//img.uscri.be/pth/30bebf464824545bc3ff7488207d96fdeb990405
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Violences et conflits en Afrique des Grands Lacs

De
200 pages
Ce livre esquisse les diverses recompositions géopolitiques et stratégiques de la région des Grands Lacs et appréhende la problématique de la conflictualité sous l'angle de la polémologie. Il propose une réflexion transversale sur la bellicité en Afrique des Grands Lacs et analyse les facteurs qui se rapportent au "phénomène de guerre", à savoir les "complexes belligènes" et les causes du déclenchement des hostilités, de l'éclatement de la guerre, principalement en RDC et au Rwanda.
Voir plus Voir moins

EtudesVIOLENCES ET CONFLITS
EN AFRIQUE DES GRANDS LACS africaines
Série Politique
Polémologie et géo-systémisme
Guerres d’invasion, guerre de sécession, guerres de libération,
guerres civiles, guerres de prédation ou de jacquerie, guerres
ethniques… les guerres qui sévissent en Afrique des Grands
Lacs articulent l’infra, l’inter et le transnational.
Ce livre esquisse les diverses recompositions géopolitiques
et stratégiques de la région des Grands Lacs et appréhende la
Abou-Bakr Abélard Mproblématique de la confl ictualité sous l’angle de la polémologie,
tant au niveau micro des acteurs qu’au niveau macro des
systèmes et des structures.
C’est donc une réfl exion transversale approfondie sur la VIOLENCES ET CONFLITS bellicité en Afrique des Grands Lacs dans toutes ses variabilités,
ses fl uctuations, ses oscillations, ses formes et ses changements ; EN AFRIQUE DES GRANDS LACSune analyse d’éléments constitutifs et des facteurs qui se
rapportent au « phénomène guerre », c’est-à-dire « les
complexes belligènes » et les causes du déclenchement des
Polémologie et géo-systémismehostilités, de l’éclatement de la guerre en Afrique des Grands
Lacs, principalement en République Démocratique du Congo et
au Rwanda.
Abou-Bakr Abélard MASHIMANGO est docteur
en Sécurité internationale et Défense. Il est
également diplômé en Droit, Sciences politiques
et Relations internationales. Il est Président du
Centre International d’Études et de Recherches
sur les Confl its Armés (CIERCA) dont le siège est à Lyon.
Ses axes de recherche portent sur : la polémologie et
l’irénologie : « confl ict studies » et « peace research » ;
le transnationalisme, l’ethnicité et les théories de l’État postcolonial ;
la géopolitique ; la sociologie des relations internationales
africaines : intervention internationale et maintien de la paix ;
le droit international : protection des droits humains, droit des
confl its armés, le droit des minorités et des peuples autochtones.
Préface de Daniel Derivois
Illustration de couverture : Bangui (RCA) lors de la
manifestation contre Michel Djotodia en novembre/
décembre 2013 Abou-Bakr Abélard Mashimango©
ISBN : 978-2-343-03586-4
20 €
Abou-Bakr Abélard
VIOLENCES ET CONFLITS EN AFRIQUE DES GRANDS LACS M












Violences et conflits
en Afrique des Grands Lacs
Polémologie et géo-systémisme

Écrire l’Afrique
Collection dirigée par Denis Pryen

Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette
collection reflète les multiples aspects du quotidien des
Africains.


