//img.uscri.be/pth/ac6abfbaddae89da5c6e48db63dcc19da7a4a605
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sénégal : radioscopie d'une alternance avortée

De
245 pages
Après la présidentielle du 19 mars 2000 qui a manqué la résurrection de tout le peuple sénégalais, les législatives du 29 avril 2001 devaient être décisives dans la bataille pour le développement économique, social, culturel et spirituel de la société sénégalaise. C'est à partir de cette date que se joue l'avenir du Sénégal. La révolution populaire et démocratique de mars 2000 a été progressivement assombrie par des manoeuvres politiciennes. La seule chance de survie d'un Sénégal dans la paix reste la redéfinition d'un nouveau dialogue national.
Voir plus Voir moins

Sénégal: Radioscopie d'une alternance avortée

Mamadou DIA

Sénégal: Radioscopie d'une alternance avortée

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16 HONGRŒ

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, IS 10124 Torino ITALŒ

.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:-:-:.:.:-:.:-:.:.:-:.:-:.:.:.:.:-:.:.:-:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.;.:.:.:-:.:.:-:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.

1IIIIIIiilllllllfllill:llllllllilllllllllli:1

l'IlIllli\lll.II'lllli1illfltlliIJ
1111111111111'11'llllllllillllllr~11 1111111\1111111111,111111"'111111
:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:-:.:.:-:.;.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:-:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:-:.;.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.;.:.:.: :.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.;-:.:.:.:.;.:.;.;.:.:-:.:-:-:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.;.:.:.:.:.:-:.:.:.:-:.:.;.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.:.:-:-:.:.;.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.;.:.;.:. :.:.:.;.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:-:.:-:.:.:.:.:-:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.;.:.:.;.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:-:.:.:.:.:.:.:.;.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:

.

...............

Reproduction du texte original

1

ère

édition,

Le Grenier du Patriarche,

2002

@ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8613-8 E~:9782747586139

Regard d'un Patriarche

2

L'œil du Patriarche
................................................ ........ ..... .. ......... . ......................................................................... . . . . . .. . . . . . . .. .. ........................................................
... .
... . . . . . . . . . . . . . .. . ... . . . . . . ... . . . ... . . . ... . . . . . . . . . . . .. . . . . . ... . .. . . . . . . . . . . . . ... .. . . . . . . . ... . . . . . . . ... .. . . ... . ... ... . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . ...

..................................

~j~~;~;jj~;j[i~I;lllers~;j~~loooi2oD2ij~j~ijjj~ji~;

. . . . . .. . ... .. . . . . . . . ... . . . . . .. . . . . .. . . . . . . .. .. . . . . . . . . .. . .. . ... . . . . . . . . . ... . . . . . . . . . ... .. . ... . . . . . .. . . .. .. . . . . . . . . . .. . . . . . . . . .. ... . ... . . . ... .. . . .. .. . .. .. ... . .. .... . .... . .. .

:::::::::::::;::::::::::;::::::::::::;;;:::::::::::::::::::::::::::;::::X:;;:::::::::::::::;::::::::::::::::.:::::::::::::::::::;:::::::::::::;:;::;:::::>:::::::::::;::

L'ouvrage que voici est le fruit d'un travail de réflexion entamé aux lendemains de l'alternance au Sénégal, à l'issue de la présidentielle du 19 mars 2000 pour aboutir en ce quarantième anniversaire-le 17 décembre 2002-de ce séisme sénégalais de 1962, quarante deux ans après l'accession de notre pays, le Sénégal, à la souveraineté internationale. Il rassemble les articles d'une chronique périodique des événements nationaux sénégalais, africains et internationaux, selon une démarche qui nous est propre que nous avons baptisée « L'œil du Patriarche. » Cette rubrique est le regard critique du Maodo du

