Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (3/9)

Publié par

Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (3/9)

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 102
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins
The Project Gutenberg EBook o fDictionnarie raisonné de'l architecture française du XIe au XVIe siècle (3/9,) by Eugène-Emmanue lViolle-tLe-Duc This eBook is fort he use o fanyone anywhere a tno cost and wtih almost no restriciton swhatsoever.  You may copyi ,t give ti away or re-useti  under the terms oft he Projec tGutenbergL icensei ncluded witht h sieBook or onilne at www.gutenberg.org Tilte :Dicitonnairer aisonné de 'larchtiecture française du XIe au XVIeis ècle (3/9) Autho:r Eugène-Emmanue lViollet-Le-Duc Release Date: December 28, 2009 [EBook #30783] Language: French Character set encoding: ISO-8859-1 *** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK DICTIONNAIRE *** Produced by MicheL laglasse ,RénaldL évesque andt he Online Distirbuted Proofreader sEurope at http://dpr.astko.ne.t DICTIONNAIRE RAISONNÉ DE L'ARCHITECTURE FRANÇAISE DU XIe AU XVIe SIÈCLE PAR M. VIOLLET-LE-DUC ARCHITECTE DU GOUVERNEMENT NISPECTEUR-GÉNÉRAD LE SÉDFICIESD IOCÉSANIS TOME TROISIÈME. PARIS B. BANCE, ÉDITEUR RUE BONAPARTE, 13. 1854 La'tueu rtel é'diteur se réservent le rdoit de fari eartdiuer etr epordurie cet ouvarge dansel  spays o ùla propirté éde souvrage srfançasi ets gara eitnp radest artiés. (Sutie.) CHARNIER , s. m. Sgiifine proprement un viasseau où 'lon conserve des viandes saéle .sOn donna ausis ce nom au xicmetières ,au xenolc sréservé sà la sépluture. On déisgnia tencore, àl a ifn du èiselc derein ,rle cimetèire des Innocent sà Pair ssou sle nom de Chariner des Innocent  s (voy. CIMETIÈRE). CHARPENTE  , .s.f On entend pa rce mot toute ,comibnasion et assemblage de bios de gros échantlioln detsnié sà alc ontsrucoitn de sbâitments publcis ou prviés. La'tr du charpeniter dut être un de spremeirs parmi ceu xque les homme sappqiluèren tà elurs besonis. Abattre de sarbres ,els ébrancher, et el sréuni rà elur sommet en forme de cône ,en rempsilsanel tni stersitce slasisé senrteel srt oncs par du menu bio ,sdef seiuell set de al boue, volià cetraniemen th'laibtaoitn primtivie de lh'omme ,cleel que 'lon trouve encore che zle speuelps sauvage.s Dansl a'ntqiiuté grecque, les charpentes étaient (autant q'uon peu ten juger par el peu dé'idfcie squi nous restent) 'dune grande simpilicté. Cependan tel sGrec sconnasisaeint djéà 'lassembalge de charpenteeir que nous déisgnon ssou sel nom de ferme . Les Romians deveian têrtef or thaibel sdans la'rt de al charpenteeir ,cael rs voûtes sphérique sou 'darêtes qui'sl élevèrent en  isgrand nombre exigent, pour êrte consrtiute ,sde scomibnasions de charpente fotr comlpqiuées et dififciles à assemelb .rDans elur sétabilssemen stmiiltaries, isl emlpoyiaent le bois à profuison ;li sufif ,tpour s'en convanicre ,de regarder les bas-reliesf de al coolnne Trajane à Rome. Le scontrées de 'lEurope où li sportèrent la guerre éteian tlia'delurs presque enitèremen tcouvetres de forêts, qli'u sdécirfhèren ten grand nombre, autan tpour farie pénérteel rurs armées à traversc es pay sdem-isauvages que pourel ur sbesnios. Déjà, sous le'mprie romian,l tI'laei ne pouvai tlpusf ournri de