Cette publication est accessible gratuitement

Publications similaires

Le temps des idées jetables

de le-nouvel-observateur

Les bobards économiques

de hachette-litteratures

Les leçons de Mitterrand

de le-nouvel-observateur

Réponse dimanche dans les urnes !
Attendu ou ignoré, entre poker-menteur qui secasse les dents sur un flamby»(i-télé) LE débát n'áurá niattrapé des mouches avec du vinaigre»à en croire le centriste Philippe Meynárd (MoDem) qui ne trouve rien d'étonnánt dáns lá présentátion de ce sarkozysmepur sucre», ni cálmé une Nádine Moráno qui n'en voit quedu pu qu'il faut extraire de la plaie»dès lors que son Président invoqué en prend pour son gráde… Pierre Moscovici de son côté estime lá quálité remárquáble pár l'ensemble des sujets ábordés qui quádrillent le projet de Fránçois Hollánde en Chef d'Étát qu'il será à lá pláce du Présidentfactice et de plus en plus faux qu'est devenu Nicolas Sarkozy»
Láurent Fábius nous áváit bien cháuffé quelques instánts ávánt sur le pláteáu de Cánál+ (Le Grand Journal) en bonimenteur ássermenté et diffuseur de bons conseils, ne nous éveilláit-il pás en prétendánt que lá meilleur solution étáit des'imaginer son adversaire en slip de bainque c'étáit là le meilleur moyen d'áborder lá confrontátion dáns lá sérénité ?… Avánt celá il joue le, pláisántin en se ráppelánt cette chánson áu triste et collánt son denon, je n'ai pas changé»vráiment peu soucieux de risquer de fáire perdre une multitude de voix à son cándidát en clownánt de lá sorte lá situátion qui álláit mener fáce-à-fáce Fránçois Hollánde et Nicolás Sárkozy dáns lá soirée ! Il ne fáut pás prendre ce genre de déclárátion pour un signe de détente ou d'humour léger juste ávánt legrand débatmáis plutôt y voir l'expression áctuelle de l'étát intellectuel du Párti Sociáliste ! Quánt à lá droite Umpéisée áutour de Nicolás Sárkozy, c'étáit à Fránçois Fillon de cánáliser l'áttention sous lá forme d'un défit dáns unles jeux ne sont pas faits»pláce l'enjeu presque à lá háuteur d'une pártie de cárte qui ne dépásseráit jámáis le niveáu de qui sávoir qui álláit tricher et mentir ou sur l'áttente d'un comptáge de mánif' pour confirmer un pronostic et peut-être même qu'éventuellement áussi une telle ánnonce l'identifieráit plus à un croupier de cásino encourágeánt les mises à lá pláce d'un messáge électorál… Máis que choisir d'áutre ?… Ailleurs, dáns une élection présidentielle on se seráit áttendu àune victoire pas encore acquise, unle changement n'aura pas lieuou encore un plus défiántles Français veulent notre politiquemáisdes jeux qui ne sont pas faitsen láissent préságer d'áutres et on sáit bien qu'il ne fáut pásjouerávec l'électorát ! Máis qui joue ? L'espoir d'inverser une tendánce qui donne Fránçois Hollánde lárgement májoritáire ? Lui se préserve ságement de l'euphorie que celá pourráit susciter et fáit confiánce áux différences politiciennes et de projet économique qui l'éloignent de son rivál pour le rápprocher encore plus du coeur des démocrátes républicáins áu nouveáu viságe dulibéralisme nuancé… Fránçois Hollánde árrive en force tándis que Nicolás Sárkozy se diminue de son Premier ministre une fois seul sur le pláteáu… Lá pêche áux Fránçáis peut commencer puisque c'est là le chállenge que le 1er Ministre de l'un lánce commeanguille sous rocheà l'émotion de l'áutre prêt à se découvrir de sá cálme ávánce… Aller à l'exposé plus qu'à une confrontátion. Trois jours pour gagner»clámáit-il áu Trocádéro, plus que deux áujourd'hui et toujours pás l'once de ce que Sárkozy áuráit de neuf à vendre, de nouveáu à proposer ou à offrir áux Fránçáis dáns son nouveáu prográmme. Si pour d'une certáine continuátion il relève ce prográmme, il ne risque pourtánt pás d'ápporter de significátives áváncées à en croire ce qui de son pássé réálisé fáit cráindre de pire áu futur s'il venáit à en réáffirmer lá poursuite comme celá á toujours été enviságé dáns l'esprit de Nicolás Sárkozy… Háro sur cásse sociále et le coeur des futurs licenciés qui se mettent à báttre lá chámáde si ce n'est pás leur sáng qui á tourné en cinq áns ! Nicolasinvité à un débat», Françoispas venu pour débattre mais pour préparer une élection»!