Des Halles au Forum

De
Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 218
EAN13 : 9782296271203
Nombre de pages : 176
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DES HALLES AU FORUM Métamorphoses au cœur de Paris

Dans la Collection
Sous la direction d'Alain

«

Villes et Entreprises»
Bourdin et de jœn Rémy

Michèle Martine Collectif,

Odéyé-Finzi, Camacho, Nourrir

Les Associations

en villes africaines, Dakar-Brazzaville, municipale

1985. 1986.

Les Poubelles de la survie. La décharge L'Industrie au Mali, 1986. 1986. 1986. les villes en AfrÛJue sub-saharienne,

de Tananarive,

Alain Maharaux, Guy Mainet,

Douala. Croissance et servitudes,

J.-C Willame, Zaïre. L'Épopée d'Inga. Chronique d'une prédation industrielle, P. van Dujk, Burkina Faso. Le secteur infonnel de Ouagadougou, 1986. P. van Dujk, Sénégal. Le secteur infonnel A. Durand-Lasserve, logement, Collectif, Collectif, Collectif, Collectif, Collectif, Collectif, Collectif, Collectif, Économie G. Spencer A. Foureaut M. Cahen, Collectif, 1986. Droit de cité. A la rencontre des habitants des banlieues délaissées, 1986. Construire en plâtre, 1986. au Maroc, 1987. stratégie urbaine et politique Économie de la construction Métropoles Économie de la construction de Sid Boubekeur, Économie de la construction Économie de la construction Économie de la construction Production O. Rolland, L'Exclusion de Dakar, 1986. dans les villes du Tiers-Monde. des pauvres

1986.

Accès au sol et au

Marc Nolhier,

de l'Asie du Sud-Est,

du logement,

1987.

à Lomé, 1987. Économie de la construction au Caire, 1987. à Nouakchott, 1987. 1987. à Abidjan, 1987. à Hyberabad, 1987. 1 et 2,1988. à Kinshasa, 1987. M. Titecat, Économie de la construction à Tunis, 1987.

Sous la direction

de l'habitat à Antananarivo,

M. Colombart-Prout,

et Humanisme,

Économie de la construction (collectif),

Hull, La petite entreprise à l'ordre du jour, 1987. Processus d'urbanisation en AfYÛfue, tomes (collectif), Un siècle de banlieue parisienne (1859-1964),1988. 1989. en

C Coquery-Vidrovitch

Bourgs et villes en AfrÛJue lusophone, 1989. État, ville et mouvements Négociants sociaux au Maghreb et au Moyen-Orient, au long cours. Rôle moteur du commerce dans une région de Côte-d'Ivoire (collectif), (collectif), Les investissements Villes ouvrières, 1989. 1990. du territoire au Maroc, 1990. 1991. 1992. méthodologÛJue, 1989. publics dans les vil/es africaines (1930-1985),

S. Bredeloup, déclin, 1989. S. Dulucq 1989. S. Magri E. Gapyisi, Jacques Collectif,

et O. Goerg et C Topalof

Le défi urbain en Afrique, Sites urbains en mutation,

Dreyfus,

La société du confort, 1990. politÛJue d'aménagement une investigation

N. Brejon de Lavergnée, J.-P. Gaudin, R. Prost, Conception

Desseins de villes. Art urbain et urbanisme, architecturale,

@ Éditions

L'Harmattan,

1992

ISBN: 2-7384-1532-6

PIERRE-FRANÇOIS LARGE

DES HALLES AU FORUM

Métamorphoses au coeur de Paris

Édition l'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

SOMMAIRE
Préface par André WOGENSCKy Avant-propos Chronologie ................. ................ ..............

