//img.uscri.be/pth/9c450c3e30a24c81bf16f4aae722fbf81dce06d9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Alfred Sisley

De

L’édition VisiMuZ d’Alfred SISLEY est un nouveau type de monographie, alliant textes originaux, informations pointues, et une iconographie très abondante et judicieusement placée. Elle s’adresse à tous les publics.

·Elle se base d’abord sur les écrits de Théodore Duret et Gustave Geffroy, amis et contemporains de l’artiste, qui sont des témoignages irremplaçables sur la vie et l’œuvre d’Alfred Sisley. Théodore Duret est l’auteur de l’Histoire des peintres impressionnistes.

Écrivain, critique d’art, collectionneur, mécène, ami des peintres, qui mieux que lui peut nous décrire de l’intérieur la vie d’Alfred Sisley ? Gustave Geffroy, co-fondateur de l’académie Goncourt, écrivain et critique d’art, ami de Sisley, a une vision érudite, fine et précise sur l’œuvre de son ami.

·Sur ces bases solides, un important travail de recherche bibliographique a permis d’ajouter de nombreux témoignages de contemporains ainsi que des articles de presse de cette époque. Les travaux plus récents ont été également pris en compte ainsi que les évolutions du marché de l’art.

·Contrairement aux éditions classiques qui présentaient 30 à 60 œuvres pour illustrer le propos, cette édition numérique nous a permis d’enrichir la monographie de plus de 200 photos de tableaux, insérées dans l’ouvrage au moment où les auteurs les évoquent dans le texte. Pour chacune, les dimensions, la localisation (musée, collection) sont précisées. Le lecteur voit apparaître les différents tableaux au fur et à mesure de sa lecture, peut les consulter en plein écran, et les agrandir plus encore pour regarder un détail.

Cette édition est donc à la fois un livre de la catégorie « Beaux-Arts » et une monographie qui, avec l’équivalent de 423 pages (dont 209 de planches), est une référence pour l’artiste. C’est aussi la première monographie sur Sisley publiée depuis plus de 10 ans en France.

En replaçant les tableaux dans la vie du peintre, VisiMuZ permet au lecteur de mieux comprendre son évolution artistique, et rend la lecture plus attrayante et pédagogique.

Pour un livre d’art, voici au moins 5 bonnes raisons de préférer un livre numérique au papier :

- disponibilité permanente où que vous soyez, avec un encombrement minimal,

- adaptation de la taille des caractères à la vue de chacun,
- agrandissement des photos pour mise en valeur des détails, et tableaux mis en valeur, encadrés par la tablette,

- création d’une photothèque personnelle avec les photos de l’ebook,

- constitution d’une bibliothèque « Beaux-Arts » pour un budget très raisonnable.


Voir plus Voir moins
picture

Avant-propos

La collection VisiLiFe a pour objet l'édition ou la réédition de biographies de référence de peintres célèbres. Ces biographies sont celles qui sont systématiquement évoquées par les biographies postérieures qui puisent abondamment à leur source. Les auteurs sont des écrivains au style très agréable, ils connaissent personnellement les artistes dont ils évoquent la vie et l’œuvre. Ces biographies avaient un défaut : elles étaient parfois frustrantes à lire quand on n'avait pas en mémoire les tableaux évoqués par l'auteur. Avec le numérique, cet obstacle est levé et les ouvrages de la collection VisiLiFe incluent systématiquement les œuvres en regard des textes pour une meilleure compréhension du travail de l'artiste et surtout un plus grand plaisir de lecture. Vous pouvez agrandir chaque photo en pleine page par un simple-tap. Le détail de la navigation est indiqué ci-après. Vous pouvez évidemment annoter votre livre numérique. La visite virtuelle ne remplace pas la visite réelle. Aussi nous vous indiquons en fin d’ouvrage la localisation des œuvres que vous avez pu admirer au cours de votre lecture. Grâce au numérique, vous pouvez enfin profiter pleinement des illustrations en les agrandissant.

Quelques conseils pratiques d'utilisation

Votre livre est un e-book.

1) Malgré tout le soin apporté à sa réalisation, les programmes de lecture actuels connaissent quelques défauts de jeunesse, qui peuvent altérer l'affichage de plusieurs caractères. Ainsi, sur certains lecteurs, les espaces insécables peuvent dans quelques polices ne pas être gérées. Dans ce cas, il apparaît un petit carré au lieu d'une espace. Le choix d'une autre police de caractères permet de contourner le problème. De même, l'agrandissement du corps des lettres peut poser quelques soucis d'ajustement pour les images. Ici, il suffit de changer la taille des caractères pour améliorer l'affichage. Enfin, les césures sont traitées selon des règles anglo-saxonnes et ne respectent pas encore les règles francophones.
Mais votre livre numérique est aussi un livre enrichi, pour vous donner plus de plaisir en regardant les photos des œuvres.

2) Affichage des œuvres en pleine page. Par simple-tap dans le corps du texte sur la photo de l’œuvre, on affiche celle-ci en pleine page. Un double-tap permet alors l'affichage en plein écran. Un autre double-tap retourne à l'affichage pleine page. On peut revenir à la page du texte en cliquant sur la zone en bas à gauche « Revenir à la p. xxx » ou sur la croix en haut à gauche, selon les lecteurs.