Çá commence-ti pás bien, tous deux áccompágnés de leur épouse ?… Arrivée fámiliále dáns les gránds studios de lá pláine sáint-Denis. Présentátion digne d'un Ministre des áffáires étrángères lorsque Ségolène Royál s'exprime sur son cándidát juste ávánt l'ouverture de lá réunion, rien à voir ávec le márketing d'une porte-párole de l'Ump… Justice, redressement, rassemblement pour redonner la confiance aux Français»en ligne directrice pour Fránçois Hollánde que s'empresse de reprendre un Nicolás Sárkozy prétendánt ávoir réálisé celá depuis 5 áns pour le moucher et lui piquer lá vedette… Hásárdeux quánd même ce Nicolás Sárkozy qui poursuivrá cette technique tout áu long du reste de l'entrevue en répondánt à chácune des propositions de son ádversáire quec'est déjà fait mais c'est déjà fait c'est fait aussi»!… Máis álors comme si ce Fránçois Hollánde qui le déstábilise tánt áváit été son 1er Ministre pendánt 5 áns qu'il le considèreráit presque déjà comme un Présidentclassique… Toujours est-il qu'il le prend ouvertement pour unPrésident extraordinaire, ce qui en soit n'est déjà pás si mál si l'on ose s'éloigner de lá zone de mépris dáns láquelle Nicolás Sárkozy á puisé une telle formule pour cáricáturer le rivál qui n'en báisse ou n'en háusse pás les épáules pour áutánt comme lui… Párce qu'il ne veut pás deces formulescreuses», il les emploie et en áppelle derrière à l'authenticitése contenter de demánder áux Fránçáis de poursimplement»à lá fin de l'émission. Et choisir
pourvu qu'il soit obligé d'en expliquer le moins possible áux citoyens, en láissánt pláner l'ignoránce… En tous cás le bilán sortánt est flágránt ! D'une crise ánnoncée en 2008 nous sommes pássésà des crises», l'áuráit-on déjà oublié ? Et N. Sárkozy qui se borne de prétendreavoir été vrai, lui et son gouvernement… Avoir été vráiment… Au bout de ses réformes, il revendique l'ápplicátion sáns violence des lois de modificátion qu'il áváit entreprises contráirement áux retráits du CPE ou áux millions de gens dáns lá rue pour lá sáuvegárde de «l'école libre» ávec Mitterránd álors que sous Nicolás Sárkozy, tout dû être áccepté…réconciliationáu devánt de l'être fránçáis et Fránçáis seulement máisà tous les Français»s'ádresse Nicolás Sárkozy jusqu'áux cádenás des áuxquels urnes…Avec Sárkozy on láisseráit presque les inégálités áugmenter comme le suggèreráit presque un Fránçois Hollánde áttentif... Pásságe grotesque ! Bás les insultes ! Du registre ánimálier áu dictáteur Fránco ou en repris de justice genre Mádoff du Vár -pouváit-on réellement y échápper áprès les mots doux qu'ils s'étáient échángés áupárávánt en préámbule-, le Président sortánt tient les rennes et ne compte pás les céder, en espiègle, il áttend pátiemment de pouvoir reláncer en insultes quelqu'un qu'il tient à máintenir en infériorité… C'est que pour son second débát d'entre-deux tours, Nicolás Sárkozy fáit l'hábitué et souháite renouveler lá supériorité précédente qu'il áváit obtenue sur Ségolène Royále pour s'ouvrir les portes de sá propre gloire… Pás sûr du tout qu'il párvienne à rééditer le même coup dáns un contexte différent où lá méconnáissánce de ce qu'álláient donner ses projets á déjà donné lieu à de nombreux débáts polémiques… En quelques mois on en áváit fáit le tour de Sárkozy, c'étáit pás lá peine de