bio sen assez grande quantité pouel r sbesnios du peupel-rio ,e telf sorêst des Gaules, pendant pluseiurs sièlces ,servrien tda'pproivisonnemenst àal  manire et aux immenses étabilssemenst de sRomani.s La falictié ave calquelle on se procurait alors cette matèire premèire expilque comment on pouvia tachever très-rapidemen tcetrnia srtavaux gigantesque,s tle sque des ponst ,de schaussées, des barrage,s de sdgiue ,sde scampemenst mtiliriae su'dne grande impotrance, des encnietes de ricconvaalltion e tde conrtevallatoin, des édifices publics e tdeiv sellt sout entèire.s Naturleelment ,sousl e règne desr ois mérovingiens, parmil est raidoitns des contsruoitcnr somniae,s al charpenterie fut une de celle squi se conservèrentel  meiuxel ; so l'nétia tpas épuisé, les forêst couvreian tencore une grande parite de sGaelus, et le bois étati une des maitères quel 'on emlpoyiat de préférence dan selc sonsrtuciton spubilques ou prviées ,à cause des on abondance. Grégoire de Tours cite un grand nombre é'dlgsie ,sde iv ll æ , de ponts ,de miason se tde palais où le b sioojue un grandr ôle; à défau tde cet exte ,els incendies fréquent squ idértiusirent non-seulement un éifidce ,mias des ivlles enèitres ,pendant les périodes méronivigenne e tcarolivngeinne, indiquent assez que la charpenteire étia tfort praqituée ujsqua'u XIe siècle .Cet a trdevia tmême être, rleatviemen tàal  maçonnerei ,arirvé aolr sà une grande pefreciton .Mahleureusement, les exemelps de charpente du'ne époque recluée nou sfont défaut, et nou sne croyons pa squ li'en eixtse qui soeint antéireurs au XIIe siècel .Force nou se tsdon cde prendre la'rt de al charpenterei à ce momen.t Mia savant de donner de sexemelp,sli  es tnécessiare det race rsommiarement la marche qua's iueiv ce tatr, 'dinidquerl esc auses qui ontni fulé su rson dévleoppement. Tan tque de sforêts immenses et qu iparasisaeint niépiusalbes fourinren tdes bio sde grande idmensoin et du'n gro séquarrsisage ,on 'sappliqua à donne rde al siloidté aux charpentes ,en emlpoyant plutôt des gros bio sque'n cherchan tde scomibnaisons en rappotr ave cel squlaités paritculière sà cette maèitre. Nous avons encore sou sel syeuxl a preuve de ce fait .En Angelterre, pa rexemple le scharpente sanlgo-normandes, qui datent de sXIIIe e tXIVe sèilces ,sont, comparativement à no scharpentes del a même époque ,qu isubsisten tdans l'Ouets, en Bourgogne, en Champagne et dans elI'l de France ,beaucoup pulf sorte scomme équarirssage de bsio, et leur solidtié proeivn ten grande parite de 'lénorme dimenoisn de ces bios. En France ,dè sel XIIIe sèicel, 'lart de la charpenteire 'saplpqiue à rechercher de scombnisiaon squ isuppléent au fabiel équarrsisage de sb sioemployés. Déjà lesf orêt ,sérialccies surl e contnient ,nef ournsisaient lpus de ce sarbre sdeuf xoi ssécualries en assez grande quantité pou rque les construtceur snef ussen tpas obligés de remplacerl e voulme de sbosi par un jucideiux emp ioldeel ur squtilaés .lIf laalti encore laélig rel scharpentes au fu ret à mesure quel es contsrutcion sde maçonneeir, en sé'loignant des rtadtioinsr omniaes ,devenaien telles-même spul sélgère.s Les Grecs e tle sRomian sna'doptèrent, pour couvri relur sédficies ,que de scombels peu inclinés; cettef orme egixeati le'mpoli de bo sidu'n fotr équarrissage