village qui veille au grain « afin qu'il ne meure» et
que l'espoir de toute une génération ne s'évanouisse. C'était notre façon d'accompagner les nouvelles équipes dirigeantes de « faiseurs de printemps ». C'était notre modeste contribution pour aider succès de cette expérience nouvelle sénégalaise suscitait l'espérance au-delà de nos frontières et nous devions protéger de notre mieux contre
3

au qui que les

Regard d'un Patriarche

démons qui continueraient de rôder autour d'elle et qui ont la peau dure comme les crocodiles fétiches du marigot du village. A ces démons, nous entendons opposer, de toute la vigueur qui nous reste encore, la pugnacité du vieux gardien du Temple, qui entend leur tenir tête jusqu'au bout. C'est ainsi que la première série d'articles rédigés pour la presse était davantage consacrée au seul Sénégal puis rassemblés dans une brochure dite
« Cahier 2000 », avec pour titre:

« le Sénégal

menacé... », publiée en deux éditions: Avril et Mai 2001. Ce document est aujourd'hui

Cahier Avril 2000 Avril 2001 », sous le titre: « le Sénégal menacé dans un environnement international lourd de dangers. »

-

rebaptisé:

«

Premier

Il continue de révéler la même vigueur avec laquelle nous entendons livrer combat avec les fossoyeurs: anciens comme nouveaux. Au gré d'une actualité qui s'africanisait et s'internationalisait de plus en plus, notre regard, tout en gardant l'œil ouvert sur les dérives d'un bonapartisme rampant au village, se portait davantage sur des perspectives de plus en plus sombres qui se profilaient à l'horizon de l'Afrique comme d'ailleurs de l'humanité toute entière, observant une halte forcée sur le chemin de la
Regard d'un Patriarche 4

construction d'une même logique néo-esclavagiste sur le continent, au service d'une mondialisation néolibérale unipolaire, destructrice de toutes autres valeurs autochtones endogènes.
D'où ce « Deuxième Cahier Mai 2001 Décembre 2002 », avec pour intitulé: « des perspectives d'avenir plus sombres que jamais ou la montée des défis.»

-

Dans ce second cadre, tout comme d'ailleurs dans le précédent, notre seul viatique demeure - et continuera de demeurerl'avènement d'une véritable alternance alternative au Sénégal et l'émergence d'une Afrique africaine, maîtresse de son destin et d'un Universel ré-humanisé, afin de sauver l'humain.

5

Regard

d'un

Patriarche

PreInier
Cahier
(Avril2000- Avril
2001) Le Sénégal menacé dans un environnement international lourd de dangers Sorti de la présidentielle du 19 Mars 2000 après un régime inique d'une quarantaine d'années, le peuple sénégalais, redevenu luimême, fondait beaucoup d'espoir quant à une véritable alternance pour son devenir. Nous apportions alors tout notre soutien aux nouvelles autorités qui avaient initié une nouvelle démarche dans la conduite des affaires du pays. Mais après trois mois d'exercice du pouvoir, constatant l'apparition de comportements et de pratiques déviationnistes, nous avions lancé des avertissements adéquats et appelé à la vigilance,

afin que

«

le tir fût rectifié.»

Cependant, les dérapages continuaient avec l'adoption d'une nouvelle Constitution de type véritablement monarchique, contrairement au projet de régime parlementaire, convenu entre

les membres de la
2000» (C.A 2000).

«

Coalition de l'Alternance
total avec un

J'exprimais alors mon désaccord tel régime super-présidentiel.
7

Regard d'un Patriarche

Introduction POUR

UN NOlNEAU DIALOGUE NATIONAL

Après la présidentielle du 19 Mars 2000 qui a marqué la résurrection de tout le pe\l pIe sénégalais et symbolisé la conquête de sa propre liberté, les législatives du 29 Avril 2001 devaient être décisives dans la bataille pour le développement économique, social, culturel et spirituel de l'ensemble des composantes de la société sénégalaise. C'est à partir de cette date, que se joue véritablement l'avenir - du moins immédiat - du Sénégal. Redevenu lui-même il y a un an, le Sénégal est, cependant, menacé, aujourd'hui, dans son état de terre de paix et de tolérance, mais aussi de dignité et d'héroïsme. Si les résultats de ces joutes électorales devaient être l'instauration d'un régime unique de décision, cela placerait notre pays dans une situation conflictuelle quasi-permanente. Forces de l'alternance partisans de l'alternance
Regard d'un Patriarche 8