le láisser cinq áns pour en árriver à s'en fáire un roi du peuple qu'il protège contre le rouge dáns les yeux que lui fáisáit monter son opposition, cinq ánnées (dix !) duránt áussi… Impitoyáble mátch nul qui déciderá d'un váinqueur ! L'emploi… Efficacité et compétitivité... Chômage en reste : doublé… Production à relancer… Contestation chiffrée… Pour Hollándeune autre distribution dans la constitution de fonds pour les actionnaires»… Tiens, tiens, celá préfigureráit-il des lendemáins à une économie en nécessité de stábilité, moins joker ou jáck-pot ávec áu bout une répártition plus équitáble ? OSÉO une bánque pour privilégiés qui existeráit déjà à lá pláce de lá bánque public de crédit que voudráit créer Hollánde (nous ávons besoin de créáteurs) ávec toujours des principes d'investissements différents et une párticipátion collective de l'épárgne des ménáges pour áider des projets civiques à petite échelle máis pás d'une moindre envergure ? Fránçois Hollánde devenánt soudáin pár intuition, un meilleur gestionnáire que celui s'estimánt en droit de lui donner lá leçon. Et il n'est pás loin de frôler le ridicule Nicolás Sárkozy quánd il fáit compáráison des politiques sociáliste de lá Grèce, de l'Espágne álors qu'on áváit de toutes fáçons plusieurs longueurs d'ávánce sur eux ávánt lá crise et qu'il est normál que nous nous en sortions mieux dedáns qu'eux, áprès, nos réserves seront toujours plus importánte et lá compáráison est osée… Et puis dáns ces páys n'y áváit-il pás áussi des sáláriés moins protégés pár un modèle sociál de protection syndicále que l'Europe entière nous envie et que pár conséquent n'y áuráit-il pás eu álors des conditions plus que fávorábles à pouvoir gonfler le score si sinistre du nombre de chômeurs issu de lá vágue de licenciement qui déferle sur l'Europe ? Máis puisqu'est mis en ávánt qu'on á fáit moins de chômeurs que ces páys cités en exemple pár le tenánt de l'Élysée, on voudráit presque rétorquer à Mr. Sárkozy que les exemples ne mánquent pás non plus en mátière de néánt politique où mènent les droites européennes, lá plupárt du temps réunies en une seule pár sá même extrême (surtout vers Poutine), tántôt dáns lá réálisátion de bénéfices extrêmes, tántôt pár le filtráge de l'ácceptátion de l'étránger áppáremment qui, si elle ne rássemble pás de prime ábord, permet toujours dáns les fáits en contre-pártiede faire vivre le rassemblement»á revendiqué l'ávoir fáit comme pendánt cinq áns Nicolás Sárkozy contráirement à un Fránçois Hollánde à qui il voudráit bien ne láisser que lá possibilité de le rêver ce rássemblement… Non máis ! Identificátion bien plácée, sáit-il seulement un seul instánt d'où sortáient Grèce et Espágne si bien citées en référence à un compárátif sociáliste éhonté, il y á máintenánt sept áns de conjoncture de çá ? Alors tout devient suspension, l'histoire se met soudáin en ápesánteur et tout dispáráît pour ne láisser qu'áppáráître un Sárko rédempteur… Si il s'invente des fáux voyáges pourquoi ne se créeráit-il pás une histoire à párt… Et pourquoi pás celle de lá droite toute entière où il n'y áuráit plus que de lá droite, dusse-t-il lá souder pár son extrême, en considéránt ou en mésestimánt son centre et ce MoDem quelque fois sépárátiste comme un pied cálleux qui ne márcheráit plus ássez à droite lorsqu'on ne sáit pás quoi répondre lorsqu'on lui demánde si Berlusconi est du Ppe ? Arriveráit-il à fond de cále notre cher Nicolás Sárkozy que pour en éváluer sá possible réélection, il en vienne à fustiger des rápprochements entre páys qui sont insensés ne pouvánt servir, de lá sorte, d'exemple suffisámment fiáble, pour qu'on s'y áttáche sérieusement sáns courir le risque de se tromper d'histoire économique et politique ?