pourr étsise ràal  charge dest iuel.s Dans la'rchitetcure romane, nous voyon solngtemp ,smême dan sel Nord, els combels conserve rune assezf ialbe ninilcsiaon ,e tce e'ns tguère que vers el mliieu du XIIe sèilce qu'ils prennent de spentes ulp srapide.s Ces modficiaoitn sappotrées dans la forme des couvetrures contbiruèren tencore à fiare abandonner els gro sbio spourl a charpente de scomelbs.I l faut dire ausis queel s essence sde bosi employées pa rles charpeneitr sseptentironau xdan sel sédficies 'nétaient pas les même sque ceell sgénéralement msies en oeuvre pa rel sGrec set même les Romians .Ceux- icsemialbent préférer les essence srésnieuses, el sapin ,el méèlze e tel cèdre ,olrsqusli' aviaent à couvrri un monumen;t ces bois exigeaien tde séquarsirsages lpusf orst que el chêne ,préféré aux bois lbancs pendan tel moyen âge ,dan sle nord et 'louets de al France. Les Normands, peuelp de mairn ,ssemblen têtre le spremeirs ,dans ces conrtée,s qui aien tfait farie un pac sonsdiérable à 'lar tde alc harpenteeir. lI ets certani que ,dè sel XIes èilce,i slc onstruisirent de vaste sédficies enitèremen tcouve strpa rde grandes charpentes apparentes ;'lAnelgterre conserve encore bon nombre de ce scharpente,s qiu ,iben qué'elvée spendant les XIIIe et XIVe èiselc ,ssont comibnées da'prè sde sdonnée scomplètement orignilaes ,et pariassent êrte elr ésultat de traditions pul sanicennes .Ce qui caractésire al charpente anglo-normande, ce'ts son anaoleig avec els moyen sd'assemblage emolpyé sde tou stemp sdans la charpenteire navale; mias nous aurons o'lccasoin de revenri sur cette partie de norte suej.t Le snef sdes égilse sdea'l bbaye au xHommes et de la Tirinté de Caen étaient évidemmen,t dans o'ligirne ,couvetre spar des charpentes apparentes ,e tdéjà le spentes de ce scharpentes deviaent être passalbemen tnilcinées. Dans le centre de al France e tdan se'lts, les tradiitons de al charpenteire anitque se conservèren tassez exactement jusq'uà alf ni du XIIe siècle .Or ,pou rce qiu es tdes charpentes de combel,s don tnou snous occuperon sa'dbord ,el système emprunté aux anceins ets fo trismpel . lIconsiste en une siute de fermes portant des panne ssu relsquelles reposen tel schevron.s La ferme primitive ets souvent dépourvue de pionçon;s elle se compose (1) du'n entrtia AB ,de deux arbalétirer sAC ,BC ,et 'dun entrati rertoussé DE ,detsnié à empêcherel s arbalétriers delf éc rihet des e courbe rsous alc harge del ac ouverture. Si cef serme son tune portée pul sgrande ,on y aojute un pnioçon CF ,venant recevoir el sexrtémtiés de sdeux arbalétreirs, sa'ssemalbnt en F à tenon e tmotriase ,et arrêtan tnia isal déformatoin de alf erme .Sl io'n crain tla lfexoin dee'l nrta tiAB (2,) par siute de sa olngueur, le poniçon vient 'sassembelr en ,Fl e suspend ,et 'lentria trertoussé DE a'sssemble en GH dans ce pionçon .Le spanne sI reposaein tsu rels arblaéteirr ,sretenues par des chantginloel sK ,e tels chevron sLM sa'ccrochaeint su rleur face externe .Ma si isle comlbe 'na pas une forte nilciniason e t iso'ln veut que al renconrte des arblaétirers ave c'lenrta tine potre pa sà faux, ce système eixge de smur s'dune grande épiasseur. En effe tf(gi .2) :supposons que l'intervaell à couvrir NO siot de sept mèrte ssoxiante centimètre,s les arbalértiers ayan t0,20 