Stratégies islamistes

Publié par

Ce numéro montre la complexité et les spécificités des stratégies islamistes qui ont évolué en fonction des configurations nationales dans lesquelles elles se trouvent. Pas plus que d'autres acteurs politiques, ces mouvements ne peuvent être réduits à des organisations qui seraient imperméables au temps qui passe et insensibles aux mutations à l'œuvre dans les tréfonds de leurs sociétés respectives.
Publié le : vendredi 1 avril 2011
Lecture(s) : 15
EAN13 : 9782296456112
Nombre de pages : 230
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Méditerranée
REVUE TRIMESTRIELLE
76 Hiver 2010-2011
Publiée avec le concours du Centre national du livre (CNL).
EDITIONSL’HARMATTAN
Méditerranéeest une revue trimestrielle dont l’ambition est d’aborder Méditerranée les grandes questions politiques et culturelles qui concernent les peuples et les sociétés du bassin méditerranéen. Sans aucun parti pris idéologique, elle privilégie avant tout le débat entre les acteurs, les témoins et les décideurs, aussi différents soient-ils. Les membres du comité de rédaction ont choisi cette orientation parce qu’ils sont convaincus que le dialogue est une philosophie de l’action politique. Ni l’ampleur des divergences, ni la gravité des oppositions ne doivent empêcher que soient patiemment recherchées les possibilités de confluences. Cet attachement au dialogue et à la confrontation des idées vient de la conviction que seul le dialogue peut permettre de construire durablement de nouvelles formes de configurations politiques, à la fois équilibrées et fécondes. La création de cette revue à vocation internationale apparaît comme une contribution à l’ouverture d’un indispensable espace de confrontations des analyses et des opinions sur les problèmes qui façonneront l’avenir de cette région.
www.confluences-mediterranee.com
Dans ce site, consultez tous les numéros de la revue depuis sa création en 1991.
Normes pour les envois de manuscrits
Les textes soumis à la rédaction doivent lui être adressés par mail à l’adresse suivante contact@confluences-mediterranee.com. Ils doivent comporter un titre, un chapeau de présentation de l’article et des sous-titres. Les notes doivent figurer en fin d’article et doivent Suivre une numérotation continue pour la totalité de l’article. Les références bibliographiques doivent respecter les conventions de la norme ISO 690-2 (février 1998). Les articles ne doivent pas dépasser 25 000 signes et ils doivent être fournis avec un résumé en français de10 lignes maximum, ainsi que 4-5 mots clés. Nous demandons que les nom et prénom des auteurs des articles proposés soient accompagnés de leur titre, de leur adresse institutionnelle et de leurs coordonnées (destinées à la seule rédaction). Les articles et toute correspondance éditoriale sont à adressés à la rédaction de la revue. Confluences Méditerranée - 50, rue Descartes - 75005 Paris
Méditerranée 50 rue Descartes - 75005 Paris Site internet : www.confluences-mediterranee.com
FondateurHamadi Essid (1939-1991)
Directeur de la revue Jean-Paul Chagnollaud
Rédacteur en chef Pierre Blanc
Comité de rédaction Sébastien AbisKarine Bennafla Robert BistolfiChristophe Chiclet Sepideh FarkhondehBurhan GhaliounNilüfer Göle Farouk Mardam-BeyIvan Martin Barah MikaïlBernard Ravenel Sylviane de Wangen Webmaster : Patrick Habis
Comité scientifique Lahouari AddiPaul Balta Elie BarnaviJean-Michel Belorgey Monique Chemillier-Gendreau Jean-François CoustillièreAlain Gresh Paul KesslerThéo KleinBassma Kodmani Abderrahim LamchichiOlfa Lamloum Gilbert MeynierJean-Christophe Ploquin Claudine Rulleau
Correspondants Jamal Al Shalabi (Amman)Anna Bozzo (Rome) Ghassan El Ezzi (Beyrouth)Kolë Gjeloshaj (Bruxelles) Roger Heacock (Jérusalem)Amaya Ubeda de Torres (Madrid) Rabeh Sebaa (Alger)Jamila Houfaidi Settar (Rabat)
© L’Harmattan ISSN : 1148-2664 / ISBN : 978-2-296-54239-6
76 Hiver 2010-2011
Stratégies islamistes
Sommaire
Dossier
Jean-Paul Chagnollaud Introduction
Entretien avecFrançois Burgat
Luz Gomez Garcia Vers un islamo-nationalisme
Didier Billion Laïcité, islam politique etdémocratie conservatrice en Turquie Roger Heacock Les relations inter-palestiniennes au temps mort Raed Eshnaiwer 23 ans après sa création… où va le Hamas ?
Valentina Napolitano La montée en puissance du Hamasdepuis la fin des années 1990
Bernard Hourcade Iran - Liban : une relation stratégique ?