9 11 13

I

ARCHÉOLOGIE

DU QUARTIER
17 23 29 36 46

Des origines au « Fort de la Halle» ............................................................. Le rôle d'Haussmann .............. Les parapluies de Baltard: un succès.......................................................... Gens des Halles ............................................................................................. Notes ... .............. II

POLÉMIQUES

ARCHITECTURALES ......................................... ..... ................. ...... 53 63 70 78

La destruction des pavillons Architecture et poli tique. Les conséquences socio-démographiques Notes III

ÉPUISEMENT DU LIEU
Anatomie des niveaux Nouveaux espaces... Les usagers et les pratiques de l'espace Un lieu « dangereux» Notes ...
IV

83 95 99 111 126

UNE NOUVELLE FORME D'URBANISME COMMERCIAL
Début..............................................................................................................

Notes Bibliographie Annexes

...

131 ..... 143 ................ 145 .............. 153

PRÉFACE En cette fin de vingtième siècle, il est urgent de faire le lien entre sociologie et architecture, l'architecture étant prise en son sens très large qui englobe l'urbanisme. Car il est nécessaire de comprendre que l'organisation architecturale d'un

milieu physique n'est pas inerte mais puissamment active sur tous les
comportements humains. L'architecture n'est pas seulement cette sorte de décoration des bâtiments à laquelle on a souvent limité son rôle, mais une véritable organisation des multiples actions que tout milieu physique exerce sur tout être vivant, et donc sur nous tous, les hommes. Si l'organisation architecturale du milieu agit sur la santé et sur toutes les activités, depuis les gestes et mouvements les plus simples jusqu'aux activités les plus complexes, individuelles et collectives, le «milieu architecture» agit tout particulièrement sur les comportements psychologiques et sociologiques, sur les courants de pensée individuels ou collectifs. n n'est pas de groupe social qui ne soit sous la pression du milieu architectural. Et c'est bien pour cela que ce milieu peut être ressenti comme laid ou comme beau. C'est le grand mérite de Pierre-François Large de l'avoir compris et d'avoir observé, étudié, interrogé un groupe collectif, d'ailleurs mouvant, dans un milieu architectural bien défini. C'est ce qui fait l'un des grands intérêts de son étude. Je souhaite qu'elle soit suivie d'autres recherches en sociologie d'une part, en architecture de l'autre et qu'elles ne soient pas étudiées séparément comme deux étrangères, mais ensemble, dans leurs dépendances, dans les actions et réactions qu'elles exercent l'une sur l'autre, étude dont elles ne peuvent qu'être l'une et l'autre enrichies et embellies. André WOGENSCKY Architecte
Septembre 1991

9

AVANT -PROPOS
Cet ouvrage est consacré à l'étude sociologique d'un lieu parisien: le quartier des Halles, du temps du premier marché à l'actuel Forum, auquel il s'intéresse plus particulièrement. L'origine de ce travail est pour le moins fortuite; en effet, c'est en lisant, en décembre 1981, un quotidien du soir relatant un fait divers, l'assassinat d'un clochard par un vigile au Forum, que notre intérêt se porta vers ce lieu. Nous avons donc mené une analyse historique, depuis le temps du àmetière des Innocents jusqu'à la destruction des pavillons de Baltard. Dans ce lieu chargé d'histoire, et d'une intense vie urbaine, nous insistons sur les moments charnières que représentent la construction des Halles de Baltard (1857-1869) et le déménagement du marché à Rungis (1969). Les pavillons sont démolis en 1971, et l'on se trouve alors face au plus grand chantier d'urbanisme parisien, cet immense trou. Après de multiples hésitations politiques et architecturales, nous aboutissons à la construction du Forum des Halles, inauguré en septembre 1979. Il s'agit, à ce moment-là, de faire battre à nouveau le cœur de Paris en y donnant, selon ses concepteurs, «des éléments d'animation et de rencontre ». Quant au Forum proprement dit, nous nous promenons à travers ses rues commerçantes, ce qui va nous permettre de distinguer la spécificité de chaque niveau; puis nous explorons de façon approfondie ce microcosme, en tentant de voir quelles populations fréquentent le Forum, comment elles vivent, utilisent, organisent cet espace. Discernant divers types d'usagers, nous montrons que le Forum n'est pas qu'un lieu commercial (sa vocation première), mais a également d'autres fonctions (flânerie, visite touristique,