3) Biographie des artistes. Lorsque vous lisez votre livre en étant connecté à Internet, vous pouvez, par simple-tap sur le nom des artistes, lorsqu'il est indiqué dans le cartel des œuvres, accéder aux notices biographiques qui leur sont consacrées au sein de l'encyclopédie libre Wikipédia. Attention : pour ne pas alourdir la lecture, ces liens ne sont pas signalés.

4) À la fin du livre, vous pouvez afficher un diaporama de toutes les œuvres présentes dans l'ouvrage. Le cartel est rappelé en bas de chaque page.

5) Les dates de certaines vies d'artistes ou de création des œuvres peuvent être imprécises.
Nous avons choisi d'indiquer les incertitudes de la manière suivante :
  • be : between ou entre
  • ca : circa ou vers
  • an : ante ou avant
  • po : post ou après

Nous sommes très attentifs à vos impressions, remarques et critiques concernant le fond et la forme des ouvrages publiés par VisiMuZ. N'hésitez pas à nous envoyer vos commentaires à l'adresse suivante :
guides@visimuz.com

Préambule

Cette nouvelle monographie consacrée à Alfred Sisley est née d'un manque. En effet, les biographes contemporains de Sisley n'ont jamais écrit l'ouvrage complet auquel ce grand peintre avait droit. N'ont été publiées par ses contemporains que des biographies succinctes ou des monographies de circonstance. Les principales ont été écrites par ses amis Théodore Duret, Gustave Geffroy, d'autres par Arsène Alexandre, Adolphe Tavernier, Gustave Coquiot.

Théodore Duret a été le premier critique d'art à apprécier l'importance de Sisley dans l'art de son temps. Sa première monographie, Les Peintres impressionnistes : Claude Monet, Sisley, C. Pissarro, Renoir, B. Morisot paraît dès 1878. Plusieurs éditions révisées ont ensuite vu le jour, Cézanne et Guillaumin ont été ajoutés, et Duret a écrit ce qui est devenu un livre important du patrimoine français, l'Histoire des peintres impressionnistes. Nous nous sommes basés sur l'édition de 1922, la dernière révisée par l'auteur. La partie dévolue spécifiquement à Sisley reprend les pages 75 à 87, d'autres passages (par exemple celui consacré au legs Caillebotte) ont été repris lorsqu'ils concernaient aussi Sisley.

Théodore Duret avait écrit son texte en suivant le déroulement de la vie de l’artiste. Il n’avait pas trouvé nécessaire de le segmenter par chapitres. Ceux-ci ont donc été ajoutés par VisiMuZ, en suivant les époques généralement admises par les historiens de l’art, afin de faciliter la navigation et la recherche thématique.

Le texte de Théodore Duret, le plus chronologique dans sa présentation, sert donc de colonne vertébrale à cette nouvelle monographie. Les paragraphes correspondant au texte de Duret sont signalés par les initiales [TD].

La monographie écrite par Gustave Geffroy en 1927 doit beaucoup à l'enthousiasme et à l'amitié. Elle porte un certain lyrisme qui nuit parfois à la pédagogie. Ainsi, elle ne présente pas les œuvres de manière chronologique et se laisse porter par le verbe, au demeurant souvent passionnant, de l'auteur. Elle comprend 26 pages de texte (pages 7 à 33), et 60 reproductions de photographies des archives Durand-Ruel, sans aucun lien avec le texte. Nous avons choisi d'en extraire des passages (en fait, presque l'intégralité) et de les insérer à l'endroit idoine au sein du texte de Théodore Duret. Ils sont repérés [GG], et le fond de page est légèrement grisé. Nous avons réussi souvent, parfois avec difficulté, à identifier certains des tableaux évoqués par l'auteur. Dans le texte originel, ces tableaux étaient évoqués mais non nommés et encore moins illustrés. Nous les avons insérés à côté du texte qui les évoque, ce qui transforme la lecture.

Gustave Geffroy était aussi l'ami et a été le premier biographe de Monet. Sa biographie imposante de Claude Monet contient de nombreux passages qui concernent également la vie de Sisley. Nous avons repris quelques passages, qui sont identifiés [GG2]. Les fonds de page sont aussi légèrement grisés.

Deux critiques d'art étaient des amis proches de Sisley : Adolphe Tavernier et Arsène Alexandre. Ils ont écrit des préfaces, des articles de presse, avant et après la mort de l'artiste. Nous avons repris les extraits qui apportaient un plus à notre nouvelle monographie. Enfin, nous avons ajouté des passages qui concernaient Alfred Sisley dans les ouvrages d'Ambroise Vollard ou Gustave Coquiot cités dans la bibliographie.

François Daulte (1924-1998), célèbre éditeur et critique d'art vaudois, a réalisé en 1959 le catalogue raisonné d'Alfred Sisley, puis de nombreuses monographies assez complètes sur la vie et l’œuvre de l'artiste.