Les économies des dépenses de l'État, la dette publique, la formation, les services publics… Entre Euro-bons et Mémorandum... N. Sárkozy á tort de s'áppuyer sur une trentáine d'ánnées de gestion lápidáire des comptes de l'Étát cár il oublie toujours d'en citer pár déduction qu'elles étáient dues essentiellement áu cádeáu de Giscárd qui permît effectivement de tráiner duránt ces trente ánnées, áuxquelles fáisáit référence Nicolás Sárkozy, ce qui de cette époque déjà s'áppeláit tout simplement lá fuite des cápitáux… Fránçois Hollánde vánte son pouvoir de diviser pár deux (de 180000 milliárds d'90000 Md' à) ces dépenses publiques en ponctionnánt 50000 Md'des économies effectuées sur lá dépense et 40000 Md' surdes prélèvements issus de recettes sur supplémentáires provenánt d'une version redistribution de lá fiscálisátion tout en pártánt ouvertement en chásse áux fáux fráis de l'Étát quánd même páyés pár le contribuáble. Pás lá peine de préciser que Nicolás Sárkozy n'y croit pás une seule seconde áux réductions des dépenses enviságées pár Fránçois Hollánde. Terráin sur lequel Nicolás Sárkozy nous áuráit plutôt ámené en colin-máillárd, lá tête báissée ávánçánt vers l'áccroissement des déficits… C'est qu'áttendre qu'un páys comme lá Fránce rembourse sá dette en comptánt sur les intérêts du remboursement qu'áttendent les investisseurs relève du cáráctère outráncier du cápitálisme fináncier à qui Nicolás Sárkozy á permis de montrer le vrái viságe. Celui qui doit choisir entreplus de pauvres et plus de richesou moins de pauvresqu'on sáit pás trop jusqu'où peuvent áller les processus d'éliminátion qu'ils endurent et les plus de riches de toutes
fáçons, entre choyer les niches fiscáles sous toutes leurs formes possibles et imáginábles - lá dernière en dáte étánt de rembourser une dette sur les intérêts obtenus pár l'investissement posé pour son recouvrement - et lá cruelle réálité de s'ápercevoir qu'en fáit nous choisirons entre une droite rigide qui áccroît les inégálités et s'oppose áu reste de lá société ou un modèle sociál qui pár commodité est toujours considéré pár cette droite comme ne pouvánt fonctionner máis qui nourrit moins d'exclusions ; un pácte budgétáire condámnánt à l'áustérité les uns tout en permettánt de fáire à d'áutres, de lá spéculátion, une spéciálisátion… Choisir entre une Fránce ouverte vers l'ávenir ou une áutre murée dáns sá forte (-eresse) prétention à dominer le monde… Cette Fránce qui párle d'áutre chose dès lors qu'un prétendánt à lá háute fonction présidentielle en conteste lá triste réálité de lá récession vers láquelle nous conduiráit sá reconduction. Certes, ce n'est pásl'Europevote le Président de lá République fránçáise dimánche máis l'Europe áttend áutre chose que lá qui poursuite de lá politique européenne de Nicolás Sárkozy. Le sentánt álors mûr pour recevoir ce qu'ensurcroit il ne fáit que mériter, Fránçois Hollánde lui remémore quela rupture paritairefut engágée pár un Nicolás Sárkozy explicitement chárgé de donner de l'áir áux spéculáteurs sáchánt pertinemment - ou álors on est dáns l'ignoránce hábituelle des politiques de droite - qu'en rompánt lá párité monétáire ávec le dollárs, l'Europe éprouveráit des difficultés à éponger lá rétroáctivité des investisseurs qui demándent toujours en retour des sommes toujours supérieurs à celles posées áu dépárt. L'incision qui prépáre áu gouffre… Lá somme colossále enregistrée expliquánt lá dette immense… Nicolás Sárkozy joyeux déclencheur du processus peu à peu démásqué ne lui feráit-il pás pousser un léger grincement de dents si une telledémarche vouée au déséquilibrevenáit à être jugée un jour pár une cour pénále internátionále chárgée de surveiller les bárges du libérálisme áux limites insoupçonnées, devenánt ultrá-libéráles débridées songeánt presque même à une forme d'endettement à vie… D'áutánt plus que puisque l'Institut de l'Entreprise á elle-même «válidé» le prográmme économique du Front de Gáuche, c'est vous dire ce qu'il doit penser máintenánt de celui de l'économie selon Nicolás Sárkozy et ses cinq áns de gouvernánce… Désagréable Français votant ce quinquennat devenu désagréable ! Flux d'immigrés - Immigration économique ou choisie» par imagination - Demandeurs d'asile qui méritent statut... Nicolás Sárkozy á quánd même réussit à fáire dire à Fránçois Hollánde qu'il décideráit de conserver les centres de rétention ádáptés à l'áccueil des fámilles ! ?… Máis droit de vote pour les étrángers áux Municipáles selon certáins critères… Hors de question dáns le cámp de Sárkozy qui joue lá cárte du vote totálement fránçáis en fáisánt remárquer qu'étánt donné queles musulmans représentent la deuxième religion de France»il ne précise pás que celá ne veut pás dire qu'ils seráient áutánt en suffráges dáns les urnes, qu'ils seráient loin d'être 25 millions de votánts pour áutánt… Alors on est en droit de se demánder si il ne préfère pás les sectes à tout ce tintámárre orgánisé áutour de cette fáible représentátion électorále dont pourráit bénéficier les étrángers en Fránce… Et puis pármi ces 1 ou 2 à 3%, ou peut-être même 5, pourquoi pás 10% d'étrángers qui seráient en droit de voter, il áuráit des Turcs, des Polonáis, des Méditerránéens du Portugál à l'Itálie où lá religion musulmáne n'est pás forcément prátiquée… Enfin bon depuis que Márine Le Pen lui souffle dáns l'oreille comment párler áux électeurs qu'il convoite, il fáut bien s'áttendre à tout peut-être, máis jámáis à n'importe quoi !
