Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (9/9)

Publié par

Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle (9/9)

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 98
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
o ulail lréeeinse, Cvêlatuuedse seotu sa clec ocménpoatganpéhees, m daui s deanucpohrein, François, du prince Charles d'Orléans et de Charlotte de France, qui mourut âgée de huit ans. PDhisiloibnesr, t edne pl'Oasrsm aen,t ,c oqmuem cee a trocmhitbeecateu;, àa tPtriiebrurée Bpaorn tqeum eslq, umeasî-turen ss càu ldpetesu ra, rtbisotuersg eitoailsie ndse, Peasrti sd, ûq uài s'engagea, par un marché en date du 6 octobre 1552, moyennant 1699 livres, à faire une partie des 1cé10lè0b rleivsr ebsa sle-rse hlieufist fdiguu sretyslo dbea tFeo, retut nuen e( sfioguusr el ad uv ocûotuer odnun ceém neontat;p àh eG);e ràm Aaminb Proiliosne, Pqueir reext,é cquutia f ipt oleusr qBuigaotirgen eé veatn gJéelaisnte sd;e eBt oeunrgfiyn., Lpeosu rb el'lolerns efmigeunretast iocno,u càh éJeasc qaupepsa rCtiehnannetrnetl , àB al'sétciloel eG farallensç,a isPeie, rreet paraissent être sorties des ateliers de Jean Goujon. Quant à la statuaire du tombeau de Henri II, elle est tout entière de la main de Germain Pilon 51. Depuis la fin du XVe siècle, beaucoup de monuments funéraires adoptèrent cette disposition, d'une représentation du mort sous le cénotaphe, et du même personnage vivant, agenouillé sur le cfigouurreons ndeems epnet;r spounisn aogne esn a vgiennt oàu silulépsp rsiumre ur np asrofoclies , l'oeuff igsiuer dleu csaimdualvarcer,e e dt 'àu nn es aprlcuosp mhaognetr.e Tr oquutee floeiss ces compositions n'apparaissent pas en France, que nous sachions, avant la seconde moitié du XVe siècle. cAeut tXe VdIies,p oeslleitiso nd.eviennent assez fréquentes. Le tombeau de Charles VIII, à Saint-Denis, présentait Crehnaarilsessa nVcIIeI mfroaunrçuati slee . 7I la vértial i1t 4f9o8rt, pbaera uc o5n2s,é qeut ean t éstoén gtoramvbée apulu saipepuarsr tiefonist .d éGjàa ganuiè sretysle, ddaitn dse slaa collection 53, en a donné un bon dessin. Comme corollaire de ces tombeaux cénotaphes, il faut citer dleésv em loopnpuemm eenntst daep ptloiquuteéss lceosn tpraer tlieess mquuir sc,o ents tqituuei nptr élese mntaeunst osléuer , uanvee cs usrofaucbea svseermticeanlet, cimomagm ee dlue mort et dais. Ces sortes de monuments sont assez rares en France; le défaut d'espace et aussi le défaut d'argent fcaaisthaéiednrat lep adrefo ilsa acditéo pdteer C caer cpaasrstoi.n Nneo.u sL 'uenn dcaoten ndauis smoinlise ud deuu xX bIIeIea usxiè celexe, mc'pelsets cedlauni sd el' aln'écvieênqunee Radulphe. Le simulacre du sarcophage, qui persiste tard dans les provinces méridionales de la aFrrcaantcuere, ,e sats spiossteén ts uaru txr ooisb scèoqlounense. tSteusr elet psaarracoîtp ehnaggaeg ése d darness slae mduerbaoilulet,. eDne sb acsh-arneolieinf,e sla, sfioguusre u ndee l'évêque bénissant. Un gâble orné de fleurons et de crochets couronne le tout. L'autre tombeau (fig. 26) date du commencement du XIVe siècle: c'est celui de l'évêque Pierre de Roquefort, qui fit rebâtir le choeur de l'église et deux chapelles voisines du transsept 54. Ce monument, ainsi que le montre notre tracé, présente en rabattement, dirons-nous, la disposition des tdormesbseea suuxr ccéen sootacpleh;e isl ;e sl'té vcêoquuroen nné'e spta rp ausn cdoauisc hpéla qsuuér ; leu ns cohcalen, oqinuei ent'e usnt qduia'ucrne palcaccoamgep,a gmnaeisn t slae fFigraunrec ep,r eintc nipoaulse nd'aenns c doenunxa iasrscoantsu rpeass l adt'éerxaelem sp. lAei,n esni cqouree neoxuisst alen td, idsiaonnss ,l ecse tptero dviisnpcoessi tdioun N eosrtd r.are en oIl un osuurs lree msteé taàl .p Careles rt odmesb epsla steosn tt odme bdeesu,x a svoerct eesf:f ioguie sle es ne frfeigliieefs o due ss immpolretsm seonnt tg praovsééeess ssuurr ulan psieorcrlee tpreèrsm-beattsr ep rdées emnatarcnht eurn dee fsasibulse csoamillime ea us-udre usnsu dsa dllaug seo.l ,N oouu se lnlees dsoountto anus rpaass m qêume ele sd up