Le catalogue a constitué lors de sa parution une étape importante dans la connaissance de l’œuvre d'Alfred Sisley. Depuis 50 ans, d'autres toiles de Sisley ont été découvertes, et une version nouvelle de ce catalogue raisonné est à l'étude. Certaines toiles de l'artiste, illustrées ci-après, n'ont en conséquence pas de référence à la numérotation du catalogue raisonné. Pour les autres, le cartel renvoie systématiquement au numéro chronologique du catalogue Daulte, précédé de la lettre « D ».

Pour cette nouvelle édition, et afin de donner de l'artiste un portrait le plus complet possible, nous avons choisi de compléter les textes originels de Duret et Geffroy, par des paragraphes complémentaires. Les paragraphes ainsi écrits et ajoutés par François Blondel sont identifiés [FB].

En sus du texte principal, qui est le fil rouge de cette monographie, nous avons ajouté des commentaires pour certains tableaux. Ces commentaires sont en italique et indiqués par le préfixe V (pour VisiMuZ).

En tant qu'éditeur, nous avons aussi pris la liberté d’ajouter quelques notes (numérotées à partir de 100) lorsque les connaissances du XXIe siècle peuvent venir en complément ou en contradiction avec celles du passé.

Notre édition présente les œuvres avec leur localisation de 2015, lorsqu’elle est connue. Elle est indiquée systématiquement dans les cartels, et synthétisée par pays à la fin.

Enfin, comme dans tous les ouvrages de VisiMuZ, les cartels des tableaux présentent un fond différent selon la notoriété des tableaux représentés. Gris pour les tableaux les moins connus, bleu lorsque leur notoriété est plus importante, rose lorsqu’il s’agit d’œuvres devenues des icônes universelles de la peinture.

Les reproductions des tableaux sont agrandissables par simple-tap. Ceux-ci peuvent être vus ensuite en plein écran via un double-tap.


François Blondel (janvier 2016).


En couverture : L'Inondation à Port-Marly (détail), musée d'Orsay, legs Isaac de Camondo, Paris.
Photo : VisiMuZ.


Première édition : janvier 2016
Dépôt légal : janvier 2016
N° éditeur : 9791090996199

Introduction par Théodore Duret (en 1878)

[FB] Avant de publier son Histoire des peintres impressionnistes, Théodore Duret avait publié dès 1878 une brochure sous le titre : Les Peintres impressionnistes, dans laquelle il consacrait les lignes ci-dessous à Sisley. Il a ensuite repris à l'identique ce texte fondateur dans Critique d'Avant-Garde (Paris, Georges Charpentier éditeur, 1885).

[TD] La peinture de Sisley communique une impression de la nature gaie et souriante. Nous n'avons point affaire en Sisley à un mélancolique, mais à un homme d'heureuse humeur, content de vivre, qui se promène dans la campagne pour y jouir agréablement de la vie au grand air. Sisley est peut-être moins hardi que Monet, il ne nous ménage peut-être pas autant de surprises ; mais, en revanche, il ne reste point en chemin, comme il arrive quelquefois à Monet, s'essayant à saisir des effets tellement fugitifs que le temps manque pour les fixer. Les toiles de Sisley, de dimensions moyennes, rentrent dans la donnée des tableaux de Corot et de Jongkind, et il est impossible de concevoir comment elles sont encore dédaignées du public.

Il est certain même que Sisley eût été depuis longtemps accepté par le public, s'il eût appliqué son savoir-faire à imiter tout simplement ses devanciers, mais s'il montre de la similitude et de la parenté avec eux par les procédés de la touche et la coupe de ses toiles, il n'en est pas moins indépendant par sa manière de sentir et d'interpréter la nature. Il est impressionniste enfin par ses procédés de coloris.

Pendant que j'écris ceci, j'ai sous les yeux une toile de Sisley, une vue de Noisy-le-Grand, et, horreur ! J'y découvre justement ce ton lilas qui, à lui seul a la puissance d'indigner le public au moins autant que toutes les autres monstruosités réunies qu'on attribue aux impressionnistes. Le ciel ouvert laisse tomber une lumière tamisée, qui teint les objets d'un ton général gris-lilas-violet.

Les ombres sont transparentes et légères. Le tableau est peint sur nature et l'effet que le peintre reproduit est certes d’une parfaite vérité. Mais il est certain aussi que l'artiste n'a point tenu compte des procédés conventionnels. Que s'il eût peint les vieilles maisons du village avec des tons terreux, que s'il eût fait ses ombres noires et opaques pour obtenir une violente opposition avec les clairs, il eût été dans la tradition, et tout le monde alors eût applaudi ! Et le maladroit ! Que ne le faisait-il ; il est bien plus facile de peindre ainsi que de se tourmenter pour obtenir des tons délicats et nuancés, selon le hasard des rencontres.

mai 1878.

I. Jusqu'en 1871

1.1 Naissance d'une vocation

[TD] Alfred Sisley naquit à Paris [100] le 30 octobre 1839, de père et de mère anglais. Son père, établi à Paris, négociant-commissionnaire en fleurs artificielles, avait sa clientèle en Amérique du Sud. Il était riche et ses enfants, deux fils et une fille, reçurent une bonne éducation. Lorsque son fils Alfred eut atteint l'âge de dix-huit ans, il l'envoya en Angleterre, se perfectionner dans la connaissance de l'anglais et s'initier au commerce[101]. Mais le jeune homme ne montra aucune disposition pour les affaires.

