arrivé
et c’est maintenant ! Ce changement, nous devons œuvrer
de façon solidaire à le mettre en place, parce que notre
peuple et notre pays en ont urgemment besoin. Il devient
plus qu’impératif pour nous de bâtir un nouveau modèle
de société, performant, solide et surtout un modèle de
société au service des Camerounais.

Notre approche est non partisane et se focalise
essentiellement sur un système et un modèle de société
plutôt que sur des individus ou groupes de personnes. En
effet, dès lors que nous acceptons l’urgence et la nécessité
de changer de système et de gouvernance au Cameroun, le
seul débat fondamental est celui sur les propositions de
solutions et des voies et moyens pour les mettre en
pratique. Nous voulons ici mobiliser et stimuler toutes les
forces de propositions et d’actions en transcendant les
clivages de tous ordres pour la construction d’un
Cameroun de rêve qui assure les conditions d’une
croissance durable, avec la création d’emplois pour la
jeunesse et la multiplication des richesses pour un partage
ou une redistribution plus équitable. Le nouveau modèle
de développement que nous proposons ainsi que le
système de gouvernance qui l’accompagne remettent au
centre la personne humaine comme sujet et non plus
comme objet.

15

Nous suggérons à toutes les Camerounaises et tous les
Camerounais de trouver dans la crise actuelle que traverse
le pays, malgré les peines qu’elle cause et son ampleur,
l’opportunité de se rassembler autour des grands idéaux de
changement. Ensemble nous construirons une nation
paisible et ouverte à la protection des libertés individuelles
et collectives, prospère et riche dans sa diversité, juste et
équitable dans son progrès et, enfin, forte et empathique
dans son unité. Le plus important n’est pas de ne jamais
tomber, mais de se relever chaque fois, et ce, avec plus de
vigueur. Les Chinois disent « si vous perdez, ne perdez
pas la leçon ». C’est en faisant des erreurs que l’on
apprend. Les promesses du futur méritent plus notre
attention que les échecs du passé. Et c’est fort de l’espoir
pour un meilleur futur que nous nous engageons tous
ensemble pour la construction de ce Cameroun
nouveau.

16


Première partie : Le Cameroun et ses
défis

« Si vous tournez plusieurs fois autour d’un même arbre,
c’est que vous avez perdu votre chemin. Il faut changer de
direction. »
Proverbe africain

Des voix s’élèvent ici et là pour réclamer le changement et
une meilleure gouvernance au Cameroun. Nos parents se
sont battus pour les indépendances dont nous célébrons
cette année, un peu partout en Afrique, les
cinquantenaires. Il nous revient maintenant de mieux gérer
nos pays pour y démultiplier les opportunités, ouvrir les
portes à l’espoir d’un avenir meilleur et restaurer la dignité
de l’identité nationale. Le futur est plein de possibilités si
nous les choisissons y croyons et y travaillons dans le
présent.

En effet, comment pouvons-nous nous engager à faire
changer les choses si nous croyons, avant même d’avoir
commencé, que jamais rien ne changera en notre faveur ?
Comment pouvons-nous faire des sacrifices aujourd’hui
en épargnant, en faisant de longues études ou en explorant
les opportunités, si du futur nous n’avons qu’une sombre
peinture ? Ceux qui font changer les choses ont une vision
claire du futur qu’ils veulent pour eux et pour les leurs et,
mieux encore, ils vivent le présent comme s’ils étaient
déjà dans ce futur-là. En nous enfermant dans notre zone
de confort par peur du changement, nous perpétuons le
présent et créons un futur qui lui ressemble.

17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.