A propos de la culture

Publié par

Dans un contexte de globalisation, l'histoire culturelle contemporaine est nécessairement plurielle. Nous sommes entrés de plain-pied dans la société du spectacle. Cet ouvrage, édité en deux tomes, interroge quelques aspects déterminants à propos de la culture. Le premier tome aborde La construction européenne au risque de ses cultures, l'universalité et la particularité, la culture et la barbarie.
Publié le : samedi 1 mars 2008
Lecture(s) : 219
Tags :
EAN13 : 9782336270722
Nombre de pages : 205
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

,

A propos de la culture
Tome1

Les Rendez- V ODSd'Archimède
Collection dirigée par Nabil EI-Haggar Université des Sciences et Technologies de Lille

" A propos de la culture

Tome1
Sous la direction de Nabil EI-Haggar
Martine Aubry Pier Ugo Calzolari Alain Cambier Françoise Collin Alain David Michael Daxner Pierre Macherey Ivan Renar Jean-François Rey Monique Sicard Enzo Traversa Jacques Verger

L'HARMATTAN

@ L'HARMATTAN, 2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05218-5 EAN : 9782296052185

Remerciements à : - la Direction de l'Enseignement Supérieur, le Ministère de l'Éducation Nationale, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche - la Direction Régionale des Mfaires Culturelles du Nord-Pas de Calais (DRAC), Ministère de la Culture et de la Communication - le Conseil Régional Nord-Pas de Calais - la Ville de Villeneuve d'Ascq qui subventionnent les activités organisées par l'Espace Culture. - L'agent comptable de l'Université des Sciences et Technologies de Lille -l'équipe de l'Espace Culture de l'USTL : Nabil EI-Haggar, vice-président de l'USTL, chargé de la Culture, de la Communication et du Patrimoine Scientifique Françoise Pointard, directrice Communication/Éditions: Delphine Poirette, chargée de communication Edith Delbarge, chargée des éditions Julien Lapasset, infographiste Audrey Bosquette, assistante aux éditions Administration: Dominique Hache, responsable administratif Angebi Aluwanga, assistant administratif Johanne Waquet, secrétaire de direction Dominique Wartelle, accueil-secrétariat Relations jeunesse/étudiants: Mourad Sebbat, chargé des relations jeunesse/étudiants Martine Delattre, assistante projets étudiants Patrimoine scientifique: Antoine Matrion, chargé de mission Patrimoine Scientifique Régie technique: Jacques Signabou, régisseur Café culturel: Joëlle Mavet L'ensemble des textes a été rassemblé par Edith Delbarge, chargée des éditions et Audrey Bosquette, son assistante.

Collection «Les Rendez-Vous d'Archimède»
«

Questions de développement:

nouvelles approches et enjeux» sous la direction d'André Guichaoua - 1996
«

Le Géographe et les Frontières»

sous la direction de Jean-Pierre Renard - 1997 « Environnement: représentations et concepts de la nature» sous la direction de Jean-Marc Besse et Isabelle Roussel - 1998

« La Méditerranée des femmes» sous la direction de Nabil EI-Haggar - 1998
« Altérités: entre visible et invisible»

sous la direction de Jean-François Rey - 1998
«

Spiritualités du temps présent: fragments d'une analyse,
jalons pour une recherche» sous la direction de Jean-François Rey - 1999
«

Emploi et travail: regards croisés»
«

sous la direction de Jean Gadrey - 2000

L'École entre utopie et réalité»

sous la direction de Rudolf Bkouche et Jacques Dufresnes - 2000

« Le Temps et ses représentations» sous la direction de Bernard Piettre - 2001
«

Politique et responsabilité:

enjeux partagés» sous la direction de Nabil EI-Haggar et Jean-François Rey - 2003