Portrait de William Sisley
[1] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de William Sisley, 1864, huile sur toile, 81,5 x 65,5 cm, musée d'Orsay, Paris

1.2 La vie parisienne

[2] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de Sisley, 1864-68, huile sur toile, 81 x 65 cm, fondation Bührle, Zurich
Portrait de Sisley
Alfred Sisley et sa femme
[3] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Alfred Sisley et sa femme, 1868, huile sur toile, 105 x 75 cm, Wallraf-Richartz Museum, Cologne
V. – Les personnages du tableau sont traditionnellement identifiés comme étant Alfred et Eugénie Sisley.

Jean Renoir, dans le livre qu'il a consacré à son père, indique[*] :

« Le cadeau de Sisley [à Renoir et ses amis] était la douceur. “C'était un être délicieux.” Les femmes étaient particulièrement sensibles à son désir sincère de leur découvrir des chemins sans épines. Le chemin de Sisley devait aboutir à un calvaire. Sa douceur devait lui jouer des tours. Un regard de reconnaissance, une pression de main le bouleversaient. “Il ne savait pas résister à un jupon. Nous marchions dans la rue, parlant de la pluie et du beau temps. Soudain, plus de Sisley. Je le découvrais en train de faire le doux cœur.” Disons qu'il choisissait bien. …/… Il existe au musée de Cologne un portrait du ménage Sisley par Renoir qui donne une idée de l'attitude exquise de Sisley vis-à-vis non seulement de sa femme, mais de toutes les femmes. L'expression du visage et même de tout le corps de Mme Sisley dit mieux que mes explications la confiance heureuse qui répondait aux attentions de ce galant homme.

Mme Sisley était un modèle qui avait posé pour mon père et aussi pour son futur mari. Mon père avait pour elle beaucoup de respect. “Une grande délicatesse, très bien élevée. Elle posait parce que sa famille s'était ruinée dans je ne sais plus quoi.” »

Certains historiens pensent que la femme est en réalité Lise Tréhot, à l'époque la compagne de Renoir. Notons que, lorsque Jean Renoir a écrit son livre, l'existence de Lise Tréhot n'était pas connue du public. La vie de Lise Tréhot, les enfants qu'elle a eus de Renoir, n'ont été révélés qu'en 2002. Gabrielle Renard, la nurse de Jean, et Ambroise Vollard la connaissaient, et avaient gardé le secret du peintre. Mais rien ne peut permettre de penser que Jean connaissait ou ignorait l'existence de Lise Trehot.


[*] Jean Renoir, Pierre-Auguste Renoir, mon père, Gallimard (Folio), 1962, p. 131-132.

1.3 Premières œuvres 1865-1869

Le Cabaret de la mère Anthony
[4] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Le Cabaret de la mère Anthony, 1866, huile sur toile, 195 x 130 cm, National Museum, Stockholm
V. – Écoutons Renoir[*] :

– Renoir. « Le Cabaret de la mère Anthony est un de mes tableaux dont j'ai gardé le souvenir le plus agréable. Ce n'est pas que je trouve cette toile particulièrement excitante, mais elle me rappelle tellement l'excellente mère Anthony et son auberge de Marlotte, la vraie auberge de village ! J'ai pris comme sujet de mon étude la salle commune, qui servait également de salle à manger. La vieille femme coiffée d'une marmotte, c'est la mère Anthony en personne ; la superbe fille qui sert à boire, était la servante Nana. Le caniche blanc, c'est Toto, qui avait une patte de bois. Je fis poser autour de la table quelques-uns de mes amis, dont Sisley et Le Cœur. »
Sisley est l'homme au canotier blanc.


[*] Renoir, Ambroise Vollard – chapitre IV, VisiMuZ Éditions, 2015.
Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud
[5] Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1865, huile sur toile, 129 x 208 cm, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la ville de Paris D1
Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud
[6] Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud, 1865, huile sur toile, 50 x 65 cm, Ordrupgaard, Charlottenslund, Danemark D2
[7] Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1867, huile sur toile, 95 x 122,2 cm, Southampton City Art Gallery, Southampton (UK) D9
Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud

[FB] En 1865, Sisley part dans un premier temps avec son ami Bazille à La Celle-Saint-Cloud avant de rejoindre la forêt de Fontainebleau. Puis, en juillet, il descend la Seine en bateau à voile avec Renoir pour rejoindre la côte normande. Ils se font d'abord remorquer par un vapeur jusqu'à Rouen puis gagnent par leurs propres moyens Le Havre, pour voir les régates.