alternative d'une part, - ou du changement -

dans la continuité d'autre part, sont, désormais, face à face, quoi qu'il advienne, alors que la victoire de la jeunesse et de la démocratie de l'année dernière avait sonné le glas des prédateurs des populations sénégalaises et annoncé la voie de la reconstruction du pays.
La révolution populaire et démocratique du 19 Mars 2000 a été progressivement assombrie par des manœuvres politiciennes faites, tantôt de subtilités, tantôt de grossièretés,

La seule chance de survie d'un Sénégal dans la paix et l'unité reste la redéfinition, sous une forme ou sous une autre, des conditions d'un nouveau dialogue national. Hors de ce cadre, point de salut.

9

Reg&rd d'un Patriarche

PREMIERE PHASE I LES PREMIERS PAS
DE J.!ALTERNANCE

Les lendemains de l'avènement de l'alternance nous avaient placés dans un certain climat d'euphorie, mais d'une euphorie calculée, nous amenant à suggérer le changement dans l'unité et dans la paix. Ce changement ne pouvait être l'affaire du seul gouvernement, mais celle de l'ensemble des citoyens de ce pays. Tel était le défi qui nous interpelait tous. La priorité des priorités était de remettre le Sénégal au travail, pour un développement économique, social, culturel et spirituel participatif, sous la conduite d'un gouvernement de coalition représentatif. Nous avions eu à saluer la composition de cette équipe et également du nouveau style présidentiel, marqué par plusieurs ruptures et conforme à des principes républicains et au pluralisme multiforme tel qu'apparu lors de la présidentielle de Février-Mars 2000. Tout laissait apparaître que Maître Abdoulaye Wade se présentait comme le Président de tous les Sénégalais, avec un discours conséquent, chargé de messages forts.
Regard d'un Patri&:rche 10

Pour accompagner cette démarche novatrice, nous n'avions pas manqué de manifester notre appui, tout en souhaitant que l'on puisse aller au delà des symboles et des rites, dans un puissant élan de changement dans tous les domaines de la vie nationale, avec des suggestions concrètes, dans le seul souci d'éviter le retour des vieux démons. De telles suggestions prenaient en compte l'opportunité qui s'offrait au gouvernement de l'alternance de nouer avec celui du Mali voisin, un couple solide qui serait le moteur de l'intégration sous-régionale dans notre zône. De même, la création d'un "mouvement citoyen des affaires" au Sénégal pouvait favoriser la construction d'une nouvelle entreprise sénégalaise dans la perspective d'une intégration

- sous-régionale d'abord et africaine ensuite
réussie.

--

L'alternance était ainsi mise en chantier, au grand dam des nostalgiques et des revanchards de tous bords.

L'espoir s'était installé et commençait à se fortifier, sur la base d'une fidélité à l'option unitaire et à l'esprit des réformes promises, contenues dans un programme commun et largement vulgarisées lors de la campagne électorale.
11
Regard d'lln Patriarch~

Les signes précurseurs d'une bataille nouvelle, politique mais également économique, élargie à l'espace africain, relayée par des groupes de patriotes et démocrates à la base - sur le territoire national comme à l'étranger annonçaient aInSI l'avènement d'une ère nouvelle.

R@gardd'un Patriarche

12

PRIORITE DES PRIORITES: REMETTRE LE SENEGAL AU TRAVAIL
Le 19 clairement sa volonté et dans la mars de l'an 2000, la Nation a exprimé par un vote franc et massif, de réaliser le changement dans l'unité paix.

