Evénements familiaux et logique de destinée

De
Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 30
EAN13 : 9782296303997
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

,

,

EVENEMENTS FAMILIAUX ET LOGIQUE DE DESTINÉE
Essai sur la nouvelle parenté

Colledion "Logiques Sociales" Dirigée par Dominique Desjeux et Bruno Pequignot

Dernières Bourgoin

parutions: N., Le suicide en pri.son, 1994. un travail de reconstruction persuasive du passé, 1994. 1994. 1994. de communication dans l'Union européenne, de la cri.se, 1994.

Coenen- Huttier I., La mémoire familiale: Dacheux E., Les stratégies Lallement Esquenazi

M. (ed.), Travail et emploi. Le temps des métamorphoses, Les générations 1994. 1994. I.-P., Film, perception raisonnée et mémoire,

Baudelot c., Mauger G., Jeunesses populaires. Gagnon C., La recomposition Giroud c., Introduction Plasman R, Lesfemmes des territoires,

aux concepts d'une sociologie

de l'action,

1994.

d'Europe sur le marché du travail, 1994. De l'usage social des notions à leur problématisation, et l'ostréiculteur, 1994. 1994.

Robert Ph., Les comptes du crime, 1994. Ropé F., Savoir et compétences. 1994. Van Tilbeurgh V., L'huître, le biologiste ZolotaretT I.-P., Cerclé A., Pour une alcoologie plurielle,

1995 ISBN: 2-7384-3326-X

(Q L'Harmattan,

Elie SORLIN

EVENEMENTS ET

,

,

FAMILIAUX

LOGIQUE DE DESTINÉE
Essai sur la nouvelle parenté

Editions l'Harmattan
5-7. rue de l'Ecole Polytechnique 75005 PARIS

INTRODUCTION

Parmi les nombreux événements autour desquels s'organise la vie de famille certains revêtent, sans doute par suite de leurs enjeux biologiques, une importance sociale reconnue dans tOutesles sociétés humaines: mariages, naissances, décès avec les conséquences qu'ils entraînent habituellement dans l'arrangement des liens d'attachement, de solidarité ou d'affection, dans les fonctions de parenté comme sur la place occupéepar chacunau sein de la famille. Mais ce que nous autres, appartenant aux petites sociétés familiales de la modernité*, sous-estimons c'est l'ampleur des effets que peuvent avoir ces événementsfamiliaux sur le destin, l'histoire, le cours de la vie, l'état ou le comportement des membres apparentés les plus concernés par eux, les plus sensibles, parfois les plus fragiles. Pour arracher ces effets à l'indifférence anthropologique, sociale et culturelle dans laquelle nous autres gens de progrès, situés à la pointe de l'histoire* les tenons, nous allons leur donner une première appellation: l'effet parenté va désigner désormais la répercussion sur les individus apparentés de ces divers événements qui touchent aux fondements même de la famille naissant toujours d'une alliance, se renouvelant par génération, disparaissant enfin dans la mort de son ultime survivant. Associés à d'autres déterminants informationnels provenant principalement de la généalogie, ils contribuent à déclencher un ensemble cohérent de réactions, le plus souvent automatiques, chez les individus dont les nouvelles petites sociétés familiales de la modernité sont composées et, d'une certainefaçon, à déterminerleur destin.
* caractérisée par l'abandon des valeurs traditionnelles, l'intensité et l'instabilité des liens, la libéralisation des comportements débouchant sur de nouvelles formes de vie commune. * Francis FUKUYAMA, La fin de l'histoire et le dernier homme, Flammarion, Paris. 1992.