[8] Rue de village à Marlotte, 1866, huile sur toile, 50 x 92 cm, Albright-Knox Art Gallery, Buffalo (NY) D3
Rue de village à Marlotte
Femmes allant au bois (rue de Marlotte)
[9] Femmes allant au bois (rue de Marlotte), 1866, huile sur toile, 65,2 x 92,2 cm, Bridgestone Museum of Art, Tokyo D4
Garde-champêtre dans la forêt de Fontainebleau
[10] Garde-champêtre dans la forêt de Fontainebleau, 1870, huile sur toile, 78 x 63,5 cm, collection particulière
Le Héron aux ailes déployées
[11] Le Héron aux ailes déployées, ca 1867, huile sur toile, 79 x 97 cm, musée Fabre, Montpellier D5
V. – Il s'agit vraisemblablement de la première nature morte de Sisley. Bazille (ci-après), montre ici plus de maturité, avec un dessin plus net. Mais le tableau de Sisley montre déjà ce qui sera une des caractéristiques de l'artiste, la discrétion et le sens des nuances.
[12] Frédéric BAZILLE (1841-1870), Nature morte au héron (Le Héron aux ailes déployées), 1867, huile sur toile, 97,5 x 78 cm, musée Fabre, Montpellier
Nature morte au héron (Le Héron aux ailes déployées)

[FB] En 1868, la famille Sisley va séjourner en avril à Chailly-en-Bière. Il y retrouvent Renoir et Lise Tréhot. C'est là que Sisley va poser pour son ami pour Le Couple Sisley [illustré plus haut], première toile importante de Renoir peinte en plein air.

L'appartement de la rue de Moncey s'avérant trop petit, ils déménagent en 1868 au 19, rue de la Paix (actuelle rue La Condamine, XVIIe), avant de s’établir courant 1869 dans un appartement qui lui servait aussi d’atelier, dans la cité des Fleurs aux Batignolles. Ce village privé, dont une des entrées se trouve sur l’avenue de Clichy, était et est toujours à la fois un havre de paix et un petit village au cœur de Paris.

Vue de Montmartre, depuis la cité des Fleurs aux Batignolles
[13] Vue de Montmartre, depuis la cité des Fleurs aux Batignolles, 1869, huile sur toile, 70 x 116 cm, musée de Grenoble D12
Chemin bordant le parc de Courances
[14] Chemin bordant le parc de Courances, 1868, huile sur toile, 40 x 65 cm, collection particulière D10
[15] Vue du canal Saint-Martin, 1870, huile sur toile, 50 x 65 cm, musée d'Orsay, Paris D16
Vue du canal Saint-Martin
V. – Tableau exposé au Salon en 1870.
[16] Péniches sur le canal Saint-Martin, Paris, 1870, huile sur toile, 54,5 x 73 cm, collection Oskar Reinhart, Winterthur D17
Péniches sur le canal Saint-Martin, Paris
V. – Tableau exposé au Salon en 1870. Il a ensuite été acheté à Sisley par Édouard Manet.

[FB] Les œuvres de Sisley, dans ces années de début, sont peu nombreuses.

Il y a deux raisons à cela. D'abord, Sisley cherchait encore sa voie et réalisait moins de tableaux que ses camarades. À la suite de son départ lors de la guerre de 1870 puis la Commune, son atelier de Bougival a été pillé par les Prussiens en 1871. Nombre de ses toiles des années 1860 ont alors disparu.


Notes du chapitre

[100]. Sisley est né au 19, rue des Trois-Bornes, dans le XIe arrondissement.

[101]. En 1857. La firme familiale, à Londres, avait pour raison sociale Thomas Sisley, Importer of French Goods.

II. Louveciennes (1871-74)

2.1 Paysagiste pour vivre

La Leçon
[17] La Leçon,1871,huile sur toile,41,3 x 47 cm,collection particulière D19
Rue de Voisins, Louveciennes, première neige
[18] Rue de Voisins, Louveciennes, première neige,1871-72,huile sur toile,54,9 x 73,7 cm,Museum of Fine Arts, Boston D18
[19] Bateau à vapeur de rivière et pont,1871,huile sur toile,collection particulière Akram Ojjeh
Bateau à vapeur de rivière et pont

2.2 Avec Monet à Argenteuil

Madame Monet et une amie dans le jardin
[20] Claude MONET(1840-1926),Madame Monet et une amie dans le jardin,1872,huile sur toile,52 x 66 cm,Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles (CA)
V. – L'amie auprès de Camille est traditionnellement identifiée comme étant Eugénie Lescouezec-Sisley.
Rue de la Chaussée à Argenteuil
[21] Rue de la Chaussée à Argenteuil,1872,huile sur toile,46,5 x 66 cm,musée d'Orsay, Paris D31
La Grande Rue à Argenteuil
[22] La Grande Rue à Argenteuil,ca 1872,huile sur toile,65 x 46 cm,Norwich Castle Museum and Art Gallery, Norwich (UK) D269
V. – Le titre ancien était Une rue à Sèvres.
[23] Boulevard Héloïse, Argenteuil,1872,huile sur toile,39,5 x 59,6 cm,National Gallery of Art, Washington D44
Boulevard Héloïse, Argenteuil
[24] Passerelle d'Argenteuil,1872,huile sur toile,39 x 60 cm,musée d'Orsay, Paris D32
Passerelle d'Argenteuil
V. – Le pont routier d’Argenteuil a été détruit lors de la guerre de 1870. Une passerelle provisoire a été d’abord établie en 1871, puis le pont a été reconstruit en 1872. Il est situé à l’amont du bassin de navigation.