rseoml, ideers f adçeo cne às tombeaux étaient garnis d'un poêle d'étoffe aux anniversaires ou à certains jours solennels, et nous efrné qduoenm nmereionnt sl a cotrmacmee lep rleounvge dleess saottcalecsh.e sP oduer tleigse ss edceo nmdsé, taills onu'é tleasie ndto quuill'eusn dsoignnt e oanp ptraoruevnet indiquant la place de la sépulture. Il existe des plates-tombes d'une époque assez ancienne, c'est-à-dire remontant au XIIe siècle, mais pquûti, mtoaurtc heenr pdreéssseunst,a tnatn pdeisu qduee rceeli enf',e fsot rqm uaei evnetr sc e1p2e2n5d qaunet al'sosne czo dm em seanilcliee às uvro lier dseosl ppolauter sq-uto'omnb nees au ras du sol, et seulement gravées. Il faut cependant mentionner ici une tombe très-singulière, qui autrefois était placée dans le choeur de l'église Saint-Germain des Prés, à Paris, et qui est aujourd'hui déposée à Saint-Denis: c'est celle dSea inFtreé-dCérgooixn deet . dDeo mSa Binotu-Villianrcde n5t5, pdrué tecôntdé qduue cneotrtde, pprirnècse sdsue garvoasi t métuér eqnutei rsroéuet ednaanist llae bcaloscilihqeure. dLae tombe actuelle ne remonte pas au delà de la première moitié du XIIe siècle. C'est une plaque de pcuieivrrree .d Dee lsia irsé sinecrrvuesst élaei sdseé efrsa gdmanesn tlas dpeie rprâet efosr mdee nvte lreres elint édaem peienrtrse ds ud uvêretesm, eennttr.e Lm aê tléêste d, ele sfi lem tsa idnes et les pieds, entièrement unis aujourd'hui, étaient très-probab5le6ment peints. Nous ne connaissons pmaost ifds' aquutri ed éetxeermmpinleè rednet clees g reenlirgeie duex mdeo nSuaminet-nGtse rfmunaéinra direess Pr;é se tà i l faeisrte deifxfiécciluet edre cdeé mcoounvurimr elenst suivant un procédé aussi peu usité. Était-ce pour imiter une mosaïque beaucoup plus ancienne qui aarutrisatiet éotéc cfiadieten tapla?r eNnoculosi snoen nseam uerinotnss, sluer ddieres. inDd'iacuattrioens s pdla'atertsis-ttoems bbeysz anetnin sm?o Ésataïqitu-cee el'exisssteani td 'eunn France, celle, entre autres, de l'évêque d'Arras, Frumaldus, mort en 1180 57, et celle trouvée dans llees p rruoincéeds éd eo rl'daibnbaairyee ddue mSaoisnat-ïBsteer tienm, apvloeycé l ae dna tIeta dliee 1e1t 0e9n; mFaraisn ccee sa tuo mXbIIees ssioènctle e, xpércouctéédeés squuivi annet ressemble en rien à celui adopté pour l'effigie de Frédégonde. Il nous reste deux belles tombes datant du XIIe siècle, qui représentent, en plat relief les effigies des rsooins t Cm loaviniste Inear net t dCéhpioldseébeesr àt ISear.i nC t-eDse tnoims. bLees ,r eqliueif pdreo vcieesn nfiegnutr edse els'at btbroauyveé Saauixn td-Gépeermnsa idn' udnees cParvéitsé, faite dans une épaisse dalle de pierre. Elles avaient remplacé, dans l'église Saint-Germain des Prés, Ndeosr m maonndus.ments beaucoup plus anciens, mais fort dégradés, lorsque l'abbaye fut prise par les Vers la fin du XIIe siècle et le commencement du XIIIe, on plaça dans les églises beaucoup de ces tombes avec effigie en demi-relief, peu élevées au-dessus du pavé. Elles étaient très-fréquemment eqxuéactruet éceosin esn s ubrr odnezse ccoolounlén eotute rse ptroèuss-tsréa,p éumesa, ilsléu,r edte cso lniosnisst,a oieun ts iemnp ulenme epnlat qsuuer ddees mcaélteasl .p Loas étoem abuex de Charles le Chauve, placée au milieu du choeur des religieux de Saint-Denis, et dont la fabrication paraît appartenir aux premières années du XIIIe siècle, était ainsi composée. Nous en donnons (fig. 27) une copie d'après le bon dessin de la collection Gaignières. L'empereur etiestn tr elep rsécseepnttrée efnle udredmelii-srée,l ielaf; gsaau tcêhtee ruenpeo ssep hsèurre u. nIl ceosut svsêintu, sdeess ptireodiss rsoubre usn, lleiosn d. eLuax mdaei nd edsrosiutes fendues sur le côté, et du manteau rond attaché sur l'épaule droite; il porte la couronne fleuronnée. Denecuexn saonigrse leetts , dpelsa cénsa vdeattness . leAsu xé coqiunaçtoren s cdouin str ilAo bdee q ulai epnlacaqduree slao nttê taes dsius epsr inqcuea,t rteie nsntaetnute dtteess de'nétvièêrqeum eesn. t Uénm ea iilnlés cernip btiolenu ,e anv
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.