Aurélie Daher Le Hezbollah libanais et la résistance islamique au Liban : des stratégies complémentaires
Entretien avecAbed Al-Halim Fadlallah
Jamal Al Shalabi The Muslim Brothers in Jordan:From Alliance to Divergence
p. 9
p. 13
p. 23
p. 37
p. 51
p. 63
p. 71
p. 89
p. 101
p. 113
p. 117
Dossier dirigé parJean-Paul Chagnollaud
Séverine Labat L’islamisme algérien, vingt ans après
Michel Masson Les groupes islamistes se réclamant d’Al-Qaïdaau Maghreb et au Nord de l’Afrique
Actuel
Hubert Colin de Verdière A propos du partenariat franco-algérien
A la mémoire d’André Prenant
Culture
Robert Serravalle Retour sur une relation identitaire : l’Italien vu de Nice Robert Bistolfi Langues régionales : il y a deux siècles,une mort programmée… Christophe Chiclet Les défenseurs des langues régionales
Notes de lecture
En couverture :
Détail d’une mosaïque de la coupole d’une mosquée
p. 137
p. 155
p. 171
p. 183
p. 189
p. 197
p. 203
p. 214
Stratégies islamistes
Dossier
Jean-Paul Chagnollaud
Dossier
Directeur deConfluences Méditerranée.
Introduction
Actuel
Culture
Notes de lecture
lors même que de Tunis au Caire, nous assistons, en ce début d’année 2011, à des révoltes sociales et politiques de grande A envergure, tout se passe comme si nos perceptions du monde arabe, de l’Iran et, dans une moindre mesure, de la Turquie étaient encore plus ou moins calées sur une grille de lecture remontant aux années 1970. L’islam politique s’appréhende encore largement comme un ensemble compact, dangereux, foncièrement antidémocratique et antioccidental. Nombre de médias et d’observateurs cherchent tou-jours à décrypter les bouleversements en cours dans cette région par des interrogations sur le « péril islamiste » alors même que les partis et les leaders de cette mouvance plurielle ont été absents de ces vastes manifestations aussi bien en Tunisie qu’en Egypte sans oublier le fait, capital, qu’en 2009 c’est tout une fraction du peuple iranien qui a manifesté contre le régime autoritaire des ayatollahs et la réélection truquée de Mahmoud Ahmadinejad. Ces perceptions sont elles-mêmes tributaires d’une histoire très ancienne qui nous renvoie à nos rapports tendus, conflictuels et parfois violents à l’Islam et à la colonisation. Combien de clichés, combien de préjugés et, disons-le, combien, de peurs nous viennent de cette longue, très longue confrontation historique entre le Nord et le Sud de la Méditerranée qui, à l’époque contemporaine, s’est structurée dans un rapport de domination décliné sous différentes formes allant de l’annexion au protectorat en passant par les man-dats hâtivement bricolés en 1919 par la SDN pour permettre à la France et à la Grande-Bretagne de régner sur le Proche-Orient. Il suffit d’être attentif à ce qui se dit et s’écrit pour constater à quel point les séquelles de ces affrontements sont encore présentes dans nos mémoires collectives. Un récent sondage (janvier 2011) effectué par l’Ifop pourLe Mondefait apparaître, par exemple,
Numéro 76 Hiver 2010-2011
Méditerranée
9
Stratégies islamistes
10
qu’environ 40 % des Français et des Allemands estiment que l’Is-lam représente une menace tandis que 42 % des personnes inter-rogées en France considèrent aussi les musulmans eux-mêmes« plutôt comme une menace »; 22 % les voient comme « un facteur d’enrichissement culturel » et pour 38 %, ils ne sont « ni l’un ni l’autre ». La Front national, par la voix de Marine Le Pen, n’hésite pas à se présenter comme un pôle de résistance contre « l’invasion » des musul-mans et de l’Islam. Et le problème n’est pas seulement qu’elle l’affirme mais surtout qu’une fraction significative des Français l’approuve... A ce terreau ancien, que la crise économique contribue évidemment à remuer, s’ajoutent les images de certains extrémistes islamistes qui scandent des anathèmes antioccidentaux et appellent à la guerre contres les Croisés, sans oublier bien sûr les terribles attentats du11 septembre 2001 aux Etats-Unis commis par Al Qaïda ! Dès lors tous les amalgames possibles envahissent le débat et la réflexion. Un musulman devient vite aux yeux de certains un islamiste et donc aussi, pourquoi pas, un terroriste en puissance. De ces approches schématiques et réductrices découlent des pos-tures « intellectuelles » qui, en définitive, « essentialisent » les sociétés arabo-musulmanes. Elles considèrent, en effet, que ces sociétés sont enfermées dans un rapport à l’islam qui ne peut se distancier du politique. Elles les jugent donc incapables de s’ouvrir à la démocratie dès lors que des partis islamistes pourraient vouloir participer à des élections pour prendre le pouvoir et ensuite ne jamais plus le rendre. Face à un tel danger, il faut donc interdire la démocratie à ceux que l’on considère comme des ennemis de la démocratie comme on l’a fait en Algérie entre les deux tours des élections législatives de 1991 et en Palestine en 2006 en récusant carrément les résultats d’une élec-tion transparente qui avait conduit à la victoire du Hamas ! Bref, au nom de la démocratie, les démocrates refusent aux islamistes le droit d’entrer dans le jeu démocratique et préfèrent soutenir les régimes autoritaires et leurs dictateurs; je ne reviendrai pas ici sur l’absolu fiasco de la diplomatie française face aux événements de Tunisie et d’Egypte puisque presque tout a été dit sur ce sujet sauf pour ajouter qu’elle n’a fait que cristalliser tout ce qu’on vient d’évoquer en restant sur des représentations bloquées sans doute renforcées encore par la raison d’Etat qui privilégie les apparences formelles du pouvoir et les intérêts économiques à courte vue. Il est probable, et en tout cas plus que souhaitable, que les mou-
Méditerranée
Numéro 76 Hiver 2010-2011
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.