Fin de l'extrait. Retrouvez la suite dans le livre complet…

Localisation des œuvres illustrées

Amérique
États-Unis
  • Boston (MA), Museum of Fine Arts
    [18] Rue de Voisins, Louveciennes, première neige, 1871-72 (D18)
  • Buffalo (NY), Albright-Knox Art Gallery
    [8] Rue de village à Marlotte, 1866 (D3)
  • Washington (DC), National Gallery of Art
    [23] Boulevard Héloïse, Argenteuil, 1872 (D44)

Asie
Japon
  • Tokyo, Bridgestone Museum of Art
    [9] Femmes allant au bois (rue de Marlotte), 1866 (D4)
Europe

Danemark
  • Charlottenslund, Ordrupgaard Museum
    [6] Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud, 1865 (D2)
France
  • Grenoble, musée de Grenoble
    [13] Vue de Montmartre, depuis la cité des Fleurs aux Batignolles, 1869 (D12)
  • Montpellier, musée Fabre
    [11] Le Héron aux ailes déployées, ca 1867 (D5)
  • Paris, musée d'Orsay
    [15] Vue du canal Saint-Martin, 1870 (D16)
    [21] Rue de la Chaussée à Argenteuil, 1872 (D31)
  • Paris, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
    [5] Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1865 (D1)

Royaume-Uni
  • Norwich, Norwich Castle Museum and Art Gallery
    [22] La Grande Rue à Argenteuil, ca 1872 (D269)
  • Southampton, Southampton City Art Gallery
    [7] Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1867 (D9)
Suisse
  • Winterthur, collection Oskar Reinhart
    [16] Péniches sur le canal Saint-Martin, Paris, 1870 (D17)

Quelque part
Localisation inconnue
  • collection particulière
    [10] Garde-champêtre dans la forêt de Fontainebleau, 1870
    [14] Chemin bordant le parc de Courances, 1868 (D10)
    [17] La Leçon, 1871 (D19)
    [19] Bateau à vapeur de rivière et pont, 1871

Bibliographie succincte

Cette petite bibliographie, ajoutée par VisiMuZ, reprend seulement quelques-uns des ouvrages, devenus des classiques, qui nous ont aidé à préparer cette nouvelle édition et à extraire des éléments, des anecdotes ou des traits qui donnent un éclairage complémentaire aux propos de Théodore Duret et Gustave Geffroy.

Les ouvrages de référence sur la vie d'Alfred Sisley sont d'abord ceux qui ont été écrits par ceux qui l'ont connu.
Commençons par les deux ouvrages qui ont fourni la trame de cette monographie,

• DURET, Théodore. Histoire des peintres impressionnistes, Paris, H. Floury Éditeur, 1922, 3e édition.

• GEFFROY, Gustave. Sisley, Paris, Éditions G. Crès, 1927.

Les ouvrages suivants ont fourni ensuite des compléments d'information importants.

• DURET, Théodore. Les peintres impressionnistes Claude Monet, Sisley, C. Pissarro, Renoir, B. Morisot, Paris, Librairie parisienne, 1878.

• DURET, Théodore. Critique d'avant-garde, Paris, Georges Charpentier éditeur, 1885.

• LECOMTE, Georges. L'Art impressionniste, d'après la collection privée de M. Durand-Ruel, Paris, Chamerot et Renouard, 1892.

• GEFFROY, Gustave. La Vie Artistique, Troisième série. Histoire de l'Impressionnisme. Avant-propos. Claude Monet, Camille Pissarro, Auguste Renoir, Édouard Manet, Edgard Degas, Jean-François Raffaëlli, Jean-Louis Forain, Paul Cézanne, Berthe Morisot, Marie Bracquemond, Mary Cassatt, Alfred Sisley, Armand Guillaumin, Gustave Caillebotte, Georges de Bellio. Salon de 1893. Paris, E. Dentu, 1894.

• MARCEL, Henry. Succession de Mme Veuve Chocquet. Catalogue des tableaux modernes, par Cézanne, Courbet, Delacroix, Manet, Monet, Renoir, Sisley, etc. Vente les 1er, 3 et 4 juillet 1899, Paris, Georges Petit, 1899.

• MAUCLAIR, Camille. L'Impressionnisme, son histoire, son esthétique, ses maîtres, Paris, Librairie de l'Art ancien et moderne, 1904.

• TAVERNIER, Adolphe. Préface au catalogue L'Atelier Sisley, vente du 2 au 4 décembre 1907, Paris, Bernheim-Jeune, 1907.

• COQUIOT, Gustave. Des Peintres maudits, Paris, Delpeuch, 1924.

• ALEXANDRE, Arsène. La Collection Canonne. Une histoire en action de l’impressionnisme et de ses suites, Paris, Éditions Bernheim-Jeune, 1930.

• PISSARRO, Camille. Lettres de Camille Pissarro à son fils Lucien : présentées, avec l'assistance de Lucien Pissarro, par John Rewald, Paris, Albin Michel, 1950.

• DAULTE, François. Sisley, catalogue raisonné de l'œuvre peint, Lausanne, International Art Book, 1959.

• DAULTE, François. Sisley, Paysages, Lausanne, International Art Book, 1961.

• RENOIR, Jean. Pierre-Auguste Renoir, mon père, Paris, Librairie Hachette, 1962.

• LEPROHON, Pierre. La Vie des grands peintres impressionnistes et nabis, Paris, Éditions du sud, 1964.