Je renouvelle toutes mes félicitations à tous les artisans de cette évolution positive de notre pays, en particulier à la jeunesse, et prie Le Tout Puissant de continuer à veiller sur le destin de notre patrie commune. En mettant ainsi fin à près de quarante longues années de pouvoir du Parti Socialiste, caractérisé par un laxisme déstructurant de l'activité politique, économique et sociale, les Sénégalais ont indiqué, par la même occasion, leur option pour un redressement dans tous les domaines et un réarmement moral pour un nouveau départ. Cet objectif majeur et salutaire ne sera pas, c'est l'évidence, l'affaire du seul Gouvernement. Il impliquera, pour être pleinement atteint, la participation citoyenne de tous les progressistes du pays et de leurs organisations de masse. Gagner le pari de l'alternance, et sauver la Démocratie et l'Indépendance du Sénégal est devenu en effet aujourd'hui un impératif pour la
13 Regard d'un Patriarche

Nation toute entière. Ce défi concerne donc l'ensemble des filles et des fils du pays - en particulier les étudiants, les lycéens et les élèves - qui ne pourront valablement le relever qu'à la condition expresse de faire preuve, en tout instant, d'un sens élevé des responsabilités. Certes, ici comme ailleurs, le Gouvernement de l'Alternance est le principal interpelé et il doit, dans l'urgence, faire face à de multiples et graves sollicitations parmi lesquelles figurent le désœuvrement de la jeunesse dont celle diplômée de l'Ecole Normale Supérieure et des Ecoles de Formation d'Instituteurs, l'accroissement de la paupérisation, conséquence logique des politiques de ruine nationale mises en œuvre depuis si longtemps, l'insécurité généralisée qui est une menace permanente pour la cohésion sociale et l'unité du pays, etc. Chacun peut toutefois aisément comprendre qu'il serait déraisonnable, pour le moins, de croire ou de faire croire que tout est tout de suite possible pour satisfaire l'immense demande sociale léguée par le défunt régime. Les vrais partisans du changement, qui ont porté Maître Abdoulaye Wade et son équipe au pouvoir, savent que les exigences de l'heure sont de tout mettre en œuvre pour que, par le moyen d'une prise de conscience citoyenne collective, les acquis historiques du 19 mars 2000 soient
Regard d'un Patriarche 14

préservés, afin de garantir mouvement démocratique entrepris.

l'irréversibilité du de redressement

Il faudra donc commencer par le nettoyage des innombrables écuries d'Augias, qui gangrènent encore le corps social, pour mieux asseoir, sur des bases saines, les conditions d'un nouvel essor économique national. Elans de solidarité

Les revendications sociales, mêmes légitimes, ne doivent pas mettre en péril la tranquille révolution citoyenne en cours dans le pays, que les Sénégalais ont fini par imposer, et qui nous vaut aujourd'hui le respect du monde entier, et surtout l'amicale sympathie de certains de nos frères du continent encore sous le joug de dictateurs tropicaux rendus inquiets par l'exemplarité de notre éclatante victoire du 19 mars 2000. Un réchauffement inconsidéré du front social, qui ouvrirait la porte à toutes les surenchères électoralistes à la veille des législatives attendues par le pays risque, si l'on y prend garde, par un effet boomerang toujours possible, de précipiter le retour indésiré des réactionnaires de tous poils, qui ont si longtemps pillé et spolié le Sénégal. Nos ressources humaines - parmi lesquelles un nombre impressionnant de cerveaux émigrés - et
15
Regard d'un Patriarche