lieu de transit, lieu « d'abri pour les gens sans abri »...) ; enfin nous abordons la question de ce lieu « dangereux », si souvent évoquée. Nous terminons ce livre en nous demandant s'il n'existe pas, dans l'histoire de l'urbanisme commeràal parisien, d'autres lieux « fermés »,
proches du Forum des Halles (passages, galeries...). Un tel travail implique donc une recherche pluridisciplinaire. En effet, si on suppose que, rejetant tout réductionnisme, l'on ne se contente pas de se restreindre à un seul domaine, travailler de façon féconde sur un objet urbain tel que le quartier des Halles et son Forum - objet difficile à cerner dans l'ensemble de ses dimensions - exige une approche qui se situe au croisement de disciplines différentes: la soàologie, l'anthropologie mais aussi l'histoire, l'urbanisme... à travers maints matériaux de provenances et de natures diverses. En ce qui concerne le quartier des Halles jusqu'au départ du marché, nous avons essentiellement collecté et dépouillé de nombreux documents, trouvés à la Bibliothèque Historique de la ville de Paris et à la Bibliothèque 11

Nationale notamment. Nous avons également mené quelques entretiens, ressemblant le plus souvent à des discussions« à bâtons rompus », avec des personnes qui ont habité ou travaillé dans ce quartier, nous apportant le frémissement du vécu. Au Forum, la méthode qui a paru la plus intéressante, et que nous avons privilégiée, est celle de l'observation, au sens artisanal du terme, afin « d'explorer le milieu» et d'en faire une description la plus précise possible.
Parcourir, errer, chercher, se demander, observer, noter (tout), déchiffrer ou décrypter, décrire, avec obstination ce que nous voyons et ce que nous entendons, tel est notre travail. Permettons-nous, ici, de nous inspirer de Georges Perec, observant d'un café la place Saint-Sulpice « il faut y aller doucement, presque bêtement. Se forcer à écrire ce qui n'a pas d'intérêt, ce qui est le plus évident, le plus connu, le plus terne (...) ne s'approprier l'espace que par une lente immersion (...) se faire greffier de la réalité, la laisser s'imposer sans intervenir (...) et fonder ainsi notre anthropologie ». C'est ce que nous avons tenté de faire au Forum. Il va sans dire que l'ensemble de cette recherche n'a pas pu se faire en solitaire. Il serait trop long d'énumérer les noms de tous ceux qui ont mis à notre disposition leurs diverses compétences au cours des différentes étapes de notre travail. Nous tenons, néanmoins, à remercier tout particulièrement notre ami Americo Mariano, dont les travaux photographiques ont permis de corroborer nos observations. Nous avons également eu la chance de bénéficier des avis de divers universitaires et spécialistes. Nous pensons à Carmen Bemand avec qui nous avons commencé cette étude il y a quelques années déjà, AndréMarcel d'Ans, Pierre Fougeyrollas toujours disponibles à notre égard, et André Wogenscky, architecte, qui nous ont fait l'honneur de participer à notre jury de thèse. Nous tenons enfin à exprimer ici toute notre reconnaissance à Jean Duvignaud, pour les critiques toujours fécondes qu'il a pu nous faire afin de mener à bien ce travail. Sans lui aurions-nous abouti à cet ouvrage?