«

Les Dons de l'image»

sous la direction d'Alain Cambier - 2003

« L'Infini dans les sciences, l'art et la philosophie» sous la direction de Mohamed Bouazaoui, lean-Paul Delahaye et Georges Wlodarczark - 2003 « La Ville en débat» sous la direction de Nabil EI-Haggar, Didier Paris et Isam Shahrour - 2003
« Art et savoir,

de la connaissance à la connivence» sous la direction d'Isabelle Kustosz - 2004
« Le Vivant enjeux: éthique et développement» Sous la direction de Nabil EI-Haggar et Maurice Porchet - 2005
«

Le Hasard:

une idée, un concept, un outil»
Delahaye - 2005

Sous la direction de lean-Paul
«

Que cachent nos émotions? »
Breuvart - 2007

Sous la direction de lean-Marie

À paraître prochainement:
« La Laïcité» « L'Enfant»

SOMMAIRE

SOMMAIRE

Avant-propos
Par Nabil EI-Haggar

p.15

Introduction
Par Nabil EI-Haggar

p.17

Chapitre I La construction de ses cultures?

européenne

au risque

Le commun et le divers des cultures en Europe Par Jacques Verger La construction européenne au risque de ses cultures Par Ivan Renar Quelle culture pour l'Europe de demain? Par Pier Ugo Calzolari Europe et culture Par Michael Daxner

p.33

p.45

p.57

p.73

Chapitre II Universalité et particularité
Libération et exclusion: Par Pierre Macherey les deux pôles de la culture
p.89

13

Universelle image Par Monique Sicard

p. 103

Chapitre III Culture et barbarie
La culture, une exigence Par Martine Aubry collective p.119

Violence et modernité. Sur les apories du processus de civilisation Par Enzo Traverso La culture et son double: épreuve de la barbarie Par Jean-François Rey
Culture et civilisation Par Alain Cambier

p. 125

p.139

p. 149

Culture et/ou barbarie: un rapport ambigu Par Françoise Collin Culture et barbarie Par Alain David

p.175

p. 189

Bibliographie

des auteurs

p.20!

14

Avaut-propos

Par Nabil EI-Haggar
Vice-président de l'Université des Sciences et Technologies de Lille, chargé de la Culture, de la Communication et du Patrimoine Scientifique

Ce livre est le dix-huitième titre de la collection Les Rendez-vous d'Archimède. Il occupe sans nul doute une place particulière dans cette collection car il questionne un postulat fondateur de notre projet: la culture en tant que figure symbolique de l'ambition démocratique. Étant donné le très vaste champ de réflexion autour de la culture, nous avons retenu quelques thèmes qui nous semblent centraux pour poser un regard critique sur la problématique culture et démocratie. Au fil de la lecture des textes proposés, réunis en deux tomes, cet ouvrage met en évidence la complexité de l'accès à la culture et la place qu'elle occupe dans une société de consommation, d'image et de médiatisation à outrance. C'est certainement une illusion que de prétendre, à travers un colloque et des conférences, cerner cette question si complexe, qui passionne depuis toujours, et continue à susciter un intense débat. Néanmoins, la multiplicité des intervenants et des champs disciplinaires donne une grande richesse à cet ouvrage. Grand merci aux auteurs qui ont bien voulu s'associer à cette démarche dans son intégralité et tout particulièrement aux membres du comité scientifique grâce auxquels ce travail a été rendu possible. Je profite de cet avant-propos pour signaler aux lecteurs qui découvrent cette collection que nous travaillons depuis 15

quinze ans pour que Les Rendez-vous d'Archimède restent un espace de réflexion, de pensée, de rigueur et de liberté. La pensée a besoin d'espaces de liberté où échanges et rencontres trouvent vie en dehors de toute logique utilitaire. Les savoirs et les connaissances, fruits d'une construction lente et complexe des rapports que l'on peut avoir au monde, fondent l'ensemble des rencontres proposées lors de ces rendez-vous. Cet espace multiforme se veut un lien indissociable entre la culture et l'éducation. Je rappelle également aux lecteurs qu'ils peuvent découvrir sur notre site la revue culturelle Les Nouvelles d'Archimède, trimestriel gratuit qui traite de questions diverses à travers des approches multidisciplinaires. Vous pourrez y lire des articles relatifs aux thèmes de l'année et y retrouver régulièrement les rubriques Paradoxes, Mémoires de science, Humeurs, Repenser la politique, Jeux littéraires, Vivre les sciences, vivre le droit, À lire, L'art et la manière... Alors, si notre démarche et nos publications vous intéressent, n'hésitez pas à nous contacter et à en parler autour de vous. Le public est notre meilleur média !

