Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Sociologies d'ici et d'ailleurs

De
322 pages
"Ce numéro spécial de Sociologies Pratiques se consacre à la sociologie
et aux sociologues de pays dont les travaux sont souvent peu connus ou
méconnus. Il réunit un ensemble d’articles parus depuis 2007 dans
la rubrique « Sociologie d’ailleurs » de la revue et dans la rubrique
« Ouvertures », créée en 2005, de La lettre de l’AISLF.
Partant de l’idée qu’en dépit de l’internationalisation des savoirs,
il existe encore des sociologies nationales et locales, l’ensemble des
articles de ce numéro donne à voir la diversité des « sociologies
d’ailleurs », et permet de s’interroger, à partir de ce qui existe en France
et de ce qui existe ailleurs, en Allemagne, Belgique, Bulgarie, Russie, au
Brésil ou en Argentine, sur ce qui sépare et ce qui réunit les sociologies
contemporaines."
Voir plus Voir moins
Couverture
Couverture

Sociologies d’ici et d’ailleurs

Numéro hors série de Sociologies Pratiques
coordonné par François GRANIER, Monique HIRSCHHORN,
Mohamed MADOUI, Geneviève DAHAN-SELTZER

ISBN : 978-2-7246-3388-7
ISSN : 1295-9278

Dépôt légal : avril 2014

© Presses de la Fondation nationale des sciences politiques

Introduction générale

Geneviève DAHAN-SELTZER1 et Monique HIRSCHHORN2

Ce numéro spécial, publié en ligne, s’inscrit dans le prolongement de deux rubriques, « Sociologie d’ailleurs », créée en 2007 dans Sociologies Pratiques, et « Ouvertures », créée en 2005 dans La lettre de l’AISLF3. Partant de l’idée qu’à l’inverse de ce qu’affirmait Raymond Aron dans la préface à la cinquième édition de son ouvrage sur La sociologie allemande, il existe encore, en dépit de l’internationalisation des savoirs, des sociologies nationales et locales, les comités de rédaction des deux publications ont voulu en proposer des descriptions et des analyses. Mais l’ensemble des articles de ce numéro, issus des communications présentées lors d’un colloque organisé au CNAM en mai 20124 (voir p. 3), se situent dans une perspective plus large. Il ne s’agit pas seulement de donner à voir la diversité des « sociologies d’ailleurs », mais aussi, en partant de ce qui existe ici – en l’occurrence en France – et de ce qui existe ailleurs – en Allemagne, en Belgique, en Bulgarie, en Russie, au Brésil, en Argentine, de nous interroger sur ce qui nous sépare et ce qui nous réunit.

Le numéro comprend ainsi trois parties.

La première, Les sociologues dans des espaces en transition, introduite par Mohamed Madoui, revient sur la question souvent abordée de la place de notre discipline dans les pays en transition. Contrairement à tous ceux qui pensaient qu’elle avait à y jouer un rôle majeur, Svetla Koleva, pour la Bulgarie et Igor Masalkov, pour la Russie, montrent des sociologues en difficulté, forcés de se reconvertir dans des activités rentables (sondages d’opinion, marketing, management). Adoptant un autre point de vue, Jean Ruffier, en Chine, Ana Maria Kirschner et Eduardo Gomes, au Brésil, retracent les obstacles que rencontrent ceux qui veulent dans de tels contextes développer une sociologie de l’entreprise.

La seconde partie, Les métiers de sociologues, introduite par François Granier, pose le problème bien connu des deux métiers : celui d’enseignant- chercheur, celui de sociologue professionnel. Toutefois, l’analyse par Monique Legrand de la situation des sociologues professionnels comme celle par Valérie Sacriste de la position des enseignants-chercheurs réservent quelques surprises. Alors que les sociologues-experts voient actuellement leur position renforcée par la croissance de la demande publique, les enseignants-chercheurs subissent une redéfinition de leur activité professionnelle qui menace leur identité de chercheur.

La troisième partie, Les sociologues et leurs associations, introduite par Geneviève Dahan-Seltzer, porte sur les associations nationales et internationales. Dan Ferrand-Bechmann souligne le rôle que joue l’Association Française de Sociologie (AFS) dans la défense des conditions d’exercice de la sociologie et de la légitimité de la discipline, Philippe Robert-Tanguy celui de l’Association des professionnels en sociologie de l’entreprise (APSE) pour la construction d’une communauté des sociologues intervenants et la reconnaissance de leurs compétences, et Wolfgang Petran, celui de l’Association professionnelle des sociologues allemands (BDS) dans l’élaboration des formations et la prise en compte de la dimension professionnelle de la sociologie. Par ailleurs, Didier Vrancken, Dan Ferrand-Bechmann, Jan Spurk rappellent l’importance que revêt actuellement l’adhésion à des associations nationales et internationales pour la carrière des enseignants chercheurs. De fait la question de la prise en compte de la diversité n’est guère abordée sauf à travers la présentation des choix politiques de l’AISLF par Monique Hirschhorn et des engagements de l’AIS en faveur des sociologies locales par Dan-Ferrand-Bechmann. Mais on retiendra aussi le vigoureux plaidoyer de Jan Spurk en faveur de la restauration d’associations qui soient autre chose que des machines à congrès et qui contribuent au débat scientifique et public.

Enfin, deux textes, introduits par François Granier, se situent en contrepoint. Dans le premier, Jean-Philippe Bouilloud et Xavier Philippe s’interrogent sur la place de la dimension internationale dans les carrières des sociologues et sur l’existence d’une sociologie spécifiquement française. Dans le second texte, Pablo Kreimer et Adriana Feld refont l’histoire fort particulière de la sociologie de la science au Brésil.

