//img.uscri.be/pth/6569bbf16a1bdf79caa2d5bfa7dc1d8564116504
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

En finir avec l'organisation centralisée du territoire

De
90 pages
Alors qu'il est question depuis 40 ans de décentralisation, de régionalisation et de métropoles d'équilibre, des réalisations majeures renforcent l'organisation centralisée du territoire autour de Paris élargie à l'Ile-de-France. L'auteur propose aux citoyens de participer à la reconstruction géopolitique du territoire à tous les échelons, de la commune à la région, donnant à celle-ci un véritable pouvoir repris à l'Etat dans un nouvel équilibre des forces avec Paris.
Voir plus Voir moins
En finir avec lorganisation centralisée duterritoire
François Hulbert
En finir avec lorganisation centralisée duterritoire 40 ans dexception française, ça suffit !
© L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-97020-5EAN:9782296970205
Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre
 Einstein
Note de lauteur: le développement de nombreux thèmes de ce livre, leurs illustrations par des exemples et les références bibliographiques et documentaires qui y sont associées peuvent se trouver dans le livre de lauteur paru chez le même éditeur en 2011 sous le titre :Le pouvoir aux régions, la reconstruction géopolitique du territoire français
 Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, la reconstruction et la relance des activités saccompagnent de la mise en place des premiers grands équipements. Cest le début dune période de croissance économique et durbanisation qui prend tout son essor dans les années 60. On appelle les Trente Glorieuses cette époque de (1945-1975) prospérité dont la dernière phase est marquée par la crise de 1968, année symbole dune volonté de changement. Parmi les réformes et projets mis alors de lavant, beaucoup naboutiront pas et restent dactualité 40 ans plus tard. Dès la fin des années 40, lorganisation centralisée du territoire est dénoncée. Traduite par la formule Paris et le désert français, cette centralisation parisienne va pourtant se maintenir, et même se renforcer et sélargir en devenant depuis quelques décennies francilienne. Léchec de la décentralisation est tellement évident quil faut, pour se convaincre du contraire, inscrire en 2003 dans la Constitution que la France est une République décentralisée. Contradictions et paradoxes dun pays qui, depuis les années 60, ne parle que daménagement de décentralisation et de régionalisation, tout en continuant à organiser de façon centralisée son territoire.Sil est une autre particularité bien française, cest celle qui consiste à en appeler haut et fort au changement, voire même à la rupture, à chaque
7
Il y a 40 ans
échéance électorale et de considérer la moindre réforme, même avortée comme une révolution.40 ans daménagement du territoire proclame la DATAR en 2003, cest-à-dire 40 années de politiques visant en principe à rééquilibrer la répartition des hommes et des activités entre Paris et les régions.En effet depuis 1963, la Délégation à lAménagement du Territoire et à lAction Régionale (la DATAR) est le bras armé de tous les gouvernements en matière daménagement.
40 années de politiques daménagement de lHexagone et de développement de ses régions,cest-à-dire de création, de conversions, de grandes opérations, de multiples plans et schémas variés, dinterventions et de scénarios souvent renouvelés.
Régionalisation, décentralisation, métropoles déquilibre, villes nouvelles, autoroutes, TGV, aéroports, équipements et infrastructures sont à mettre au compte de laménagement du territoire, cest-à-dire du milieu de vie des citoyens au sens large, et des nombreuses politiques menées par les gouvernements de droite et de gauche. Le cadre de vie des citoyens, ce sont aussi les territoires de référence que sont les multiples communes, les intercommunalités, les cantons, les pays, les départements, les régions qui sont accaparés par des élus en grand nombre et le plus
8
souvent cumulant les fonctions. Ceux-ci en appellent constamment au changement et à la réforme ; les projets en ce sens se sont multipliés depuis 40 ans, tout en restant le plus souvent inaboutis. Et aujourdhui comme hier, ils figurent toujours dans lactualité politique.
A la fin des années 60, le Club Jean Moulin propose le regroupement des trop nombreuses communes et il considère aussi que Régions et Départements ne peuvent subsister ensemble. Le département est devenu trop étroit et inadapté aux réalités de lurbanisation, les régions doivent être moins nombreuses pour les rendre plus fortes. 40 ans après, elles sont toujours 21 dans lHexagone et la question fait encore débat.
Le grand nombre de communes, plus de 36 000, est jugé inapproprié dès la fin des années 60 et en 1971 la loi Marcellin prévoit dailleurs une reconfiguration de leurs territoires par fusions en entités moins nombreuses et plus grandes. Cette importante réforme échoue, alors quà la même époque elle réussit dans les pays voisins. Et depuis, avec lintercommunalité, le millefeuille territorial sépaissit et se complique.
Laprès 68, cest lépoque où Jean-Jacques Servan-Schreiber, directeur deLExpress,lance son combat pour le pouvoir régional en publiant plusieurs livres sur le sujet et en sinvestissant politiquement en Lorraine. Dans sonAppel à la réforme(1971), il prône une prise de pouvoir par les Régions, tout comme le
9