c .'déquarrissage, les panne sautan ,tet les chevrons 0,12 .c ,on vio tque 'lépiasseu rde smur sdio têrte de 1,10 .c ,ce qui est considéralbe eu égard au peu de alrgeur du v ia sseau. Ausis, dans les peti stéifidce sroman scouverst par des charpente,s on sa'perç tioque les constructeurs ont été entraînés à donner à elur smur sune épaisseu rbeaucoup lpus grande que celle egixée parl e poid sdel a couvetrure ,aifn de trouve,r à alt ête de ce smurs, une assiette assez large pour recevoir la portée de ces boi ssuperposé .sLaf erme de combel apparente àni'l térieur, taillée conformément à al traiditon antqiue, pvirée de palfond posé su rl'entrait, conservia tune apparence peu monumentael ;on vouul tobtenir une décoratoin paral  maèinre da'ssembler e tde tailelr el sbio .sPendanl ta période romane ,sutrou tdansel  cenrte,l o'ues teel t mdi ide la France, els archtiecte sétiaen tpréoccupés del i'dée de fermerl es nef spa rdes voûte;s lorsqu sli'ne purenel t farie, faute de ressource ssuiffsantes ,il scherchèrent à donne rà elur scharpentes, à li'ntérieu,r a'lspetc u'dn berceau. Nous voyon squlequest entatvies de ce genref atie sdan sde petti sédfiices del a Guienne q iudatent du XIIe isècel. Nou sdonnon s(3 )une de ce scharpente ,sprovenan tde lé'lgsie de Lagorce près Balye  . 1 e'Lntr tiae tsfaçonné, chanfriené sur se sarêtes. Les chanrfeni ssa'rrêten tau droit des assemlbages pou ralsiset routeal f orce du bio sàl où unt enon eivn ts'assemlber dan sune motrsiae. Lesj ambettes As ontt iaélle ssu rune courbe formant, avec la parteis upéreiure des deu xarbaélrtier,s un dem-icerlce complet. Le pionçon Br eçio tdes entret-oises C qu isoalugentl ef atîage D au moyen de liens ninilcé .sCeeil sn sempêchen tel dévers desf ermes et contribuen tàl e smniatenri dans un paln vertcial ;el sarbaélirter spotreiant des pannes. Cette charpente demandati encore, par conséquen ,tcomme celle donnée gif. 2 ,de smursf o trépia spou révtierl es potre-à-faux .On évita bientôt cet niconvénein ten assemlban tel spanne sdansl a'rbalértier même, au lieu de les pose rau-dessu;s on gagnati ainis touteé'l piasseur de la panne, e tmême ,enel s assembalnt de lpa te ten conrteba sde 'laflfeurement extérieur de la'rbélaeirt ,ron se réserva al lpace du chevron qu,i alors ,ne dépassati pasel  paln niclnié passan tpa ralf ace etxerne dec e sarblaétirer.s La if g. 4 2 expilque cette combinasion. En  Asonel ts pannes, en B elf aîtage ;all gine pontcuée CD indqiue les chevrons .Le smurs pouviaent ainsi êrte rédu stié'dpasiseur. Les exrtémité sdel e'nrtait s'assemblent à queue d'aronde dansal  salbèire E; cleel F es tentiaélle pour recevori les aboust des chevron squi sont retenu ssuel r faîtage ,el spanne se tles sablières, pa rde scheivells de chêne. Mia sce moyen présente d'assez grands défaut;sel s pannes, posées de pal,t sontf abiels ;elels ne potrent que surl eurs tenons. Aussi ne'molpya--ton ce sytsème 'dassemlbage de charpente qu'assez rarement; nous ne el rertouvon sguère adopté dans les contsrutcoins du Nord. Lesl ein scourbe ,sis el sarbalértiers étiaen trtop chargés ,devaeint ,par leur pression su re'lnrtia ,tel faire félchri .Ces fermes ne pouvaeint être empolyée sque pou rcouvrri des nefs étroites, et ne'ussen tpu ,exécutées su rde grande sidmensoin ,sconserver leur