16

INTRODUCTION
Par Nabil EI-Haggar

Introduction

Par N abil EI- Haggar Vice-président de l'Université des Sciences et Technologies de Lille, chargé de la Culture, de la Communication et du Patrimoine Scientifique

« La culture, c'est aussi ce qui désadapte l'homme, le tient prêt pour l'ouvert, pour le lointain, pour l'autre, pour Ie tout. (...) L'éducation, au sens fort du mot, n'est peut-être que le juste mais difficile équilibre entre l'exigence d' objectivation, c'est-à-dire d'adaptation et l'exigence de réflexion et de désadaptation. C'est cet équilibre tendu qui tient l'homme debout. » Paul Ricœur Histoire et vérité

Depuis 1992, l'Université des Sciences et Technologies de Lille développe une politique culturelle qui articule les relations entre éducation, art, science et culture en affirmant sa spécificité universitaire dans un véritable engagement intellectuel. Cette politique se traduit notamment par la mise en place d'un lieu de réflexion, d'échange et de débat, un soutien à la pratique artistique en amateur, la valorisation de la culture scientifique, une sensibilisation aux formes d'art les plus contemporaines et un accompagnement à la réalisation de projets étudiants et associatifs. Après plus de quinze ans de travaux menés au sein de l'Espace Culture de l'université, il nous a semblé important de questionner et de porter un regard critique sur la culture en tant 19

que figure symbolique de l'ambition démocratique. C'est par un colloque international de trois jours, organisé à Lille, que nous avons choisi de contribuer à cette réflexion.

I. Des politiques publiques de la culture...
Les savoirs, les connaissances et l'art - fruits d'une construction lente et complexe des rapports que l'on peut avoir au monde - perdent chaque jour un peu de la place qui leur revient dans le partage de la culture. Si la transformation du monde est une préoccupation partagée par un grand nombre, son intelligibilité l'est beaucoup moins. Ainsi se trouve ici mise en question l'ambition démocratique d'un plus large accès à la culture et aux savoirs. Les Lumières ont pu identifier culture et éducation, modernité et projet émancipateur, aujourd'hui la société de masse interroge le projet d'émancipation culturelle. Dans un contexte de globalisation, I'histoire culturelle contemporaine est nécessairement plurielle: polysémie du terme culture, croisement et effacement des genres artistiques, réalité d'une « géographie culturelle»... Nous sommes entrés de plain-pied dans la société du spectacle et de l' esthétisation des mœurs et des relations sociales qui intronisent un nouveau mode de gouvernance. En ce qui concerne le culturel, l'éducatif et le social, il semble que le «modèle» politique touche à ses limites et nécessite réflexion. Il est donc essentiel que les institutions culturelles s'interrogent sur les schémas de pensée et les modes de fonctionnement qui déterminent leurs actions. Les deux problématiques de l'interprétation du monde et de sa transformation sont solidaires. Si la transformation du monde se présente comme l'affaire de tous, la maîtrise de cette transformation reste un domaine réservé à une minorité. Pour sortir de cet enfermement, il faut repenser la relation entre éducation et culture. Assurer l'éducation suffisante du plus grand nombre de citoyens afin de favoriser la capacité de chacun à porter un regard critique sur le monde, et ainsi en construire sa propre vision, était et doit rester le pari de la démocratie. Ce qui, 20

