Suicide de l'Occident, suicide de l'humanité ?

De
Publié par

Au cours d’une vie publique où il a toujours pris soin de conjuguer action et réflexion, engagement politique et travail idéologique, Michel Rocard a eu l’occasion d’analyser avec acuité les évolutions de la société occidentale. Et, au-delà, du mode de vivre et de penser de l’humanité.
Aujourd’hui, son constat est sans appel : notre société est en train de se suicider.
La spéculation et la cupidité ont asphyxié l’économie. La marchandisation étouffe l’humanité et le ravage de la niche écologique menace la vie. Le précipice a beau s’approcher dangereusement, nous continuons allègrement notre marche vers l’effondrement.
Pourtant, au milieu de ce marasme, des options permettent de corriger les erreurs commises. Ni le système économique ni les structures sociales ne sauraient être des facteurs d’inhibition : c’est donc à nous qu’il revient d’oeuvrer collectivement et intelligemment pour saisir les opportunités de changer de chemin, recréer les conditions d’une société apaisée, d’une nature respectée et d’une humanité retrouvée.
Publié le : mercredi 18 février 2015
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782081352391
Nombre de pages : 427
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité ?
DU MÊME AUTEUR
Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Seuil, 1969 Le Marché commun contre l’Europe, Seuil, 1973 L’Inflation au cur(avec Jacques Gallus), Gallimard, 1975 Parler vrai, textes politiques (19661979), SeuilPoints, 1979 À l’épreuve des faits, textes politiques (19791985), SeuilPoints, 1986 Un pays comme le nôtre, textes politiques (19861989), SeuilPoints, 1989 Le Cur à l’ouvrage, Odile Jacob/Seuil, Paris, 1987 Un contrat entre les générations, Gallimard, 1991 La Nation, l’Europe, le monde(avec Aline Archimbaud et Félix Damette), Éditions de l’atelier/Éditions ouvrières, 1995 Éthique et démocratie, Éditions Labor et Fides, 1996 L’Art de la paix/l’Édit de Nantes(avec Janine Garrison), Atlantica, 1997 Les Moyens d’en sortir, Seuil, 1998 Mutualité et droit communautaire, 1999, Documentation française Mes idées pour demain, Odile Jacob, 2000 Entretien avec Judith WaintraubMémoire vivante , coll. « », Flam marion, 2001 Pour une autre Afrique, Flammarion, 2001 Si la gauche savait, Entretiens avec GeorgesMarc Benamou, Robert Laffont, 2005 La Deuxième Gauche, une histoire inachevée, entretien avec Michel Rocard,Esprit, février 2006 Peuton réformer la France ?, entretiens avec Frits Bolkestein, Autre ment, 2006 République 2.0  Vers une société de la connaissance ouverte, 15 avril 2007, texte intégral en ligne sur desirsdavenir.org (site Internet de campagne présidentielle de Ségolène Royal) Oui à la Turquie(avec Ariane Bonzon), Hachette Littératures, 2008 Notre Europe(avec Nicole Gnesotto), Robert Laffont, septembre 2008 Si ça vous amuse, Flammarion, 2010 La politique, telle qu’elle meurt de ne pas être, avec Alain Juppé, un débat conduit par Bernard Guetta, JC Lattès, 2011 Mes points sur les i, Odile Jacob, 2012 La gauche n’a plus droit à l’erreur(avec Pierre Larrouturou), Flam marion, 2013 Comment la France se réconcilie avec l’excellence, Librio, 2014
Michel Rocard Avec la collaboration de Jules Fournier
Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité ?
Flammarion
© Flammarion, 2015. ISBN : 9782081332188
Je dédie ce livre à ceux qui m’ont aidé à devenir un vrai socialdémocrate. D’abord Jacques Boetsch Georges Brutelle Alain Savary Pierre Mendès France Ensuite Bruno Kreisky Giorgio Napolitano Puis Felipe Gonzalès Enfin Olof Palme Helmut Schmidt, Car il établit qu’en aucun cas les hommes, les femmes et les forces poli tiques qui tiennent le profit privé comme le meilleur régulateur possible des affaires du monde ne pourront dégager l’humanité des menaces qui l’assaillent, et qu’il y faudra une orientation, des solutions et des pratiques d’inspiration socialedémocrate.
PROLOGUE
L’idée de ce livre commençait à peine à s’ébaucher dans ma cervelle et dans quelques conversations, que je butais déjà sur un problème de titre. Fallaitil souligner la gravité profonde, trop souvent mésesti mée, des évolutions mortelles qui nous menacent à terme  nous l’humanité  ? C’était essentiel, et c’est un des propos majeurs du présent ouvrage. Le risque aurait été alors de pousser à la désespérance, de laisser croire que le déclin est amorcé sans aucune possibilité de l’empêcher, ce qui n’est sans doute pas vrai et que la deuxième partie de ce gros volume s’acharne à démentir. Alors, « halte au pessimisme » ou l’équivalent ? Le risque, là, était inverse. Une formulation de cet ordre, un peu trop floue sur l’importance des dangers qui s’amoncellent, risquait d’inciter à croire que les réponses sont connues et disponibles, et qu’il suffit de volonté et d’optimisme  un peu ou beaucoup  pour les mettre en uvre, ce qui est encore plus faux peutêtre. Il faut déjà une bonne dose tant d’optimisme que de volonté et surtout d’intelligence innovante pour esquisser et définir les issues possibles. Le point d’interrogation est alors apparu comme l’outil gram matical de la solution. Mais où le placer ?
9
Suicide de l’Occident, suicide de l’humanité ?
Le mettre à la fin du titre laissait fâcheusement supposer que le point restant ouvert était celui de savoir si c’est l’Occident seul ou l’humanité tout entière qui était en cours de suicide, la seule certitude implicite étant qu’un suicide est en train de se produire, ce qui n’est pas acquis non plus. Même si elle est difficile, et peu évidente, une sortie positive reste possible. C’est même l’autre message essentiel de ce volume. D’où la répétition valant deuxième point d’interrogation placée dans le titre. Ce livre n’est en aucun cas une uvre scientifique, sociolo gique, ni économique, ni financière, ni politique, dans l’hypo thèse où une telle science existerait. Aucun expert ou savant d’aucune de ces disciplines n’apprendra rien ici. Bien au contraire, beaucoup seront frustrés, voire irrités, de certains manques, de quelques approximations ou simplifications exces sives, et surtout de la fermeté avec laquelle je prends parti dans des controverses pas encore clairement conclues scientifique ment, et contre quelques tabous qui ont la nécessaire vertu de nous rappeler fortement des évidences trop oubliées, mais l’inconvénient de pousser, le legs du passé étant ce qu’il est, à des solutions trop exigeantes et déséquilibrées, voire socialement et politiquement inacceptables, le respect strict de la niche écolo gique, les dangers de la croissance, l’efficacité du marché, les vertus propres de la sphère financière audelà des services qu’elle rend à l’économie, notamment. L’originalité du propos, voire son éventuelle utilité, tient à la juxtaposition et à la confrontation de tous ces dangers, et à l’essai de recherche de solutions les traitant sinon tous en même temps, du moins en fonction les uns des autres.
Bien loin en effet d’être une uvre absolument rigoureuse, ce livre voudrait être un instrument de combat, une arme. Car le premier résultat et le plus évident de cette convergence de tendances dangereuses est de laisser désarçonnés l’humanité, ses élites et ses responsables devant la simultanéité et surtout l’ampleur de difficultés qui dépassent largement la dimension
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Mystères de la Gauche

de editions-flammarion

Un amour impossible

de editions-flammarion

La renverse

de editions-flammarion

suivant