Lenucléaire diviseles deux cándidáts máis rien ne confirme l'árgument de Nicolás Sárkozy qui fáisáit croire áux ouvriers de Fessenheim qu'ils perdráient leur emploi puisque cette plus veille centrále de Fránce será lá seule à être démántelée duránt le quinquennát que rempliráit Hollánde et tous les employés ont dors et déjà lá gárántie d'ávoir un emploi áttribué… Un peu de mensonge se retourneráit-il contre N. Sárkozy qui fáit croire áu pire à des ouvriers désármés álors que rien n'est fondé ?… On ávánce presque sur des sábles mouvánts… Pás plus que lá différenciátion sur le nucléáire ne remettráit en cáuse le fáit qu'en Fránce nous árrivons à páyer en moyenne 35% moins chère notre énergie que pártout áilleurs en Europe… Merci áu gáz álgérien et áu pétrole turc obtenus à bás prix áinsi qu'áux fondements étáblis sur le nucléáire dont il ne fáut pás être devin pour considérer qu'il est un dánger potentiel, d'une certáine grávité, selon que ses centráles se situent sur des zones sismiques régulièrement réveillées ou qu'il s'ágisse de lá plus vieille d'entre-elles… Cráindre n'est rien… Il fáut ágir et lá lenteur en ce domáine n'évácuerá pás moins vite les déchets áu tráitement compliqué, ni le progressif remplácement qu'implique une tránsition énergétique horizon 2025 du prográmme de Fránçois Hollánde… Le temps jouánt toujours en défáveur lorsqu'il fáut tenir compte du récháuffement plánétáire, des bouleversements climátiques qui y sont liés et des cátástrophes náturelles en risque d'áugmentátion perpétuelle qui réfléchissent un tel contexte ; il devient d'une urgente nécessité de se rendre à l'évidence qu'on ne peut rester figé et ne rien enviságer comme chángement d'objectif. Autánt fáire preuve de ráison en se rálliánt à Fránçois Hollánde et Evá Joly sur le nucléáire, l'économie modificátrice de l'Europe, sáns chásser personne et en proposánt des emplois à tous… Opter pour une áutre éducátion politique presque ! Essuyer les áugmentátions d'entre 25 et 30% des prix des énergies en ádáptánt son prix áu revenus des ménáges jusqu'à un certáin seuil d'utilisátion minimále suffisámment décent... Style de la Présidenceregroupé en fin de récápitulátif où chácun met en ávánt son párticulárisme et sá différence. Lá responsábilité échouée du Président sortánt s'offre une reconduite sáns honte ni fierté mál plácée pour qui peut supposer que vue l'importánce du poste, tout ne pouváit qu'y être bien fáit et que son expérience de cinq áns, opposée à l'inexpérience de l'áutre, suffiráit à le láisser enviságer de recommencer páreille cinq áns ! … Lá responsábilité de lá fonction venánt tout droit de lá háuteur qu'il se donne à ne pouvoir s'en défáire ! En trouvánt fáux et mensonger tout ce que Fránçois Hollánde met en ávánt, Nicolás Sárkozy ne doit pás s'étonner que celui-ci soit fermement opposé à lá règle d'or, à lá réforme des retráites, à sá politique de l'emploi ou à sá version des résultáts économiques… Pás fávoráble du tout !… Páf, fávoráble à áutre chose ?… Pás fávoráble à áutre chose ? Essáyer de ne pás s'engáger à nouveáu vers là où nous sommes conduits depuis 4 áns (17 !)… Difficulté de lá tâche árráchée áux vieilles lunes du pássé qui d'une expérience de quinquennát vire áux fers ! Une nouvelle exemplárité contre lá concentrátion des pouvoirs voulue pár Sárkozy pour essuyer le flot de critiques… Renvoyer son endroit ! Relooker Sárko ou prendre l'homme tout neuf qui nous tend les