nos potentialités naturelles sont encore largement intactes, et avec elles nous devons pouvoir assurer les bases de notre développement dans la transparence, si nous faisons preuve collectivement de dépassement. C'est dire qu'il nous faut donner un peu de temps au temps, et agir avec méthode et organisation pour remettre la Nation au travail. Car une Nation qui renonce, par laxisme et veulerie, au travail, à la création et à la créativité, est une Nation qui se condamne ellemême à la dépendance perpétuelle, et donc au déclin et à la disparition. Au moment où nous devons faire face aux défis d'une mondialisation non maîtrisée et aux exigences d'une intégration sous-régionale et régionale, il nous faut faire l'économie des conflits sociaux superfétatoires qui réduisent notre compétitivité et nos possibilités concurrentielles. Dans un contexte de reconstruction nationale, c'est la logique de solidarité et de participation qui doit l'emporter sur celle du corporatisme conflictuel et déstabilisateur. Après le triomphe des forces du progrès sur le camp des prédateurs et des fossoyeurs de la Nation, le peuple sénégalais doit, sur cette
Regard d'un Patriarche 16

lancée, montrer qu'il sait aussi faire fructifier sa victoire. Il ne s'agit rien moins que de nous investir tous ensemble, corps et âme, chacun dans son domaine de compétence, pour que se réalise l'optimum de rendement social ou, pour mieux le dire, l'optimum d'efficacité nationale. Il faudra un élan collectif de solidarité qui engagera définitivement le pays dans la voie du développement participatif durable, vraie condition d'une libération sans retour et d'une démoera tie pérenne. 20 AVRIL 2000

17

Regard d'un Patriarche

GOUVERNEMENT TRANSITOIRE DE COALITION ET NOUVEAU STYLE PRESIDENTIEL
Le nouveau style présidentiel inauguré par Maître Abdoulaye Wade depuis sa prise de fonction est marqué à la fois par la rupturê âvèc les habitudes du régime précédent et par une nette volonté d'innovation. Un tel style est à saluer car il est celui qui sied dans le contexte créé par la victoire des forces de l'alternance qui a donné naissance à un gouvernement transitoire de coalition, qui n'est pas, à proprement parler, un gouvernement de majorité présidentielle, comme nous en avons connu par le passé. Les gestes de rupture vis-à-vis des pratiques de l'ancien régime posés par le nouveau Président de la République sont nombreux et symboliques. En ouvrant la première réunion du Conseil des Ministres par une prière à Dieu, il introduit une rupture avec une conception étroite de la laïcité de l'Etat qui croit devoir chasser la foi des rites républicains. A ce propos, nous affirmons ici n'avoir aucune inquiétude quant aux manifestations de zèle du Chef de l'Etat que certains jugent excessives: nous le savons en
Regard d'un Patriarche 18

effet trop attaché aux principes républicains et au pluralisme multiforme pour craindre que son appartenance confrérique lui fasse oublier, dans l'exercice de son mandat, qu'il est le Président de tous les Sénégalais, toutes confessions et toutes sectes religieuses confondues. Cette volonté de rupture est également perceptible aussi bien dans la réouverture annoncée du procès des évènements de 1962 que dans la promotion de jeunes officiers hier marginalisés, qui manifestent, contrairement à son prédécesseur, une volonté de justice et d'équité!. Elle l'est aussi dans l'initiative du Président de la République qui, en homme d'Etat avisé qui sait que gouverner c'est prévoir, vient d'aller au-devant de l'événement en réunissant, plusieurs semaines avant l'hivernage, un Conseil présidentiel chargé de trouver dans de brefs délais une solution au lancinant problème des inondations de Saint-Louis et de sa région. Elle l'est enfin dans le souci de transparence qui inspire la récente institutionnalisation de l'ouverture de l'espace et des voyages présidentiels aux journalistes de la presse publique comme privée. Le discours du Président à son retour de Bissau, qui a créé l'espoir d'une solution
1- L'annonce, le 21 Avril 2000, de la saisine du Ministère de la Justice par le Président de la République, Maitre Abdoulaye Wade, pour la révision de mon procès, avait été précédée d'une déclaration que j'avais faite au quotidien dakarois ..Wal Fadjrb) (25-26 Mars 2000), selon laquelle ccj'étais propre» et que ccje ne me considérais pas du tout comme quelqu'un à laver ».

