Sociologie critique de la mondialisation

De
Publié par

Vue d'Afrique, la mondialisation est considérée comme un fait qui exaspère la déstabilisation, l'exploitation et la paupérisation des nations africaines désarmées et qui la subissent passivement. En effet, l'Afrique est désarticulée sur les plans économique, politique, culturel, idéologique et du développement. Il convient dès lors d'adopter une attitude responsable en s'appuyant sur le socle culturel qui pourra assigner à l'Afrique une orientation plus compétitive dans la dynamique de la mondialisation, à l'instar des pays émergents d'Asie.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782336392059
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
GÉOPOLITIQUE MONDIALE
JeanProsper SENGIBANGAMALIKONDO
SOCIOLOGIE CRITIQUE DE LA MONDIALISATION un regard africain
Préface de Mwayila Tshiyembe
Sociologie critique de la mondialisation
Un regard africain
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05943-3 EAN : 9782343059433
Jean-Prosper SENGIBANGAMALIKONDO
Sociologie critique de la mondialisation
Un regard africain
Préface de Mwayila Tshiyembe
L’Harmattan
Collection « Géopolitique mondiale »
Dirigée par Mwayila TSHIYEMBE
L’objet de la collection «Géopolitique mondiale» est de susciter les publications dont la vocation est double : d’une part, donner unsens aux mutations provoquées par la mondialisation, étant donné la perte des repères du monde ancien et la nécessité d’inventer des repères du monde nouveau ; d’autre part, analyser lacomplexitédes enjeux territoriaux, des rivalités d’intérêt et de stratégies qui pousse les acteurs à user de laforceou de la diplomatie, pourmodifierou tenter de modifier le rapportde force (ressources naturelles, humaines, culturelles), selon desidéologiesqui les animent. A cette fin, la prospective et lapluridisciplinarité sont des approches privilégiées.
Déjà parus
Evelyne GARNIER-ZARLI (Sous la direction de), Réflexions autour de l'enseignement scientifique. Un enjeu majeur de l'espace francophone,2015. François-Xavier NKUMISONGO VAVI FABIYO,La sorcellerie chez les Ding de la RDC, 2015 Adrien BANWITIYA NTEKANGI,Vers un nouveau droit international des réfugiés écologiques, 2014 Patrick WENDA T. TSHILUMBA,L’orientation scolaire et professionnelle en RD Congo, 2014. Germain NGOIE TSHIBAMBE, (dir.),Identités, ressources naturelles et conflits en RDC. Défis méthodologiques et voies de sortie ?, 2013.
PREFACE
Lorsque, après moult titillements, l’auteur de cet ouvrage m’accoste amicalement pour me remettre le CD de son manuscrit, je suis happé par le stress du voyage. Mes valises sont déjà sous la porte et une haie de mes amis m’empourpre de sa chaleur moite teintée de douleur de séparation. Soudain, le klaxon pétaradant du bus de transport met fin aux accolades et je saute dans le bus sans crier gare, escorté par mes anges gardiens, direction aéroport. C’est à mon retour à Paris que je découvre, agréable surprise, que le manuscrit emporté dans les flancs de ma valise porte sur la mondialisation ou plus exactement «Les problèmes de la mondialisation : quelles perspectives pour l’Afrique?». Quelques semaines plus tard, après avoir lu et échangé avec les collègues concernés par ce sujet, nous avons convenu de suggérer le titre «Sociologie critique de la mondialisation : un regard africain», qui nous semblait prendre corps avec le texte. Néanmoins, c’était sans compter avec le « temps littéraire parisien » au cours duquel, par centaines, des livres sortis des maisons d’éditions, se bousculent aux portions des librairies spécialisées et des salons huppés de la capitale des Lumières. Un collègue m’appelle au téléphone et me dit : un livre vient d’être publié sur le thème de la mondialisation.
7
Sociologie critique de la mondialisation : un regard africain Ça tombe à pic avec nos propositions sur le titre du manuscrit en cause. Lis-le et dis-moi ce que tu en penses. Je m’empresse d’aller au Quartier latin, redire bonjour à nos amis libraires de la rue Soufflot et me procurer le sésame dont le titre exact est «Sociologie de la mondialisation». 1 Dès l’introduction , Romain Lecler, l’auteur de cet ouvrage plante le décor. Cet ouvrage, dit-il, est là pour rappeler que la «mondialisation est un processus multicausal et multidimensionnel, un syndrome, c’est-à-dire la conjonction d’une myriade de processus, projets et activités divergents, articulant des flux transnationaux variés, qui ne sont pas seulement financiers ou économiques». Cet ouvrage, ajoute-t-il, s’assigne pour objectif de décrire comment les sciences sociales ont procédé, en se concentrant sur la sociologie et les courants des disciplines qui lui sont les plus proches : anthropologie, sociologie politique, histoire et géographie sociales. Et plus loin, il précise que cet ouvrage s’articule autour de cinq grandes perspectives de la mondialisation : - une sociologie du discours de la mondialisation, de sa genèse à ses reformulations ; - une mobilisation de la notion de temporalité, à travers les notions de compression espace-temps, modernité, flexibilité ;
1 Romain Lecler,Sociologie de la mondialisation, Paris, La Découverte, 2013, pp.3-6 8
Sociologie critique de la mondialisation : un regard africain - une cartographie de la mondialisation pour comprendre quelles représentations spatiales sont mobilisées en termes de flux transnationaux et d’ancrage local, d’échelles et de ville globale ; - une mondialisation comme accès différentiel à la mobilité transnationale inégalement répartie dans l’espace social ; - grandes opposition, homogénéisation / diversification pour saisir l’impérialisme versus hybridation ; théorie de l’import/export et d’un système culturel mondial hiérarchisé ; diffusion d’une culture politique mondiale. Pour conclure, Romain Lecler estime que lorsqu’on parle de la mondialisation, il faut se prémunir contre les oppositions schématiques et les approches simplificatrices : «la mondialisation est un objet complexe, c’est-à-dire un espace de projets concurrents, polarisés, simultanés. Elle est plastique. Son analyse nécessite de mobiliser l’ensemble des acquis des sciences sociales, notamment méthodologiques. Au-delà des cadres théoriques, elle requiert surtout la mise en place d’enquêtes rigoureuses et la multiplication 2 d’observatoires judicieux» . A plus de 2000 lieux de Paris, un autre sociologue, Jean-Prosper Sengi, pèse et soupèse les problèmes existentiels soulevés par la mondialisation et les perspectives correspondantes en Afrique où ils constituent, 2 Romain Lecler,Op.cit. pp.107-108 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.