selon Kant, reviendrait à penser par soi-même: « chercher la

pierre de touche de la vérité en soi - c'est-à-dire en sa propre

raison 1 ». La construction d'une vision critique du monde a besoin de l' œuvre culturelle pour grandir et l' œuvre a besoin d'un regard critique pour être l'objet d'une véritable confrontation. C'est d'autant plus vrai si l'on se réfère à « l'ambivalence de la notion de culture, qui peut être vue à la fois sous l'angle de la libération, ce qui conduit, sur fond de proximité et de conviction, à en faire l'apologie et, sous l'angle de la ségrégation, ce qui conduit en sens inverse, sur fond de distance et de désillusion, à adopter à son égard une attitude critique de dénonciation: la culture émancipe, mais dans des conditions qui sont potentiellement celle de la discrimination, cause d' aliénation2 ». C'est pourquoi nous pensons que la question essentielle dans un débat à propos des politiques publiques de la culture reste la suivante: pourquoi notre démocratie n' a-t-elle pas réussi à rendre accessible au plus grand nombre l'intelligibilité du monde? Les politiques publiques de la culture se sont principalement intéressées à « l' œuvre », qu'elle soit artistique, philosophique, littéraire, scientifique ou technique. Se sont-elles autant intéressées à la confrontation entre le public et l' œuvre? Sans doute peu et, en tout cas, insuffisamment pour que l'œuvre puisse jouer pleinement le rôle qui lui revient dans la construction d'une vision du monde propre à chacun et, par là, dans la construction de la démocratie elle-même.
II. Quel accès à la culture?

Les réponses apportées par une grande partie des institutions culturelles se limitent souvent à «la conquête du public », mot d'ordre magique qui ne peut en aucun cas mener à
1 Emmanuel Kant, Qu'est-ce que s'orienter dans la pensée?, tradeAlexis Philonenko, éd. Vrin, Paris, 1959 (1786), pp. 87-88. 2 Pierre Macherey, « Libération et exclusion: les deux pôles de la culture », À propos de la culture, Tome 1, éd. L'Harmattan, 2008.

21

un processus d'accès qualitatif à la culture. Au contraire, il s'avère que cette démarche suppose et pratique l'acte culturel principalement en acte de consommation. À cela s'ajoute le média de masse qui exige une conception de la culture guidée par l'événementiel et le spectaculaire, qui dominent le télévisuel. L' influence des intellectuels s' affaiblit, la pensée n'est plus le ciment du socle sur lequel repose l'accès à la culture: l'image s'impose désormais comme le vecteur culturel majeur. La culture devient un instrument politique à part entière et les institutions culturelles sont constamment invitées à en devenir les protagonistes. La lettre de mission adressée par le Président de la République à son Ministre de la culture confirme, d'une manière solennelle, ce qui était en marche depuis de nombreuses années. «L'obligation de résultat», assi gnée à la Ministre, est une autre manière de se donner « la conquête de public» comme objectif. Cette lettre de mission a le mérite d'être claire. Le Président de la République écrit: «Veillez à ce que les aides publiques à la création favorisent une offre répondant aux attentes du public ». Ce faisant, le Président officialise, par ses propos, « l'échec de la démocratisation culturelle ». La question reste néanmoins entière! Le Président semble penser, comme ses prédécesseurs, que la démocratisation culturelle est déterminée par la fréquentation. Autrement dit, il s'agit d'œuvrer essentiellement pour un accès quantitatif à la culture. Pourtant, si l'accès à l'école et l' inscription à l'uni versité ne font aucun doute d'un point de vue quantitatif, ce n'est en aucun cas une garantie d'accès aux savoirs et connaissances dispensés par ces deux principales institutions de la République chargées de la diffusion de la culture. Durant les trois dernières décennies, le débat sur l'école, toujours d'actualité, a passionné l'institution scolaire en opposant «traditionalistes» et «modernistes », sans pour autant apporter de réponses véritables à l'échec scolaire et à ses conséquences. Il est, en outre, admis par tous que l'origine 22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.