7

En première panie, nous proposonsune théorie de l'effet à considérer avant tout comme théorie observationnelledestinée à l'identifier plus aisément dans la masse brute des faits sociaux: une femme qui accouche à l'âge où sa mère autrefois la mit au monde, un grand parent qui décède à la naissance d'un petit enfant, l'accident de voiture d'un couple parental qui se rend aux fiançaillesde leur fille afnée,un hommemourantle jour même de son anniversaire fournissent des exemples de faits divers qu'habituellementl'on interprète comme autant de coi'ncidences fortuites, a priori dénuées de tout intérêt pour une science de la familleencore dans les limbes. La théorie de l'effet parenté cherche en outre à leur conférerdu sens en invitantl'observateurà les interprétercomme autant de manifestations potentielles de surface d'une organisation fondamentale sous-jacente et cachée de la famille. Ainsi cette série de coi"ncidencesavec d'autres du même genre seront-elles questionnées afin de nous parler de la structure familialeen action dans la mort d'anniversaire,l'accident routier, la disparition de l'ai"eule,l'accouchement à une date chargée de souvenirs. Le lecteur en seconde partie trouvera des exemples d'effet parenté empruntés à l'actualité du fait divers que nous consommons tous quotidiennement sans modération dès les informations du matin. Nous y relirons aussi, équipés de la théorie de l'effet, deux contes africains inédits suivis d'un récit religieuxfort connuen occident,récit mettanten scènela création de l'homme et sa chute qu'on trouve dans le premier livre de la Bible, la Genèse. Tandis que dans les deux parties précédenteson examinait les événements du point de vue de l'espace familial un moment perturbé,en dernièrepartie nous chercheronsà montrerl'éminent rôle du temps dans sa production régulière. Partant de coïncidences temporelles d'apparence fortuite nous ferons l'hypothèse qu'elles manifestent en surface et de manière intermittente une organisation temporelle cachée des nouvelles familles de la modernité un peu à la façon dont les menus actes manqués de la vie quotidienne renvoient à l'existence d'un inconscient individuel. Nous proposerons alors d'aborder frontalementla questionde cettehypothétiquemais vraisemblable organisationinconnuepar une formed'exploitationradicalement nouvellede la généalogie. Si nous devions résumer en quelques lignes l'intentionqui nous a guidé dans la rédaction de ce livre c'est de vouloir montrer à quel point et comment l'homme moderne est un être assujetti à sa famille. A la différence des anciens qui révéraient 8

l'autorité avec les traditions, HIes rejette mais pour être aussitôt pris dans des boucles de régulation dont nous avons voulu témoigner en tant qu'observateur. Ces régulations, se substituant aux règles ancestrales qui gouvernent ailleurs la famille, font de nous des mutants socio-culturels asservis* à la structure familiale. "Evénements familiaux et logique de destinée" explore quelques caractéristiques de ce nouvel ordre relationnel et affectif, davantage fondé sur l'automaticité des réactions individuelles aux variations et perturbations intrafamiliales que sur le recours au symbolique, à la loi ou à la rationalité. Devant les risques d'une fonne de régression et de retour de l'homme moderne à la sauvageriedu fonctionnementde la nature*, il était tentant de chercher à humaniser l'événement familial en le réinscrivant dans une logique sociale d'invariance*, assez bien modéliséepar la nouvellecybernétique.

* Il s'agit ici non d'un esclavage ou d'une aliénation mais d'un asservissement pris dans le sens où l'entend habitueIlement la cybernétique. * Arnold GEHLEN, Anthropologie et psychologie sociale, Puf, Paris, 1990. Chap. IV L'image de l'homme dans l'anthropologie moderne. Retour à la culture! pp. 67-68. *Sur ce concept d'invariance, on peut lire de Jean-François KAHN, Tout change parce que rien ne change. Introduction à une théorie de l'évolution sociale. Fayard, Paris, 1994. On n'y trouvera toutefois aucune application à la famille.

