REVUE FRANCAISE D'HISTOIRE DES IDÉES POLITIQUES - 43

Publié par

L'Union européenne fait-elle société ? Ni État, ni fédération d'États, elle est un espace producteur de normes juridiques et économiques qui organisent toujours davantage la vie de ses 28 États membres et de leurs citoyens. L'Union européenne se voulait la preuve qu'une autre mondialisation que celle de la finance est possible, mais elle n'apporte pas cette preuve. La monnaie unique ne peut créer un peuple européen, ni une citoyenneté européenne.
Publié le : vendredi 15 avril 2016
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782140007583
Nombre de pages : 326
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
REVUEFRANÇAISE
D’HISTOIRE
DES
IDÉES
POLITIQUES
er N° 43  1 sem. 2016
Construction européenne
REVUEFRANÇAISED’HISTOIREDESIDÉESPOLITIQUES
N° 43 er 1 semestre 2016
DERNIERS NUMÉROS
N° 30 - 2009 – LeRisorgimentoet la France N° 31 - 2010Varia N° 32 - 2010 – Pouvoir d’un seul et bien commun N° 33 - 2011 – Sièyes N° 34 - 2011 – La notion d’exécution N° 35 - 2012 – Autour deL’Esprit des lois e e N° 36 - 2012 – Langues et nations (XIII-XVIIIsiècles) N° 37 - 2013 – Usages de Platon N° 38 - 2013 – Théories du suffrage universel N° 39 - 2014 – Art et Politique N° 40 - 2014 – Historiens des idées politiques N° 41 - 2015 – Doctrine publiciste et droit romain N° 42 - 2015 –Tiersmondismes
Revue semestrielle publiée avec le concours du CERAP – Université Paris 13
COMITÉ SCIENTIFIQUE MauriceAGU L H ON(†) PierreANSA RT PhilippeCON TA M I N E MichelGA N Z I N MarcelGAUC H E T ClaudeGAU VA R D SimoneGOYA R D-FA BR E OlivierGU I L L O T Jean-PierreMAC H E L ON FrançoiseMÉ L ON IO AlbertRIG AU DI È R E MichelTROPEr
COMITÉ DE RÉDACTION Guillaume Bacot Céline Borello Philippe Buton Franck Collard Éric Desmons Béatrice Guion Dominique Hiebel Carlos M. Herrera Olivier Ihl Élina Lemaire Pierre-Yves Quiviger Patrice Rolland Yves Sassier Michael Soubbotnik
direction Eric Desmons ancien directeur Guillaume Bacot
Ventes et abonnements Editions L’Harmattan 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr Abonnement annuel Particuliers : 45 €  Bibliothèques : 65  Chaque numéro : 35 €
Toute correspondance concernant la rédaction doit être envoyée à : Eric Desmons, Université Paris 13, CERAP, 99 avenue Jean-Baptiste Clément, 93430 Villetaneuse Ne sont examinés que les articles proposés en document joint à un courrier électronique adressé à : edesmons@gmail.com
ISBN : 978-2-343-08800-6
Sommaire
Avant-proposparPierre-Yves Quiviger.........................................9
ÉTUDES
La crise de la construction européenne : XQH ¿Q GH F\FOHV "par Étienne Balibar........................................25 (QWUH HI¿FDFLWp pFRQRPLTXH HW MXVWLFH SROLWLTXHO¶8QLRQ HXURSpHQQH HQ TXrWH G¶XQ pTXLOLEUH VRFLDO parJean-Marc Ferry .................................................................... 45 eWDW VRFLDO GpPRFUDWLH HW FRQVWUXFWLRQ HXURSpHQQH3RXU XQH FLWR\HQQHWp VRFLDOH HXURSpHQQH par Édouard Delruelle .................................................................65 Dépasser les impasses du fédéralisme tutélaire européen par Michel Dévoluy ......................................................................87 &LQT WKqVHV VXU O¶(XURSH............................ 