Dernières parutions

Françoise UGOCHUKWU, Bribes d’une vie nigériane.
Mémoires d’une transformation identitaire, 2015.
Athanase RWAMO, La rue, refuge et calvaire, 2015.
Judicaël-Ulrich BOUKANGA SERPENDE, Et si brillait le
soleil…, 2015.
Abdoulaye MAMANI, À l’ombre du manguier en pleurs, suivi
de Une faim sans fin, 2014.
Baba HAMA, Les amants de Lerbou, 2014.
Parfait DE THOM ILBOUDO, L’Amante religieuse, 2014.
Mamady KOULIBALY, Le miraculé des bords du fleuve Mano :
Souga, 2014.
Jean-Célestin EDJANGUÉ, La République des sans-souci, 2014.
Casimir Alain NDHONG MBA, Au dire de mes aïeux. Une
facette du passé des Fang du Gabon, 2014.
Darouiche CHAM et Jean EYOUM, Mon continent À Fric, Un
essai à deux voix sur l'attractivité du continent Africain et de sa
jeunesse, 2014.
Marie-Françoise MOULADY-IBOVI, Étonnant ! Kokamwa !, 2014.
Réjean CÔTÉ, Un sorcier africain à Saint-Pie-de-Guire, 2014.
Mamadou DIOP, Rahma, l’école d’une vie, 2014.
Simon DIASOLUA, Entre ciel et terre, Les confidences d’un
pilote de ligne congolais, 2014.
Kasoum HAMANI, Niamey cour commune, 2014.
Roger KAFFO FOKOU, Les cendres du temps, 2014.
Pierre FREHA, Chez les Sénégaulois, 2014.
Patrick BRETON, Cotonou, chien et loup, 2014.
Cikuru BATUMIKE, L’homme qui courait devant sa culpabilité,
et autres nouvelles, 2014.
Abou-Bakr Abélard Mashimango












VIOLENCES ET CONFLITS
EN AFRIQUE DES GRANDS LACS



Polémologie et géo-systémisme

























Préface de Daniel Derivois


















































*













DU MÊME AUTEUR



Ouvrages
Conflits armés africains dans le système international.
Transnationalisme ethnique et Etats dans la Corne de
l’Afrique : 1961 – 2006, Préface du Pr. Julian Fernandez,
Paris, L’Harmattan, 2013.
La dimension sacrificielle de la guerre. Essai sur la
martyrologie politique, Préface du Pr. Pascal
Hintermeyer, Paris, L’Harmattan, 2012.

Articles avec comité de lecture
« Ethnicité du conflit frontalier Ethiopie-Erythrée : 1998 –
2000 », pp. 40-47, Revue de Sciences sociales,
Strasbourg, n° 48, novembre 2012, 216 p.
« Du pansomalisme au séparatisme. Extrémisme et
violence en Somalie », pp.136-147, Revue de Sciences
sociales, Strasbourg, n° 46, janvier 2012, 216 p.










© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-03586-4
EAN : 9782343035864
Dédicace
A mes enfants Thierry Abou-Bakr, Elvis-Yann et
AfiaDaisy.
« Moussa (AS) disait: Ô Mon Seigneur ! Quelle est la
meilleure action auprès de Toi ? Le Seigneur lui répondit:
L'amour envers les enfants, car Je leur ai mis une
disposition naturelle à mon Unicité, et aussi leur
communauté rentrera dans mon Paradis avec Ma
Miséricorde. »
A ma mère.
De ta longue et pénible maladie, j’ai appris qu’« une mère
nourrit plus facilement sept enfants que sept enfants une
mère. »
A mon père.
Comme l’a bien dit Bernard Weber : « j’aimerais te
reprendre comme père dans une prochaine vie. »
A toi Elodie
Tu as su ôter une épine où tu pouvais et planter une fleur
où tu croyais qu’elle pousserait.
A mes frères, sœurs et demi-sœurs, cousins et cousines,
neveux et nièces.
Et à mes Ami(e)s,
Je dédie ce livre. Remerciements
Mes remerciements s’adressent particulièrement à
Monsieur Daniel Derivois, Psychologue clinicien, Maître
de conférences, Habilité à Diriger des Recherches, et
Président du Conseil Scientifique du Centre International
d’Etudes et de Recherches sur les Conflits Armés
(CIERCA), qui, malgré son emploi du temps très chargé, a
accepté de lire mon manuscrit et de préfacer ce présent
ouvrage.
Pour l’amitié, le soutien et l’encouragement témoignés,
je tiens également à remercier :
• Pr. Monsieur Marc Lavergne, Directeur de recherche
au CNRS, Groupe de Recherches et d’Etudes sur la
Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO),
Université Lumière Lyon 2.
• Dr. Jim House, Senior Lecturer, University of Leeds,
United Kingdom.
• Monsieur Lohic Alain d’Alméida, Chief Les Cayes
Regional Headquarters – South Region, Mission des
Nations unies pour la Stabilisation en Haïti
(MINUSTAH).Préface
Voici un ouvrage qui s’inscrit pleinement dans la
mondialisation de la conflictualité dans ses aspects
externes et internes. En effet, le monde entier est traversé
par des violences et des conflits de toutes sortes, à la fois
sources et conséquences de traumatismes collectifs et
individuels. Ces problématiques nécessitent de croiser et
d’articuler diverses approches disciplinaires pour en
éclairer certains enjeux, affronter leur complexité et
intervenir aux niveaux international, national et local.
Dans cet ouvrage qui constitue le troisième volet d’une
1réflexion sur la « longue durée » (Braudel, 1993) de la
conflictualité dans l’esprit et les comportements des
hommes, des femmes et des enfants, Abou-Bakr
Mashimango se risque à un défi épistémologique qui
interpelle politiques, professionnels et chercheurs en
sciences humaines et sociales : éclairer les zones d’ombre
de la dialectique bourreaux/victimes entre les peuples,
entre les Etats mais aussi au sein d’un même individu, tel
qu’on peut l’observer chez les adolescents
2victimes/délinquants (Derivois, 2010) . Cet ouvrage
engage une discussion sur les positions « victime » et
« bourreau » : la victime serait-elle innocente? Et si le
bourreau était, lui aussi, victime? A lire Abou-Bakr
Mashimango, on pense à l’épisode « cruauté sans limite »
de la série Esprits criminels, qui, à la fin, cite Carl Jung :
1 Fernand Braudel, Ecrits sur l’histoire. Paris, Flammarion, 1993.
2 Daniel Derivois, Les adolescents victimes/délinquants. Observer,
écouter, comprendre, accompagner. De Boeck Supérieur, 2010.
11« L'homme sain ne torture pas ses semblables. En général
3ce sont les victimes qui se changent en tortionnaires. »

Tout en restant dans son champ de compétences – « la
géopolitique de l’Afrique médiane » – et sa posture de
chercheur transdisciplinaire, Abou-Bakr Mashimango
interroge les dimensions polémologiques,
psychosociologiques, voire psychoaffectives, cachées des
conflits qui, non identifiés et traités en amont, amènent au
fil du temps aux terreurs sans nom au niveau collectif.
C’est ainsi à une clinique de l’extrême - dans le sens de la
capacité des événements traumatiques à provoquer de la
sidération – que l’auteur nous invite.

De la sidération à la pensée, le chemin est long qui
exige de la patience et une hauteur de vue de la part des
Etats et des citoyens pour anticiper l’idéologie d’un
bellicisme généralisé.

La porte d’entrée choisie, l’Afrique des Grands Lacs,
n’est pas la plus simple : ces aires à la fois géographiques,
démographiques, historiques, politiques et philosophiques
condensent des identités en conflit dans un paysage
géopolitique en résonance avec le reste du monde.

Ainsi, cet ouvrage apporte des éclairages pertinents sur
l’origine et la nature des conflits en Afrique des Grands
Lacs mais aussi sur le continent africain en général et
ailleurs. Les violences et conflits en Afrique des Grands
Lacs tels que décrits par Abou-Bakr Mashimango sous
l'angle de la polémologie d'un géo-système conflictuel
complexe et interactif attestent, une fois de plus, que les
hommes sont à eux seuls capables des pires atrocités.

3 Jeff Davis, Esprits Criminels, série télévisée américaine, saison 1,
épisode 8 : « cruauté sans limite », TF1, France, 2006.
12 Comme le souligne Ernest Hemingway, toujours cité dans
Esprits criminels, cet ouvrage est la confirmation que :
« aucune chasse ne vaut la chasse à l’homme, et ceux qui
ont longtemps chassé des hommes armés, qui ont aimé ça,
4ne trouvent plus jamais saveur à autre chose. »
Un ouvrage pensé et écrit par un homme de terrain avec
autant de rigueur scientifique que de sensibilité humaine.
Il n’en fallait pas moins pour un sujet aussi brûlant qui
requiert l’humilité devant l’inhumanité de l’homme.
Dr. Daniel DERIVOIS
Psychologue clinicien
Maître de conférences, Habilité à diriger des recherches
(HDR) en psychologie, Centre de Recherches en
Psychologie et Psychopathologie Clinique (CRPPC),
Université Lyon 2.
Président du Conseil Scientifique du Centre International
d’Etudes et de Recherches sur les Conflits Armés
(CIERCA).
4 Id.
13Introduction
OBJECTIFS, MÉTHODOLOGIE
ET DÉLIMITATION DU SUJET
« Les pertes en vies humaines obéissaient à une distinction
fondamentale : pour le vainqueur, la guerre équivalait à une
migration armée d’hommes jeunes dont un certain nombre ne
revenait pas. Les uns parce qu’ils avaient été tués dans les
combats, les autres parce qu’ils se fixaient en tant que classe
dirigeante ou garnisons dans les pays conquis.
Au contraire, les pertes du vaincu étaient beaucoup plus
variées. L’invasion, le massacre, les privations, les famines,
les épidémies, l’exode ou le refoulement des populations hors
de leur habitat provoquaient une mortalité considérable de
non-combattants. Cette mortalité allant parfois jusqu’au
génocide ou au dépeuplement total de certaines régions. »
Gaston Bouthoul
Considérer l’Afrique des Grands Lacs comme un
géosystème conflictuel complexe et interactif renvoie à une
réflexion transversale approfondie sur la bellicité dans
toutes ses variabilités, fluctuations, oscillations et
changements, qui insiste sur plusieurs unités d’analyses et
combine plusieurs disciplines, à savoir : la sociologie,
l’histoire, la géographie, la politique comparée, la
polémologie, les statistiques, la géopolitique, les relations
internationales, etc. Cet essai n’est ni une étude historique
15ni une description géographique ni une interprétation
détachée des faits sociopolitiques. C’est plutôt un
questionnement sur les modèles classiquement adoptés
dans l’analyse des conflits armés, de tous les attracteurs
qui attirent vers toutes les trajectoires conflictuelles et de
toutes les potentialités qui ont conduit au « chaos
géométrique » en Afrique des Grands Lacs. Il s’agit d’une
dynamique d’analyse de la chaîne causale de la
conflictualité, avec un double objectif :
 comprendre les diverses recompositions géopolitiques
et stratégiques de l’Afrique inter-lacustre et
appréhender la problématique de la conflictualité sous
l’angle de la polémologie, tant au niveau micro des
acteurs qu’au niveau macro des ensembles – structures
et systèmes – pour comprendre les « interdépendances
5complexes » , les aléas, les contours et les détours de la
conflictualité dans cette portion de la planète.
 Analyser les éléments constitutifs et les facteurs
déterminants de la conflictualité dans la région des
Grands Lacs, qui se rapportent au « phénomène
guerre » (Gaston Bouthoul, 1962) dans une société
étatique. Il s’agit de décrire, expliquer et penser la
crise dans la multiplicité de ses manifestations
singulières au Burundi, au Kenya, en Ouganda, en
République Démocratique du Congo (RDC) et au
Rwanda, à partir des mécanismes qui en conditionnent
l’existence, c’est-à-dire les causes du déclenchement
des hostilités, de l’éclatement de la guerre. Et ce,
d’autant plus que les conflits contemporains ne
sauraient être analysés selon une perspective uniforme
et homologue, tant les mobiles demeurent divers et
inhérents à un contexte sociopolitique et géopolitique
particulier.

5 Joseph Nye & Robert Keohane, Power and Interdependence. World
Politics in Transition, Boston, Little Brown, 1997.
16 La question est de savoir comment « penser Sécurité et
Paix » dans la région des Grands Lacs. Quelle serait
l’influence des facteurs stratégiques, géopolitiques et
psychosociologiques dans la détermination de la menace
et des réponses appropriées en matière de sécurité et de
paix ? Géopolitiquement, quel serait le rôle du Rwanda et
de la communauté internationale (y compris les
multinationales) ? L’interdépendance de ces questions
nous amène à la problématique suivante : l’Afrique des
Grands Lacs serait-elle une zone de crise particulière
qu’elle nécessite une analyse paradigmatique distincte de
celles habituellement utilisées dans les théories des
relations internationales ou dans l’action internationale de
rétablissement et de maintien de la paix ?

Ma réflexion consiste donc à examiner dans quelle
mesure les idées, les croyances, les identités ethniques et
les enjeux politico-économiques influent sur la sécurité
intérieure des Etats. Nous faisons l’hypothèse que les
acteurs représenteraient des constructions sociopolitiques,
issues d’un processus historique complexe. Ces acteurs
sont modelés et remodelés par des pratiques
politicoidéologiques qui génèrent une compréhension partagée,
dotant chaque acteur d’une identité et d’intérêts divers et
variables. Ceci dit, la conflictualité en Afrique des Grands
Lacs ne peut pas être réduite uniquement à des
significations identitaires en termes de conflit Hutu-Tutsi
ou Bantous-Nilotiques ou Rwandais-Congolais. Il faut
étudier les rapports de force afférents à la crise dans la
région, lesquels rapports nous ont renvoyé des signaux à la
fois concordants et contradictoires de la géopolitique
mondiale actuelle.


17 A partir du moment où l’on considère que la
conflictualité fait partie du champ de recherche
scientifique, on ne peut pas éviter la question de méthode.
Sur le plan descriptif, de nouveaux modèles sont requis
parce que, comme l’affirme Arthur Schopenhauer :
« La tâche n’est point de contempler ce que nul n’a jamais
contemplé, mais de méditer comme personne n’a encore
6médité sur ce que tout le monde a devant les yeux. »
Bien évidemment, dans le respect de la prépondérance de
la dimension épistémologique.
De l’analyse historique et géopolitique à l’approche
descriptive, relationnelle et causale, ce livre est donc à
inscrire dans une démarche d’identification et de
caractérisation des conflits en Afrique des Grands Lacs
selon une démarche phénoménologique, typologique et
étiologique.
Du point de vue méthodologique, nous utiliserons la
méthode déductive, inductive et explicative de la
polémologie, puisée dans les matériaux historiques et
géographiques et dans l’analyse sociopolitique de la
variabilité et de la complexité de la conflictualité. Pour
comprendre et expliquer les mécanismes du phénomène
guerre et en dégager les interactions entre les causes et les
conséquences, nous rattachons notre schéma d’explication
géopolitique et polémologique en considérant les Etats
nationaux comme des individus dont on doit étudier le
comportement. De ce fait, il faut définir les forces
psychosociologiques de la pulsion belliqueuse, c’est-à-dire
les croyances et les volontés collectives.
6 Cité par Madeleine Grawitz, Méthodes des sciences sociales, Paris,
èmeDalloz, 2 éd., 2001, p. 317.
18Cet ouvrage s’appuiera sur une méthode documentaire.
Elle nous permettra d'appréhender le sujet dans toute son
ampleur. Les publications sur l’Afrique des Grands Lacs
sont certes abondantes. Mais le besoin est loin d’être
comblé, notamment en ce qui concerne l’étude et la
recherche sur le phénomène guerre dans une perspective
polémologique.
Notre tentative consiste donc à valider les hypothèses
préalables sur la démarche adoptée dans l’étude et la
recherche de la conflictualité en analysant les éléments
constitutifs qui se rapportent à l’ensemble du phénomène
guerre, selon une perspective tracée par Gabriel Tarde sur
les causes générales ou structurelles et conjoncturelles de
la guerre, et Thucydide et Gaston Bouthoul en ce qui
concerne l’origine profonde et origine immédiate – Casus
belli – de la conflictualité.
Compte tenu de l’articulation entre l’infranational, le
national, l’international et le transnational, ainsi que du
lien entre les différents niveaux d’analyse, nous nous
proposons, de prime à bord, de disséquer les
configurations géopolitiques de la bellicité en Afrique des
Grands Lacs (chapitre 1). Il s’agit d’une simple réflexion
sur les origines et les prémices géo-historiques de la
conflictualité afin de détecter les différents facteurs
antagonistes : une sorte de la morphogénèse de la
conflictualité. Dans cette optique, en vue de déterminer la
complexité et l’interactivité géo-systémique du
phénomène guerre en Afrique des Grands Lacs, il convient
d’établir le rapport entre les sociétés (communautés), la
démo-économie et les conflits armés dans une optique
phénoménologique et polémologique (chapitre 2). Ce qui
renvoie à l’étude typologique, autrement dit à la
classification, aux formes et aux métamorphoses du
phénomène guerre dans la région des Grands Lacs
d’Afrique (chapitre 3).
19