19

Regard d'un Patriarche

sénégalaise au problème de la Casamance, apparaît comme l'un de ses gestes novateurs les plus forts. Ainsi en est-il également de sa volonté affirmée de procéder au remplacement de certains fonctionnaires occupant des postes névralgiques ou ayant fait preuve de gestion critiquable, dans l'optique de l'indispensable nettoyage des écuries d'Augias qui ont prospéré pendant trop longtemps. Quant à l'annonce pour novembre prochain d'un référendum constitutionnel, elle est de nature à rassurer tous ceux qui doutent de la volonté du Chef de l'Etat de tenir ses engagen1ents électoraux. Il faudra bien entendu attendre de connaître le contenu de la réforme proposée pour juger de sa fidélité aux promesses faites. En tout état de cause, nous ne crierons pas à la trahison si le projet s'éloignait de la formule d'un régime parlementaire classique, qui a été abandonnée un peu partout en raison de son instabilité et de son inefficacité. Nous serons par contre attentif à la séparation et à l'équilibre des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, qui sont le fondement d'une vraie République. Mais le nouveau style présidentiel doit, pour tenir toutes ses promesses, aller bien au delà du changement des symboles et des rites. Il doit faire souffler un puissant vent de changement dans tous les domaines de la vie nationale, et en particulier dans les rapports entre l'Etat et la
Regard d'un Patriarche 20

société, entre l'Etat et la religion, entre l'Etat et l'extérieur, y compris notre partenaire traditionnel, la France. L'actualité brûlante commande toutefois d'insister ici sur les rapports entre les partenaires de la coalition au pouvoir. Cohésion indispensable

Certaines déclarations récentes de responsables de haut niveau, qui ont fait passer leur rôle partisan avant la nécessaire solidarité entre alliés, soulignent le caractère d'urgence absolue qui s'attache à la rupture d'avec les jeux de pouvoir et les jeux de clientèle au sein de l'Etat, aussi bien qu'avec l'hégémonisme et les guerres de positionnement des partis politiques. Nous appelons donc les alliés à se convaincre une fois pour toutes que seul un esprit de coresponsabilité peut favoriser la cohésion nécessaire au succès d'une entreprise dans laquelle ils sont condamnés à réussir ensemble ou à périr ensemble. L'heure est plus que jamais au dépassement des rivalités internes, des concurrences déloyales et des jeux de massacres qui, tous, entretiennent un climat nocif et déstabilisant qui rend illusoire tout succès de l'entreprise du changement. C'est la seule façon de tenir en échec les démons de la désunion et de décevoir tous ceux qui rêvent de ruines et de catastrophes, ainsi que tous les nostalgiques et tous les revanchards de "la caverne d'Ali Baba".
21
Regard d'un Patriarche

Pour atteindre pleinement cet objectif, il faudra se résoudre à supprimer le cumul des fonctions gouvernementales avec celles de chef de parti. A tout le moins, il faudra conclure un pacte de non-agression entre partenaires de coalition et le faire respecter par les divers personnages de cour, experts en intrigues de palais, qui foisonnent dans les cercles du pouvoir. Dans l'immédiat, il convient de formaliser sans délai le cadre de concertation hérité de la campagne pour l'alternance - le FAL (Front de l'Alternance) - en lui donnant un statut et des attributions précis. Il faut en faire une instance politique permanente de concertation sur toutes les grandes décisions politiques, économiques, financières, sociales, culturelles et internationales. Il faut également que cette structure de concertation soit appuyée par un mouvement citoyen autonome, en voie de formation, dont le tandem Wade-Niasse constituera l'épine dorsale incontournable, sinon la clef de voûte. C'est seulement si toutes les composantes de la coalition au pouvoir s'engagent dans cette voie que le nouveau style présidentiel enfantera un jour nouveau, une ère nouvelle; non plus celle de l'utilisation de l'appareil d'Etat à des fins personnelles ou de groupes maffieux, mais celle de la restauration des notions si malmenées par le passé de service public et de bien public. Cela
Regard d'un Patriarche
2~