Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 24,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Essai sur le pouvoir urbain

De
316 pages
Nos villes se sont étendues selon une prolifération de zones spécialisées, de toutes natures et de tous acabits ; nos centres-villes ont dépéri ; nos territoires urbanisés se sont enlaidis et déstructurés. Cette catastrophe urbaine était-elle évitable ? Oui, et pourtant elle se poursuit. La faute aux architectes ? Non. Cet essai montre que nos politiciens ont démissionné d'une de leurs principales responsabilités : la fabrication de villes écologiques et solidaires. Et ce livre propose une solution : l'invention d'un pouvoir urbain citoyen.
Voir plus Voir moins
Marc Huret
Essai sur le pouvoir urbain
Propos d’un urbaniste atterré, propositions d’un urbanisme citoyen
ESSAI SUR LE POUVOIR URBAIN
Marc HURETEssai sur le pouvoir urbain * Propos d’un urbaniste atterré, propositions d’un urbanisme citoyenL’HARMATTAN
© L’HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-06277-8 EAN : 9782343062778
à Dimitri, Julie, Lucio et Oscar
Tous mes remerciements pour leur aide précieuse à
Nouchka Landré, Jacques Vialettes, Serge Volkoff, Mariama Lescure, Julie Huret, Clément Vialettes (auteur de l’illustration de couverture).
Introduction
L’envie d’écrire ce livre remonte à 2009.
Cette année-là se déroule la consultation internationale sur le devenir « du Grand Paris », suivie tout aussitôt par la première mouture du Super Métro en double boucle concocté par Nicolas Sarkozy et son secrétaire d’Etat Christian Blanc. Il s’agissait, excusez du peu, d’inventer « l’urbanisme de l’après-Kyoto », selon l’expression volontariste du Président de la République !
Enfin un grand dessein pour Paris et ses couronnes urbaines ?
Mais la réalité fut très loin de l’emphase du propos. Je suis 1 sorti de l’exposition sur la consultation internationale extrêmement perplexe. Ma déception décupla avec la révélation, contemporaine de la fin de l’exposition, des futures extensions du Métro, que l’on commença rapidement à appeler « Grand Paris », en lieu et place de ce qu’était censée esquisser la consultation internationale. Super Métro qui en outre ne tenait aucun compte des idées produites par la consultation en question.
Dès le milieu de 2009 des critiques commencent à pleuvoir sur les immenses carences de la démarche sarkozienne.
1 Mai 2009, à la cité de l’architecture du Trocadéro.
9