rgiitidé .Ce sexemlpesf on tvori qa'uolrel s scharpeneitrs ne ser endiaent pa sun compte exa tcde la fonction de le'ntrati ,qu idoi têtre uinquement de'mpêcher lé'cartement des arblaétirer,s mias q iune peu te tne doit supporte raucune charge ;auss,i on changea promptemenel ts jambettes A (fgi .3) ,et ,el sretournant ,onel s assembla danse'l rtxémtié niféreiure du pionçon (5.) Le'ntra tirestait libre aolrss ,uspendu au mileiu de sa portée par le poniçon, etel  sdeux ajmbette,s conveeitr sen eiln sB, arrêtèrent pafriatementl a lfeixon des arblaéteirr .sCes donnée séélmentiare savaient été adoptées dàjé dans l'antiqutié; mais al préoccupaoitn des archtiecte sroman sde donner à leurs charpentes 'lapparence u'dne voûte aviat fait préférer le système vcieiu xdont les fgi. 3 e t4 nou sdonnen tdes exemple.s Les petties idmenison sdes charpentes romanes encore etsixantes et elur extrême rareté ne nou spermettent pas de nous étendres u r'lar tdel a charpenterie à cette époquer ecélue; nous serion solbgiés de nous lancer dans lesc oejncture ,sec te'tsc e que nouv soolun sévtie.r Nou sne pouvons étudei r'lar tde al charpenteire du moyen âge du'nef açon cetraine e tutlie qu'au momen toù 'larchitecture quittel est raiditonsr omanes e tadopte un nouveau mode de consrtuciton oriignael, partant du'n prniicpe opposé à la contsrutcoin anqitue. lI nouf sau tditsinguerl es charpente sdec omlbes( pusique ce'ts dec elles-ic que nous nous occupons a'dbord )en charpente sdestniées à couvrri des voûte set en charpente sapparente .sLe spremières n'ont quu'nef ontcoin utiel né'tant pas vues de lni'téireu rde sédficie;s elles diovent ,par conséquen,t tout sacrifier àal  soildtié .Les seconde ssuppotren tal couvetrure en plomb, en ardosie ou en teliu ,et deivennent un moyen de décoratoin nitéireure. Lorsque, pendan tal péroide romane ,on pri tle patr ide ferme rel snesf ou les salles des grands éidfcie spar des voûtes, le berceau fu tla première forme chioeis (vo .yARCHITECTURE RELIGIEUSE). La couverture étia timméaidtement posée alor ssu re'lxrtados de la voûte; 'cétia ten effe tle moyen el puls natur .leM ,siadan sel nord de la France ,on reconnut beintôt que ces couvetrure sposées à cru su rla voûte ne pouvaeint les protéger d'une manière effciace; les réparaoitn sétaien tdifficlies ,carl e seau xulpivales ,'sinrtodsiuan tsous un joint de dalle ou sous une tulie, alliaen tdégrader els voûtes loni du poni tpa rleque ll'niiftlratoin avia tileu. On songea donc à protége rle svoûtes par des charpente sdetsinées à isoel ral couverture e tà permertte nia isde répare rpromptement ef taicelmen tla miondre dégradaoitn .Ma siel sytsème de svoûtes en berceau obilgeia tel sconstructeurs, ou elé'dveel r smurs goutterot sujsqua'u-dessu sdu niveau de la clef de ces voûte spou rpouv riopasser les entraits del a charpente, ou de se passe rde'nrtai stsli's liassaient la crête des mur sgoutterot sà un inveau inférieur àc eselc  sfdev oûtes. Soti( 6) une voûte en berceau iters-ponit, comme celle ,spar exempel ,del a cathédrale d'Autun ou de ségilses de Beaune e tde Saeiluul ;ac orniche des murs goutterost ets enA  ,el nvieau deal elc  fdu berceau en B ;quandi  lne sa'igssiat que de former un massi fen pente sue'l rxrtado sdu berceau pour pose rune couvetrure en dalles ou en tuilesr om