12

QUELQUES GRANDES DATES
1137 : Décret royal: un marché aux Champeaux établi hors des murs inaugure la vocation commerciale du quartier. 1532: (à partir de). Construction de l'église Saint-Eustache. 1550 -1560: La réformation des Halles. Nouvelle volonté d'aménagement attestant du rôle des Halles comme foyer économique. 1748: La disparition de l'hôtel de Soissons. 1762 : Construction de la Halle au blé. 1780: Fermeture du cimetière des Saints-Innocents. 1818 : Construction sur les emplacements libérés des anciennes halles du marché des Prouvaires. 1851 : 15 septembre: Pose de la première pierre du «Fort de la halle» de Baltard. 1853 : 3 juin: Cessation des travaux. 1853 : 26 juin: Le baron Haussmann est nommé préfet. 1854 : Chantier des Halles à nouveau confié à Baltard. Le pavillon de pierre sera démoli. 1857 : 26 octobre et 28 décembre: Achèvement de quatre pavillons des Halles, en fer et en fonte, selon la volonté de Napoléon III. 1858 : 25 janvier: A nouveau deux autres pavillons. 1860 : 8 octobre: Le corps de l'Est est achevé: Création d'un nouveau pavillon. 1869 : 3 mai: Achèvement d'un autre pavillon. 1873 : Publication du roman d'Émile Zola, Le ventre de Paris. 1874: 11 avril: Achèvement d'un nouveau pavillon. 1935: 4 février: On commence la construction des deux derniers pavillons de Baltard. 1959 : 6 janvier: Décision de transférer les Halles à Rungis. 1969 : 4-5 mars: Déménagement des Halles à Rungis. 1969 :Octobre: Création de la S.E.M.A.H. 1970 : Animation dans les pavillons. 1971 : 2 août: La démolition des pavillons commence. 1977: 31 janvier: Inauguration du Centre Pompidou. 1977: 28 mai: Jacques Chirac maire de Paris. 1977: 7 décembre: Mise en service de la nouvelle station du R.E.R. 1979 : 4 septembre: Inauguration du Forum. 1985: 27 novembre: Inauguration des équipements publics de l'espace Eustache-Bourse. 1986: 1er octobre : Ouverture du« Nouveau Forum ».

13

I

ARCHÉOLOGIE

DU QUARTIER

DES ORIGINES AU
«

«

FORT DE LA HALLE»

Qu'il est donc malaisé d'écrire l'histoire des Halles: leur fondation

remonte si loin dans le temps, à une époque où les historiens ne se souciaient guère de nous laisser des documents. Et il Y eut tant de transformations depuis le modeste marché primitif et les abris rudimentaires construits par Philippe-Auguste jusqu'aux immenses pavillons que nous voyons aujourd'hui! » (IL et nous ajouterons: jusqu'au forum ! L'existence des marchés, en général, remonte à la plus haute antiquité, répondant à la nécessité de mettre en rapport direct l'offre et la demande, plus exactement le producteur et le consommateur. Il doit donc y avoir des marchés à Paris dès l'époque romaine mais dont on sait très peu de choses, sinon qu'ils doivent se trouver sur les bords de la Seine, permettant un commerce fluvial. Aux premiers siècles de notre ère, les terrains de la rive droite de la Seine sont des marécages entrecoupés de quelques cultures; on appelle ce lieu« les campelli », c'est-à-dire petits champs ou champeaux. Peu après la conquête de la Gaule, les Romains prennent l'habitude d'amasser là blé et troupeaux, butins et réserves, tandis qu'ils y aménagent même un Forum (2). Peut-on, déjà à cette époque, parler vraiment de marché ou plutôt d'entrepôt? Le premier « vrai» marché ason siège, en plein air, dans la cité même, où se trouve d'ailleurs presque toute la population. Quelque temps après,

lorsque la cité se développe, il faut transférer ce marché, dit « marché Palu»,
place de Grève, à l'emplacement actuel de l'hôtel de ville. Autour de la cité, s'établit alors sur la rive gauche le quartier des

étudiants,

«

l'Université»

; de l'autre côté, rive droite, « Outre-Pont », la

ville en pleine expansion, lieu d'échanges et de commerces. Au centre, sur l'île de la cité, le palais du roi constitue le siège du pouvoir. En 1137, Louis VI le Gros décide de créer un marché en plein air, en remplacement du marché Palu de l'île de la Cité et de celui de la place de Grève devenus sans doute insuffisants, aux champeaux, à peu près à l'emplacement des anciennes Halles. On dit de ce terrain qu'il est bien placé, 17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.