• DAULTE, François. Alfred Sisley, Milan, Fratelli Fabri Editori, 1974.

• COGNIAT, Raymond. Sisley, Paris, Flammarion, 1978.

• SHONE, Richard. Sisley, New York, Harry N. Abrams, 1992.

• RIOPELLE, Christopher, SUMMER, Ann. Sisley in England and Wales, 2008.

Autres publications des éditions VisiMuZ

Livre enrichi de 140 reproductions . Livre enrichi de 200 reproductions . Livre enrichi de 100 reproductions . Livre enrichi de 150 reproductions . Livre enrichi de 160 reproductions . Livre enrichi de 200 reproductions . Livre enrichi de 160 reproductions . Livre enrichi de 150 reproductions . Livre enrichi de 220 reproductions . Livre enrichi de 230 reproductions . * Gustave Geffroy, de l'académie Goncourt, , livre enrichi de 170 reproductions . Les guides de musées VisiMuZ sont utilisables sur tous les appareils iOS et sont en vente sur l'iBooks Store. Déjà parus : * Metropolitan Museum of Art, New York * Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg * Musées du Vatican, Rome * National Gallery, Londres * Kunsthistorisches Museum, Viennein-textein-textein-textein-textein-textein-textein-textein-textein-textein-texteClaude Monet, sa vie, son temps, son œuvrein-texte

Table des matières

La table des matières est ici réduite (en bleu) aux lignes présentes dans l'extrait.
Préambule
Introduction par Théodore Duret (en 1878)
I. Jusqu'en 1871
1.1 Naissance d'une vocation
1.2 La vie parisienne
1.3 Premières œuvres 1865-1869
II. Louveciennes (1871-74)
2.1 Paysagiste pour vivre
2.2 Avec Monet à Argenteuil
2.3 Villeneuve-la-Garenne et Bougival
2.4 Les premières inondations
2.5 La nature riante
2.6 La première exposition de 1874
2.7 Voyage à Londres

III. Les années terribles 1875-1879
3.1 Les ventes de 1875 et 1877
3.2 Marly-le-Roi, 1875-1878
3.3 Eugène Murer, patissier et mécène
3.4 Sèvres, années de disette, 1878-1879
3.5 Le tournant artistique

IV. Moret-sur-Loing (1879-1899)
4.1 L'installation à Moret
4.2 Son œuvre à Moret
4.3 Leçon de peinture, par Sisley
4.4 La vie à Moret
4.5 La donation Caillebotte
4.6 Dernières années, 1894-1897
4.7 Pastels
4.8 Les dernières toiles

V. La mort ! Et après !
5.1 La fin
5.2 La vision de Duret en 1919
5.3 La vision de Geffroy en 1927
5.4 Un commentaire de Gustave Coquiot
Localisation des œuvres illustrées
Bibliographie succincte
Autres publications des éditions VisiMuZ
Table des matières
Table des illustrations
Crédits photos
Planches

Table des illustrations

Alfred SISLEY (1839-1899)
[5]Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1865
[6]Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud, 1865
[7]Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1867
[8]Rue de village à Marlotte, 1866
[9]Femmes allant au bois (rue de Marlotte), 1866
[10]Garde-champêtre dans la forêt de Fontainebleau, 1870
[11]Le Héron aux ailes déployées, ca 1867
[13]Vue de Montmartre, depuis la cité des Fleurs aux Batignolles, 1869
[14]Chemin bordant le parc de Courances, 1868
[15]Vue du canal Saint-Martin, 1870
[16]Péniches sur le canal Saint-Martin, Paris, 1870
[17]La Leçon, 1871
[18]Rue de Voisins, Louveciennes, première neige, 1871-72
[19]Bateau à vapeur de rivière et pont, 1871
[21]Rue de la Chaussée à Argenteuil, 1872
[22]La Grande Rue à Argenteuil, ca 1872
[23]Boulevard Héloïse, Argenteuil, 1872
[24]Passerelle d'Argenteuil, 1872

Frédéric BAZILLE (1841-1870)
[12]Nature morte au héron (Le Héron aux ailes déployées), 1867
Claude MONET (1840-1926)
[20]Madame Monet et une amie dans le jardin, 1872
Pierre Auguste RENOIR (1841-1919)
[1]Portrait de William Sisley, 1864
[2]Portrait de Sisley, 1864-68
[3]Alfred Sisley et sa femme, 1868
[4]Le Cabaret de la mère Anthony, 1866
180 autres reproductions sont à retrouver dans l'ouvrage complet.

