Pourquoi l'Afrique si riche est pourtant si pauvre ?

De
Publié par

Contre la servilité des élites africaines. Essai pour de nouveaux remèdes. "L'Afrique noire est mal partie", écrivait René Dumont dès les années 1960. Et c'est aux élites africaines qu'incombe la responsabilité essentielle. Et pourtant, cette partie du monde, suivant les estimations américaines de 1966, qui regorge de richesses incommensurables dans son sous-sol, voire sur sol même, est l'une des plus privilégiées au monde par la Nature. Comment concevoir ce paradoxe inintelligible ? Sans nier la responsabilité historique des élites politiques du monde occidental, les acteurs de ce désastre sont les élites politiques de l'Afrique noire.
Publié le : vendredi 10 juin 2011
Lecture(s) : 348
EAN13 : 9782304029581
Nombre de pages : 452
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pourquoi l’Afrique si riche est pourtant si pauvre ?
2
Pourquoi l’Afrique si riche est pourtant si pauvre ?
3
Pierre Bamony
Pourquoi l’Afrique si riche est pourtant si pauvre ? De la faillite des élites de l’Afrique subsaharienne Tome 1 Essais et documents
5 Éditions Le Manuscrit Paris
Pourquoi l’Afrique si riche est pourtant si pauvre ? © Éditions Le Manuscrit 2010 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02958-1 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304029581 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02959-8 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304029598 (livre numérique)
6
« Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire » Jean Jaurès
Aux victimes d’hier et d’aujourd’hui, peuples et particuliers, des despotes de l’Afrique noire et de leurs complices d’ailleurs
Pierre Bamony
MÉTHODE
Pour éviter des analyses purement théoriques et/ou abstraites dans mon effort de compréhension des réalités complexes des peuples de cette zone du continent africain, plus précisément l’Afrique subsaharienne, je me suis fondé sur un principe : j’ai choisi une période contemporaine précise, une décennie, celle de 2000 à 2010, pour vérifier les possibles mutations heureuses qui pourraient advenir en faveur des peuples de cette zone du monde. J’ai voulu ainsi prendre acte des phénomènes réels au quotidien en vue de mieux les appréhender, de mieux les comprendre en les élevant aussi au niveau de l’examen conceptuel et critique. Dans cette prise des réalités humaines à bras le corps, j’ai tâché d’éviter de m’arracher aux données concrètes ; donc de mesurer le pouls du rythme de la vie réelle. En d’autres termes, en me fondant sur cet ancrage tangible du temps, je me suis attaché à saisir tout ce que cette temporalité offre comme perspectives d’analyse susceptibles de rendre intelligible une situation compliquée en ce qu’elle ne se laisse point appréhender aisément, comme toute réalité humaine.
9
Pourquoi l’Afrique si riche est pourtant si pauvre ?
J’ai jugé que l’éclairage de cette tranche du temps me permettrait, d’une part, d’effectuer un prolongement de mes analyses, dans le passé récent (en fait, ce projet date de mes premières années d’études universitaires en 1975. Mais ses visées initiales ont été totalement changées par la lecture de journaux burkinabés en juillet 2000 ; une occurrence qui m’a révolté par rapport à l’injustice et au système de corruption qui a cours en ce pays), des peuples en question ; d’autre part, d’envisager des orientations possibles de leur futur, lequel nécessite d’être véritablement pensé, compris. C’est même à cette condition qu’il serait aussi possible d’ouvrir des voies de libération certaine par rapport à l’emprise de leurs élites aveugles et égoïstes, et par rapport à l’impérialisme de leurs complices étrangers, toujours aussi prégnant et aussi fort dans ces pays. Au cours de cette décennie, j’ai fait en sorte que ce continent et les peuples qui l’habitent apparaissent comme un grand livre ouvert sous mes yeux, presque continûment, par la lecture des journaux qui rendent compte des faits, de façon aussi essentielle que possible. C’est en ce sens que ces analyses essayent, autant que faire se peut, de se déployer sur le vivre au quotidien des peuples africains subsahariens, en visant aussi un dévoilement de leur possible futur immédiat ou lointain, dès lors que le maintenant enveloppe tout entier le futur. Pour ce faire, j’ai usé de deux moyens, dans ce souci de saisir le réel concret : d’abord, mes voyages dans certains pays africains subsahariens, en
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.