9

Première partie

LES ,COINCIDENCES , D'EVENEMENTS

Chapitre I

L'EFFET

PARENTÉ:

PROPRIÉTÉS

L'irruption de l'effet au milieu d'autres événements familiaux arrivant presqu'en même temps et lui ressemblant parfois rend son repéragedifficile.Cette imbricationavec tout ce que produit son environnementnaturel,le milieu familial,impose d'emblée qu'on distingue et définisse deux catégories de faits: ceux qui relèvent de l'effet parenté lui-même des autres constituant le groupe des événementsfamiliauxperturbateurs ou stressants. Pour mieux cerner ses contours, nous allons en priorité l'examiner sous l'angle de cinq caractéristiques, dimensions ou propriétés nous paraissant les plus faciles à décrire: le mode, la direction, l'intensité, la forme et la proximité. Mode de l'effet parenté L'effet revêt une grande variété d'expressions ou de "modes"qu'on va réduire arbitrairementà quatre selon le champ d'activité concerné et les institutions qui s'en occupent. A l'événement familial perturbateurou stressantl'individu sensible et concerné va réagir selon les cas somatiquement,mentalement, comportementalement,au plan moteur enfin. Si l'on s'intéresse à ces réactions dans leur version plus ou moins catastroplùque on observe maladies, troubles et désordresdu comportementou des conduites, accidents. Les institutions chargées du traitement de cet ensemble réactionnelhétéroclite appartiennent,pour la plupart, au système de santé, au système judiciaire ou à celui des assurances. Les diverses médecines, généralistes et spécialisées, somatiques, psychosomatiques et psychiatriques, orthodoxes et parallèles, s'occupent des maladies avec leur cortège de symptômes. Les troubles du comportement et les désordres de la conduite font habituellement l'affaire des tribunaux si des représentants de la force publique ou d'autres agents interviennent aussi en amOnt comme en aval. Quant aux accidents. ce sont les sociétés 13

d'assurance qui se chargent en grande partie de leur prévention, de leur prévision et qui font face à leurs conséquences financières. La femme qui accouche à un moment familial significatif, l'aïeul qui disparaît à la naissance d'un petit enfant, le couple qui se retrouve dans un lit d'hôpital plutôt qu'à la cérémonie des fiançailles de leur fille*, l'homme qui meurt à une date anniversaire, témoignent, chacun à sa façon, d'une des multiples manières négatives et catastrophiques qu'a l'effet parenté de se révéler au grand jour. Si dans ces exemples, empruntés à la seconde partie de l'ouvrage sur laquelle nous anticipons quelque peu, le corps et la vigilo-motricité sont préférentiellement impliqués, un homme tuant une quinzaine de personnes à l'occasion d'une noce célébrée dans sa famille ou une femme âgée entamant un processus démentiel au décès de son mari offrent tous deux des illustrations d'effet parenté s'exprimant sur le mode comportemental et psychiatrique.

Pour arbitraire qu'apparaisse une telle construction
quadripartite, elle permet de classer sommairement les principales

formes de réactions individuelles à diverses perturbations en provenance du milieu familial; elle propose une sémiologie de première génération à la faveur de laquelle il est possible de reprendre un minimum de distance par rapport à la toute puissante sémiologie médicale qui tend, de par son succès, à s'infiltrer dans maintes de nos représentations. Comme on peut ici s'en rendre compte, la liste des maladies répertoriées avec leurs symptômes codés ne représente pas même la moitié des signes qu'émettent les individus lorsque quelque chose les perturbedans leur propre environnementde parenté. Le nouveau système descriptif, relatif comme toute cartographie qu'on ne saurait confondreavec le territoirereprésenté,offre l'avantagede conférer un statut social aux accidents de quelque nature qu'ils soient en les transformant en révélateurs potentiels de perturbations intrafamiliales, de les ériger en symptômes individuels d'une dynamique familiale au même titre que les maladies*. Enfin l'on ne distingue plus en ce qui concerne ces dernièresentre maladies psychosomatiqueset maladies qui ne le seraient point, la plupart d'entre elles pouvant apparaître chez quelqu'unenregistrant une perturbationprovenant de son milieu
* Barbara et Claude YELNICK, Deux et la folie, Plon, Paris, 1979, p. 59. * Dans "Stabilité structurelle et morphogenèse", Ediscience, Paris, 1973, René THOM évoque l'idée selon laquelle les maladies contribueraient à l'édification de la famille mais pour la rejeter aussitôt comme peu probable.