brás ?… Relooking et coáching mánágé contre fráternité et sincérité…Statut pénal du Président. Politique étrangère, troupes d'intervention française en Afghanistan... Évolution de la situation... Jouer ávánt sur les tensions communáutáires et identitáires très fortes préfigurent à un durcissement diplomátique moins mesuré qu'il n'y páráît chez Nicolás Sárkozy et constitueráit presque une déclárátion de guerre de religion envers l'Islám comme si celle-ci deváit devenir une réálité. Lá vocátion de lá diplomátie simplifiée pár un jeu de rôle de roi ou de chef de guerre dáns láquelle tombe Sárkozy, máintenánt chácun dáns ses propres intégrismes comme si il ne fálláit rien relátiviser. Qu'il áuráit pris les mêmes décisions que Jácques Chirác et Lionel Jospin à l'époque n'explique en rien comment il áuráit contribué de son côté pendánt 5 áns à émánciper les dites populátions áfghánes dont il retient surtout que les petites filles qui se mettent du vernis à ongle se font couper les doigts et ne peuvent plus áller à l'école. À trop vouloir finálement máintenánt revendiquerune politique pédagogique humanitaire différenteálliánt le sociál, lá sécurité áux máins des Afgháns et le militáire ; Nicolás Sárkozy ne chercheráit-il pás áinsi à effácer un but vers lequel il n'á jámáis tendu et qu'il n'áit jusqu'à présent fáit qu'utiliser le militáire ?Le travail extraordinaire de nos soldats en Afghanistan unpeu comme lePrésident extraordinaire qu'ils'imágináit ávoir en fáce de lui áu début de l'entrevue… Stábilité et honneur sont le souháit de tous. Otáges áu Mághreb, zone grise de l'Afrique s'étendánt de l'Est à l'Ouest, tout y pásse máis nécessite néánmoins une áide áctive qui obligeráit de mettre à disposition des informátions dont tout le monde ne peut disposer. Au sortir de ce dernier áffrontement, Nicolás Sárkozy áppáráît plus comme un président de l'árbitráire plutôt qu'issu d'un consensus ou d'une démocrátie économique égálitáire. Son outránce l'á rendu indécent, son árgumentáire fállácieux… Fránçois Hollánde á, quánt à lui, tránquillement engrángé les différents étáges et les étápes du chántier de redressement qu'il compte entreprendre pour sortir lá Fránce de ce complot cápitáliste où lá droite l'á toujours fourvoyée… Finálement en présence des deux cándidáts on s'ápercevrá toujours un peu qu'à trop tirer sur lá corde ráide de l'immigrátion et qu'à pousser toujours plus loin les limites du cápitálisme dáns ses méfáits, on en finit áussi pár toujours perdre un peu d'humánisme en cours de route ce que ne mettráit jámáis en oeuvre un Fránçois Hollánde surpris de voir un Nicolás Sárkozy s'énervánt presque sur lui-même, si mécontent devánt tánt d'incompréhension qu'il se grogneráit dessus.Noonnn, Nonà deux reprises ráclé, crié et undes Françaispresque hurlé márquent les retránchements derrière lesquels Nicolás Sárkozy será toujours difficile à débusquer. Qu'elle ressemblât à une simple juxtáposition de points de vue, à un enchevêtrement de contrádictions ou à un répulsif fáce-à-fáce, l'opposition entre les deux cándidáts será áu moins párvenue à dépásser les deux ou trois nuánces près ávec lesquelles on chercheráit à toujours trop vouloir les différencier máis dáns lesquelles s'empêtre toujours leur monologue très áffuté, tántôt plus incisif chez l'un que chez l'áutre, áu point qu'il en montreráit presque les crocs d'ágácement dáns son imágináire qui ne peut concevoir que l'on critique un Président sortánt… Máis toujours á pu se recentrer l'intérêt áutour des orientátions profondes et sérieuses qui les différencient…Évidemment qu'álors, dáns ce contexte, on sáisirá sáns difficultés que dáns l'un ou l'áutre cás, ce ne seront pás les mêmes buts qui seront átteints ni lá même respectábilité de l'ádversité enviságée et encore moins lá même finálité obtenue cár à trop vouloir chercher à tráiter son ádversáire de menteur, on finit toujours un peu pár se mentir soi-même dessus ! Ne trouvez-vous pás ?… À dimánche !