109par Cédric Durand /¶8QLRQ HXURSpHQQH RX XQ K\EULGHj YRFDWLRQ VXELPSpULDOH GDQV OH FDSLWDOLVPH PRQGLDOLVp par André Tosel .......................................................................... 129 L’Europe et ses rapports de pouvoirpar Jean Robelin ............. 151 /D FRQVWUXFWLRQ GX © P\WKH QpJDWLI ª GH O¶(XURSH FRUROODLUH GHV SURJUqV GH O¶LQWpJUDWLRQ " /H FDV GH OD QRPLQDWLRQ GX KDXW UHSUpVHQWDQW GH O¶8QLRQ SRXU OHV $IIDLUHV pWUDQJqUHVHW OD 3ROLWLTXH GH VpFXULWp )HGHULFD 0RJKHULQL par Jean-Pierre Darnis................................................................ 169
/D SDUWLFLSDWLRQ GHV JURXSHV G¶LQWpUrW GDQV OD © QRXYHOOH JRXYHUQDQFH HXURSpHQQH ª 8QH QRXYHOOH IRUPHGH ELRSRXYRLU "par Marc Maesschalck..................................... 185 /D SROLWLTXH ¿VFDOH SHXWHOOH FRQWULEXHUj OD FLWR\HQQHWp HXURSpHQQH "par Fabrice Bin .........................205 $SDUWKHLG HQ (XURSH  OH Gp¿ GH OD FLWR\HQQHWpFLYLOLWpGDQV XQ WHPSV GH JXHUUH LPSUpYLVLEOH par Marie-Claire Caloz-Tschopp................................................ 231 Identité culturelle de l’Europe et diversité culturelle HQ (XURSH  O¶(XURSH Q¶ DWHOOH TX¶ XQH kPH " par Laurent Martin ..................................................................... 255 &XOWXUH GpPRFUDWHFKUpWLHQQH HW LGHQWLWp HXURSpHQQH LGpDOLVPH HWRX SUDJPDWLVPH "par Bruno Béthouart ...............273 5DFLQHV FKUpWLHQQHV GH O¶(XURSH "6XU OH UDSSRUW HQWUH UHVVRXUFHV UHOLJLHXVHVLGHQWLWp HW VSKqUH SXEOLTXH HXURSpHQQHV par Graziano Lingua ..................................................................289
LECTURES CRITIQUES
/HFWXUHV FULWLTXHV05..........................3............................................. Résumés...................................................................................... 311
Avant-propos
Avant-propos La construction européenne et ses apories
* par Pierre-Yves Quiviger
À propos de l’Union européenne, circulent dans la discussion politique un certain nombre d’expressions « toutes faites », delieux communs TXL WUDQVSRUWHQW DYHF HOOHV XQH VLJQL¿FDWLRQ VRXYHQW indéterminée, rendant les échanges incertains, ambigus et donc, au WRWDO DSRUpWLTXHV ,O QH V¶DJLW SDV GH SURSRVHU XQH VpULH GH Gp¿QL-tions « autorisées », ou « authentiques », comme un notaire faisant un tri dans les idées politiques, mais simplement de contribuer à XQH HQWUHSULVH GH FODUL¿FDWLRQ HW GH VWDELOLVDWLRQ GX YRFDEXODLUH PRELOLVp D¿Q TXH OHV GLVFXVVLRQV QH VRLHQW SDV G¶HPEOpH FRQGDP-nées par ce que Jacques Rancière a décrit comme unemésentente, qu’il distingue à juste titre d’un différend ou d’un désaccord. Il est néanmoins évident que le vague, le changeant, l’approximatif, le non-dit de la parole politique immédiate font partie du « beau risque à courir » de la démocratie et il ne saurait y avoir d’autre exigence que conventionnelle, précaire et essentiellement « acadé-mique » à cette tentative. Tout cela pour dire qu’il n’y a aucune nuance péjorative dans l’usage de l’expression « lieu commun ». Il faut entendre cette expression littéralement, comme renvoyant
* Professeur de philosophie à l’université de Nice Sophia-Antipolis.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.