Le numéro est complété, en annexe, par deux cahiers, constitués par Geneviève Dahan-Seltzer, qui reprennent les textes publiés respectivement dans La lettre de l’AISLF et dans Sociologies Pratiques.

 

Sans évidemment viser à l’exhaustivité, le contenu de ce numéro spécial de Sociologies Pratiques offre donc matière à analyse pour les sociologues qui refusent de s’enfermer dans leur propre expérience. Reste cependant une série de questions qui avaient été posées lors de l’appel à communication du colloque (cf. encadré infra) et qui n’ont pas été traitées, comme celles de l’engagement des sociologues, de leur spécialisation, du rapport avec les autres disciplines, du maintien d’un langage commun... Il est donc difficile au regard de ce dossier de savoir ce qu’il en est de l’avenir de la sociologie aussi bien dans son unité que dans sa diversité. Ce numéro spécial de Sociologies Pratiques veut donner à penser. Il ne clôt pas le débat.

COLLOQUE « SOCIOLOGIES D’ICI ET D’AILLEURS »
Des sociologues entre particularismes et mondialisation
24 et 25 mai 2012-CNAM-LISE-CNRS

Ce colloque, organisé par le comité de rédaction de Sociologies Pratiques en partenariat avec l’AISLF, le LISE-CNAM-CNRS et l’APSE, a pour objet de débattre de ce qu’il va advenir de notre discipline et du rôle qu’elle va jouer ou non dans un monde aussi bouleversé, si ce n’est plus, que celui dans lequel elle a vu le jour , en prenant en compte tout à la fois les contextes locaux, leurs particularismes et les effets de la mondialisation.

Le débat sera organisé autour de quatre questions :

 

Comment être sociologue aujourd’hui : trajectoires, formations, conditions d’exercice des métiers ?

Comment peut-on être sociologue aujourd’hui ? Quelles sont les trajectoires, quelles sont les formations et quelles sont les conditions d’exercice du métier d’enseignant-chercheur aussi bien que de celui de sociologue professionnel dans les différents contextes nationaux et régionaux ?

 

Avons-nous un langage commun ?

Existe t-il, en dépit de la diversité des sociologies nationales et régionales, une réelle unité disciplinaire ? Nos contenus d’enseignement, nos pratiques de recherche, nos pratiques professionnelles sont-ils fort proches ou au contraire sont-ils en train de se diversifier ? Qu’en est-il de l’existence d’un langage commun à la sociologie en termes de références, de théories, de méthodologies, de techniques ?

 

Quel rôle pour la sociologie et les sociologues face aux attentes de démocratie ?

« Les révolutions arabes » ont montré récemment le rôle qu’ont joué les jeunes et les réseaux sociaux dans les contestations politiques contemporaines : ouvrent-elles un terrain d’expérimentation et de recherche pour les sociologues ? D’autres pays ont vécu dans les ultimes décennies du XXe siècle des épisodes du même ordre. Ces transitions ont-elles – ou vont-elles – modifier les attentes des populations à l’égard de la sociologie ? Quelles sont les demandes sociales contemporaines ? Quelles sont les nouvelles pratiques des sociologues pour accompagner ces évolutions ?

 

Quels sont les ressources dont nous disposons pour accompagner les transformations de la discipline ?

Les sociologues ont-ils la possibilité de penser et d’échanger collectivement face à ces évolutions ? Existe-t-il des acteurs – ressources (institutions, associations) ainsi que des lieux d’échanges sur le devenir du métier et sur la position de la discipline face aux attentes des sociétés ? Quels sont les réseaux pertinents ? Quelles places pour les revues et les publications ?

1. LISE (CNAM-CNRS).

2. Université Paris Descartes, CERLIS.

3. Association Internationale des Sociologues de Langue Française.

4. Le colloque « Sociologies d’ici et d’ailleurs. Des sociologues entre particularismes et mondialisation » a été organisé conjointement par Sociologies Pratiques et l’AISLF les 24 et 25 mai 2012 au CNAM, avec le soutien du laboratoire LISE (CNAM-CNRS) et de l’APSE.

SOCIOLOGIES PRATIQUES
ANCIENS NUMEROS

Achat auprès de PUF (20 € + participation aux frais de port)

 

Tél : 01 58 10 31 63 – Presses Universitaires de France – Département des revues – 6 avenue Reille 75685 Paris Cedex 14 Règlement par chèque bancaire ou postal à l’ordre de PUF

 

no 10 – L’emprise des outils de gestion

no 11 – La santé en réseaux. Quelles innovations ?

...no 12 – La face cachée des générations en entreprise

...no 13 – Penser les réseaux sociaux pour repenser l’action économique

...no 14 – Les femmes changent-elles le travail ?

...no 15 – Comprendre les engagements aujourd’hui

...no 16 – Agir en sociologue. Comprendre, débattre, concevoir, accompagner

...no 17 – La tentation psy

...no 18 – RSE. L’entreprise au défi de la responsabilité sociale

...no 19 – Syndicats sans frontières

 

Achat auprès des Presses de Sciences-Po

 

...no 20 – La consommation (tout) contre la société

...no 21 – Les élites dirigeantes. Une recomposition en trompe-l’œil ?

...no 22 – Ficher et mesurer. Les paradoxes du contrôle

...no 23 – Le monde du travail à l’épreuve des discriminations

...no 24 – Au-delà du guichet : savoirs et pouvoir dans l’ordinaire administratif

...no 25 – Le collège en question : des professionnels au cœur des tensions

...no 26 – Santé et travail : déjouer les risques ?

...no 27 – Les transformations de la coopération internationale pour le développement : enjeux, acteurs, pratiques


Consultez toutes nos publications sur www.pressesdesciencespo.fr    

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin