Alcide de Corbeil

De
Publié par

VERMINE Malgré son air bourru, je parierais quand même/Qu’il apprécie Alcide presque autant que tu l’aimes ,/Et pour mieux préciser le fond de ses pensées,/Il se demande pourquoi vous êtes si peu pressés.MILENENe t’arrête pas là, et comprends mon désir /D’en savoir un peu plus. Allez fais-moi plaisir,/Pardonne mon impatience continue je t’en prie./Je voudrais être sûre que tu l’aies bien compris./Il n’est pourtant pas vieux mais parfois il oublie,/Surtout quand il a bu, ce qu’il croit accompli./Tu me diras aussi ce qu’il pense de La Tanche./Avant qu’il ne découvre de quel côté je penche./Le manège de ce nigaud pour connaître sa cote,/L’oblige à me faire croire qu’avec toi il fricote…/Surtout reste discrète, ne montre pas trop tôt,/Qu’entre Alcide et lui il n’y a pas photo.
Publié le : mercredi 1 octobre 2003
Lecture(s) : 130
Tags :
EAN13 : 9782748124286
Nombre de pages : 123
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

AlcidedeCorbeilGille Brimecht
AlcidedeCorbeil
THÉÂTRE© manuscrit. com, 2002
ISBN: 2-7481-2429-4 (pourlefichiernumérique)
ISBN: 2-2428-6 (pour le livreimprimé)Avertissementdel’éditeur
DécouvertparnotreréseaudeGrands Lecteurs(libraires,revues,critiques
littéraires etde chercheurs),ce manuscritestimprimé telunlivre.
D’éventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit. com, respectueuse
delamiseenformeadoptéeparchacundesesauteurs,conserve,àcestade
du traitement de l’ouvrage, le texte en l’état.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit. com
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone:0148075000
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comPERSONNAGES:
• Alcide: Fils deLebègue (petit ami deMilène)
• Milène: FilledeGomez(petiteamie d’Alcide)
• Vermine : Copine de Milène
• Fany: FilledeFernand(amoureused’Alcide…)
• Léonide : Employée et confidente de Fany
• Fernand: pèrede Fany (« Caïd »deCorbeil)
• Gomez:pèredeMilène,(hommeàtoutfairede
Fernand)
• Lebègue : père d’Alcide, (vieux fidèle de Fer-
nand)
• Latanche : Petite frappe de Fernand (amoureux
de Milène)
• Mathias : homme de main de Fernand
• Alphonse : homme de main de Fe
• Lefreluquet : gamin disponible
La pièce se déroule dans une cité au sein d’une pe-
tite « mafia » locale solidement implantée et vivant
depuisplusieursannéessousl’autoritéd’unchefin-
contesté : Fernand.
7ACTE PREMIERSC ÈNE I — MILENE − VE RMINE
MILENE
Vermine s’il te plaît, évite les commentaires
Et va à l’essentiel : que t’a confié mon père ?
VERMINE
Malgré son air bourru je parierai quand même
Qu’ilapprécieAlcidepresqueautantquetul’aimes;
Et pour mieux préciser le fond de ses pensées,
Ilse demande pourquoivous êtes sipeupressés.
MILENE
Ne t’arrête pas là, et comprends mon désir
D’en savoir un peuplus. Allezfais-moi plaisir,
Pardonnemon impatience continuejet’enprie.
Jevoudrais être sûrequetu l’aies bien compris.
Iln’estpourtant pas vieux maisparfois iloublie,
Surtout quand il a bu, ce qu’il croit accompli.
Tu me dirasaussi ce qu’il pense de La Tanche.
Avant qu’on lui explique de quel côté jepenche.
Lemanège de ce nigaud pour connaîtresa cote,
L’obligeà mefaire croire qu’avectoi il fricote.
Surtout reste discrète, ne montre pas trop tôt,
Qu’entre Alcide et lui il n’y a pas photo.
VERMINE
Pas plus tard qu’avanthier,en prenant mon vélo
Et descendant la rue pour me rendre au boulot,
11Alcide de Corbeil
Devant l’arrêt du bus, je tombais sur ton père.
En ymettantdesgants,commeunrien l’exaspère,
J’allais lui demander lequel de ces vauriens
Pourrait à son avis, mériter son soutien.
Je suis restée prudente ; j’ai fait très attention
Qu’il ne voit pas sa fille derrière toutes ces ques-
tions…
(Milène trépigne)
Je te sens impatiente. si tu veux mon avis,
Écoute ses paroles, tu seras mieux servie...
«Pourmoi,vucommecela,lestourtereauxsevalent,
Et j’apprécie Latanche autant que son rival.
Il faudrait cependant que Milène se décide !
C’estvraiquepour mapart, j’aivu lepèred’Alcide
Un jour que je traînais dans un sinistre bar,
Enfiler sans ciller deux litres de pinard
Avant dedéfoncer de quelques coups de poings
Troisjeunesculs—terreuxquiriaientdansleurcoin.
Si cette démonstration mérite le respect,
Les débutsde son fils n’ont pas le même aspect ;
Commelesfilsdebourgeoisquifréquententl’école,
Le plus ils étudient et le moins ils picolent…
Pourtant je serais fier que ma fille réussisse,
A défaut de son père, à épouser le fils.
Surtoutqu’ilcourtunbruit,quel’autrevieuxdébris,
Le patron du quartier dont nul n’est à l’abri,
Le Fernand, le caïd, va prendre sa retraite.
Il pourrait lui confier, avant qu’il ne s’arrête,
Le volant de sa caisse ou la garde du bordel
Confiéjusqu’à présentà de vieilles maquerelles
Alcide est un beau mec, il a du caractère ;
Il devrait réussir encore mieux que son père
Qui consacrait son temps à jouer les costaux
Quand il ne vidait pas la plupart des bistrots.
C’estlui qu’à faitpression, le motmefait sourire,
Pourque l’autre Fernand, une soiréededélire ;
Accepte cette idée d’en faire son chauffeur
0u de l’utiliser dansson claque comme videur.
12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.