14

familial.Cette sémiologiesocio-familialeempiriquedote de sens une multitude de faits qui relèveraient autrement du désordre lié aux productions aléatoires, puisqu'elle renvoie au rapport qu'entretient l'individu avec la structure familiale dont il assure envers et contre tout le fonctionnement et dont il exprime virtuellement un aspect en tombant malade, en agissant ou réagissant, en ayant un accident. Qu'entendre maintenant par "direction"de l'effet?
Direction

L'événementfamilial perturbateurdont nous examinerons au chapitre suivant les traits saillants est analogue à une force s'exerçant dans une direction donnée, bonne ou mauvaise. Si l'on préfère recourir à l'analogie de l'informationdéterminantou codéterminant l'effet, cette information tend à organiser ou à désorganiser, à détruire ou à construire. La direction prise par l'effet parenté n'est autre que sa valeur participative à l'édification ou à la déstabilisation du sujet dans son environnementsocio-familialparticulier.Si l'individudéveloppe une maladie, commet une exaction, endure un accident que l'on puisse raisonnablementimputer, a postériori, à une conjoncture familiale perturbante, il est clair que ces réactions ne vont pas dans un sens constructif, à moins qu'elles ne soient le prix payé pour un progrès, auquel cas on dira que l'effet va dans le bon sens ou dans la bonne direction. Par elle, nous entrons dans un systèmed'appréciationsubjectiveet de jugement de valeur fondé sur la manière dont l'observateur perçoit le rendementglobal de tel ou tel effet parenté. Dans les exemples précédemment cités nous n'avions affaire qu'à des effets négatifs à l'exception de Mais, heureusement, la majorité statistique des effets va dans le bon sens, si dans un premier temps et pour des raisons d'exposé nous n'avons donné à voir que des réactions d'allure principalement négative. On peut intuitivement saisir cet aspect constructifdes réactionsindividuellesaux événementsde parenté dans le régime ordinaire du mariage, de la naissance et de la mort. Ils n'engendrent pas toujours d'effets fâcheux. Ils créent un regain d'animation dans la famille, incitent à se préparer à l'événement, à l'accompagner, à l'accueillir par des opérations et des cérémonies appropriées. Cette mobilisation générale ou localisée implique des remaniements dans les liens de possession, de solidarité, d'attachement, une réorganisation partielle des investissements que nous examinerons plus particulièrement au chapitre suivant. Certains, en ces occasions, 15
l'accouchement à une date anniversaire.

réinvestissent leur corps ou telle de ses parties oubliées. Comme on tombait malade en réagissant dans une direction négative, on va guérir ici au grand étonnement de l'entourage. Parfois, c'est le corps appareillé ou l'une de ses images pour soi, pour l'autre qui sont en jeu. Nous avons ainsi connu une femme en instance d'être grand-mère qui s'était fait faire un nouveau dentier: à peine essayé, elle le rangea précieusement dans le tiroir d'une commode. La commande d'une telle prothèse était un effet parenté touchant à la fois le comportement et le corps, effet positif, tandis que casser son appareil dentaire, avoir une rage de dents eussent été à classer dans les effets négatifs. Quant au versant positif de l'effet appartenant à la catégorie de l'accident, changer de voiture pour une plus récente, plus belle, plus confortable, plus sare dans la période où l'on va marier un enfant, peut en fournir un exemple ordinaire de la même manière que sortir indemne d'un accident où l'on aurait da perdre la vie en offre une illustration d'exception. Le double versant de l'effet, tantôt positif, tantôt négatif, le différencie nettement des symptômes médicaux chargés de signaler aux médecins les maladies. Il nous conforte dans l'idée que l'effet est un indicateur de fonctionnement familial, renseignant sur la relation nourricière développée par les individus au sein de leur milieu de parenté avec lequel ils échangent matière, énergie et informations. Intensité L'effet parenté est plus ou moins violent ce qui nécessite de construire une échelle d'intensité analogue à celle qui sert à évaluer la force d'un tremblement de terre et qu'on appelle échelle de Richter. Au degré zéro de l'effet correspond soit son absence, soit l'incapacité de l'observateur à le détecter par suite de l'insuffisance d'indices à sa disposition en provenance de l'environnement familial d'un individu donné. Comme on le verra par la suite, pour être en mesure de l'identifier, c'est-à-dire de l'extraire de la masse des faits, il faut associer à l'appareillage théorique une cartographie familiale sans quoi l'on s'expose à ne conduire l'investigation que dans une partie en délaissant précisément le locus où se situe l'événement et se produit le phénomène. Au degré l s'observe une réaction individuelle de faible ampleur à l'événement familial significatif, assimilable à une résonance. L'exemple du dentier, inutilement commandé puisque jamais mis, est à cet égard intéressant. Par souci d'économie, on peut ranger dans cette catégorie les réactions de plus grande

16

intensité révélant un impact plus conséquent, sur les individus, de l'événement perturbateur ou stressant. Ce qui les caractérise, c'est la réversibilité: on en revient sans trop de difficulté,on s'en remet assez aisément. On se cassera un membre sans séquelles invalidantes, on accusera le coup par diverses modifications de conduite ou de comportement, ce retentissement prenant une allure positive ou négative; on pourra transitoirement tomber malade. La majorité des effets relève de ce niveau d'intensité
faible ou modéré. Le degré II est marqué par l'envalùssement du sujet débordé, le risque d'être détruit, les enjeux vitaux, la violence de l'effet, sa brutalité, parfois même son côté extrême. L'homme qui meurt quand naît un enfant dans la famille, l'homme qui tue ou se fait tuer lorsqu'on marie quelqu'un dans la famille en sont des exemples malheureux. Dans notre société mécanisée cela se produit avec une rareté fréquente et de façon automatique au point que, bien souvent, les individus sont incapables de dire ou d'expliquer ce qui s'est passé, un peu comme s'il s'était agi d'un autre. Le degré III de l'effet parenté présente une discontinuité au point que nous l'appellerons effet de caractère transnormal. Il est exceptionnel, voire rarissime, scientifiquement inexplicable dans l'état actuel de nos connaissances, même si la théorie du phénomène autorise à le mettre systématiquement en relation avec telle ou telle variation observée dans l'environnement familial des individus qui le donnent parfois à voir et qui parviennent à en témoigner de façon crédible. Il est représenté par certaines guérisons instantanées, par les conversions foudroyantes, les apparitions de figures merveilleuses qui curieusement débutent au décès d'un proche parent. La littérature d'OVNI offre un nombre impressionnant de témoignages issus de gens se disant avoir été contactés, enlevés par des êtres venus d'ailleurs. Dans quelques cas, mais non dans tous, la personne était fiancée, venait d'avoir un enfant ou se trouvait en deuil, ce qui permet chaque fois de suspecter un possible effet parenté dans ces phénomènes humains appartenant à l'étrange. Il convient encore de ranger dans ce degré d'intensité III maintes réactions paranormales, ésotériques ou occultes différenciées qui apparaissent à un moment très particulier du fonctionnement familial lié à des éveils, à des expériences ou à des productions hors du commun. Nous n'en dirons pas plus à ce sujet, des livres entiers ne suffisant point à traiter de la relation cachée à établir entre la puissance de la structure familiale et la puissance parfois disproportionnée de l'effet chez tel ou tel individu concerné par l'événement arrivé dans sa famille.

17

Forme
La quatrième caractéristique de l'effet réside dans sa fonne active ou passive. A l'instar de la fonne grammaticale ou voix du verbe, l'effet se décline à l'actif et au passif. Aux variations et perturbations en provenance de son environnement familier l'individu réagit tantôt par des actions dont il est le sujet, tantÔt par des revers qu'il subit, par des changements d'état qu'il endure. En association avec l'intensité, la direction, le mode, cette fonne active ou passive qualifie l'effet de telle sorte qu'on
peut observer des effets d'accidents, de comportement, mentaux

ou psychiatriques, somatiques, plus ou moins intenses, positifs ou négatifs, enfin actifs ou passifs. Commettre un homicide involontaire par accident de voiture représente un cas possible d'effet parenté actif tandis qu'échapper à une catastrophe aérienne par prémonition ou protection tutélaire à la faveur de quoi mt heureusement manqué l'embarquement représente un spécimen d'effet passif positif puisqu'assurant la vie sauve par évitement, inhibition, oubli. Etre l'innocente victime d'un chauffard offre l'illustration dramatique d'un effet parenté passif et négatif pour autant qu'on puisse établir une correspondance entre cet accident et tel ou tel événement familial significatif chez l'un, l'autre ou les deux protagonistes en jeu. 11faut ranger le suicide dans la catégorie des effets comportementaux violents, autodestructeurs et donc négatifs, actifs. A ce propos, relevons le manque systématique de relations entre cet événement et la conjoncture familiale dans les travaux contemporains qui lui sont consacrés* si l'on sait d'avantage explorer le passé ou l'histoire infantile des gens qui recourent à ce geste extrême. Arrêter subitement de fumer peut être classé dans les changements comportementaux passifs; mais s'investir dans une oeuvre de création nécessitant un regain d'occupation de l'esprit, de quête esthétique ou spirituelle, constituent quelques exemples d'effet mental, positif et actif. A l'opposé, enregistrer une diminution remarquée de son potentiel intellectuel entre dans les effets mentaux, négatifs et passifs. Banalement tomber malade est un effet somatique si cela relève de la médecine somatique, effet négatif et passif. Miraculeusement guérir sans avoir rien fait pour cela serait un heureux effet passif et positif pour autant qu'on puisse l'imputer à une conjoncture familiale comme à des événements de parenté précipitant l'effet.

. Jean BAECHLER,

Les suicides, Calmann-Lévy, Paris, 1975.

18

La principale fonction de cette quatrième caractéristique est de pennettre à certaines réactions individuelles d'entrer dans la classe des effets qui, autrement, pourrait se trouver amputée d'une partie non négligeable du phénomène. Proximité L'événement familial perturbateur, stressant, potentiellement provocateur d'effet parenté influe sur les individus apparentés soit directement soit indirectement. Dans le cas des Yelnick se rendant aux fiançailles de leur fille aînée, rien ne paraît s'interposer entre l'accident et la cérémonie. C'est un effet parenté direct et classique d'une séquence d'alliance particulièrement délicate pour la structure familiale. S'il s'agissait du mariage d'une petite fille, on parlerait alors d'effet indirect en interprétant ainsi la situation: le mariage en question influe d'abord sur les parents censés subir directement l'effet sous un mode ou sous un autre, dans une direction et une intensité comme sous une forme donnée; puis l'on constatera le retentissement de l'événement chez les grands-parents via son incidence sur la génération intennédiaire. Il en serait autrement pour un couple grand-parental ayant exercé la fonction parentale par rapport à une mariée orpheline. Alors, à nouveau, on retomberait dans le cas de figure de l'effet parenté direct. Comme les précédentes caractéristiques, le concept de proximité a pour but de permettre d'identifier l'effet quand bien même, au seul niveau de la famille conjugale restreinte ou du cercle familial étroit on ne relève aucun événement susceptible de le faciliter ou de le provoquer chez un individu. C'est fréquemment le cas en matière matrimoniale où l'on observe des couples qui entrent en crise dans la période même où disparaît un grand-parent pourtant peu affectionné. Cette disparition endeuille l'un des parents qui en est l'enfant chez qui va retentir directement l'événement stressant. L'on assistera parfois à la rupture du couple d'un petit enfant qui, sans trop savoir ce qu'il fait, automatiquement. volera au secours du parent endeuillé. Un .tel schéma est d'une rareté fréquente dans nos sociétés modernes où l'individu travaille à son insu, bien souvent pour le compte de sa structure familiale lors même qu'il pense en être définitivement libéré. Sans ce concept de proximité une partie du phénomène échapperait à l'observation, réduisant l'effet à quelques cas spectaculaires ou plus manifestes parce que directs.

19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.