Crédits photos

[1] Portrait de William Sisley
Licence : CC-PD-Mark, PD-Art (PD-old-auto)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pierre-Auguste_Renoir_-_William_Sisley.jpg?uselang=fr
Auteur : Oxxo
[2] Portrait de Sisley
Licence : CC-PD-Mark, PD-Art (Yorck Project)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pierre-Auguste_Renoir_110.jpg?uselang=fr
Auteur : File Upload Bot (Eloquence)
[3] Alfred Sisley et sa femme
Licence : VisiMuZ
Source : VisiMuZ
Auteur : François Blondel
[4] Le Cabaret de la mère Anthony
Licence : CC-BY-SA-3.0
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Renoir_mother_anthonys_tavern_1866.JPG?uselang=fr
Auteur : Bjoertvedt
[5] Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud
Licence : CC-PD-Mark, PD-Art (PD-old-100)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Allee_de_chataigniers_-_Alfred_Sisley.jpg?uselang=fr
Auteur : Spanish Castle Magic
[6] Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud
Licence : CC-PD-Mark, PD-Art (Yorck Project)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alfred_Sisley_037.jpg?uselang=fr
Auteur : File Upload Bot (Eloquence)
[7] Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud
Licence : VisiMuZ
Source : http://www.the-athenaeum.org/art/detail.php?ID=851
Auteur : Courtesy The Athenaeum, rocsdad
[8] Rue de village à Marlotte
Licence : CC-PD-Mark, PD-Art (PD-old-auto-1923), PD-Art (Yorck Project), PD-old-100-1923
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alfred_Sisley_-_Rue_de_village_%C3%A0_Marlotte,_1866.jpg?uselang=fr
Auteur : File Upload Bot (Eloquence)
[9] Femmes allant au bois (rue de Marlotte)
Licence : CC-PD-Mark, PD 1923, PD-Art (PD-old-auto)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alfred_Sisley_-_Women_Going_to_the_Woods_-_Google_Art_Project.jpg?uselang=fr
Auteur : DcoetzeeBot
[10] Garde-champêtre dans la forêt de Fontainebleau
Licence : VisiMuZ
Source : http://www.the-athenaeum.org/art/detail.php?ID=855
Auteur : Courtesy The Athenaeum, rocsdad
[11] Le Héron aux ailes déployées
Licence : CC-BY-SA-3.0, CC-PD-Mark, PD-Art (PD-old-100)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sisley-H%C3%A9ron.JPG?uselang=fr
Auteur : Rvalette
[12] Nature morte au héron (Le Héron aux ailes déployées)
Licence : CC-BY-SA-3.0, CC-PD-Mark, PD-Art (PD-old-100)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Bazille-Nature_morte_au_h%C3%A9ron.JPG
Auteur : Rvalette
[13] Vue de Montmartre, depuis la cité des Fleurs aux Batignolles
Licence : VisiMuZ
Source : VisiMuZ
Auteur : François Blondel
[14] Chemin bordant le parc de Courances
Licence : VisiMuZ
Source : http://www.the-athenaeum.org/art/detail.php?ID=36049
Auteur : Courtesy The Athenaeum, rocsdad
[15] Vue du canal Saint-Martin
Licence : VisiMuZ
Source : VisiMuZ
Auteur : François Blondel
[16] Péniches sur le canal Saint-Martin, Paris
Licence : CC-PD-Mark, PD-Art (PD-old-100)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alfred_Sisley_034.jpg?uselang=fr
Auteur : Pimbrils
[17] La Leçon
Licence : VisiMuZ
Source : http://www.the-athenaeum.org/art/detail.php?ID=895
Auteur : Courtesy The Athenaeum, rocsdad
[19] Bateau à vapeur de rivière et pont
Licence : VisiMuZ
Source : http://www.wikiart.org/en/alfred-sisley/river-steamboat-and-bridge-1871
Auteur : Courtesy wikiart.org
[20] Madame Monet et une amie dans le jardin
Licence : VisiMuZ
Source : http://www.the-athenaeum.org/art/detail.php?ID=125697
Auteur : Courtesy The AThenaeum, kohn1fox
[21] Rue de la Chaussée à Argenteuil
Licence : CC-PD-Mark, PD-Art (Yorck Project)
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alfred_Sisley_048.jpg?uselang=fr
Auteur : File Upload Bot (Eloquence)
[22] La Grande Rue à Argenteuil
Licence : VisiMuZ
Source : http://www.the-athenaeum.org/art/detail.php?ID=22555
Auteur : Courtesy The Athenaeum, rocsdad
[23] Boulevard Héloïse, Argenteuil
Licence : VisiMuZ
Source : NGA
Auteur : Courtesy The National Gallery Of Art, Washington

[24] Passerelle d'Argenteuil
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Sisley-Footbridge_at_Argenteuil.jpg
Auteur : Redacteur Tibet

Planches
Portrait de William Sisley
<[1] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de William Sisley, 1864, huile sur toile, 81,5 x 65,5 cm, musée d'Orsay, Paris
Portrait de Sisley
<[2] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de Sisley, 1864-68, huile sur toile, 81 x 65 cm, fondation Bührle, Zurich
Alfred Sisley et sa femme
<[3] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Alfred Sisley et sa femme, 1868, huile sur toile, 105 x 75 cm, Wallraf-Richartz Museum, Cologne
Le Cabaret de la mère Anthony
<[4] Pierre Auguste RENOIR (1841-1919), Le Cabaret de la mère Anthony, 1866, huile sur toile, 195 x 130 cm, National Museum, Stockholm
Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud
<[5] Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud, 1865, huile sur toile, 129 x 208 cm, Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la ville de Paris D1
Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud
<[6] Allée de châtaigniers à La Celle-Saint-Cloud, 1865, huile sur toile, 50 x 65 cm, Ordrupgaard, Charlottenslund, Danemark D2
Allée de châtaigniers près de La Celle-Saint-Cloud